Protéger l’enfance, un enjeu contemporain majeur

CC Pixabay RachelBostwick

CC Pixabay RachelBostwick

En cette période tumultueuse que connaît la France, terre dite de liberté et d’asile pour les exilés et les réfugiés, la réflexion sur la protection de l’enfance revêt une dimension d’autant plus importante que ce sont des milliers d’enfants qui sont concernés. On pense par exemple à ces enfants réfugiés, dans la rue, sans papiers, arrachés à leur terre natale, violemment déracinés, traumatisés par des événements qui les dépassent, à qui l’on fait subir un examen de leur âge osseux pour savoir si leur minorité fera d’eux ou non des enfants en danger et donc des mineurs à protéger. Peu importe que l’examen soit peu fiable – la science médicale le reconnaît de longue date depuis que la procédure a été appliquée il y a quelques années déjà aux Roms ; il est pris en compte comme une preuve irréfutable de mensonges ou de fausses déclarations.

Quelle place prennent les acteurs institutionnels et politiques quand ils réalisent des actions qui vont à l’encontre de la protection de l’enfance, de la re-connaissance du traumatisme de l’exil ? Qui recueille la parole de ces enfants, qui s’en soucie ? Telles sont quelques questions, parmi bien d’autres, que pose un ouvrage récent dédié à la protection de l’enfance, sujet hélas inépuisé tant au Québec qu’en France, pays qui ont servi de cadre à un partenariat scientifique.

  • Lacharité C., Sellenet C., Chamberland C., dirs, La protection de l’enfance – La parole des enfants et des parents, Montréal : Presses de l’Université de Montréal.

Des objectifs ambitieux

Dense est un mot faible pour rendre compte de la complexité de cet ouvrage. Interrogatif, se voulant résolument réflexif, mettant en avant les compromis voire les compromissions et les doutes, il interroge tout chercheur, et au-delà tout professionnel ou citoyen qui fait sienne la problématique de la protection de l’enfance.

CC Patrick Mignard

CC Patrick Mignard

Faire émerger les voies chuchotées, affaiblies par les rapports de domination, anéanties par la vindicte, réduites au silence, oubliées parce que dérangeantes… tel est le premier objectif de cet ouvrage franco-québecois. Un exercice qui se veut résolument collectif. Preuve en est le nombre de contributions proposées, elles-mêmes rédigées à plusieurs. C’est dire qu’un nombre considérable de chercheurs ont participé au maillage et que cette note ne pourra dresser un panorama exhaustif. Elle se contentera de souligner les points forts et les débats soulevés.

Le second objectif est de présenter plusieurs travaux de recherche, puis d’analyser leurs méthodes, voire les pratiques des chercheurs. Car la protection de l’enfance, est – y compris pour le chercheur – un « terrain miné » par nos représentations, nos idéologies, nos compassions, nos fausses empathies…

Des enjeux à prendre au sérieux

Fotolia_68217616_XS

Tous droits réservés Traduction anglais-russe

Les auteurs décomptent sept enjeux. Le premier, et non des moindres, renvoie à l’éthique dès lors que des chercheurs, avec leur protocole, leurs théories, leur méthodologie examinent (ou croient examiner) les enfants et les parents relevant de la protection de l’enfance, objets d’interventions sociales et judiciaires. C’est surtout la première partie de l’ouvrage qui se centre sur cet enjeu majeur, même s’il est en filigrane de plusieurs travaux.

Le second est identitaire et demande de répondre à une question apparemment simple : même bien intentionné, qui est donc ce chercheur qui se préoccupe de la protection de l’enfance ? En quoi est-il au centre de jeux et d’enjeux de pouvoir ? Quelle forme de toute puissance convoque-t-il dans ses recherches ? Qui produit le sens des récits et des biographies qu’il construit et qu’il présente ?

L’enjeu méthodologique lui succède et interroge, à juste titre, le sujet – enfant et parent – de la recherche, celui qui se dévoile, qui s’expose à travers l’investigation des chercheurs. Que devient-il ensuite dans l’étude de verbatims , catégorisés, fragmentés, épurés, passés à la moulinette des logiciels d’analyse textuelle ? Qu’advient-il quand les chercheurs reviennent dans le confort de leur laboratoire pour analyser leurs résultats, loin de cet autrui qui s’est dévoilé, mis à nu, exposé ? Quelle cohésion reste-t-il des entretiens et des récits de vie quand ils se propose d’y mêler la leur ?

Viennent ensuite les enjeux plus spécifiquement institutionnels et politiques. Ce rendre compte, ou si l’on préfère, cette restitution que les chercheurs doivent réaliser à la fin du travail de recherche : « rapport terminal » à produire, publications dans des revues et ouvrages scientifiques, et communications dans des colloques et congrès. Pour qui ? Comment ? Pourquoi et pour quel futur : seront-ils remisés dans les placards poussiéreux d’une administration ? Ou feront-ils la Une des médias dans la société du spectacle de la misère…

CC Youtube Hygiène Mentale

CC Youtube Hygiène Mentale

Pour autant, sans être ni dupes, ni crédules, même en se donnant la bonne conscience de chercheurs qui « pensent », ils doivent faire avancer les connaissances dans tous les domaines, qu’ils soient sensibles ou non. Et ce, dans le respect de l’autre, quels que soient son identité et son statut, pour que cet autre soit respecté dans sa différence. C’est dans l’éthique qu’ils doivent inscrire la restitution de leur travail. Non pas dans les pages qu’ils vont rédiger que dans une place identifiée, mûrement prise en compte, dans une posture réflexive et sensible. Sans doute est-ce pour cette raison que le dernier enjeu se veut réflexif, au sens fort du terme. Il demande de la mise à distance de soi, des pratiques professionnelles, des représentations, des savoirs, pour que la complexité chère à Edgar Morin puisse être le garant, le ferment des productions scientifiques.

Quid de la place de la grossesse dans la protection de l’enfance ?

On regrettera toutefois que la question de la grossesse, autrement dit de l’ante, per- et post-natal précoce ait été quelque peu négligée. L’enjeu de la prévention se situe à ce croisement singulier d’un désir d’enfant, d’un projet d’enfant à venir et d’un environnement complexe qui peut rendre la parentalité vulnérable. Et qui peut induire des fonctions altérées lors des interactions précoces nourrissons/parents dont on sait l’impact sur le devenir de l’enfant et en réciprocité sur la paternalité et la maternalité.

CC Pixabay Kaz

CC Pixabay Kaz

Si des moyens suffisants, réfléchis, en adéquation avec les besoins des familles étaient mis à disposition des acteurs de terrain, combien de situations défavorables au bien-être des familles pourrait-on éviter, dans l’ici et maintenant et dans les parcours de vie ? La protection de l’enfance ne trouverait-elle pas avantage à se déployer avec force dans cette période sensible ? à se saisir de ce moment opportun pour être au plus près des familles, de leurs besoins, de leurs préoccupations, de leurs peurs et angoisses, de leurs vécus douloureux ? à s’y ajuster sans discrimination, sans préjugés, avec empathie au sens noble du terme ?

Au fil de la lecture de cet ouvrage transdisciplinaire, apparaissent en filigrane les modalités fort différentes d’aborder la recherche dans les deux pays. Si au Québec, la recherche semble bien ancrée au sein des structures qui accueillent et prennent soin des enfants et des familles de façon coordonné et conjointe, les modalités françaises ne sont que balbutiantes. Les chercheurs partent à la conquête du terrain en espérant qu’il s’ouvre à leurs perspectives, se voient parfois refuser l’accès aux structures soit en raison d’un surcroît de travail, soit par une volonté politique, soit par méfiance. Il est vrai que la recherche-action, la recherche appliquée n’ont pas le vent en poupe dans notre pays, et que les acteurs de terrain ont de longue date été sous-estimés par les chercheurs, pour ne pas dire méprisés.

Enfin, pour conclure sont convoqués trois processus : identitaire, statutaire et interpersonnel, interdépendants les uns des autres. Cette identification permettra sans aucun doute de poursuivre le débat salutaire engagé dans cet ouvrage collectif, pour lequel le terme « engagement » prend non seulement une dimension scientifique, mais aussi politique et citoyenne. N’est-ce pas l’objectif premier dans nos métiers que d’être avant tout un chercheur citoyen et d’être sensibilisé à la fonction de nos savoirs produits ? Et, in fine, dans ce don de soi, au travers de ces narrations de parcours de vie, d’histoire d’enfants et d’adultes de la protection de l’enfance, nous chercheurs, ne sommes-nous pas toujours en dette ?

Crédits image à la Une : CC Pixabay Unspalsh

Chantal Zaouche-Gaudron

LISST-Cers (chantal.zaouche@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Chantal Zaouche-Gaudron

LISST-Cers (chantal.zaouche@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/06/2016

    […] En cette période tumultueuse que connaît la France, terre dite de liberté et d’asile pour les exilés et les réfugiés, la réflexion sur la protection de l’enfance revêt une dimension d’autant plus importante que ce sont des milliers d’enfants qui sont concernés.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *