Quand la carte se fait atout pour l’histoire

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

Rares sont les ouvrages d’histoire moderne et contemporaine qui contiennent des représentations figurées de l’espace. Bien des chercheurs fixent leur attention sur des textes qu’ils étudient pensant avoir toutes les cartes en main. L’article ou le livre qui sera tiré de ces recherches comprendra alors une carte de localisation des lieux évoqués ou une copie d’un plan de l’espace étudié réalisé à l’époque des faits.

Suivre cette démarche (pourtant cartésienne) revient parfois à ne pas jouer toutes ses cartes : considérer que les représentations anciennes de l’espace ne font que refléter la réalité à une époque donnée et qu’il n’est possible de les utiliser qu’à des fins de localisation, revient à se priver de données précieuses et utiles à un large spectre de problématiques. Mais quels sont les intérêts des cartes et des plans anciens pour les études historiques ?

  • Marqué N., 2015, Géohistoire de Toulouse et des villes de parlement (vers 1680 – vers 1830), Thèse d’Histoire, FRAMESPA, Université Toulouse 2 – Jean Jaurès.
  • Corboz A., 2001, Le territoire comme palimpseste et autres essais, Besançon : Les Editions de l’imprimeur,.
  • Eco U., 1998, « De l’impossibilité de construire la carte 1:1 de l’Empire », in Comment voyager avec un saumon, Paris : Bernard Grasset, 221 – 229.

La carte, un trésor

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

Toute représentation figurée d’un espace est riche d’informations. Etudions le spécimen suivant pour le prouver. Le plan de la Ville de Toulouse. Faubourgs. Banlieue dressé en 1860 par Justin Jourdan et Prosper Rivière n’a pas pour seul intérêt de donner une image fiable de la ville. Il répond certes à un besoin de localisation et place avec précision les différents éléments de la ville et de ses alentours. Mais il ne montre pas la réalité. Comme le souligne Alain Corboz, il n’y a pas de territoire sans imaginaire du territoire et toute carte ne peut représenter qu’un espace perçu. Le simple fait de représenter un espace implique de choisir une échelle, donc de faire disparaître des éléments qui deviendront trop petits. L’auteur doit également déterminer un cadre qui puisse inclure l’intégralité de son objet sans pour autant ajouter d’éléments hors sujet.

Jourdan J., Prosper Rivière P., 1860, Ville de Toulouse. Faubourgs. Banlieue. Crédits Archives Municipales de Toulouse. Cliquez sur le plan pour l'obtenir en haute défintion

Jourdan J., Prosper Rivière P., 1860, Ville de Toulouse. Faubourgs. Banlieue. Crédits Archives Municipales de Toulouse.

Ces premiers choix sont déjà riches d’informations pour l’historien : utiliser ce document simplement pour localiser un lieu reste réducteur. La carte ne montre pas où est Toulouse, mais ce qu’est Toulouse aux yeux de l’auteur. Le cadre du plan est particulièrement tortueux et indique qu’il définit l’espace urbain en termes de paysage et de fonctions : il correspond à un espace bâti et ouvert sur l’extérieur. La « banlieue » n’a guère de sens administratif à ses yeux et le plan est très loin de montrer toute l’étendue de la commune. Cependant, celle-ci elle est un espace parcouru par des voies de communications qui confortent la centralité de la ville. Cette fonction de circulation n’est guère isolée et Jourdan cherche à mettre en valeur celles qui lui semblent importantes en représentant les constructions de quatre manières différentes :

  • Les édifices qui n’ont pas d’intérêt particulier aux yeux de l’auteur sont regroupés sous forme d’aplats de gris.
  • Les bâtiments associés à une fonction qu’il juge importante (industrie, commerce, hôpitaux…) sont individualisés et apparaissent en gris foncé comme l’hôtel Dieu.
  • Les édifices religieux sont représentés en blanc et parsemés de points symbolisant les piliers de la nef et de croix au niveau de l’autel.
  • Le Pont Neuf et le Pont Saint-Michel sont représentés en perspective cavalière afin de faire apparaître leurs arches.

L’auteur établit ainsi une hiérarchie qui vise à mettre en valeur les édifices constitutifs de l’identité urbaine à ses yeux. Selon lui la ville de Toulouse se définit comme un lieu de passage et de franchissement d’un cours d’eau important, puis comme un centre religieux majeur. Les fonctions commerciales et industrielles n’apparaissent que dans un troisième temps, ce qui ne signifie pas qu’elles sont faibles comme les historiens l’ont longtemps cru, mais qu’elles sont moins constitutives de l’identité urbaine pour l’auteur du document.

Carte blanche

Bon nombre de cartes et de plans ne se limitent pas à une simple représentation de l’espace. Rendre la carte blanche et ne conserver que les éléments qui l’accompagnent permet de dégager des pistes d’analyse.

Crédits Nicolas Marqué. 1- Représentations d'édifices importants 2- Carte des voies de chemin de fer du sud-ouest de la France 3- Carte de la région toulousaine 4- Echelles 5- Description de l'auteur

Crédits Nicolas Marqué. 1- Représentations d’édifices importants ; 2- Carte des voies de chemin de fer du sud-ouest de la France ;  3- Carte de la région toulousaine ; 4- Echelles ; 5- Description de l’auteur

Les représentations de l’espace sont souvent ornées de personnages, blasons et vues cavalières ou sont complétées par des cartouches aux époques moderne et contemporaine.

Dans le cas présent, supprimer totalement la carte permettrait tout de même d’apprécier ce qu’est Toulouse aux yeux de l’auteur. Jourdan met en valeur cinq édifices dont il représente la façade ou l’intérieur et il fournit la liste des édifices qu’il juge importants dans une colonne du cartouche situé à droite du document. L’auteur cherche à ordonner les éléments qu’il observe dans la réalité, ce qui lui demande de choisir les lieux qu’il juge dignes d’être distingués, de les classer et de les regrouper dans des catégories au sein du cartouche. Il met en valeur (dans l’ordre suivant) les sièges des autorités publiques, les justices de paix, les écoles, les paroisses, les casernes et les cimetières. La ville est pour lui un lieu policé par des autorités municipales, judiciaires et religieuses ainsi qu’un espace ordonné et soumis à un zonage fonctionnel au moins partiel.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Cette représentation contraste totalement avec celle qui dominait quelques dizaines d’années auparavant où les plans présentaient encore cette ville comme un lieu fermé ou comme un centre avant tout religieux. Ainsi le Plan de la ville de Toulouse et fauxbourgs, daté de 1808, soulignait l’importance des églises et des remparts. L’écart entre les deux plans ne montre pas uniquement des changements dans l’espace (comme la destruction du rempart), mais aussi des évolutions dans la façon de percevoir l’organisme urbain.

Jourdan ne cherche pas uniquement à représenter Toulouse en particulier. Il veut lui donner l’image d’une grande ville de son époque, et donc d’un centre desservi par des moyens de communication modernes. La première gare locale n’ouvrit qu’au milieu du XIXe siècle, mais plusieurs lignes de chemin de fer fonctionnaient déjà. Cela permettait à Toulouse de rayonner sur un vaste territoire et de développer son commerce. L’auteur insiste sur cette dimension, au point de réaliser un cartouche spécial à gauche du document dans lequel il fait figurer le tracé des voies ferrées qui relient Toulouse à Bordeaux, Marseille et Foix. Il montre aussi les connexions entre les transports ferroviaires et routiers en faisant figurer les voies principales à la fois sur ce cartouche et dans un médaillon qui présente Toulouse au cœur d’un réseau de voies en étoile. La volonté de souligner que Toulouse est un lieu central est donc très présente chez Jourdan. Pour lui, l’échelle locale n’est plus suffisante pour définir la ville qui doit impérativement rayonner sur un territoire vaste.

  • Papillaut R., 2015, 1515 – 2015 Atlas de Toulouse, Toulouse : Presses Universitaires du Midi.
  • Coppolani J., 1954, Toulouse : étude de géographie urbaine, Toulouse : Privat.

Toute carte pose enfin la question de sa fiabilité et des techniques employées pour la réaliser. Dans le cas présent, l’auteur indique trois échelles dans un encart situé en bas du document et ajoute qu’il se base sur « les meilleurs documents et l’étude sur le terrain ». Il estime qu’une représentation fiable est inséparable d’une bonne maîtrise des techniques de la cartographie. Si ce critère est évident à l’époque contemporaine, les plans de l’époque moderne montrent que leurs auteurs ont un rapport au réalisme scientifique plus ambigu : représenter la ville revient à mettre en valeur les édifices dont l’importance symbolique est très forte, notamment les remparts et les édifices religieux. Or mettre en œuvre une grande rigueur scientifique revient à noyer ces édifices dans un océan de maisons individuelles, insignifiantes à leurs yeux.

Des informations à la carte

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La carte de Jourdan, comme toutes les autres, n’a pas pour seul intérêt historique de répondre à la question « où ? ». Elle fournit aussi la réponse à la question « quoi ? ». L’auteur indique à la fois :

  • Ce qu’est son objet particulier : qu’est-ce qui, selon lui, définit Toulouse ?
  • Dans quelle catégorie entre cet objet : quels sont les éléments sui définissent une grande ville française au milieu du XIXe siècle ?
  • Quelle est la manière la plus appropriée de représenter un tel objet à la fois en termes de maîtrise technique et de choix d’édition ?

La carte décrit un espace perçu par une personne, mais celle-ci produit une œuvre destinée à un public qui possède déjà des codes et des attentes que l’auteur doit respecter pour que son message soit compris. Elle révèle ainsi bien souvent le regard d’une société sur un espace et sur chacune de ses composantes.

Elle se rapproche ainsi d’un puzzle dont les nombreuses pièces ont un statut fondamentalement inégalitaire : certaines sont diluées dans un aplat de couleurs, d’autres sont mises en évidence à l’intérieur du plan ; d’autres encore bénéficient d’une mention dans un cartouche voire d’une représentation à plus petite échelle. L’auteur ne se contente pas de situer : il découpe et ordonne les éléments présents sur un territoire et montre la valeur de chacun à ses yeux. En cela une carte définit un objet et toutes ses composantes plus qu’elle ne les localise. Garder cette perspective en tête au moment d’aborder les plans anciens peut permettre à l’historien d’ajouter une carte à sa main.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Krapito

Nicolas Marqué

FRAMESPA (nmarque@univ-tlse2.fr)

More Posts

Nicolas Marqué

FRAMESPA (nmarque@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 05/07/2016

    […] Rares sont les ouvrages d’histoire moderne et contemporaine qui contiennent des représentations figurées de l’espace. Bien des chercheurs fixent leur attention sur des textes qu’ils étudient pensant avoir toutes les cartes en main. L’article ou le livre qui sera tiré de ces recherches comprendra alors une carte de localisation des lieux évoqués ou une copie d’un plan de l’espace étudié réalisé à l’époque des faits.Toute représentation figurée d’un espace est riche d’informations. Etudions le spécimen suivant pour le prouver. Le plan de la Ville de Toulouse. « Faubourgs. Banlieue » dressé en 1860 par Justin Jourdan et Prosper Rivière n’a pas pour seul intérêt de donner une image fiable de la ville. Il répond certes à un besoin de localisation et place avec précision les différents éléments de la ville et de ses alentours. Mais il ne montre pas la réalité.  […]

  2. 06/07/2016

    […] Malgré ses excuses adressées la veille sur le plateau du 20h de TF1, l'eurodéputée Les Républicains ne retire pas un mot de ses propos polémiques associant la France à "un pays de race blanche". Ce vendredi, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy va même un peu plus loin en refusant de reconnaître que le concept de race appliqué à l'espèce humaine ne recouvre aucune réalité scientifique. Opposée au député Les Républicains Bernard Debré sur RMC, Nadine Morano a donc répété et développé les propos qui lui ont valu son exclusion des listes de son parti aux élections régionales. EDU'bases Histoire-G ographie – utiliser le pad dans e-lyco pour travailler sur la citoyennet Ath nes. Quand la carte se fait atout pour l’histoire – Mondes Sociaux. […]

  3. 13/07/2016

    […] Rares sont les ouvrages d’histoire moderne et contemporaine qui contiennent des représentations figurées de l’espace. Bien des chercheurs fixent leur attention sur des textes qu’ils étudient pensant avoir toutes les cartes en main  […]

  4. 24/09/2017

    […] Quand la carte se fait atout pour l’histoire – Mondes Sociaux. CC Pixabay OpenClipartVectors Rares sont les ouvrages d’histoire moderne et contemporaine qui contiennent des représentations figurées de l’espace. Bien des chercheurs fixent leur attention sur des textes qu’ils étudient pensant avoir toutes les cartes en main. L’article ou le livre qui sera tiré de ces recherches comprendra alors une carte de localisation des lieux évoqués ou une copie d’un plan de l’espace étudié réalisé à l’époque des faits. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *