La nuit au risque des nuisances et des pollutions lumineuses

« The first world atlas of the artificial night sky brightness » publié en 2001 par Pierantonio Cinzano, Fabio Falchi et Christopher D. Edvige avait fait date dans l’histoire du « Dark-sky movement ». Aujourd’hui encore, il garde l’aura d’un article scientifique collectif de référence. Il est en fait l’un des articles les plus cités dans les travaux universitaires s’intéressant aux nuisances et pollutions lumineuses.

Quinze ans après, la parution de l’article « The new world atlas of artificial night sky brightness » marque une nouvelle étape. Le grand écho médiatique rencontré par cette publication montre que la question des effets négatifs de l’éclairage artificiel n’est plus un problème expert : elle a désormais acquis le statut de problème public. Mais elle montre également qu’il est encore difficile, dès lors que l’on souhaite quantifier cette pollution, de dépasser l’indicateur synthétique « vision (ou non) de la Voie Lactée à l’œil nu » hérité d’une histoire des luttes contre les nuisances et pollutions lumineuses fortement liée au milieu de l’astronomie amateur.

Ce nouvel atlas mondial de la luminosité artificielle du ciel nocturne est en fait l’occasion de revenir sur la constitution de l’éclairage urbain en problème environnemental de portée globale, afin d’éclairer et d’interroger les réponses qui lui sont actuellement données, notamment en France.

  • Falchi F., Cinzano P., Duriscoe D., Kyba C., Elvidge C., Baugh K., Portnov B., Rybnikova N., Furgoni R., 2016, « The new world atlas of artificial night sky brightness », Science Advances, vol.2, n°6.
  • Challéat S., Dupuy P.-O., Benos R., 2015, « Quelles nuits pour quels territoires ? », Mondes Sociaux, mars.
  • Challéat S., Lapostolle D., 2014. « (Ré)concilier éclairage urbain et environnement nocturne : les enjeux d’une controverse sociotechnique », Natures, Sciences, Sociétés, Vol.22, 317-328.

Des observatoires professionnels à l’astronomie amateur

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La perception d’un problème environnemental et sa prise en compte par des politiques publiques ne vont pas de soi. La remise en cause des doctrines de l’éclairagisme à travers des politiques territorialisées est la résultante d’une lente construction de la lumière artificielle en objet de dommages amorcée aux États-Unis par des astronomes professionnels à la fin des années 1950. C’est en effet en 1958 que la ville de Flagstaff (Arizona), proche de l’Observatoire Lowell, décide de réglementer l’éclairage public pour protéger le ciel nocturne. Puis Tucson, située aussi en Arizona à proximité de l’observatoire de Kitt Peak, suit en 1972 le sentier tracé par Flagstaff.

Si la dimension locale de sauvegarde des activités scientifiques n’est pas négligeable, un contexte plus général est à souligner : de chaque côté de l’Atlantique, les années 1970 sont celles du développement massif de l’automobile, de l’étalement urbain et des faibles coûts de production de l’électricité. Cela engendre un éclairage public fonctionnaliste toujours plus puissant, augmentant la taille et l’intensité du halo lumineux. C’est également dans cette période que se développe une prise de conscience environnementale globale, accompagnée de la notion de risque technologique.

En mai 1976, dans l’éditorial du Bulletin de la Société Astronomique de France, intitulé « La pollution et l’astronomie », Jean-Claude Pecker écrit : « On sait les problèmes que pose à tous, de nos jours, la pollution des villes, des airs et des eaux, pollution qui accompagne, si l’on n’y prend garde, le développement des techniques industrielles, l’accroissement de la population, et l’introduction de technologies nouvelles dont on a parfois mal mesuré les conséquences ».

Dans ce contexte, l’idée d’une pollution lumineuse prend corps autour d’un bien environnemental à part entière, revendiqué pour ses apports scientifiques et socioculturels : le ciel étoilé. En réaction à la perte de son accès, différents réseaux et instances de l’astronomie et de l’éclairagisme sont mobilisés. Réunie en congrès à Grenoble, l’Union Astronomique Internationale adopte en 1976 une résolution pour la protection des sites astronomiques. Sa collaboration avec la Commission Internationale de l’Éclairage débouche en 1980 sur des recommandations pratiques visant à diminuer le halo lumineux à proximité des observatoires. Les astronomes amateurs entrent dans la danse et relaient localement ces préoccupations professionnelles. En 1993, ils se fédèrent autour d’une charte pour la préservation de l’environnement nocturne. Cette mobilisation se traduit en France par la création du Centre pour la Protection du Ciel Nocturne qui deviendra, en 1998, l’Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne.

cartographie-pollution-lumineuse

S’extraire de l’astronomie par l’environnement nocturne

Fin 2006, cette association opère un changement significatif et représentatif de l’évolution de la lutte contre les nuisances et pollutions lumineuses en intégrant à son nom la notion d’environnement nocturne. Paul Blu, son Président, justifie ainsi cette décision : « Nous devons cesser de prêter le flanc au rejet de nos arguments provoqué par un nom qui met d’abord en évidence la protection du ciel nocturne. Pour y parvenir, nous devons modifier le nom de l’association et lui donner une connotation environnementale ». En élargissant la question au-delà du milieu de l’astronomie et de la protection du seul ciel étoilé, l’association a une visée stratégique claire : mettre les nuisances lumineuses sur l’agenda politique lors du Grenelle de l’environnement.

Dans le cadre d’une action publique aux finalités floues, la polysémie et l’ambiguïté sont parfois nécessaires à l’agrégation des idées et des intérêts. C’est ainsi que la notion d’environnement nocturne entend regrouper l’ensemble des objets, phénomènes et systèmes humains ou non liés à la nuit et faire la synthèse entre les revendications des astronomes et les travaux développés depuis les années 1980 dans les champs scientifiques de l’écologie et de la médecine. Les atteintes à l’environnement nocturne saisissent donc les aspects socioculturels (accessibilité au ciel étoilé), écologiques (espèces et systèmes affectés par la lumière artificielle, à différentes échelles de temps et d’espace), ou encore sanitaires (perturbations des rythmes circadiens, perturbations hormonales…).

pano-aigoual-01

Une controverse sociotechnique et environnementale

Couplé désormais aux nécessaires économies budgétaires pour les collectivités territoriales et au référentiel d’action publique de la transition énergétique, le problème des nuisances et pollutions lumineuses ne semble plus cantonné à la défense d’un pré carré sectoriel. Il acquiert de fait la dimension d’une controverse sociotechnique et environnementale, et peut être traité comme telle par la puissance publique. Cette montée en généralité est liée à la construction de publics élargis, qui s’opère par exemple dans des programmes de science citoyenne ou participative relayés auprès du grand public et des enfants des écoles (cf. le programme Globe at Night). Car sans éducation des publics, il est délicat d’engager une action publique.

C’est peut-être à travers ce filtre qu’il faut (re)lire les deux atlas mondiaux de la luminosité artificielle du ciel nocturne, en gardant en tête qu’une publication scientifique, même dans le champ de la modélisation des empreintes lumineuses, peut tout à la fois questionner l’action politique et fournir des outils pour l’action publique. On peut alors avancer quelques éléments de réponse à la question de « la vision de la Voie Lactée à l’œil nu », et ce malgré la volonté partagée d’extraire la problématique des nuisances et pollutions lumineuses du carcan historique de l’astronomie.

pano-aigoual-02

À la recherche de l’indicateur synthétique ?

Le premier élément concerne justement les indicateurs. Ce problème se pose d’ailleurs quelque soit le domaine environnemental concerné. Les indicateurs sont souvent simplificateurs, sujets à controverse et parfois inefficients pour l’action dès lors qu’ils touchent à la complexité systémique, comme c’est le cas pour les effets écologiques et sanitaires de l’éclairage artificiel.

Il faut alors garder en tête qu’un indicateur est une façon parmi d’autres de décrire la réalité. Et décrire, c’est choisir. En l’occurrence, c’est choisir ce que l’on mesure, ce que l’on sait montrer, ce que l’on veut montrer, mais donc également ce que l’on ne sait pas montrer ou ce que l’on ne veut pas montrer : par exemple, le manque de connaissances encore criant quant aux effets d’échelles spatio-temporelles larges de la lumière sur les écosystèmes et la santé humaine. À défaut, on peut imaginer que les biotopes et les populations évoluant sous un ciel permettant la vision de la Voie Lactée sont relativement épargnés par les effets négatifs de l’éclairage artificiel. En ce sens, l’indicateur « vision de la Voie Lactée à l’œil nu » peut être un bon compromis synthétique.

pano-aigoual-03

Intrinsèquement lié au premier, le deuxième élément de réponse se situe dans la ligne de la construction et de la diversification des publics et fait appel à l’intermédiation des médias. Cartographier la visibilité de la Voie Lactée et communiquer sur le pourcentage de personnes ayant perdu tout lien visuel avec ce marqueur paysager, c’est humaniser le savoir scientifique complexe et rigoureux de la modélisation de la diffusion de la lumière artificielle dans l’atmosphère. C’est se rapprocher de l’expérience et de la quotidienneté de chacun : un ciel jaune-orangé pour certains, un ciel étoilé pour d’autres. Et de fait, c’est faciliter la saisie par les médias du problème des nuisances et pollutions lumineuses.

Il ne faut cependant pas oublier, après avoir construit les publics du problème, de prêter attention aux problèmes des publics. Et par exemple, ne pas mépriser les besoins en éclairage exprimés par certains usagers ; ou encore les demandes de plus en plus pressantes d’un éclairage modernisé : la technologie LED se débarrasse lentement de ses erreurs de jeunesse et l’on trouve aujourd’hui des sources d’une température de 2700 K dont les flux sont souvent maîtrisés.

Il faut également accepter que la lutte contre les nuisances et pollutions lumineuses ne soit plus l’apanage de quelques associations encore marquées par le milieu de l’astronomie. Habitants, élus, ingénieurs territoriaux, bureaux d’études, chercheurs… : la fabrique de l’éclairage urbain doit être ouverte à toutes les expertises et prêter attention aux différents usages de la nuit pour, par exemple, mettre en place des politiques localement concertées de réduction des niveaux d’éclairement, voire de coupure de l’éclairage durant certaines plages horaires.

C’est l’attention portée à ce que les usagers font de et dans la nuit qui permet l’adaptation locale de la norme d’éclairage, au plus proche des spécificités et des besoins territoriaux. Ce travail donne naissance à de nouveaux outils spatialisés, comme les Réserves Internationales de Ciel Étoilé, adaptés aux besoins des astronomes et cheminant vers l’amélioration de la qualité environnementale nocturne.

Crédits image à la Une : CC Flickr Skyeterrier

Samuel Challéat

LISST-Dynamiques Rurales (samuel.challeat@univ-tlse2.fr)

More Posts

Samuel Challéat

LISST-Dynamiques Rurales (samuel.challeat@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19/01/2017

    […] Nota : Deux versions de cet articles ont été publiées par ailleurs. L’une dans le magazine Ciel & Espace en juillet-août 2016 [Challéat S. (2016). Les voix de la nuit. Ciel & Espace, 548, 24-25.], l’autre dans la revue Mondes Sociaux du LabEx SMS en septembre 2016 [ChalléatS.(2016). La nuit au risque des nuisances et pollutions lumineuses. Mondes Sociaux, 15 septembre 2016. En ligne : http://sms.hypotheses.org/8274%5D. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *