Un incubateur d’entreprises au 18ème siècle ? L’exemple marseillais

Fondée en 1753 par quelques peintres, sculpteurs et architectes de la ville, l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille est pensée comme un espace de formation, de sociabilité et de mise en relation. Elle réunit des artistes, des financeurs, des entrepreneurs dynamiques et des hommes évoluant dans les cercles du pouvoir politique autour d’un projet commun : le développement des arts et du commerce à l’échelle locale.

Au-delà de l’anachronisme du terme « incubateur », est-il possible de la comprendre comme une structure mettant en commun des moyens pour favoriser la création et le développement d’entreprises spécifiques ? Quel soutien cette institution à but non lucratif apporte-t-elle réellement à ces manufactures et fabriques centrées autour du luxe et du demi-luxe ? Quelles formes cet accompagnement prend-il tout au long de la seconde moitié du 18ème siècle ?

La nouvelle exposition du Musée des Beaux-Arts de Marseille – Marseille au XVIIIe siècle. Les années de l’académie de peinture et de sculpture – est l’occasion de s’intéresser à ces académies qui connaissent à cette époque un succès inégalé et d’interroger leur action sur l’essor économique des villes et des régions.

  • Catalogue de l’exposition, 2016,  Marseille au XVIIIe siècle. Les années de l’Académie de peinture et de sculpture (1753-1793), Paris : Somogy ;
  • Plus particulièrement Fabre G., « De l’Ecole académique de dessin à l’Académie de peinture, sculpture et architecture civile et navale de Marseille », p. 87-140 et Roffidal E., « L’union des arts et du commerce », p. 193-210.

L’histoire de l’académie en quelques mots

Logo Le Petit Marseillais

Logo Le Petit Marseillais tous droits réservés

La création est le fruit de la rencontre entre des artistes locaux (parmi lesquels le peintre David de Marseille, le sculpteur Jean-Michel Verdiguier et l’architecte Jean-Joseph Kappeler) et un puissant protecteur, Honoré-Armand, Duc de Villars, gouverneur de Provence. Cette structure est rapidement dirigée par l’aixois Michel-François Dandré-Bardon (1700-1783), tout nouveau professeur à l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris, qui se révèle un pédagogue accompli et un relai efficace vers les réseaux artistiques et politiques parisiens.

Installée à l’origine dans les locaux de l’Arsenal, idéalement situés au cœur du port et de ses activités, elle bénéficie dès 1755 de fonds publics grâce à une pension municipale. Le titre honorifique de « Protecteurs de l’Ecole » est alors accordé aux maires, échevins et assesseurs de la ville, témoin de la volonté d’associer le pouvoir politique local. En 1780, après un déploiement d’énergie et de jeux de relations, l’institution obtient des lettres patentes qui lui assurent de nouveaux financements et fixent sa légitimité, et ce jusqu’à sa suppression par la loi du 18 août 1792.

Formations adaptées et mise en commun de moyens

Une de ses missions principales est de former les artistes et les artisans en complément de l’apprentissage reçu chez un maître. Elle propose ainsi des cours de dessin, entre 240 et 280 jours par an, dispensés par une quinzaine de professeurs pouvant s’appuyer sur un matériel pédagogique spécifique – modèles dessinés ou gravés, modèles moulés en plâtre – et grâce à la pose de modèles vivants, choisis en fonction de la fermeté de leur chair et de leur musculature.

Les professeurs qui dirigent ces classes, alternativement un mois chacun, et assurent dans le même temps des charges administratives, sont bénévoles. Ils ont donc la nécessité d’exercer une activité professionnelle rémunératrice, le plus souvent artistique (chantiers et commandes privés ou publiques) et parfois dans des domaines plus éloignés (un professeur est ainsi chirurgien-major des forts et citadelles de Marseille, un autre inspecteur des travaux publics), ce qui assure une connexion étroite entre formation et monde du travail.

Le but est d’apporter le meilleur enseignement à des élèves qui seront appelés à poursuivre une carrière dans les arts, à Paris et à Rome pour les plus doués d’entre eux (Simon Julien, Jean-Baptiste Coste, Jean-Joseph Foucou, etc.), et de conduire les autres dans des formations d’excellence en lien avec les arts décoratifs. Il s’agit également de leur donner la possibilité de renouveler leurs connaissances et de poursuivre cet enseignement initial tout au long de leur carrière, par le biais d’expositions régulières, de conférences ou encore par la mise à disposition d’ouvrages et de recueils de modèles. En effet, la bibliothèque, régulièrement alimentée par des dons, est pourvue des dernières publications sur la peinture, l’architecture, l’histoire ou l’anatomie, de recueils de gravures et de collections de dessins de grands maîtres européens. La collection des plâtres est unique en Provence et permet notamment de proposer des modèles de têtes.

La possibilité d’être mis en relation

CC Wikimedia Commons Martin Grandjean

CC Wikimedia Commons Martin Grandjean

Appartenir à une académie de peinture de province, c’est la possibilité d’être en relation avec l’élite artistique, intellectuelle et scientifique, et avec des hommes de pouvoir influents. L’institution réunit ainsi des artistes et des artisans soucieux de leur trajectoire professionnelle (165 y seront reçus comme académiciens, associés ou correspondants), mais également des confrères académiciens (quatre membres de l’Académie royale de Paris et vingt de l’Académie des Belles-lettres, sciences et arts de la ville).

A ce noyau spécifique, il faut ajouter les nombreux amateurs, choisis parmi les personnalités remarquables de la province ou de la capitale (plus de 160 admissions entre 1754 et 1789). Ces hommes sont souvent des mécènes et des bienfaiteurs de tout premier ordre qui mettent leur notoriété ainsi que leurs entregent au service de l’institution et de ses membres.

Les relations interpersonnelles des académiciens jouent également dans le succès des trajectoires professionnelles de la plupart des artistes : il en est ainsi du peintre Louis Chaix qui, grâce au soutien de membres, peut se former à Paris puis à Rome, avant d’obtenir des commandes du riche amateur marseillais Louis Borély. Elles jouent également à plein pour le développement des manufactures locales : les faïenciers marseillais trouvent au sein de la structure académique des ouvriers et des artistes, mais également des commanditaires leur permettant d’assurer la réputation de leurs productions.

Aider à la mise en place d’une économie de la qualité

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

En formant des artistes et des ouvriers compétents, c’est bien le développement des manufactures d’excellence que cherche à dynamiser l’académie marseillaise. Les visées sont évidemment économiques pour atteindre un large espace commercial européen, levantin, africain et même américain (Antilles). Dans les faits, les faïences et les porcelaines marseillaises, qui atteignent une qualité inégalée, se retrouvent sur l’ensemble de ces marchés. Elles répondent aux nouveaux goûts des consommateurs, tout comme les manufactures de toiles imprimées, celles de verreries ou de corail. L’Académie de peinture et de sculpture apparaît ainsi comme un levier productif de qualité, permettant la rencontre d’amateurs raffinés, de producteurs ambitieux pouvant s’appuyer sur une longue tradition artisanale, de négociants importateurs et exportateurs, de politiques impliqués et volontaires et d’artistes/artisans formés au « bon goût ».

Le cas d’Honoré Savy (1725-1790) est exemplaire de ce point de vue. Dès 1756, ce faïencier est reçu membre de l’Académie. Ce premier manufacturier à intégrer la structure va se révéler un entrepreneur dynamique : il forme de nombreux apprentis, rachète des terrains pour accroître ses bâtiments et arme des bateaux pour vendre ses productions. Sa clientèle dépasse largement le terroir marseillais et touche aussi bien Alexandrie, Smyrne, Ancône, Livourne, Venise ou Constantinople. Si son succès commercial ne peut être réduit à sa seule appartenance académique, il n’en demeure pas moins qu’elle y a grandement concouru : elle lui a permis de perfectionner la formation de ses apprentis et d’être toujours au fait des dernières évolutions artistiques et décoratives. Elle lui a également apporté une réputation, une forme de certification, tout comme elle lui a donné accès à un réseau.

Favoriser la création d’entreprises innovantes

Avec l'aimable autorisation de Thomas Tessier

Tous droits réservés Thomas Tessier et les éditions Rue des enfants

Si cette sollicitation ne fut pas couronnée de succès, elle renseigne pourtant sur le caractère dynamique du milieu académique. En effet, en cette seconde moitié du 18ème siècle, la fabrication de la porcelaine constitue le graal qualitatif et innovant qui fascine les professionnels et les amateurs de toute l’Europe. Dans cette course à l’innovation sont ainsi présents à l’échelle locale non seulement des faïenciers (Honoré Savy, Gaspard Robert, Antoine Bonnefoy), mais également des hommes curieux de tout. C’est le cas du richissime Jean-Baptiste de Bruny (1724-1795), un des premiers amateurs de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille qui effectue des essais de porcelaine dans sa petite faïencerie de La Tour d’Aigues, avec cependant un succès tout relatif.

Pour rencontrer une production de porcelaine de qualité, il faut se tourner vers la manufacture du marseillais Gaspard Robert qui supplante ses concurrents locaux. Le faïencier, qui s’était d’abord associé au porcelainier berlinois Jacob Dortu, a semble-t-il bénéficié par ce biais d’un transfert de compétences qui a certainement fait la différence. De fait, lors de la visite à Marseille du Comte de Provence, frère du roi, sa fabrique est présentée comme un haut-lieu de la production de porcelaine ; et lorsque l’année suivante, le ministre Bertin écrit à l’Intendant de Provence pour trouver un fabricant capable de concurrencer les porcelaines de Vienne en Autriche, les essais sont confiés à Gaspard Robert qui peut se vanter de bien connaître la concurrence chinoise et d’avoir exporté dans les Echelles du Levant ses porcelaines polychromes et dorées.

Il serait évidemment simpliste d’attribuer aux seuls mérites de l’Académie le succès de ces entreprises marseillaises au cours des années 1750-1790. D’autres phénomènes y ont concouru, notamment une tradition artisanale de qualité, ou encore le dynamisme portuaire. Il n’en demeure pas moins que cette structure a permis de constituer autour des manufactures locales un réseau multiple tout à la fois artistique, politique et économique qui a concouru à leur réussite.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

 

Crédits image à la Une : Joseph Vernet, Vue de l’entrée du port de Marseille, prise de la montage appelée Tête de More, 1754, huile sur toile, Paris, musée du Louvre, inv. 8293


Émilie Roffidal

FRAMESPA (emilie.roffidal@univ-tlse2.fr)

More Posts

Émilie Roffidal

FRAMESPA (emilie.roffidal@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/10/2016

    […] Emilie Roffidal, « Un incubateur d’entreprises au XVIIIe siècle ? L’exemple marseillais …. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *