Politiques et presse people

DR Paris Match. 17 décembre 1973

DR Paris Match. 17 décembre 1973

Qui ne se souvient pas des photos de Nicolas Sarkozy accompagné de son épouse dans Paris Match ou dans Gala ? Qui n’a pas été tenté de feuilleter dans une salle d’attente un magazine orné des fracas amoureux d’un ministre ? Qui, en feuilletant ces magazines ne s’est pas demandé si la vie privée faisait en réalité partie de la vie politique ? Ce sont ces questions que nous cherchons à analyser : comment peut-on lire, comprendre et appréhender politiquement la presse people ?

Cette thèse s’intéresse aux rapports qui existent entre les médias et la politique au travers de la presse magazine lue principalement par des femmes. Ce parti pris s’avère fécond. En effet, si la grosse majorité d’études sur les liens entre les médias et la politique s’appuient sur des émissions politiques à la télévision ou sur les pages politiques dans la presse quotidienne nationale, rares sont celles appréhendant les mécanismes de politisation possibles par l’intermédiaire de la presse magazine, notamment lorsque celle-ci parait comme apolitique et est destinée aux segments de la population les moins intéressés par la politique : les femmes d’origines populaires et issues des classes moyennes.

DR Ici Paris, 15-21 janvier 2014

DR Ici Paris, 15-21 janvier 2014

Afin d’analyser la présence en couverture des hommes et femmes politiques dans les magazines consacrés aux espaces privés des célébrités depuis 1945 et jusqu’en 2008, ce travail de thèse s’appuie sur la sociologie politique critique, sur les théories de l’information et la communication, ainsi que sur la sociologie de la lecture, la sociologie des pratiques culturelles, les media studies, les cultural studies ou encore les gender studies. A travers d’une enquête menée entre 2007 et 2011, cette recherche s’appuie sur une analyse d’archives entre 1945 et 2008 de huit magazines consacrés aux espaces privés des célébrités (Paris Match, Point de Vue, Ici Paris, France Dimanche, Voici, Gala, Closer et Public), complétée par une objectivation statistique, des entretiens semi-directifs et des focus groups.

Tout d’abord, il convient de définir l’espace occupé par ce genre spécifique. Employer le terme « people » sans prendre des précautions s’avère problématique : celui-ci ne s’est généralisé que dans les années 2000, alors que les magazines consacrés aux espaces privés des célébrités existent depuis les années 40. Ce n’est que récemment que les professionnels de la presse ont accepté de se revendiquer comme « membres » de cette famille (voir, par exemple, les slogans publicitaires des huit titres choisis ou encore le rayon « people » dans les bureaux de presse).

  • Vera Zambrano S., 2012, L’emprise du journalisme échotier ? Les professionnels de la politique dans la presse consacrée aux espaces privés des célébrités (1945-2008), Thèse en Science Politique, LASSP, Institut d’Etudes Politiques/ Université Toulouse 1 Capitole.

La presse people : pour tous les goûts (ou presque)

1f08a07cc8f6441722d878b3d31d8365

DR Closer, 2007

Par ailleurs, quand on parle de presse people, il est parfois difficile de définir quels sont les magazines qui se conforment à cette famille tellement ils sont différents : leur offre touche tous les âges, et surtout une grande partie de la population. En effet, ces magazines s’adressent tantôt à des jeunes adolescent(e)s issues des classes populaires (Closer, Public), tantôt à des personnes d’un certain âge et avec une position sociale moyenne (Point de Vue, Paris Match). Seules les classes les plus favorisées tout comme les groupes sociaux avec les niveaux de capital culturel le plus élevé, ont une pratique de lecture de la presse people quasi-nulle.

Concernant notre objet d’étude particulièrement, la diversité de lecteurs s’associe aussi à
une large diversité de niveaux de politisation. Ainsi, les différences entre les classes populaires et moyennes se retrouvent au sein des magazines dans le rapport à la politique : par un principe d’homologie souple, il est possible de corréler des niveaux de compétence politique (ou même d’intérêt pour la politique) à différents positions dans l’espace social, corrélées elles-mêmes à différents niveaux d’accumulation de diplômes, de ressources économiques, de capital culturel, de capital social ou de préférences politiques. Alors, puisqu’on parle de politisation, de quoi parle-t-on précisément?

Messages politiques et affirmation de l’ordre social

336965

DR Ici Paris,17 juin 1969

La parution régulière des hommes et femmes politiques en couverture se maintient depuis la création des magazines. Cette affirmation nous permet de nuancer le caractère supposément novateur de la médiatisation de la vie privée des professionnels de la politique : cette thèse montre que ce n’est pas tant la présence des professionnels de la politique qui est « récente » dans la pratique journalistique, que la transformation de ce qui est considéré comme politique ou comme privé par les journalistes. Par exemple, pour l’ensemble de couvertures des époux Pompidou, la vie privée s’associe aux voyages présidentiels tandis que pour les époux Sarkozy la vie privée s’associe aux fracas amoureux. Dans ce sens, montrer les histoires du cœur des époux Pompidou ou montrer la face protocolaire des voyages des époux Sarkozy n’aurait pas eu de sens.

Ainsi, contrairement à une partie de la littérature sur la « peopolisation », cette thèse montre que la médiatisation des hommes politiques obéit avant tout à une logique d’effets de cycle plutôt qu’à un phénomène qui serait né avec Nicolas Sarkozy et sa médiatisation.

Référence et déférence

Depuis la création de magazines, la présence en couverture des professionnels de la politique est corrélée aux positions hiérarchiques qu’ils occupent. Ainsi, seuls des présidents ou des candidats à la présidence ont fait l’objet de couvertures. Ce résultat est intéressant car les couvertures reprennent les représentations que les individus peu ou moyennement compétents politiquement  ont du politique : ainsi la plupart de citoyens associe la politique aux positions politiques les plus élevées, formant partie de l’Exécutif.

La féminisation de l’espace politique

En conséquence du résultat antérieur, seules les femmes ministres les plus importantes ou seules les épouses des Présidents ou des « présidentiables » accèdent à la couverture. Cependant, la féminité peut surdéterminer la position politique : une ministre enceinte peut mieux accéder à la couverture (Ségolène Royal, Rachida Dati) qu’une ministre qui ne met pas en avant ces attributs féminins (Edith Cresson, Michèle Alliot Marie). Par ailleurs, les épouses des Présidents ne sont pas médiatisées de la même manière que les professionnelles de la politique : elles sont médiatisées dans leur rôle d’épouse, qui, selon le niveau socio-culturel du lectorat visé par le magazine, défendra des qualités très distinctes.

Finalement, s’intéresser sérieusement à la médiatisation des hommes et des femmes politiques dans la presse people nous permet de mieux comprendre comment le rapport ordinaire à la politique peut se trouver dans des espaces inattendus, et nous permet d’envisager de manière intéressante l’analyse des pratiques culturelles populaires, parfois méprisées par la communauté universitaire.

Crédit image en bandeau :  Détail de la double page consacrée par Paris Match à Manuel Valls, 8 août 2013, DR Paris Match.


Sandra Vera Zambrano

LASSP (sandra.verazambrano@gmail.com)

More Posts - Website

Sandra Vera Zambrano

LASSP (sandra.verazambrano@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Stella dit :

    Bonjour,
    L’image qui représente Rachida Dati enceinte est un montage, et vous ne le signalez nulle part, ce qui – vous en conviendrez – ne fait pas très sérieux.
    Source : http://cdn.styleblazer.com/wp-content/uploads/2012/08/Britney-Spears1.jpg

    • Merci pour votre précision, nous changeons l’illustration de ce pas. L’illustration est du ressort du comité éditorial du magazine, pas de l’auteur, d’où cette méprise…

  2. Sébastien Poublanc dit :

    Merci beaucoup, cela couronne le travail du magazine !
    L’équipe de Mondes Sociaux

  1. 06/06/2013

    […]  Imprimer ce billet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *