Où la révolution numérique mène t-elle ?

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

La révolution numérique s’est imposée à la fin des années 2000 quand des milliards de personnes ont pu se connecter à Internet. Cette révolution technique n’obéit à aucune volonté politique de transformation sociale et personne ne connaît la direction qu’elle nous fait prendre. Même si elle est jugée en général positivement grâce au surcroît de liberté qu’elle apporte, des évaluations plus critiques mettent en cause les nouvelles formes de contrôle et de domination qui l’accompagnent.

« Quand on ne sait pas où l’on va, dit le proverbe, il vaut mieux savoir d’où l’on vient ». Et nous venons de cinquante ans d’informatisation au cours desquels sont apparues quatre grandes problématiques sociétales, au fur et à mesure de la progression des applications :

  • la surveillance sociale accrue par l’accumulation des données sur les individus que les Etats démocratiques veulent limiter dans les années 1970, avec des lois sur la protection de la vie privée ;
  • la sécurité publique qui, après les attentats du 11 septembre 2001, amène à considérer les techniques d’information comme la première arme de lutte contre le terrorisme ;
  • la communication avec l’invention du micro-ordinateur et de l’Internet grand public qui se traduit dans les années 2000, par une explosion des messages dans le monde ;
  • la marchandisation avec l’apparition sur le réseau, au cours de ces mêmes années, de monopoles privés qui convertissent les données personnelles en ressources économiques de premier ordre.

Revisiter et expliciter ces problématiques est indispensable si on veut comprendre la dynamique de l’incertaine révolution numérique en cours. Pour chacune d’elles, on n’évoquera ici qu’un de leurs traits les plus saillants.

Un débat « informatique et libertés » mal informé

Au début des années 1970, l’automatisation des fichiers de personnes fait naître des craintes pour les libertés individuelles dans la mesure où l’Etat a désormais les moyens de rendre totalement transparents ses administrés. En France, un débat s’engage à la suite d’un article de presse qui dénonce la mise en place de SAFARI (Système Automatisé pour les Fichiers Administratifs et le Répertoire des Individus) visant à interconnecter les fichiers existants. Une commission officielle  est constituée pour enquêter sur la réalité des dangers dénoncés et proposer des solutions que la loi « Informatique et libertés » retiendra par la suite. Dans son rapport publié en 1975, elle estime que les dangers informatiques sont surtout potentiels. Au moment de son enquête, elle constate que peu d’atteintes ont été portées aux libertés par l’utilisation des ordinateurs et que si des questions se posent, aucun drame n’est intervenu.

En 1978, le Rapport Nora-Minc sur L’informatisation de la société considère que l’on a surestimé les dangers de l’informatique pour les libertés. A l’appui de cette opinion, il donne l’exemple de la Gestapo qui  « fit efficacement son travail sans disposer de fichiers électroniques interconnectés ». Les auteurs ne pouvaient pas choisir un plus mauvais exemple. Un journaliste américain, Edwin Black, documents à l’appui, a montré en effet que sans l’automatisation des fichiers de personnes opérée par les machines mécanographique Hollerith à cartes perforées, qui ont précédé les ordinateurs, la Gestapo n’aurait pas accompli aussi efficacement son travail. Ces machines omniprésentes dans l’Allemagne hitlérienne, ont constitué un moyen essentiel d’organisation et de fonctionnement d’un régime de terreur.

C’est notamment grâce à elles qu’a pu être réalisée en un temps record l’extermination de millions de personnes. Un bilan comparatif du destin des juifs résidant en Hollande et des juifs résidant en France est à cet égard particulièrement démonstratif : 73 % des juifs hollandais ont péri parce que les moyens mécanographiques de ce pays, placés sous la responsabilité d’un fonctionnaire obéissant aveuglément aux ordres nazis, ont permis de les identifier avec une efficacité et une rapidité inconnues jusqu’alors. En France, ce pourcentage tombe à 25 % parce que le pays était mal équipé en machines mécanographiques et que les machines disponibles avaient été mises hors d’état de nuire par le Résistant René Carmille, responsable du Service national des statistiques.

Au moment du débat « informatique et libertés », on comprend mal pourquoi on a ignoré cet exemple qui montre avec une clarté et une force particulières, le drame auquel conduit une automatisation des fichiers de personnes par une administration criminelle.

  • Black E., 2001, IBM et l’holocauste, Paris : Robert Laffont.
  • Hoffsaes C., Vitalis A., 1995, « Les hommes-numéros », La Recherche, n°278.
  • Vitalis A., 1981, Informatique, pouvoir et libertés, Paris : Economica.

L’avènement d’un Etat de surveillance global

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

En 1948, les Etats-Unis et leurs alliés anglo-saxons (Grande-Bretagne, Australie, Canada, Nouvelle-Zélande) ont mis en place le système Echelon d’espionnage électronique planétaire pour écouter les communications des pays communistes. A partir des années 1980, ce système longtemps ignoré, mis au service de l’espionnage économique, a élargi son champ d’écoute à tous les pays.

Toutefois, ce n’est qu’après les attentats du 11 septembre 2001, que l’Etat américain devient véritablement un Etat de surveillance global. Dès lors, les Etats-Unis considèrent la sécurité comme une priorité absolue passant avant le respect des droits individuels et la surveillance de la population à l’aide de technologies informatiques comme la solution la plus efficace pour prévenir les risques.

Le projet Total Information Awareness conçu par le Pentagone est parfaitement explicite à cet égard : il s’agissait de centraliser et de traiter les données disponibles sur les habitants de la planète afin d’établir, pour chaque individu, la traçabilité la plus complète. Même si ce projet n’a pas vu le jour faute de crédits, on sait aujourd’hui grâce aux révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden qu’il a été réalisé au moins partiellement par l’Agence de sécurité nationale NSA, avec la participation des grandes entreprises du Net (Google, Apple, Facebook, Amazon…) qui ont mis à sa disposition les énormes masses d’information collectées sur les individus.

 

Un espace numérique de communication entre le public et le privé

L’invention du micro-ordinateur puis de l’Internet grand public a changé l’image de l’informatique en la convertissant en technique de communication. Cette conversion a été réalisée par la recherche de pointe dans les technologies de l’information, mais aussi par une contre-culture californienne qui a influencé les concepteurs de ces supports. Celle-ci rejette une société bureaucratisée et militarisée ainsi que les technologies de puissance qu’elle utilise. Elle voit dans les nouveaux supports des moyens permettant l’accès de tous à une information libre circulant partout et facilitant la créativité et l’expression des individus. Désormais ces derniers peuvent devenir producteurs de messages et s’affranchir de la logique par trop unilatérale des médias de masse qui les réduisaient à un rôle de récepteurs. Dans les années 2000, le succès des réseaux sociaux, de l’auto-publication, des blogs et des forums témoigne de ce changement.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Le statut du nouvel espace de communication n’a jamais fait l’objet d’une définition claire. Il est mal identifié par ses usagers qui peuvent avoir le sentiment de s’exprimer en toute liberté dans un espace privé et éphémère et ignorer l’ombre numérique qui les suit en permanence. L’entre-deux de public et de privé sert les intérêts des grandes entreprises du Net qui, grâce à l’automatisation de la collecte, s’approprient les données des internautes. Attirés par la gratuité et la qualité des services, ces derniers évitent de se poser trop de questions. Le brouillage des frontières menace un des fondements de la démocratie, la vie privée ; sauf à considérer comme Vint Cerf, un des fondateurs d’Internet devenu porte-parole de Google, que ce type de vie à l’abri du regard social est incompatible avec la société actuelle et ne représente finalement qu’une anomalie apparue au 18ème siècle avec l’industrialisation.

Plus de suppressions d’emplois que de créations

Des économistes constatent que la révolution numérique n’a pas transformé les biens, les services et les modes de production à la hauteur des bouleversements provoqués par les révolutions industrielles antérieures. La nature du progrès technique n’est pas la même : alors qu’au 19ème siècle il s’agissait de rendre les travailleurs plus productifs, il s’agit aujourd’hui de les remplacer par des logiciels. En référence à la conception schumpétérienne d’une destruction créatrice, se trouve dès lors démentie la thèse qui estime que les emplois générés par la machine compensent ceux qu’elle fait perdre.

En 2013, deux chercheurs de l’Université d’Oxford exposent les résultats d’une enquête qui montre qu’au cours des vingt prochaines années, certaines professions pourraient disparaître au profit des algorithmes. Selon leurs calculs, 47 % des emplois américains sont menacés. D’autres enquêtes donnent une estimation du même ordre pour les pays européens. Si le 19ème siècle a vu naître la classe ouvrière avec la Révolution industrielle, le 21ème siècle pourrait être témoin de la naissance d’une nouvelle classe pléthorique, celle des individus économiquement inutiles.

L’imagination sociale et politique doit être à la hauteur des problèmes qui ne manqueront pas de se poser si ces prévisions s’avèrent exactes. Jacques Ellul a appelé de ses vœux une révolution qui réduirait drastiquement le temps de travail et abolirait le salariat grâce à de nouvelles modalités de répartition de la richesse. Dans le même sens, André Gorz a pensé une société où le travail salarié ne serait pas la principale source de revenu. Car une utilisation subversive des nouvelles techniques d’information et de communication, une dissidence numérique, peut assurer une production non-marchande de richesses en échappant au salariat et à la logique du profit.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Britaseifert
CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux


André Vitalis

MICA, Université Bordeaux 3 – Michel de Montaigne (Andre.Vitalis@msha.fr)

More Posts

André Vitalis

MICA, Université Bordeaux 3 – Michel de Montaigne (Andre.Vitalis@msha.fr)

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Frank Corsiglia dit :

    En tous cas, ce n’est pas la diffusion de la connaissance pour le grand public qui préoccupe les universités, les grandes écoles, les organismes et centres de recherche car si vous faites l’expérience de poser 5 questions sur des thèmes de la société civile, par exemple l’architecture ou le milieu marin,etc.. en utilisant 3 moteurs de recherche sur Internet , vous avez très peu de chances sinon aucune de trouver des réponses à partir de sites universitaires, de grandes écoles ou d’Instituts de recherche : leurs personnels auraient plutôt peur de ce genre de diffusion. J’ai repris aussi les titres des domaines abordés par Hypothèse.org, qui n’est pas un institut de recherche stricto sensu, et dans les réponses ce site n’apparaît jamais dans les moteurs de recherche. Par exemple, l’Inra Toulouse travaille sur la génétique du lapin, le gavage des canards, les céréales : si vous faites une requête pour chacune de ces trois productions, vous n’aurez jamais de réponses documentaires avec la notification « Inra Toulouse » !!

  2. Une très bonne analyse à ce que je vois. Je pense que tout le monde aurait pas mal d’idée sur ce sujet. Mais je pense que la numérisation et l’informatique nous mènerait loin si on tacherait d’en faire bonne usage.

  1. 02/09/2016

    […] La révolution numérique s’est imposée à la fin des années 2000 quand des milliards de personnes ont pu se connecter à Internet. Cette révolution technique n’obéit à aucune volonté politique de transformation social  […]

  2. 03/09/2016

    […] Où la révolution numérique mène t-elle ? […]

  3. 04/09/2016

    […] La révolution numérique s’est imposée à la fin des années 2000 quand des milliards de personnes ont pu se connecter à Internet.  […]

  4. 06/09/2016

    […] JES21_mutations_des_pratiques.pdf. Les jeunes et le numérique : invasions barbares ou transformations des (…) Twitter. 2015 Usages et usagers de l'information à l'ère numérique. Divina Frau-Meigs – Actualités. Technologies de l'information et de la communication – Sélection de sites. Une diapo de 376 pages pour tout savoir sur le web. Où la révolution numérique mène t-elle ? – Mondes Sociaux. […]

  5. 13/09/2016

    […] Où la révolution numérique mène t-elle ? – Mondes Sociaux. […]

  6. 12/10/2016

    […] Accueil. Où la révolution numérique mène t-elle ? – Mondes Sociaux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *