Quand la rhétorique éclaire les débats sur le nucléaire après Fukushima

CC Flickr 洁伟 王

CC Flickr 洁伟 王

Mes travaux de recherche se situent dans le champ de l’analyse du discours. Plus spécifiquement, ils s’intéressent aux débats de société sous l’angle de l’argumentation et de la rhétorique. Cette approche consiste à analyser les discours qui circulent dans l’espace public pour les visions du monde qu’ils révèlent. J’ai cherché à décrire les grandes visions du monde en confrontation dans l’espace public français contemporain sur la question du nucléaire civil après la « catastrophe de Fukushima ».

Cette manière d’aborder les débats de société n’a pas qu’un intérêt scientifique. Elle a aussi un intérêt citoyen car elle permet de poser un regard analytique et critique sur les controverses en interrogeant les conceptions du monde implicites mobilisées par les diverses prises de position.

  • Carbou G., 2015, Les médiations symboliques à l’oeuvre dans les débats de société : l’exemple du nucléaire après Fukushima dans les commentaires d’actualité sur le Web, Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, LERASS, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès.

L’éclairage rhétorique

Les controverses sont généralement analysées d’un point de vue politique, historique, ou encore sociologique. On cherche alors à comprendre les stratégies derrière les prises de position, à expliquer la force de certains arguments en fonction des collectifs qui les portent ou bien à corréler opinions et données sociodémographiques. Ces différents regards sont bien évidemment nécessaires, mais ils ne permettent pas de comprendre dans le détail les idées et les positions dans les débats. Or c’est précisément l’objectif de l’analyse rhétorique des discours.

rhétoriqueLe terme « rhétorique » n’a généralement pas bonne presse : au mieux, il renvoie à un enseignement suranné de l’art oratoire et à une liste de quelques figures stylistiques ; au pire, il condamne la verbosité, la vacuité, voire la tromperie d’un propos. Ce n’est cependant dans aucun de ces deux sens que nous employons ce terme, mais dans celui que donne Chaïm Perelman dans sa « nouvelle rhétorique » : l’étude des idées qui circulent dans la société sous l’angle de l’argumentation. Autrement dit, il s’agit de s’intéresser véritablement aux idées qui sont exprimées dans un débat, de les observer en détail, de tirer les conséquences de chacune, d’interroger précisément leurs divergences et leurs incompatibilités. Il s’agit également de questionner les « visions du monde » qui sont forcément exprimées en filigrane des discours. En effet, toute prise de parole fait fond sur un certain univers de sens : affirmer « être contre le nucléaire, c’est être contre le progrès », c’est mobiliser une certaine conception du progrès en y associant la technologie nucléaire et en en faisant un idéal civilisationnel ; de même, voir dans Fukushima une « vengeance de la Nature », c’est postuler l’existence de forces supérieures qui président au destin du monde.

On notera qu’adopter ce regard sur un débat de société implique de se refuser à émettre quelque hypothèse que ce soit sur les motivations de celles et ceux qui débattent. Peu importe si les gens pensent ce qu’ils disent ou non, s’ils sont hypocrites ou francs, s’ils défendent des intérêts privés ou une cause collective. Seule la manière dont ils se justifient fait l’objet de l’analyse. Que l’on soit sincère ou non, on présente toujours des « bonnes raisons » pour soutenir ses prises de position, et ce sont ces bonnes raisons qui intéressent la rhétorique telle qu’elle est entendue ici.

Ainsi, l’analyse rhétorique des débats permet d’observer les raisonnements et les univers de sens qui, à un moment donné et sur un sujet donné, apparaissent comme valables pour les individus qui les utilisent. Cette démarche présente un double intérêt. D’une part, elle offre une clé de compréhension de certains désaccords : des individus mobilisant des univers de sens différents ne peuvent s’accorder. D’autre part, elle rend explicites les univers souvent inconsciemment convoqués. Cette mise au jour permet alors de poser un regard véritablement critique sur les questions de société en invitant les individus à prendre conscience des fondements de leurs opinions politiques.

Dans le cadre de cette recherche, cette démarche a conduit à délimiter sept grands modes d’appréhension de la question nucléaire après Fukushima à partir de l’analyse d’un corpus de commentaires d’actualité produits par des internautes sur divers sites de presse en ligne. Trois seront présentés ici à titre d’illustration.

CC Youtube Fukushima Disaster The Details - by JMA

CC Youtube Fukushima Disaster The Details – by JMA

Les visions du monde en confrontation après Fukushima

Le mode d’appréhension mystique est très répandu après Fukushima. Il consiste à penser, plus ou moins sérieusement, que l’accident est une sorte de punition envoyée par « Dame Nature » pour sanctionner la vanité des humains, ces apprentis-sorciers qui se prennent pour Dieu avec une technologie qu’ils ne maîtrisent pas. Exprimée ainsi, l’idée peut paraître particulièrement ésotérique, mais sa présence dans les mentalités collectives est extrêmement forte, sous des formes plus ou moins saillantes. Ainsi, sans aller jusqu’à affirmer l’existence d’une force supérieure qui jugerait les actions de l’humanité, nombreux sont les internautes à voir dans Fukushima un « juste retour des choses » ou un « avertissement ».

CC Flickr OpenClipartVectors

CC Flickr OpenClipartVectors

Cette appréhension du monde tend également à tenir les émotions, surtout lorsqu’elles sont fortes, pour des raisons valables d’agir dans le monde. L’horreur suscitée par la radioactivité, synonyme de cancer, ou l’effroi provoqué par les « mutations » qui peuvent en résulter, apparaissent donc comme des arguments probants pour rejeter le nucléaire. Et ce même face aux discours techniques, plus rationnels, qui assurent que ces peurs sont infondées ou exagérées : « je me moque de vos systèmes de sécurité : j’ai peur » peut-on ainsi lire dans les débats.

On comprend que cette manière de saisir l’événement s’oppose radicalement au mode d’appréhension que l’on peut appeler « managérial » qui se réclame d’un pragmatisme radical. Il s’agit de penser en gestionnaire, c’est-à-dire de réaliser des calculs coûts/bénéfices en vue d’atteindre des objectifs clairement déterminés, si possible chiffrés. Si l’on doit décider du meilleur mode de production d’énergie, alors il faut opérer des comparaisons logiques et des calculs rationnels : qui du nucléaire, de l’éolien ou du thermique coûte le moins cher, ou entraîne le plus de décès, par kWh produit ? Seules les réponses à ce type de questions permettent de prendre des décisions objectives.

Une autre grande spécificité managériale est l’attrait pour la « puissance » : le grand, le rapide, le productif, l’optimisé, l’amélioration perpétuelle sont des caractéristiques hautement valorisées. La vision managériale n’est ainsi pas insensible aux charmes du nucléaire, symbole de la victoire du génie humain contre la force brute de la nature. Dans le même esprit, le « progrès », souvent assimilé à l’innovation technologique, est considéré comme le Graal de l’humanité. On comprend que, de ce point de vue, toute lutte contre le nucléaire soit un obsolète « retour à la bougie ».

BOUGIE

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La bougie, justement, le mode d’appréhension que nous dirons « décroissant » ne la voit pas d’un si mauvais œil. Cette posture, parfois coupable d’idéalisation du passé, est celle de la recherche du « strict nécessaire », du raisonnable, de la mesure. Ayant en horreur le « trop », elle s’oppose frontalement à la quasi-totalité du mode d’appréhension managérial : sa constante recherche du progrès, de la puissance, de l’agrandissement lui parait aussi vaine que dangereuse. De la même manière, les calculs managériaux sont vus comme d’absurdes réductions : compter le nombre de morts pour choisir son mode de production d’énergie, quelle drôle – et sombre – idée ! Du point de vue décroissant, tout est « épais » dans le monde, rien n’est vraiment comparable car tout est singulier. Aussi, n’opposer des modes de production complexes que sur la base d’un nombre de morts ou d’un coût de production lui semble tout bonnement insensé. Le mode d’appréhension décroissant a, au fond, quelque chose de romantique. De ce point de vue, le nucléaire lui apparaît comme une démesure bien éloignée de son idéal de simplicité et marque un monde technologique par là-même désenchanté, déshumanisé, artificiel.

Pour compliquer l’affaire : nous sommes tous un peu mystiques…

CC Pixabay bykst

CC Pixabay bykst

Ainsi, l’approche rhétorique donne à voir ces fragments de mondes qui sont en permanence mobilisés dans les débats sur le nucléaire : se dire que l’on est bien petit face aux colères de la nature fait fond sur une pensée mystique ; remarquer que l’automobile fait plus de morts que le nucléaire, c’est développer un raisonnement managérial ; se dire que l’on n’a peut-être pas besoin de toute cette électricité convoque le monde décroissant, etc. Rattacher ces différentes idées à leur monde d’origine permet d’explorer leurs implications et de se demander si l’on souscrit véritablement à leurs présupposés. Ce regard invite également à une certaine forme d’empathie dans l’interaction, puisque des propos qui nous paraissent a priori absurdes peuvent prendre sens lorsque l’on reconstruit l’univers global dont ils proviennent.

L’analyse rhétorique vise ainsi à rendre les humains conscients de leurs propres mythes, de ces formes culturelles qui régissent en sous-main leurs raisonnements. Libre à eux, ensuite, à la lumière de cette maïeutique, de confirmer leurs opinions ou de les remettre en cause, mais dans un cadre tout autre : celui où l’on comprend l’autre et où l’on se comprend soi-même.

Cependant, un élément vient compliquer la délibération et le positionnement dans les débats de société : ces modes d’appréhension que nous avons décrits ne sont pas propres à des individus particuliers. Au contraire, ils sont notre patrimoine culturel commun. Cela signifie que toutes celles et ceux qui vivent dans notre espace public sont, à leur corps défendant et depuis leur naissance, baignés dans ces diverses manières de croire, de voir, de penser. Par conséquent, malgré leurs incompatibilités, chacune des façons de raisonner que nous avons esquissées peuvent, à un moment ou à un autre, apparaître convaincantes à chacun de nous. Ainsi, les plus rationalistes se prennent parfois à des formes légères de superstition, et les plus illuminés ne sont jamais totalement irrationnels. Autant dire que pour se mettre d’accord avec les autres, il faut d’abord parvenir à se mettre d’accord avec soi-même. Ce qui, finalement, est peut-être encore plus compliqué !

 

Crédits image à la Une : CCI Flickr AEA Imagebank


Guillaume Carbou

SPH, universités de Bordeaux et Bordeaux Montaigne (guillaume.carbou@gmail.com)

More Posts - Website

Guillaume Carbou

SPH, universités de Bordeaux et Bordeaux Montaigne (guillaume.carbou@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *