Charles Martel, une récupération identitaire

Détail couverture C. Martel

Détail de la couverture de Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire

La figure de Charles Martel et la bataille de Poitiers opposant en 732 les guerriers du maire du palais franc aux forces de l’émir de Cordoue Abd al-Rahmân sont devenus aujourd’hui un objet historique brûlant. Il suffit pour s’en convaincre de faire quelques recherches sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, le maire de Béziers Robert Ménard (apparenté Front National) déclare ainsi le 1er décembre 2015 vouloir « retrouver notre France, celle de Louis XIV, de Napoléon, et celle, si le ministère de l’Intérieur me l’autorise, de Charles Martel. »

Pour nombre de militants d’extrême droite, la bataille de Poitiers marque en effet la victoire d’une chrétienté unie face à une invasion musulmane de grande ampleur, l’une des premières étapes du choc entre les civilisations occidentale et islamique dont nous serions, selon eux, en train de revivre un point culminant. Dans leur esprit, les migrants de religion musulmane (ou supposés tels), présents parfois depuis plusieurs générations dans les pays européens, seraient comparables aux guerriers défaits à Poitiers en 732 et leur présence ferait partie d’un plan d’invasion.

Que nous dit l’histoire ?

Pourtant, à bien regarder les faits, le conflit entre Charles Martel et Abd al-Rahmân n’incarne en rien le point d’orgue d’une lutte séculaire. Les Francs ont passé plus de temps à se battre entre eux ou contre les Saxons païens que contre les armées du califat omeyyade. Du côté de l’empire islamique, il n’est sans doute pas question d’une invasion planifiée, mais d’un raid organisé pour piller les biens des grands monastères de l’Aquitaine et de la vallée de la Loire (Tours notamment). De même, lorsqu’il y a conquête, comme en Espagne entre 711 et 720, l’entreprise obéit moins à des motifs religieux qu’à des impératifs militaires. Trop peu nombreuses, les troupes musulmanes, épargnent les églises (non par tolérance, mais par intérêt) et n’hésitent pas à s’allier avec des aristocrates chrétiens locaux.

Crédits Bruno Bartkowiak et Léa Hermenault

Crédits Bruno Bartkowiak et Léa Hermenault

Par crainte des velléités conquérantes de Charles Martel, le patrice Mauronte de Provence appelle ainsi à l’aide l’émir de Cordoue, accueillant à Avignon des troupes musulmanes en 737. Plus tard, Charlemagne et Pépin le Bref entretiendront les meilleurs rapports avec les califes abbassides de Bagdad pour contrer leurs adversaires communs de Cordoue et de Constantinople.

De tels rapprochements sont possibles parce qu’il n’est pas question, au VIIIe et au IXe siècle, de guerre de religion ou de jihad. Méconnaissant totalement les pratiques et les dogmes de l’islam, les chrétiens latins considèrent ainsi les musulmans comme de simples païens, à l’instar des populations germaniques et nordiques. Au moins jusqu’au XIVe siècle, les chroniqueurs n’hésitent pas à attribuer à toutes ces populations le terme générique de « sarrasins ».

De leur côté, les musulmans préfèrent le plus souvent laisser les chrétiens vivant dans le califat pratiquer leur religion : ces populations paient un impôt spécial et leur assure une rentrée fiscale supplémentaire. D’ailleurs, il est frappant de constater que l’auteur mozarabe narrant la bataille de Poitiers dans une chronique écrite vingt ans après les faits peine à définir les camps en présence et n’emploie pas pour cela les termes de « chrétiens » ou de « musulmans ». Il use au contraire de néologisme de son cru, comme « européens » ou de mots vagues, comme « gens du Nord » ou « Arabes ».

La bataille de Poitiers, minimisée puis redécouverte

La bataille de Poitiers ne marque donc pas une étape d’une guerre entre civilisation ou religion. Les contemporains d’ailleurs la classent vite au rang des affrontements secondaires, au profit par exemple de la bataille de Fontenoy-en-Puisaye en 841 qui provoque la partition de l’Empire carolingien. Charles Martel n’est pas plus chanceux. Longtemps associé à un usurpateur organisant un coup de force contre les rois mérovingiens légitimes, il est représenté dès le IXe siècle comme un homme n’hésitant pas à piller les biens de l’Église pour financer ses troupes. Pour ce crime, le maire du palais est souvent dépeint, tout au long du Moyen Âge et bien après, en train de brûler en enfer.

« Bataille de Poitiers », Grandes Chroniques de France, milieu du xive siècle, BL ms. Royal 16 G VI, folio 117 verso

« Bataille de Poitiers », Grandes Chroniques de France, milieu du xive siècle, BL ms. Royal 16 G VI, folio 117 verso

Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que la bataille de Poitiers refasse surface dans les mémoires. Voltaire en tête, les philosophes des Lumières analysent l’histoire comme une succession de civilisations porteuses de progrès. Ils opposent ainsi l’Islam médiéval à un féodalisme occidental perçu comme une société obscurantiste. Aussi regrettent-ils la victoire de Charles Martel qui aurait empêché l’Europe d’accéder aux sciences de l’Orient. Peu après la Révolution française, Chateaubriand s’inscrit en faux et affirme le contraire, notamment dans Le Génie du Christianisme (1802). Pour lui, la victoire de Poitiers a sauvé les mondes des ténèbres de l’islam. Ce propos trouve quelques échos en France, notamment lorsqu’il s’agit de justifier les débuts de la conquête de l’Algérie. C’est en effet dans le courant des années 1830 que le roi Louis-Philippe commande à Carl Von Steuben une peinture consacrée à la bataille – peinture encore aujourd’hui exposée dans la galerie des batailles du château de Versailles.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Mais cette poussée mémorielle n’est que de courte durée. Du Second empire jusqu’au début des années 1980, très peu d’hommes politiques se réclament de Charles Martel (et aucun n’en fait sa référence historique centrale), aucune statue ne lui est consacrée dans les villes de France et aucun roman ne lui est dédié. Dans la conscience historique des Français, le maire du palais passe loin, très loin derrière les figures médiévales de Jeanne d’Arc, saint Louis, Louis XI, du Guesclin ou Clovis. Il n’est même pas présent dans une partie des manuels scolaires (à la différence des personnes suscitées). Le Petit Lavisse, célèbre ouvrage écrit pour les élèves de cours élémentaire, l’ignore. Et, lorsqu’on aborde la bataille de Poitiers, il n’est pas question pour l’école républicaine de lui donner une dimension religieuse ou civilisationnelle. Pour les « hussards noirs de la République » et leur obsession de la défense nationale, Charles Martel n’a fait que repousser une invasion étrangère – comme Vercingétorix.

Nouveaux usages politiques et mémoriels

L’extrême droite française elle-même délaisse pendant longtemps le vainqueur de Poitiers et se consacre à la personne de Jeanne d’Arc à partir du début du XXe siècle. Puis l’amalgame entre la crainte du communisme et la peur d’une vassalisation de l’Europe et de la France par les Etats-Unis, conduit intellectuels et dirigeants d’extrême droite à effectuer un virage à partir des années 1960. Ils cherchent alors dans les régimes nationalistes arabes, mais aussi dans les premiers États islamistes comme l’Iran, des modèles et des alliés. Dans ces conditions, Charles Martel est difficilement mobilisable.

Tout change à partir des années 1990 : la chute du bloc soviétique bouleverse les représentations géopolitiques de nombreux penseurs conservateurs. Analysant les conflits en ex-Yougoslavie comme une nouvelle guerre de religion entre chrétiens et musulmans, Samuel Huntington affirme ainsi qu’après une parenthèse de cinquante ans durant laquelle les idéologies ont dominé la planète, les vieilles civilisations (qu’il assimile à des confessions religieuses) seraient en passe d’entrer en conflit ouvert. Point de départ de sa théorie du choc des civilisations, Huntington fait remonter cet affrontement millénaire à la bataille de Poitiers.

charlie-martel

Détournement de « Je suis Charlie » sur Twitter par les identitaires

Rapidement diffusées, ses théories bouleversent la pensée de l’extrême droite occidentale : abandonnant peu à peu l’antisémitisme et l’anticommunisme qui la cimentaient jadis, elle se refonde en développant un discours islamophobe, aidée en cela par la montée des courants djihadistes. Cette nouvelle culture réactionnaire n’a cette fois aucun mal à trouver en Charles Martel une figure d’identification. Des hommes politiques français, mais aussi suisses, allemands et américains dressent ainsi un parallèle biaisé entre la bataille de Poitiers et la situation contemporaine. Juste après les attentats de Charlie Hebdo, Jean-Marie Le Pen affirme par exemple qu’il est « Charlie Martel ». Mais cet usage dépasse le simple cadre politique. En effet, nombre de personnalités médiatiques se piquant de faire de l’histoire – Franck Ferrand, journaliste à Europe 1 ou l’acteur Lorànt Deutsch – reprennent sans aucune distance critique le récit de l’extrême droite, n’hésitant pas à parler d’une invasion de plusieurs centaines, voir millions d’individus, tout en employant le terme de choc de civilisation.

Cette utilisation mémorielle massive en appelle vite une autre, notamment en France au sein des populations d’origine nord-africaine, qui vise soit à minimiser l’importance de la bataille, soit à affirmer que les quelques soldats de l’émirat de Cordoue brièvement installé dans le sud de la France constituent la première étape de l’immigration actuelle. Plus largement, qualifier un homme politique de « Charles Martel », comme le fait le groupe de rap IAM en 2011 à l’encontre de Jean-François Copé, revient maintenant à l’accuser (à tord ou à raison) d’islamophobie. De leur côté, certaines personnalités de gauche comme Jean-Luc Mélenchon, opposant le mythe au mythe, répètent à l’envi les analyses de Voltaire, affirmant ainsi que la bataille de Poitiers à marqué la défaite de la civilisation face à la barbarie féodale.

Entre ces mémoires vives, le travail de l’historien consiste à dépassionner le débat, afin que chacun comprenne que la situation actuelle n’a rien à voir avec celle du VIIIe siècle. Hélas, la prochaine campagne pour les élections présidentielles risque d’être l’occasion de mésusages forts de l’imagerie de la bataille de Poitiers et de la figure de Charles Martel, notamment par l’extrême droite. Une raison qui justifie, plus que jamais, l’investissement des historiens dans la vie de la Cité, afin de mieux étudier le passé pour en libérer le présent.

Crédits image à la Une : Bonifacio Antoine, Maréchal Paul, Histoire de France. Cours élémentaire et moyen, Hachette, Paris, 1956, p. 13

 


William Blanc et Christophe Naudin

William Blanc (membre correspondant EHESS-GAHOM) et Christophe Naudin (professeur d'histoire-géographie dans le second degré)

More Posts

William Blanc et Christophe Naudin

William Blanc (membre correspondant EHESS-GAHOM) et Christophe Naudin (professeur d'histoire-géographie dans le second degré)

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Frank Corsiglia dit :

    Merci de vos réponses, William Blanc : ces questions de noms de personnes qui se transforment et les langues quotidiennes qu’ils utilisaient dans ces époques intermédiaires m’intéressent et ne sont pas toujours ouvertes dans les travaux historiques !

  2. Frank Corsiglia dit :

    En préambule, comment s’écrivait « Charles Martel  » au 8 éme siècle ou comment pense t on qu’il pouvait s’écrire si l’on a pas de références écrites de cette période ? merci

    • William Blanc dit :

      Bonjour,
      Le surnom « Martel » n’existait pas au VIIIe siècle. Il est apparu progressivement à la fin du IXe siècle (pour des raisons que nous expliquons dans notre livre). De son vivant, Charles était simplement nommé dans les sources (latines) sous le nom de « Carolus », comme le sera d’ailleurs son petit-fils.
      Bien à vous
      William Blanc

      • Frank Corsiglia dit :

        Ok merci : donc quelque part et au moins dans ce cas, on a donc modifié son nom et prénom puisqu’on passe de Carolus à Charles Martel en « francisant le nom » ? un peu comme on est passé de Jehanne d’Arque à Jeanne d’Arc, non ?
        Nb : je ne sais pas qui est le « on » : famille, administration, auteurs, historiens ?

        • William Blanc dit :

          Le « on », ce sont les chroniqueurs (écrivant en latin) qui ont eu besoin, à la fin du IXe siècle, de trouver un moyen de différencier tous les « Charles » (« Carolus ») de la lignée carolingienne. Comme on n’attribuait pas encore de numéro aux souverains (cela ne se fait qu’à partir du XIIIe siècle), les chroniqueurs ont accolé à chaque nom des surnoms (Charles « Martel », puis Charles « magne », puis Charles « le Chauve », « le gros », etc…). La francisation de « Carolus » à « Charles » a eu lieu au XIIIe siècle, lorsque les chroniqueurs ont commencé à écrire en langue vernaculaire.

          • Frank Corsiglia dit :

            Ok c’est très clairement expliqué : à partir de là, et en restant sur le plan européen, peut-on concevoir ou observer que son nom ( le sien ou un autre de la même époque) a pu être italianisé : Carlo Martello par exemple ou bien hispanisé: Carlos Martell juste pour voir la plasticité des noms de famille ?

          • William Blanc dit :

            Oui. Bien sûr. Le nom a été italianisé et hispanisé, mais en partant du modèle latin.

  3. Pierre Cuvelier dit :

    Un grand merci pour cette remise au point rigoureuse. Elle fait visiblement enrager les militants identitaires plus épris de préjugés que d’une vérité historique qui ne les arrange pas. Mais elle montre l’importance, pour les historiens, de mettre leurs recherches à la portée du grand public, afin de l’informer et d’éviter les multiples tentatives de récupérations partisanes.

  4. LECAT dit :

    Toujours la même rengaine de faux historiens et vrais gauchistes, ramant à contre-courant pour tenter désespérément de réécrire l’histoire de France et déboulonner les grandes figures ayant émaillé celle-ci. C’est contre-productif, lassant, et ne manque pas de décrocher quelques rires parmi les plus instruits qui ont cessé de se nourrir à la soupe estampillé Education nationale ou Presse officielle. Bref… pas un historien de renom n’irait se compromettre à entreprendre le démantèlement de Martel auquel se livre cet « article ». Que ne ferait-on pas au nom de l’idéologie prétendument humaniste… Pathétique.

  1. 19/05/2016

    […] La figure de Charles Martel et la bataille de Poitiers opposant en 732 les guerriers du maire du palais franc aux forces de l’émir de Cordoue Abd al-Rahmân sont devenus aujourd’hui un objet historique brûlant.  […]

  2. 23/05/2016

    […] La figure de Charles Martel et la bataille de Poitiers opposant en 732 les guerriers du maire du palais franc aux forces de l’émir de Cordoue Abd al-Rahmân sont devenus aujourd’hui un objet historique…  […]

  3. 03/06/2016

    […] Tout d’abord, le livre lui-même, Charles Martel et la bataille de Poitiers, de l’histoire au mythe identitaire, par William Blanc et Christophe Naudin (Libertalia, 2015) et un article résumant l’analyse des auteurs. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *