Radicalisation et injonctions à l’individualisation

CC Pixabay OpenClipartvectors

CC Pixabay OpenClipartvectors

Les représentations des pratiques médiatiques des jeunes que l’on dit perméables aux formes contemporaines de radicalisation (djihadisme, fusillades dans les écoles, meurtre de masse…) sont régulièrement mises en relation avec les effets que les médias seraient susceptibles de provoquer. Ainsi, la consommation des messages de propagande circulant sur le Web et le danger d’enrôlement via les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, You Tube…) sont mis en avant. Cette manière de voir relève d’une logique des risques, caractéristique de la société contemporaine.

Avec la fin des grands principes organisateurs du social liés à la société industrielle et à l’idéologie du Progrès, le risque devient l’horizon immédiat des perceptions du social. Cette transformation affecte la façon dont l’autonomisation est pensée. L’individualisation, comme injonction vécue de manière collective, fait de l’identité un projet. Celle-ci n’est plus héritée de manière irréfléchie, naturelle ou systématique ; elle devient le fruit du travail réflexif de chacun. L’individu disposerait d’une plus grande indépendance à l’égard des formes traditionnelles – famille, classe, genre – de reproduction de la vie sociale. Le bénéfice immédiat serait l’émancipation, le groupe de prédilection choisi devenant un support de l’expérience individuelle. La contrepartie serait la fatigue d’être soi car la souffrance peut accompagner l’individualité espérée. Dès lors, l’individu sollicité par les institutions devrait prendre en charge sa biographie et fonder le sens de sa propre vie.

Pratiques déviantes et production de soi

Selon cet éclairage, l’investissement dans des pratiques médiatiques déviantes a trait à un travail de production de soi. On entend ainsi prolonger les travaux relatifs à la production des individus, telle qu’elle peut être comprise au travers d’un mouvement pendulaire associant déclin institutionnel et injonction à l’autonomisation subjective. On discernera ici les défis auxquels sont confrontés les internautes étudiés, ceux-là mêmes qui prennent l’espace de la « toile » pour marquer leur différence et développer un réseau de sociabilité autour de la radicalisation.

Le phénomène des school shootings servira d’étude de cas. Columbine, Virginia Tech ou Jokela sont des fusillades scolaires : un élève, après avoir prémédité son passage à l’acte, se rend à son école en vue d’assassiner des personnes à l’aide d’armes à feu, au hasard des cibles. Cette violence rare et spectaculaire sous-tend une médiatisation transmédia internationale, gage d’une publicité extraordinaire pour son auteur.

Bowling for Colombine, Michael Moore, 2002

Bowling for Colombine, Michael Moore, 2002

Pour saisir les ressorts sociologiques de la radicalisation, on s’est s’appuyée sur une ethnographie en ligne réalisée entre 2007 et 2011 ayant permis d’observer les publications numériques des fans sur YouTube – conversations en ligne, profils d’utilisateurs, vidéos. On a aussi récolté les paquets multimédias des tueurs impliqués dans sept fusillades entre 1999 et 2011. La démonstration repose sur l’analyse détaillée des paquets multimédias, d’un peu moins d’une centaine profils d’utilisateurs et de près de deux cent vidéos auto-produites, en plus des données récoltées lors de sessions d’observation directe.

Les ressorts sociologiques de la radicalisation

L’analyse de ce qui fascine dans ces tueries dévoile l’enjeu du recours à Internet : la possibilité́ de sortir de l’isolement, d’un malaise perçu comme personnel et de partager son ressenti par rapport aux épreuves de l’existence avec des jeunes venus de différents horizons. Mais de quoi est fait ce malaise qui conduit à ce type d’engagement ? Certaines vidéos reprennent des thématiques que la discussion autour des school shootings permet d’aborder : l’école, l’autorité parentale, les relations amicales et amoureuses, la mort, les médias, et surtout la marginalité, l’humiliation, la solitude et la souffrance. La contribution sur Internet est l’occasion de mettre en commun des épreuves sociales relatives à l’adolescence et des épreuves individuelles liées à l’expérience de la condition humaine. Le réseau est aussi une source d’empowerment (cf. encadré, article posté sur le web).

« (…) La conscience de soi est une chose merveilleuse, mais elle peut aussi être un fardeau ; cela peut être frustrant de vivre avec la connaissance de la condition humaine parmi tant de personnes inconscientes. Il semble que beaucoup de gens se laissent mener comme des moutons par ce qu’ils trouvent à la mode ou cool. Comment autant de gens peuvent-ils être dupes et vivre cette existence superficielle ? Parce qu’ils ne réfléchissent pas ! La plupart sont trop occupés à poursuivre des objectifs inutiles sans se demander pourquoi ils le font. Bien sûr, si tu remets en question cette manière de vivre, ou si tu te sens attristé par son irrationalité, alors, il y a quelque chose qui ne va pas chez toi ! Tu dois être déprimé ou souffrir d’un ‘trouble de la personnalité’, c’est la réponse de la société. Selon ta personnalité, tu vas ressentir des émotions, des sentiments comme infériorité/supériorité, hostilité, agression, frustration, dépression, détestation de soi ou des autres, pensées suicidaires, envies de tuer. Et c’est normal (…) ».

 

La contribution numérique est une façon de renverser le stigmate : on réclame sa marginalité plutôt que de la subir ; on se définit comme un être hyperclairvoyant, par opposition à la masse des aliéniés par le conformisme. Ainsi, le réseau de sociabilité juvénile devient un moyen de mettre à distance les rôles sociaux imposés afin d’acquérir davantage d’autonomie subjective. Le soutien porté à une forme d’action radicale est un support à l’individuation pour des jeunes, qui indépendamment de leur investissement sur Internet, sont déjà engagés dans une quête de repères et de sens.

Si l’on s’intéresse aux vidéos des tueurs plutôt qu’à celles créées par leurs fans, on constate que l’engagement dans la radicalisation a également trait au processus d’individuation. Le projet de fusillade est ce qui permet le renversement des postures. In fine, il devient le garant de la libération subjective.

Ce constat est manifeste quand on s’intéresse à l’évolution du regard des tueurs entre leur passé et leur avenir (cf. schéma). Leurs mots expriment la domination sociale subie lorsqu’ils portent un regard rétrospectif sur eux-mêmes, leurs expériences et leurs raisons de se radicaliser. Quand ils sont tournés vers leur projet de fusillade, un renversement s’opère : ils deviennent maitres de leur destin.

zefzefezfezfzefezf

Plus exactement, le processus de radicalisation autorise un processus d’individuation posthume rappelant l’« anti-sujet » de Michel Wieviorka : l’autonomisation subjective passe par la destruction, le chaos et la mort. Or cette individuation s’effectue de façon posthume, puisqu’ils se suicident par policier interposé ou se donnent la mort, celle-ci étant l’ultime preuve de l’individualité. Puis, leur individuation est scellée par la célébrité tirée de leurs actes de violence : ils deviennent immortels.

  • Wieviorka M., 2005, Violence, Paris : Balland.

En s’intéressant aux publications numériques créées par les internautes fascinés par le recours à la violence extrême, on retrouve cette problématique de l’autonomie. Alors que l’individualité est une valeur centrale des sociétés démocratiques contemporaines et l’individuation une injonction, la différenciation est devenue la norme. Ces jeunes ne manquent pas de le souligner. L’un des implicites de l’injonction à l’individuation est que la différenciation doit s’exprimer dans la conformité et le respect de l’ordre social. Or ces figures de l’altérité, telles qu’elles sont projetées par les membres du réseau des fans de fusillades scolaires, sont fondées sur le rejet et l’agressivité. Cela peut conduire certains à nourrir une haine sans visage à l’égard d’un Autre relativement indifférencié ou à nier la relation à l’Autre.

Mais au-delà d’un rapport à l’Autre, les limites de l’injonction s’expriment d’abord dans un rapport à soi. La profession de foi en l’individualisme peut se transformer en une croyance aveugle en la toute-puissance de l’individu.

Capture d’écran 2016-05-17 à 11.52.08

Ils prônent la nécessité d’être acteurs de leur propre vie et maitres de leur destin à n’importe quel prix (cf. encadré)

« (…) Je préfère mourrir que trahir mes propres pensées (…) Alors connards, il n’existe pas de ‘monde réel’ ! C’est juste un mot comme justice, désolé, pitié, religion, foi, chance, etc. Nous somme humains. Si nous n’aimons pas quelque chose, nous pouvons le changer. Mais nous ne le faisons pas ; du moins, toi tu ne le fais pas ! Moi, je le ferai. Tu ne fais que pleurnicher/te plaindre, mais tu ne fais jamais rien pour changer quoi que ce soit (…) » (journal d’Eric)

Cette revendication de l’individualisme peut aller jusqu’aux conceptions les plus extrêmes de la puissance de l’individu, amenant à la négation de toute loi sociale ou morale. Cela les conduit non seulement à survaloriser leur pouvoir pour définir leur vie, mais surtout à projeter une définition de soi autoréférentielle.

Le prétexte du politique à des fins identitaires

ekv per,fe^rzo,fpreo

CC Pixabay Geralt

Le processus de radicalisation a moins à voir avec la défense d’un mouvement politique, comme certains le prétendent, qu’avec avec la promesse délivrée par le passage à l’acte : la possibilité de regagner du pouvoir et de s’extraire d’un état de subordination. En ce sens, il s’agit moins de se repositionner sur l’échiquier social en tant que membre d’une sous-culture et de renverser les rôles sociaux entre « perdants » et « gagnants », que d’acquérir de l’autonomie et d’éprouver son individualité en redéfinissant son identité de façon valorisante. Cet enjeu identitaire, inscrit au fondement du processus de radicalisation, est la principale revendication qui transparaît des bricolages audiovisuels et de la manière dont ces tueurs s’approprient les ressorts expressifs des médias participatifs.

Si l’on croise ce travail avec celui déjà publié dans Mondes Sociaux, on peut soutenir l’hypothèse suivante : bien que les médias participatifs renouvèlent les ressources des formes de l’adhésion et de la contestation sociales, ce qui fait la matière même de l’adhésion aux réseaux socio-numériques subversifs relève de l’usage individuant qu’ils en font.

À partir de l’exemple des fusillades dans les écoles, on a montré que : 1) l’engagement dans une forme subversive de réalisation de soi est liée à la promotion de valeurs prescrites et anomiques ; 2) l’emprunt de cette voie est facilité par l’usage des médias participatifs ; 3) la radicalisation ne correspond pas tant à une manière de promouvoir des idéaux ou des aspirations politiques qu’à une façon de glorifier l’individualité, parfois à titre posthume, et d’adresser un message de revanche identitaire à un ennemi imaginaire.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons

Nathalie Paton

UMR 8039 CADIS, CNRS-EHESS, Paris (nathalie.paton@msh-paris.fr)

More Posts - Website

Nathalie Paton

UMR 8039 CADIS, CNRS-EHESS, Paris (nathalie.paton@msh-paris.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/06/2016

    […] Nathalie Paton, « Radicalisation et injonctions à l’individualisation » : https://sms.hypotheses.org/7707 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *