Les pétitions politiques en ligne

CC massimo ankor

CC massimo ankor

Les pratiques de pétitionnement connaissent un renouvellement, en lien avec le développement de l’Internet grand public, mais aussi avec l’évolution des modes d’expression des mouvements sociaux et au-delà, des formes d’expression politique.

En effet, plusieurs milliers de pétitions françaises circulent ou ont circulé sur la Toile, beaucoup ayant une dimension politique revendiquée ou implicite. Des sites de pétition en ligne sont apparus, offrant gratuitement aux acteurs sociaux individuels et collectifs la possibilité, grâce à des logiciels libres, de créer, gérer et faire circuler leurs pétitions, sans oublier les outils permettant d’installer soi-même une pétition sur son site ou sur les réseaux sociaux. Ainsi, tout semble en place pour que la pratique de la signature en ligne fasse partie des répertoires de mobilisation contemporains.

Prendre la pétition au sérieux

Pour autant, la pétition électronique n’est guère un objet d’étude pour les SHS françaises. Et quand elle est abordée, les chercheurs lui prêtent souvent une attention oblique, leur regard se focalisant soit sur des objets plus vastes et plus nobles comme les mouvements sociaux, les mobilisations ou l’engagement politique, soit sur d’autres modes d’action, comme la manifestation, plus visibles et plus médiatiques.

Mobilisons

Affiche s.l. n.d., auteur inconnu

Quelques chercheurs toulousains ont pris la pétition au sérieux en la constituant en objet central de recherche. Sur le plan théorique, ils ont combiné les perspectives sociologiques sur l’étude du pétitionnement développées par Jean-Gabriel Contamin (2001) avec des recherches multidiciplinaires que l’on croise rarement et qui portent principalement sur :

  • les mouvements sociaux, les mobilisations, les répertoires d’action, l’engagement
  • les discours politiques
  • le débat public
  • l’Internet (usages sociaux, formes de sociabilité, analyse de sites…).

De façon plus précise, la pétition est saisie en elle-même et comme analyseur pertinent de dynamiques sociales complexes dans lesquelles elle s’insère. Cela revient, d’une part, à déplacer en partie le regard de ce qu’elle énonce vers les conditions de l’énonciation, les « outils » (appel, site, liens…) de l’énonciation, puis de ses fonctions (à quoi sert-elle ?) vers ses usages (qui s’en sert ? pourquoi et comment s’en sert-on ?) ; d’autre part, à mettre en perspective chaque pétition étudiée avec les représentations, discours et pratiques des « entrepreneurs de pétition » qui l’initient, de ceux qui la relaient (agences de presse, médias, organisations, blogueurs…) jouant le rôle de médiateurs, des « anonymes » qui la signent et qui peuvent aussi la « médiater » en la faisant à leur tour circuler, mais aussi d’autres acteurs sociaux qui utilisent le même répertoire d’action dans d’autres contextes sociaux, spatiaux et temporels.

une_e-petition_100909

Détail affiche s.l. n.d., auteur inconnu

Puisqu’elle est multiple, l’énonciation est polyphonique : si une pétition entend exprimer une voix dominante proposant des cadres pour l’interprétation et pour l’action, elle est aussi co-construite par plusieurs voix parlant de « lieux » différents et qui ne sont pas toujours concordantes avant et après la mise en ligne.

Ainsi, prendre la pétition au sérieux ne signifie pas la traiter pour elle-même, mais pour ce qu’elle révèle du fonctionnement de la société politique, et derrière elle, de la société civile.

De quelques thématiques

Le site : en tant que dispositif de communication ayant une dimension socio-technique, un site de pétition n’est pas seulement lisible à travers sa configuration technique, son ergonomie, ses fonctions utiles, son visuel et ses contenus. Il est aussi chargé de signes et donc de sens. Il parle et il met en scène, tout en cherchant à enrôler le visiteur. En même temps, il s’inscrit au sein des discours de ceux qui le conçoivent (entrepreneurs de pétitions), de ceux qui le légitiment (personnalités) et de ceux avec lesquels il est mis en relation (médias, organisations, blogueurs, signataires anonymes). Bref, il montre, fait et veut faire faire.

Affiche de campagne PCF-Front de Gauche

Affiche de campagne PCF-Front de Gauche

L’appel : il peut être considéré comme une forme particulière de discours instituant destiné à des publics relativement larges et hétérogènes. Dès lors, il porte en lui non seulement une parole « officielle » fortement affirmée, mais encore les traces de polémiques avec les adversaires et les alliés, et parfois de façon euphémisée, de débats et de tensions internes. Il est donc polyphonique. Il peut aussi être interpellé comme un texte composite, voire contradictoire : d’un côté il argumente car toute pétition « proteste » et « revendique », d’un autre, il joue la proximité en s’effaçant en partie derrière ceux qu’il appelle à signer, contribuant ainsi à construire un univers d’évidences et donc à gommer certaines divergences.

Les médiations : les premiers médiateurs sont les « personnalités appelantes ». Pour une personnalité, « donner son nom »  revient à légitimer une pétition, car derrière chaque nom il y a « l’autorité et la notoriété conquises par les œuvres et les actions antérieures » (Duval et al, 1998). Mais donner son nom, c’est aussi faire entendre sa voix. C’est un acte de communication dans l’espace public dont le sens dépend autant du statut de celui qui parle, des dispositifs dans lesquels s’inscrit sa parole, de ce au nom de quoi et de qui (lui-même, une organisation) il parle que de la manière dont sa voix est entendue par les signataires potentiels.

CC Maxime Bonzi

CC Maxime Bonzi

En outre, les pétitions qui marquent l’histoire du pétitionnement et quelquefois des débats publics sont souvent fortement relayées d’abord par les agences de presse, puis par les médias « traditionnels » et plus particulièrement ceux que l’on qualifie « de référence ». Désormais, elles le sont également sur Internet : médias natifs du web, sites d’institutions, blogs, réseaux sociaux, courriels, tchats, ce qui modifie sensiblement les conditions de leur diffusion dans l’espace et le temps mais aussi celles du débat.

Les usages de la signature : bien entendu, la signature est à mettre en relation avec l’objet de la pétition : on signe parce qu’on est d’accord avec ce qu’elle énonce. Mais elle peut aussi être l’occasion de justifier l’engagement, le moduler ou se donner à voir aux autres, ce qui constitue autant de manières de se réapproprier discursivement la pétition pour des usages qui ne sont pas explicitement prévus par les initiateurs. Il suffit d’utiliser les champs « Commentaires » ou « Profession » prévus par le formulaire de signature.

Si nombre de signataires déclinent leur profession, d’autres utilisent le champ pour mettre en visibilité un mandat électif politique, syndical, associatif ; leur nombre peut être important lorsque l’appel émane d’élus ou d’organisations qui ont « pignon sur rue ». Certains mettent en avant un engagement militant, surtout lorsque la pétition porte sur un enjeu de société fort et clivant idéologiquement. D’autres encore relativisent leur engagement (« je signe, mais… »), ou au contraire signifient qu’ils sont personnellement concernés par la cause.

Enfin, le champ « Profession » est régulièrement utilisé pour mentionner des éléments biographiques éloignés de ce qui est demandé, ce qui relève de la « présentation de soi », parce que l’on est visible dans l’espace public et que l’on souhaite s’en prévaloir, ou au contraire, parce que l’on est ectoplasmique et sans voix et que l’on veut se faire remarquer en le faisant remarquer.

Esquisse de typologie des modes de présentation de soi

    • la carte de visite : le signataire ajoute des marques de distinction, brièvement (« normalien, Ulm ») ou non (« universitaire, psychanalyste, anthropologue et directeur de publication »).
    • la référence politique forte : une occurrence fréquente est la citoyenneté, « citoyen(ne) » étant souvent accompagné d’un adjectif signifiant que l’on est fier d’appartenir à la base (« ordinaire », « simple », « lambda »), ou montrant sa détermination (« scandalisé », « en colère », « vigilant »).
    • le slogan décliné sur un mode traditionnel (« liberté, égalité, fraternité »), humoristique (« ni Dieu, ni maîtresse, hélas ! »), politiquement incorrect (« contre les BHListes et finckelkrautiens, le genre humain opposé aux raclures »).
    • la prise de distance : avec la pétition (« je signe, pour rien sans doute ») ou ses initiateurs (« ouvrier, ça va faire chic dans votre liste ») ; avec l’engagement dans une organisation (« désorganisé comme dab ») ou avec la politique politicienne en évoquant une fonction improbable (« futur Président de la république, rien que pour virer l’autre crétin »), ou en se proclamant « sage », « apprenti utopiste ». Et bien sûr, avec soi-même : par rapport au chômage (« riendutoutiste », « branleur », « étudiant perpétuel »), à sa profession, en l’explicitant à travers une faute d’orthographe (« en saignant ») ou un néologisme (« anartiste »), à une situation (« père à temps complet », « ingénieure en maintenance familiale ») ou à une manière d’être (« poétesse des chemins de traverse », « élagueur de conneries»).

Cul de lampe


Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

More Posts

Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. 01/06/2015

    […] Les pétitions politiques en ligne | Mondes Sociaux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *