Mettre le feu à la forêt pour exploiter ses ressources ?

Imaginez une forêt. À quoi ressemble-t-elle ? Est-elle vide de toute présence humaine, propice aux sorties familiales, à la cueillette des champignons, aux balades le long des sous-bois ? Si c’est le cas, elle correspond point par point à l’image moderne de la forêt, telle qu’on se la représente aujourd’hui dans notre modernité qui file à cent à l’heure.

Notre mémoire collective l’a oublié, les forêts ont longtemps été le contraire de ces représentations. Elles étaient des lieux grouillants de vie, fournissant du bois pour la construction, des pâtures pour les bestiaux et du charbon pour alimenter âtres et industries. De cette mémoire passée, il ne nous reste presque rien, si ce n’est quelques témoignages enfouis dans les archives. L’exode rural est passé par là. Le vieillissement des arbres, la disparition de l’activité agricole, l’enfrichement et les boisements de substitution condamnent la trace de ce qui fut. Seuls de rares témoins se souviennent encore de cette époque, des gestes réalisés et des techniques utilisées pour profiter des fruits de la forêt.

Afin que leurs souvenirs ne s’éteignent pas avec eux, l’Université de Gênes et le Parc de l’Antola ont initié une mission dans le Val Vobbia, vallée encaissée de l’Apennin ligure. Dédiée à la production de charbon de bois entre 1920 et 1950, elle renferme encore quelques charbonniers à même de reproduire les gestes anciens. La mission procède ainsi à la reconstitution expérimentale d’une charbonnière afin de l’observer et de recueillir les données liées à sa construction, sa combustion et son impact sur l’environnement. Tout au long du film Les charbonniers de l’Antola, les géographes Jean-Paul Métailié et Guiseppina Poggi, filment les deux charbonniers à l’oeuvre, les interrogent sur le choix des essences à brûler, sur leurs techniques, sur l’importance de la terre et sur les conditions de vie à l’époque. La nuit succède au jour tandis que la charbonnière continue de brûler, nécessitant une vigilance de tous les instants pendant la semaine qu’elle met à se consumer.

Fiche technique

Capture-d’écran-2015-06-16-à-11.22.41 (1)

Ce film-recherche Les charbonniers de l’Antola a été conçu dans l’UMR GEODE en collaboration avec le LASA, Université de Gênes. Il a été tourné en 1998 dans le Val Vobbia (Italie). Il a été produit par l’Université de Toulouse II-Le Mirail.

Type de média

Film-recherche

Laboratoire de recherche

UMR GEODE (Université Toulouse Jean Jaurès)

Auteurs

Jean-Paul Métailié et Guiseppina Poggi

Réalisateur

Bruno Bastard

Producteurs

Université Toulouse II – Le Mirail et Parc naturel régional de l’Antola

Illustrations

Jacques Aguila

Son

Laurent Lelli

Images

Bruno Bastard

Montage

Jean Jimenez

Informations techniques

  • Date de production : 1998
  • Durée : 43 min
CC Flickr Marc Delforge

CC Flickr Marc Delforge

Crédits image à la Une : CC Flickr Carey Ciuro.

Sébastien Poublanc

FRAMESPA (sebastien.poublanc@univ-tlse2.fr)

More Posts

Follow Me:
Twitter

Sébastien Poublanc

FRAMESPA (sebastien.poublanc@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 27/09/2016

    […] Qui se souvient des charbonniers qui exploitaient les ressources de nos forêts ? Le film-recherche de Jean-Paul Métailié et Guiseppina Poggi, « Les charbonniers de l’Antola »,s’intéresse à leurs gestes, leurs savoirs, leurs techniques, leurs difficiles conditions de vie :  http://sms.hypotheses.org/8319 […]

  2. 04/10/2016

    […] Lire l’article et voir le film de la mission sur le carnet. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *