Les équipements scientifiques, un chantier presque neuf pour la recherche

CC Flickr CLS Research Office

CC Flickr CLS Research Office

L’histoire et la sociologie des sciences et des techniques ont marqué depuis quelques années un intérêt de plus en plus net pour les « équipements » et leur rôle dans la conduite et l’organisation de la recherche. On peut définir ceux-ci comme des infrastructures matérielles (par exemple un avion destiné à étudier l’atmosphère et les dispositifs de mesure associés) et immatérielles (les logiciels permettant de piloter ces dispositifs ou d’analyser les données qu’ils recueillent), et comme un ensemble d’instruments et de personnels mis à disposition des chercheurs pour réaliser des expériences.

Des organisations sont créées afin d’assurer cette mise à disposition, de sélectionner les chercheurs qui en disposeront en fonction de la qualité de leurs projets d’expérience et de veiller à ce que personnels et ressources soient en évolution permanente et en phase avec les besoins présents et futurs de la recherche. Ils comptent ainsi des synchrotrons, des télescopes, des accélérateurs de particules, autant d’équipements rares et indispensables à certaines recherches.

La notion d’équipement est plus large que celle d’instrument car elle inclut la mise à disposition d’instruments (un synchrotron propose, outre un faisceau de rayons X, des animaleries, des laboratoires, etc.) et de leur environnement et plus précisément les ressources humaines, matérielles et organisationnelles pour les faire fonctionner. Elle est en revanche plus spécifique que celle d’artefact, laquelle peut inclure des dispositifs qui ne sont pas nécessairement liés à la recherche (objets utilitaires, logiciels…) et qui peuvent être de nature extrêmement diverse.

Les équipements scientifiques, un enjeu émergent pour les SHS

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

La notion d’équipement scientifique a pour avantage de renvoyer à une articulation fine, serrée et complexe de processus scientifiques inscrits dans des structures matérielles, de modes d’organisation de la recherche articulés à des manières de faire et de concevoir. Les équipements ne sont pas des constructions ex-nihilo indépendantes de toutes formes de combinaison sociale. C’est ici que l’histoire et la sociologie des sciences et des techniques, ainsi que la sociologie des organisations, fournissent des outils pertinents pour l’analyse.

L’intérêt renouvelé de ces disciplines pour les équipements scientifiques est bien sûr lié au nombre croissant de ces infrastructures et à leur importance de plus en plus sensible dans la conduite de la recherche. Partout dans le monde, les pays émergents construisent des synchrotrons, des télescopes et toutes sortes d’équipements scientifiques de grande ampleur. Il est fonction également de l’attention de plus en plus nette que les autorités politiques et institutionnelles leur témoignent. Il est enfin le fruit des enjeux impliqués par celles-ci, en termes de recherche, mais aussi de coûts, d’emplois associés, d’impacts sur les territoires d’implantation et de compétition internationale pour le choix de ces implantations.

Cet intérêt récent est d’autant plus remarquable qu’il succède à une certaine indifférence de plusieurs décennies des historiens et sociologues non seulement pour les infrastructures de recherche, mais même pour les organisations scientifiques en général. Entre la fin des années 1970 et le début des années 2000, les recherches se sont plutôt centrées sur les laboratoires, les pratiques, les gestes… Ces recherches, que l’on regroupe généralement sous le patronyme de STS (Science and Technology Studies), ont bien sûr eu une fécondité indéniable et ont permis de mettre en lumière des aspects jusque là peu perçus. Et par exemple, le rôle des dispositifs et des objets dans la découverte scientifique, les parentés entre recherche scientifique et développement des innovations techniques ou encore l’analyse ethnographique fine des pratiques des chercheurs.

Elles ont en revanche délaissé des problématiques sociologiques traditionnelles liées à l’organisation ou au travail. S’appuyant sur le nombre croissant des équipements scientifiques et leur importance de plus en plus grande dans la recherche, le présent dossier entend montrer, d’une part, que les équipements scientifiques sont aujourd’hui au cœur des interrogations des chercheurs en sciences humaines et sociales ; et d’autre part, qu’ils sont un moyen d’accéder à une compréhension renouvelée des modes d’organisation de la science, des usages politiques de l’instrumentation et des transformations socio-économiques qui bouleversent les rapports aux connaissances.

Un dossier pour mieux comprendre

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Ce dossier réunit des études de cas très variées sur la façon dont les équipements condensent des formes très spécifiques d’organisation pour la production scientifique. Au sein d’une même discipline, les équipements orientent et organisent les pratiques selon des modalités très différentes selon les objets examinés.

Jérôme Lamy et Emmanuel Davoust montrent ainsi, en prenant l’exemple de l’Observatoire de Toulouse, que le télescope de 80 cm installé à la fin du 19e siècle, est pris dans deux régimes de pratique distincts selon les époques. D’abord, un régime généraliste qui place le télescope parmi d’autres instruments dans une politique globale d’examen du ciel ; puis, dès les années 1930, un régime dédié (celui de l’astrophysique) qui nécessite des équipements secondaires particuliers (pour l’obtention de spectrogrammes). Un même équipement peut donc connaître des vies épistémiques différentes selon les politiques de recherche mises en place.

Non seulement les équipements évoluent de façon très sensible avec le temps, mais encore ils peuvent permettre des usages scientifiques très variés en un même moment. Une sociologie des organisations scientifiques attentive aux structurations internes des équipements peut alors montrer la très grande flexibilité de certains équipements. Vincent Simoulin souligne ainsi combien les synchrotrons, équipements rares et coûteux, permettent des recherches multiples. Les mondes des ingénieurs, des chercheurs et des administratifs doivent alors se coordonner pour une coopération efficace.

Anne Marcovitch et Terry Shinn montrent comment la nanotechnologie, fondée sur un type de microscope très spécifique, a produit deux sortes de restructurations au sein des disciplines : d’une part, une rupture épistémologique permettant la création – littéralement – du type d’échantillon sur lequel souhaitent travailler les chercheurs ; d’autre part, une relation dialectique entre la clôture disciplinaire et la possibilité de liaisons interdisciplinaires dans les confins de ces mêmes disciplines. Entre fragmentation et cohésion des disciplines, la technologie nano révèle l’émergence d’une co-existence inédite de forces finalement complémentaires.

Ashveen Peerbaye détaille, quant à lui, les transformations induites par l’irruption des plate-formes dans les sciences du génome. Réseaux d’instruments fondés sur une politique de mutualisation, les plate-formes renvoient d’abord à une certaine hétérogénéité des pratiques et des usages. Mais quelques traits saillants émergent comme le renouvellement des articulations entre recherches académique et industrielle (avec des alignements plus souples), et la reconfiguration assez importante des pratiques biomédicales par les croisements de compétences.

L’ensemble des études réunies ici poursuit finalement, selon des angles différents, un même objectif : mieux comprendre ce soubassement longtemps peu étudié de la recherche. Ce dossier met en perspective ces approches afin de mieux comprendre, par leur confrontation, combien les travaux des chercheurs reposent aujourd’hui sur des équipements sans lesquels certaines expériences ne seraient pas possibles. Il rappelle ainsi l’existence d’un chantier pour la recherche peu analysé jusqu’ici et dont nous espérons qu’il incitera de nombreux chercheurs à venir l’explorer de concert avec nous.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons

Jérôme Lamy et Vincent Simoulin

Jérôme Lamy (CERTOP, jerome.lamy@laposte.net) et Vincent Simoulin (CERTOP, simoulin@univ-tlse2.fr)

More Posts

Jérôme Lamy et Vincent Simoulin

Jérôme Lamy (CERTOP, jerome.lamy@laposte.net) et Vincent Simoulin (CERTOP, simoulin@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/10/2016

    […] L’histoire et la sociologie des sciences et des techniques ont marqué depuis quelques années un intérêt de plus en plus net pour les « équipements » et leur rôle dans la conduite …  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *