Shanghai, une vision chinoise de l’Universel

193px-Expo2010.svg

CC Wikimedia Commons

L’Exposition universelle « Shanghai 2010 : Better City, Better Life » a été un rendez-vous clé dans le processus d’urbanisation de la Chine. Ethnographier ce grand rituel fondateur de la modernité chinoise a permis de mettre en évidence les modalités de canalisation des foules urbaines et de positionnement stratégique de la Chine au sein de la globalisation.

Anthropologue du religieux ayant vécu à Shanghai entre 2006 et 2009, le point sur lequel je souhaite insister ici concerne l’usage de conceptions et de pratiques traditionnelles d’aménagement du territoire dans la construction de cette mégapole asiatique autour de laquelle se joue une tentative de recentrement du monde.

Les Voies rapides surélevées : approche rituelle d’un dispositif technologique

Les visiteurs de Shanghai sont bien souvent impressionnés par les quelques 80 km de « Voies rapides surélevées » (gaojia lu) qui sillonnent la métropole. Il s’agit d’un grand équipement construit dans les années 1990 pour structurer la mobilité économique des foules shanghaiennes, plutôt que de chercher, comme durant l’époque maoïste, à les assembler en masses révolutionnaires. Mais, par-delà le symbole de modernité techno-économique qu’il constitue, il est intéressant de repérer que ce dispositif qui façonne les mouvements humains dans la ville reproduit la structure rituelle bimillénaire de la territorialisation impériale : deux axes nord-sud et est-ouest reliant les quatre Orients et structurant des cercles excentriques s’étendant vers les marges (voir la carte).

Cette logique centre-périphérie, qui est l’un des traits caractéristiques des formes impériales de territorialisation, convoque en quelque sorte dans la Shanghai moderne l’antique conception chinoise de la sinisation de « tout ce qui est sous le Ciel » (c’est-à-dire l’empire comme universel), par la transformation de contrées considérées « sauvages » et peuplées de « barbares » en un territoire domestiqué et aménagé par les technologies, le savoir lettré et la bureaucratie urbaine de l’ethnie dominante Han.

iuazbfiueazbfa

Au centre du dispositif des Voies rapides surélevées, un gigantesque échangeur autoroutier jouxtant la Place du Peuple, ce grand jardin public bétonné où se trouve la mairie de Shanghai, son opéra et son musée. Là, un majestueux pilier d’une trentaine de mètres de haut soutient l’échangeur. Quel est le sens de ces bas-reliefs de dragons dorés s’enlaçant autour de lui ? On le sait, les dragons sont les divinités du sol et du cycle hydraulique que les colonisateurs du Sud de la Chine domptaient et inféodaient dans les temps anciens, pour les intégrer à l’espace géographique et rituel de l’Empire, et ce, notamment en les enchaînant à des piliers.

On aurait pu penser que ce symbolisme lié à la géomancie traditionnelle (« art des eaux et des vents », fengshui), aurait été relégué par le développement du savoir scientifique au rang de superstition féodale ou cantonné aux recherches de « vibrations positives » par de naïfs adeptes du new age. Néanmoins, c’est à ce savoir traditionnel d’aménagement du territoire que les citadins de Shanghai se réfèrent aujourd’hui pour s’exprimer sur la construction du « pilier-dragon », axe central des Voies rapides surélevées.

  • Kaltenmark, M., 1948, « Le dompteur des flots », Han Hiue III, Centre d’études sinologiques de Pékin.

Habiter ou exploiter le territoire ?

L’actuelle légende urbaine raconte que, malgré les moyens technologiques et économiques mis en œuvre, les ouvriers du chantier ne furent finalement capables de percer la pierre (les os des dragons) qu’après l’intervention d’un maître de géomancie bouddhiste qui « chassa les dragons » du centre-ville, avant de mourir quelques années plus tard, comme il l’aurait annoncé lors de son action rituelle pour le moins transgressive.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Quel ritualiste se passerait des services de la divinité associée à son rituel ? Cet acte « exorciste » se différencie en effet fortement de la logique de l’« habiter » proposée par le dispositif rituel de la géomancie. Celui-ci consiste habituellement à favoriser la négociation et la conciliation entre les différentes puissances sociales et naturelles, qui forment un lieu à la topographie et aux socialités singulières (nature et culture n’étant pas découplées dans ce contexte).

L’idée que les dragons aient pu être exorcisés nous place à l’inverse dans la logique impérialiste, ou tout au moins top-down, d’imposer un espace ad hoc sur une réalité locale pour en faire un vivier de ressources économiques (terrains à exploiter, travailleurs corvéables). Mais elle souligne aussi la fonction rituelle du dispositif technologique des Voies rapides surélevées, qui consiste à actualiser le principe abstrait et dogmatique de « mobilité économique » dans la mégapole. Corrélativement aux destructions architecturales des vieux quartiers reconvertis en résidences de luxe, magasins ou immeubles de bureaux, un raz de marée centripète de barres de béton permet de reloger en banlieue les populations expulsées du centre ou attirées des zones rurales et des villes secondaires vers la métropole.

La spatialité rituelle des Voies rapides surélevées correspond bien à la purification d’un centre pour des élites politiques et économiques, et au rejet vers la périphérie et l’oubli d’éléments qui, bien qu’indispensables à la vie de la mégapole, sont considérés « impurs ». On peut ainsi entendre au travers de cette rumeur urbaine comment la fondation des Voies rapides surélevées cristallise, au travers de référents traditionnels, les sentiments ambivalents des Shanghaiens : le prix psychique et social à payer pour faire le deuil d’un ordre ancien et d’un enracinement dans le sol et les socialités locales confrontés à un violent désir de faire de Shanghai un modèle de modernité globale.

Le pavillon de la Chine recentre le monde autour de Shanghai

Choisir Shanghai, ville cosmopolite et grand centre économique d’Asie, pour donner à voir une construction toute chinoise de l’Universel, n’était-ce pas une revanche prise sur le colonialisme occidental ? Sur une époque où les concessions internationales de Shanghai (voir la carte) étaient la principale plaque tournante du commerce de l’opium. Le cas de la « Couronne de l’Orient », pavillon de la Chine lors de l’Exposition universelle qui a été reconverti en musée d’art international, invite à penser non seulement le déplacement symbolique du siège du pouvoir chinois de Pékin vers Shanghai, mais plus encore l’ambition des élites chinoises de recentrer le monde autour de cette mégapole.

bkjfznjzefnjzefnojzefboijgrvb

CC Wikimedia Commons Lucia Wang

L’architecture de ce bâtiment prestigieux, étudiée par Aurélie Névot, révèle en effet la mise en scène d’une vision bien chinoise de « l’harmonie universelle ». Ce pavillon, prenant la forme d’un sceau apposé sur le monde, s’est vu peindre d’une couleur « rouge de Chine », aux variantes impériales et communistes, qui invite à analyser la persistance d’intentions bureaucratiques et totalisantes dans l’actuel « socialisme de marché ». Les 56 encorbellements qui soutiennent sa toiture sont encore plus explicites. Ce chiffre correspond au nombre de nationalités-ethniques catégorisées selon des critères staliniens au cours du processus de collectivisation maoïste des années 1950. Il s’agissait alors d’inscrire dans la Constitution comme dans le territoire l’ « État multi-ethnique » qu’est la Chine d’aujourd’hui, et ce, dans le but de maintenir une emprise sur les anciens royaumes voisins soumis au tribut qui en étaient venus à constituer les marges de l’Empire. Une politique de l’ethnicité est donc plus que nécessaire à la Chine pour maintenir un empire colonial qu’elle a constitué « au proche » (comme la Russie), par contraste avec le colonialisme « outre-mer » des Etats-nations occidentaux.

Depuis une vingtaine d’années, l’État-parti s’applique assidument au contrôle des réseaux par l’imaginaire culturel et touristique. Il suffit pour s’en convaincre d’avoir visité l’Exposition universelle ou la myriade de grands temples patrimonialisés et de sites touristiques qui jalonnent son territoire. Hypermodernité et « culture multi-millénaire » s’y conjuguent pour construire une légitimité politique par le plaisir, et pour étendre une influence internationale par un certain soft power (médecine chinoise, fengshui, taiji, instituts Confucius, nouvelles spiritualités…). En ces domaines, la fantasmagorie peut avoir les conséquences les plus concrètes. Prenant acte du poids croissant de la Chine sur la scène internationale, il s’agit donc de ne pas se cantonner aux données économiques et politiques, pour se pencher sur les modes de participation de l’altérité culturelle chinoise à la globalisation. C’est dans ce but que nous avons porté ici un regard sur la production chinoise de l’espace, qui propose aussi bien des manières d’habiter un territoire par la conciliation, que de le soumettre et de l’exploiter comme ressource.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Shanghaibowen

 


Georges Favraud

LISST-CAS (gfavraud@gmail.com)

More Posts - Website

Georges Favraud

LISST-CAS (gfavraud@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/12/2016

    […] L’Exposition universelle « Shanghai 2010 : Better City, Better Life » a été un rendez-vous clé dans le processus d’urbanisation de la Chine. Ethnographier ce grand rituel fondateur de la modernité chinoise a permis de mettre en évidence les modalités de canalisation des foules urbaines et de positionnement stratégique de la Chine au sein de la globalisation.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *