Politique et Internet : une citoyenneté renouvelée ?

CC Youtube Guillaume CABIOC'H

CC Youtube Guillaume CABIOC’H

La contribution du numérique au fonctionnement des régimes démocratiques est régulièrement mise en question, qu’il s’agisse de faire sa critique ou de faire perdurer son existence, en améliorant l’expression et la participation citoyennes. On assiste à un foisonnement d’initiatives démocratiques portées tantôt par des institutions, tantôt par des citoyens, de manière individuelle ou collective. Par exemple, si le « projet de loi El Khomri » (appelé aussi « Projet de loi Travail ») a suscité au printemps 2016 des mécontentements manifestés notamment par voie et/ou voix numérique, celui d’Axelle Lemaire, Secrétaire d’Etat chargée du Numérique, relatif à la « République numérique » a bénéficié de contributions postées par les internautes sur une plateforme dédiée à la consultation, puisque cinq nouveaux articles ont été rajoutés.

Dans le même temps, des mouvements se structurent en faisant des outils numériques des instruments d’un renouveau démocratique ou d’une autre manière de faire de la politique. On pense aux Indignés, ou à La Nuit Debout. Il y a aussi le Parti Pirate et son concept de « démocratie liquide » appuyé par des wikis  ; mais ses objectifs peinent à se concrétiser, car ils sont menacés autant par une institutionnalisation, délétère pour ses principes fondateurs, que par la faiblesse de l’institutionnalisation. Plus récemment, le collectif #mavoix envisage de renouer avec la pratique du mandat impératif – dans ses choix, l’élu serait obligatoirement tenu par les votes de ses électeurs – dont le vote électronique permettrait l’effectivité à grande échelle.

Au-delà de ces exemples que l’on pourrait multiplier, et qui illustrent le caractère hétérogène de ces initiatives, qu’est-ce que cela implique pour les chercheurs, de s’intéresser au rapport politique/numérique, ou plus précisément aux possibles effets démocratiques d’Internet ?

De l’utopie au désenchantement ?

Il faut d’abord rappeler que l’apparition de la plupart des techniques de communication s’est accompagnée de discours utopiques sur une possible revitalisation de l’espace public et de la démocratie, par exemple à travers la création de communautés permettant aux citoyens de débattre et décider collectivement de leur destin.

CC Youtube Démocratie Ouverte

CC Youtube Démocratie Ouverte

A ces utopies originelles, se sont rapidement opposées des recherches empiriques démontrant de manière moins enthousiaste le maintien, voire le renforcement, des inégalités et des positions dominantes dans le champ politique : les jeunes, les immigrés, les pauvres sont généralement absents des instances traditionnelles de la participation politique, et ils ne sont pas davantage audibles dans l’espace numérique lorsqu’il est piloté par les autorités institutionnelles. Mieux encore, les individus les mieux armés politiquement car détenteurs d’un fort capital social et culturel leur assurant un sentiment de compétence sont ceux qui tirent le plus grand profit des ressources informatives et des possibilités d’expression promises par le réseau.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

D’autres travaux ont montré que les Etats les moins enclins à favoriser la liberté d’expression utilisent les réseaux numériques pour mieux contrôler leurs ressortissants ; mais aussi que les Etats démocratiques ne se privent pas d’opérer la surveillance massive de leurs citoyens arguant de la nécessité d’assurer leur sécurité.

Pourtant, d’autres observations tempèrent ce désenchantement en mettant en évidence des phénomènes tels que la coordination de publics disséminés géographiquement, facilitant des mobilisations de grande ampleur : mouvements altermondialistes (début des années 2000), contestations des pouvoirs en place dans les pays arabes (début des années 2010).

Dès lors, vont se dessiner un ensemble de controverses quant à la réalité des apports du Web au renouvellement de pratiques démocratiques au sein de systèmes représentatifs dont on s’accorde à constater l’essoufflement.

Sur et sous quelques controverses

Nombre de débats ne sont pas tranchés. Par exemple, est-ce que l’ouverture des données que pratiquent les administrations publiques dans certains pays favorise la transparence de la vie politique, sape la confiance dans les institutions, ou contribue à ancrer davantage les services publics dans une logique néolibérale de management à travers la délégation à des acteurs privés de la prise en charge de services d’intérêt général ? Cette question se pose pour la France qui a récemment adhéré à l’Open government partnership  qui promeut la transparence, la participation, la collaboration, l’accountability ou redevabilité des élus.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Autre question : les nouvelles possibilités d’expression encadrées ou non par les acteurs majeurs du système représentatif (dont les partis politiques) permettent-elles d’inclure les populations désaffiliées de la politique ? Les réponses sont contrastées selon les terrains explorés. Nous avons pu montrer dans une enquête menée auprès d’un public impliqué dans la campagne présidentielle en ligne de 2012, que les jeunes participent davantage que les autres catégories d’âge et que l’engagement politique sur Internet et les réseaux socio-numériques (Twitter, Facebook…) est le plus souvent associé à un engagement politique sur le terrain. En revanche, les outils comme les pétitions en ligne tendent plutôt à la reproduction des hiérarchies hors ligne.

Ces recherches montrent les difficultés de généralisation quant aux répercussions des technologies invitent à ne pas considérer Internet comme un bloc homogène, mais plutôt comme un ensemble d’activités susceptibles d’engendrer des effets différenciés.

C’est ainsi que notre étude d’un débat sur une usine de retraitement des déchets organisé à la fois en ligne et hors ligne par la Commission Nationale du Débat Public a montré que les participants mobilisent davantage, sur la plateforme en ligne, le bien commun comme horizon normatif de leur argumentation que lors des réunions publiques. Dit autrement, les registres argumentatifs sur lesquels s’appuient les citoyens pour faire valoir leur point de vue diffèrent selon les arènes dans lesquelles ils se déploient et, plus encore, selon les diverses fonctionnalités de la plateforme considérée : un blog n’est pas investi de la même manière qu’un système de questions-réponses ou un wiki. En réalité, la participation est encodée dans le dispositif qui ne matérialise pas uniquement les intentions de ses promoteurs, mais aussi et surtout des possibilités et des formats d’action et d’interaction qui peuvent parfois aller à l’encontre des conceptions de la citoyenneté de ceux auxquels le dispositif s’adresse.

Parallèlement, divers modèles théoriques ont été mobilisés ou élaborés pour rendre compte des phénomènes politiques en ligne. Ainsi, nous avons pu constater il y a quelques années, l’impuissance du modèle de la délibération développé par Jürgen Habermas, à rendre compte des discussions politiques en ligne – sur les forums notamment – et de la diversification des figures de la citoyenneté numérique.

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Pour certains, Internet permettrait l’épanouissement d’un citoyen vigilant qui, notamment grâce aux réseaux socio-numériques, scannerait son environnement numérique et serait prompt à y déceler une cause à défendre, une mobilisation à initier ou à rejoindre. Pour d’autres, Internet constituerait un terreau fertile pour l’émergence d’une citoyenneté insurrectionnelle, subvertissant les acceptions traditionnelles de la citoyenneté en opérant en dehors des voies institutionnelles, voire dans l’illégalité. A ces figures valeureuses s’opposerait le citoyen paresseux, dénoncé par ceux qui déplorent l’activisme mou (slacktivism) auquel donnerait lieu l’usage du Web.

Pour le courant des Digital Humanities , la compréhension du monde social passe par la maîtrise de l’informatique et des opérations de codage. Dès lors, effectuer des travaux sur les phénomènes de politique en ligne nécessiterait de faire appel à des techniques d’investigation (data, text mining,…) jusqu’ici étrangères au champ des sciences sociales : comment, par exemple, analyser les milliers de tweets suscités par une manifestation dans l’espace public ? Les grandes masses de données générées par les pratiques du Web sont des matériaux tentants pour l’analyste qui cherche à appréhender les ressorts de l’action politique. Pourtant, le chercheur doit se méfier de « la croyance largement répandue que de grands ensembles de données offrent une forme plus élevée d’intelligence et de savoir qui peut générer des idées auparavant impossibles, avec une aura de vérité, d’objectivité et d’exactitude » (Boyd, Crawford, 2012). Surtout, les technologies informatiques et logicielles retenues pour l’analyse ne sont ni neutres, ni dissociables de choix théoriques quant à la manière d’envisager l’appréhension du monde politique et social.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Shahzairul

Stéphanie Wojcik

Université Paris Est Créteil – CEDITEC (stephanie.wojcik@u-pec.fr)

More Posts - Website

Stéphanie Wojcik

Université Paris Est Créteil – CEDITEC (stephanie.wojcik@u-pec.fr)

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. 02/06/2016

    […] RT @s_fredriksson: Politique et Internet : une citoyenneté renouvelée ? par Stéphanie Wojcik – 01/06/2016 https://t.co/SYPMk6vdvv  […]

  2. 02/06/2016

    […] Politique et Internet : une citoyenneté renouvelée ? – Mondes Sociaux. […]

  3. 02/06/2016

    […] 2 juin 2016 Publié dans 2017. Format Format de l’article :Lien Politique et Internet : une citoyenneté renouvelée ? […]

  4. 02/06/2016

    […] Source: Politique et Internet : une citoyenneté renouvelée ? – Mondes Sociaux […]

  5. 03/06/2016

    […] Politique et Internet : une citoyenneté renouvelée ?https://t.co/g5PFfcEaw4  […]

  6. 20/06/2016

    […]   […]

  7. 13/09/2016

    […] Politique et Internet : une citoyenneté renouvelée ? – Mondes Sociaux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *