Le numérique diversifie-t-il vraiment les goûts musicaux ?

Demandez à quelqu’un, et plus particulièrement à un jeune, ce qu’il écoute comme musique. Souvent, sa réponse spontanée sera : « de tout ». C’est en tout cas cette réponse que j’ai obtenue de manière dominante au cours des entretiens réalisés dans le cadre de ma thèse sur les pratiques d’écoute musicale des adolescents à l’heure du numérique. Mais en affinant les questions sur les genres écoutés, les artistes préférés et les moments particuliers d’écoute, les musicophiles – c’est-à-dire ceux qui ont un lien faible ou fort avec l’écoute musicale – délaissent pourtant systématiquement des genres musicaux et/ou des artistes. En fait, nul n’écoute « de tout », même quand il affirme le contraire.

Derrière ce « de tout » se cache une croyance en l’éclectisation des goûts musicaux, notamment chez les jeunes, que l’on met souvent en perspective avec la digitalisation de l’écoute musicale. Et de fait, plusieurs indices sont convergents. D’abord la musicalisation de la société occidentale n’est plus à démontrer : elle est à la fois due à un effet de génération (depuis les années 1960, chaque génération écoute davantage de musique que la précédente), doublé d’un effet d’âge, les 15-25 ans écoutant plus de musique que leurs congénères plus ou moins âgés. D’autres indices comme la démocratisation des dispositifs socio-techniques d’écoute (téléphone portable, lecteur MP3, casque…), ainsi que la baisse des prix de vente des équipements d’enregistrement, ou encore la forte exposition médiatique de la musique (naissance de MTV, multiplication des chaînes TV et des stations de radio musicales, développement des télé-crochets) vont dans le même sens.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Tous ces indices convergent vers le constat d’une écoute musicale toujours plus importante. L’éclectisation des goûts serait à la fois la cause et la conséquence d’un accès à la musique facilité par le numérique. Celui-ci donnerait potentiellement accès à « plus de contenus » ainsi qu’à des genres musicaux plus variés. On peut dès lors penser que la musicalisation du quotidien des Français, et plus particulièrement des jeunes, va de pair avec l’élargissement de leurs découvertes musicales et de la diversité d’artistes et de genres musicaux écoutés. Cela d’autant que certains artistes n’hésitent pas, tout au long de leur carrière, à investir différents genres esthétiques.

Et pour mettre en évidence cette diversification, il n’y a pas d’autres choix que d’interroger les genres musicaux écoutés par les adolescent.es.

La double culture adolescente

Une première culture, historique celle-là, est basée principalement – mais pas seulement – sur des critères esthétiques. Elle a abouti à une classification qui a fini par être imposée par les industries du disque et les diffuseurs. Par exemple, si je veux acheter le dernier album de Johnny Hallyday à la FNAC, je sais qu’en cherchant le rayonnage « Chanson française » je pourrai certainement le trouver. C’est en partie sur cette culture que repose ce fameux « j’écoute de tout ». En effet, en analysant le lecteur MP3 ou le téléphone portable des ados, on peut mesurer combien leur MP3thèque présente une variété de critères : esthétiques bien sûr (plusieurs genres musicaux peuvent cohabiter), mais aussi en termes d’époque (la mode revivaliste actuelle favorisant la légitimité des musiques des années 1950 à 1980), ou de provenances médiatiques et notamment les musiques de publicités, de séries ou de films.

Au premier abord donc, plusieurs indices permettraient de répondre positivement à l’hypothèse d’un élargissement du portefeuille des goûts musicaux des adolescent.es. Mais certains phénomènes cumulés – numérisation de l’écoute, atomisation de l’album initié par Apple, démocratisation de l’écoute à la piste via le téléchargement et le streaming légaux (Deezer, Spotify, Youtube) ou illégaux (Convertisseurs MP3, Torrents) – ont fait de la playlist le nouvel étalon de l’unité d’écoute musicale de la jeune génération. Or cette déconstruction (d’albums)/reconstruction (de playlists) n’est souvent pas en phase avec les critères esthétiques et donc les catégories historiques que l’on connaît.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Cette deuxième manière de catégoriser la musique transcende la notion esthétique au profit de catégories le plus souvent pratiques : on construit et on consomme des playlists pour se réveiller, s’endormir, courir, travailler, danser… Or présenter l’écoute musicale sous l’angle de ses finalités pratiques fait imploser l’idée d’une binarité de l’écoute : elle n’est plus passive ou active. De sorte que la critique souvent formulée à l’encontre de cette génération de consommer de la musique de manière passive n’a plus guère de fondement. Il n’est plus question pour ces jeunes de savoir s’ils écoutent de la musique attentivement ou de manière « oblique », mais de s’interroger sur les objectifs qu’ils se donnent dans tel ou tel moment d’écoute. On peut donc voir légitimement dans ces playlists de nouvelles formes d’expression de l’individuation : « Quand j’ai pas envie de faire la vaisselle, je mets du bon gros son… du hard-metal et ça me motive » dit Hugo, 14 ans.

Mais si certaines actions sont communes à de nombreux jeunes, comme se réveiller ou s’endormir, les contenus musicaux que chacun souhaite y voir figurer peuvent considérablement varier d’un individu à l’autre.

Chacun construit la cohérence de son écoute

Cette recomposition de l’écoute qui fait assez peu de cas de la dimension esthétique pour se structurer autour de finalités pratiques liées au quotidien, pourrait être interprétée comme le renouveau d’une catégorisation qui n’a rien de plurielle ou de diversifiée.

Demandez à un.e adolescent.e pourquoi elle télécharge telle ou telle musique ? La réponse est souvent quelque chose comme : « Parce que ça me plait et quand ça me plaît, je garde ». Prenons l’exemple d’Antoine. On trouve dans son téléphone portable ses artistes préférés : Zebda, Brassens, Oxmo Puccino et un chanteur de blues sénégalais. D’un point de vue esthétique, Antoine écoute manifestement des genres variés : de la chanson française contemporaine ou plus ancienne, du rap, de la musique du monde, du blues… Mais il a reconstruit la cohérence de ces artistes autour d’une notion qui échappe à toutes les catégories habituellement utilisées : leur engagement politique.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

On voit bien toute la difficulté d’appréhender la catégorie « engagement politique » en matière d’élargissement du portefeuille de goûts, précisément parce que ce goût n’est rattaché à aucune esthétique particulière. Dans ces conditions, on pourrait émettre l’hypothèse que ces reconstructions de playlists, guidées par les finalités pratiques de l’écoute des musicophiles, sont pensées dans une forme de cohérence qui n’induit pas une diversification du goût, à la condition de se détacher de la notion de genre lorsque l’on parle de goûts. Il semble plus juste d’appréhender désormais la question de la diversité et de l’éclectisme du goût en dehors des champs esthétiques, ou alors en les combinant à d’autres critères.

Enfin, ces « nouvelles » catégorisations personnalisées – elles ne sont pas nouvelles au sens d’inédites, mais en raison du nouveau regard que l’on porte sur elles – posent la question d’une culture commune. En effet, les catégories esthétiques étaient toujours discutables (et discutées). De sorte que deux musicophiles pouvaient affecter le même artiste à deux genres esthétiques différents. Ces catégories étaient donc mouvantes, mais elles permettaient au moins de « faire culture commune ». Quand quelqu’un disait qu’il aimait le rap ou la musique celtique, il renvoyait à un univers de représentations et de critères esthétiques qui, malgré le lot d’erreurs que ces représentations peuvent induire, fonctionnaient plus ou moins bien.

CC Pixabay ComFreak

CC Pixabay ComFreak

Désormais, alors que l’individuation est poussée à son comble dans la construction des playlists personnalisées, doublée de nomenclatures intimement liées à l’histoire sociale, à la culture et au vécu des musicophiles, comment faire culture commune ? Pour se réveiller certains vont chercher des musiques très douces pour se tirer du lit en douceur. D’autres préfèrent des musiques très énergiques pour éveiller leur sens. Certains s’attachent aux voix, d’autres aux rythmes…

Si la question reste théoriquement ouverte, on peut encore compter sur les médias, les algorithmes de recommandations et les phénomènes de concentration dans les industries musicales pour perpétuer une culture musicale médiatique commune. D’ailleurs, de nombreux adolescent.es distinguent une double culture musicale : une culture « affective » faite d’artistes qu’ils aiment, et une culture « médiatique » composée d’artistes « que tout le monde connaît ». Les deux ne se superposent pas toujours en matière de goûts, et ne sont convoquées ni dans les mêmes lieux, ni en même temps.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Geralt


Christophe Thibault

LERASS (tibo.christophe@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Christophe Thibault

LERASS (tibo.christophe@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 16/10/2016

    […] Demandez à quelqu’un, et plus particulièrement à un jeune, ce qu’il écoute comme musique. Souvent, sa réponse spontanée sera : « de tout ». C’est en tout cas cette réponse que j’ai obtenue de manière dominant  […]

  2. 23/10/2016

    […] Demandez à quelqu’un, et plus particulièrement à un jeune, ce qu’il écoute comme musique. Souvent, sa réponse spontanée sera : « de tout ».  […]

  3. 31/10/2016

    […] Le numérique diversifie-t-il vraiment les goûts musicaux ? – Mondes Sociaux. Demandez à quelqu’un, et plus particulièrement à un jeune, ce qu’il écoute comme musique. Souvent, sa réponse spontanée sera : « de tout ». C’est en tout cas cette réponse que j’ai obtenue de manière dominante au cours des entretiens réalisés dans le cadre de ma thèse sur les pratiques d’écoute musicale des adolescents à l’heure du numérique. Mais en affinant les questions sur les genres écoutés, les artistes préférés et les moments particuliers d’écoute, les musicophiles – c’est-à-dire ceux qui ont un lien faible ou fort avec l’écoute musicale – délaissent pourtant systématiquement des genres musicaux et/ou des artistes. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *