Mondialisation, trafics de sexe et de drogues

ezrgergerzgez

CC Pixabay Geralt

La mondialisation a de multiples dimensions. Certaines d’entre elles, comme la politique, l’économie ou la démographie font l’objet de recherches nombreuses, fouillées et « multinationales » ; d’autres sont plus rares, y compris à l’échelle internationale. C’est le cas de La mondialisation criminelle, qui a donné son titre au dernier ouvrage du sociologue Alain Tarrius.

Contrairement à un livre précédent dont Mondes Sociaux a rendu compte, il ne s’agit plus de synthèses ou d’actualisations de recherches menées depuis trois décennies, mais d’une série d’enquêtes, d’un enchaînement de terrains et de situations, qui éclairent crûment le phénomène social étudié : les trafics de femmes pour le travail du sexe et de drogues, ainsi que les rapports entre ces deux types de trafics. Et ce depuis la Mer Noire jusqu’aux pays européens de l’espace Schengen.

  • Tarrius A., 2015, La mondialisation criminelle, La Tour d’Aigues : Editions de L’Aube, Coll. Monde en cours, 150 p.
  • Tarrius A., 2015, Etrangers de passage. Poor to poor, peer to peer, La Tour d’Aigues : Editions de L’Aube, Coll. Monde en cours, 175 p.

L’espace circulatoire international des réseaux criminels

CC Pixabay OpenClipartVectors

CC Pixabay OpenClipartVectors

Le rapport femmes/drogues est au centre de la libéralisation-globalisation des milieux criminels. L’auteur étudie avec une grande précision les filières transeuropéennes russo-italiennes et plus particulièrement leur proximité avec les territoires circulatoires des transmigrants du poor to poor, autrement dit de la mondialisation par le bas, celle qui affecte les pauvres, mais qui ne concerne pas que les pays pauvres. Les origines des « marchandises » et des marchands sont en fait à l’échelle de la globalisation des marchés : Balkans et Caucase pour les femmes ; Afghanistan, Turquie, Géorgie et Russie caucasienne pour les drogues opiacées ; Albanie, Géorgie, Serbie pour les recruteurs ; Italie du Sud, Levant espagnol, routes françaises, Etats permissifs des pays de l’Europe du Nord pour les consommateurs. Par ailleurs, ces trafics ont une forme réseautique, surtout depuis le début des années 1990.

Ces zones de mœurs ou « moral areas » sont, pour reprendre une notion forgée par le sociologue nord-américain Robert Ezra Park, des espèces d’espaces au sein desquels s’organisent des échanges souterrains et officiels, visibles et cachés.

Selon Alain Tarrius (in Fragments sur les temps présents), « La notion de ‘moral area’, ou ‘zone de mœurs’, est utilisée par l’ensemble des sociologues de l’Ecole de Chicago pour décrire l’attraction et le brassage, souvent nocturne et dérogatoire de ‘l’ordre urbain’, de populations variées autour d’activités mêlant plaisirs et intérêts. Les ‘moral areas’ jouent un rôle essentiel, bien que non reconnu, masqué, dans les transformations urbaines ».

Transmigrantes, ces femmes le sont assurément, elles qui parcourent en cinq ou six années l’ensemble des moral areas évoquées ci-dessus ; évidemment les temporalités ne sont pas les mêmes que celles des transmigrants économiques de « l’entre pauvres », mais les cosmopolitismes de route sont proches et les investissements à l’égard du lieu d’origine souvent identiques. Alain Tarrius l’a constaté en suivant une cohorte de femmes accompagnées de parentèles, frères, sœurs, jeunes parents et proches amis du village ou du quartier d’origine. Ces accompagnateurs travaillent et habitent à proximité des femmes, non loin des clubs prostitutionnels. En outre, ils maintiennent un lien constant avec le milieu d’origine et sont les acteurs résolus de la réalisation du projet de retour.

Pour être clandestin, ce phénomène transmigratoire n’est pour autant ni invisible – pour peu qu’on daigne l’observer –, ni numériquement insignifiant. Les enquêtes ont permis d’évaluer à 10 800 le nombre des femmes originaires des Balkans et du Caucase qui travaillent dans le seul Levant ibérique, puis de chiffrer les importants blanchiments des revenus des drogues (illégales) liées au travail légal du sexe : ainsi, le commerce des seules drogues opiacées rapporte 1,9 milliard d’euros et celui du sexe 1,3 milliard…

CC Pixabay Pijon

CC Pixabay Pijon

Un sociologue à la poursuite de ses objets de recherche

Les investigations d’Alain Tarrius, souvent réalisées avec l’aide de commissaires territoriaux espagnols chargés de surveiller les clubs de prostitution, ont conduit le sociologue sinon à migrer avec les migrantes, du moins à suivre, en live ou à distance, les mêmes routes qu’elles. Ainsi, une enquête auprès de 120 femmes, entre 2009 et 2011, lui a permis de maintenir le contact, via Skype, avec un réseau de 47 informatrices, et d’avoir des entretiens avec 17 d’entre elles le long des routes et autoroutes françaises. Il y a gagné, dans les aires de service des autoroutes, le surnom de « mac boiteux ». Il a été également l’objet de multiples contrôles « sur le terrain », non par des membres du « milieu » qui exploite ces femmes, mais par des personnes appartenant aux sphères commerciales et politiques locales. C’est dire que certains avaient intérêt sinon à empêcher ces investigations, du moins à les limiter dans l’espace et le temps.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

C’est ainsi que lors d’une passionnante enquête sur le passage des drogues et des femmes à la frontière franco-espagnole du Perthus, il a mis en évidence un phénomène relevant de la moral area touchant les communes espagnoles frontalières de La Junquera et du Perthus : l’omniprésent clientélisme politique des exécutifs départemental des Pyrénées-Orientales et municipal de la ville de Perpignan qui fait le lit des milieux mafieux russo-italiens gérant ces trafics de l’autre côté de la frontière. Malgré les lois en vigueur sur la drogue et la prostitution, une « communauté morale » transfrontalière s’est construite et renforcée par les mobilités des hommes – consommateurs et trafiquants –, et par la circulation de l’argent. Les conséquences sont multiples. Ainsi, par exemple, des adolescent(e)s des collèges, lycées, centres de formation des Pyrénées Orientales sont devenus des proies faciles pour la pénétration des drogues chimiques, et certain(e)s finissent par être happé(e)s par le dispositif prostitutionnel espagnol.

gerhergherhLe livre s’achève sur les routes et autoroutes françaises, de Narbonne à Avignon, où l’auteur suit les femmes, accompagnées ou non de parentèles. Elles poursuivent leur transmigration européenne pour rejoindre les pays permissifs de l’Europe du Nord ou retournent dans leur pays d’origine à partir de Marseille ou de Lyon. Ces franchissements fréquents des frontières étatiques, mais aussi des frontières entre les univers de la marchandisation des femmes et ceux de leur coexistence avec leurs parentèles d’accompagnement, permettent une anthropologie des aller/retour vers une humanité ordinaire de ces femmes-marchandises, anticipant leur réinsertion dans les milieux d’origine.

Alain Tarrius livre un récit passionnant et inquiétant à la fois. Mais aussi un récit « instructif » : des chercheurs, des travailleurs sociaux, des étudiants, et plus généralement toute personne curieuse des continuités entre mondes souterrains et officiels y trouveront du grain à moudre pour réfléchir et agir, à l’instar des travaux de Robert Ezra Park.

On regrettera cependant que ne soient pas davantage utilisées les ressources de l’analyse des réseaux : l’occasion se présentait d’exposer les rapports que suggèrent les notions de « territoires circulatoires » et de « réseaux ». En effet la formalisation graphique des relations criminelles déployées dans l’espace social des territoires des circulations était aisée : Alain Tarrius décrit en effet ces relations en termes de fonctionnalités (id est les marchandises drogues et femmes) qui se prêtaient à ces figurations de réseaux.

Enfin, le lecteur pourra être frustré par l’absence d’un travail de recherche approfondi sur le retour des femmes au pays et sur leurs « nouvelles » conditions de vie. D’autant qu’au détour d’une phrase, l’auteur relève qu’elles « réalisent dans leur transmigration de six années l’ascension sociale que ne leur aurait jamais permis la sédentarité… ». Une recherche en cours dans le cadre du programme Mobilités, Réseaux, Migrations du Labex toulousain « Structuration des mondes sociaux » lui permettra de questionner la pertinence de cette affirmation. Rendez-vous en 2017 ?

Crédits image à la Une : CC Pixabay Geralt

Fatima Qacha

LISST-CERS (qacha@univ-tlse2.fr)

More Posts

Fatima Qacha

LISST-CERS (qacha@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *