Le journalisme d’entreprise, un métier méconnu et controversé

CC Wikimedia Commons Francis Barraud

CC Wikimedia Commons Francis Barraud

En France, le journaliste d’entreprise a souvent mauvaise presse, tant auprès des journalistes exerçant leurs talents dans les médias traditionnels, que du côté des salariés qui peuvent voir en lui la « voix de son maître ». Mais qui sait que le journalisme d’entreprise est un « vrai » métier, au sens d’ensemble de savoirs et de savoir-faire acquis par la formation et l’expérience professionnelle ?

Ce métier regroupe en fait deux activités essentielles : une relative au journalisme, et une autre liée à l’entreprise. Il est exercé par des professionnels qui mettent en pratique des techniques de collecte d’information, d’écriture et de production journalistiques au service d’une entreprise et de sa stratégie. Le journaliste d’entreprise exerce son métier soit au sein d’une organisation (souvent une « grande » entreprise), soit dans une agence, rarement en freelance.

Un métier

Le journaliste d’entreprise ne vise pas à promouvoir le journalisme au sein des entreprises. Il porte des missions rédactionnelles en externe qui sont au service de l’entreprise. Sa mission essentielle est d’informer les différentes parties prenantes (salariés, clients, partenaires, investisseurs…) sur des éléments sélectionnés qui concernent la vie organisationnelle. Cette mission s’inscrit officiellement dans la stratégie de l’entreprise pour laquelle il travaille. De manière plus pratique, il est chargé de produire des contenus écrits, sonores, visuels, numériques, sur différents supports (papier, mais aussi électronique comme le Web 2.0, les Intranets, les blogs, les plateformes de discussions, d’échanges d’informations et de contenus).

Il n’effectue pas le même travail qu’un journaliste exerçant dans les médias et sa marge de liberté est beaucoup plus restreinte : les « vraies » enquêtes journalistiques, par exemple, sont quasiment inexistantes dans la presse d’entreprise. En revanche, au sein de l’organisation, il dispose d’un périmètre d’intervention large et transversal. Expert de certains domaines et problématiques, il « couvre » en fait tous les services et activités de l’entreprise. Quand il est salarié de cette dernière, il dispose d’un accès au terrain facile et privilégié, mais lorsqu’il exerce dans une agence ou en freelance, son domaine d’intervention est plus étroit et ses déplacements au sein de l’entreprise sont réglementés et limités ; souvent, il est secondé par un chargé de communication salarié de l’entreprise.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Le journaliste d’entreprise élabore des articles de presse (reportage, interview, portrait, compte rendu, brève…), mais il peut être également amené à proposer des produits audio et vidéo. Ce travail inclut la recherche de sujets, de documentation et d’informations diverses qu’il collecte, catégorise, traite, synthétise, hiérarchise et rédige, d’une part en fonction de la stratégie de l’entreprise, d’autre part suivant les techniques d’écriture journalistique (loi de proximité, angle, message, chute, attaque, titraille…). Le comité de rédaction étant composé par des membres du personnel non journalistes, il est assez fréquent que le journaliste le coordonne, voire le supervise, comme dans n’importe quelle Rédaction : recueil et hiérarchisation des propositions, composition du « chemin de fer », correction des textes, garantie de la cohésion de la politique rédactionnelle et du respect de la charte éditoriale.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Ce qui différencie également le journaliste professionnel du journaliste d’entreprise, c’est la variabilité des tâches. Surtout en début de carrière, le journaliste d’entreprise effectue un travail rédactionnel semblable à celui d’un pigiste et il est souvent chargé de la rédaction de textes courts en rapport avec la vie quotidienne de l’entreprise, les actualités des services et les métiers qui y sont pratiqués. Au fil du temps, le « pigiste d’entreprise » rédige de plus en plus d’articles de fond qui permettent de combiner plusieurs genres d’écriture. Avec l’ancienneté et l’expérience, il peut se voir confier davantage de responsabilités éditoriales et managériales, voire des missions d’appui-conseil. Il est fréquent que des journalistes d’entreprises se muent en formateurs de membres du comité de rédaction, voire de managers.

Ils sont aussi amenés à prendre en charge plusieurs rubriques ou d’autres produits éditoriaux internes ou externes. Dans ce cas, ils deviennent les managers d’une petite équipe qui travaille sur plusieurs éditions.

Des compétences

Le journaliste d’entreprise doit non seulement aimer, mais aussi savoir écrire. La collecte d’informations nouvelles, originales, variées et intelligibles n’est que le préalable du travail de classement, d’analyse, de synthèse et d’écriture. La maîtrise des bases classiques de l’écriture journalistique est obligatoire, mais insuffisante : l’originalité et la sureté de son écriture sont les conditions sine qua non de la réussite de son travail. Par-delà ses capacités rédactionnelles, il doit posséder un excellent niveau de français. Si certains outils informatiques donnent la possibilité d’éliminer la quasi-totalité des fautes d’orthographe, la bonne maîtrise du français permet d’acquérir une écriture enrichie.

Savoir travailler avec les logiciels bureautiques est aujourd’hui obligatoire. Ces outils sont utiles, non seulement lors de la phase de rédaction et de réécriture des contenus médiatiques, mais ils permettent également de réaliser une veille informatique et informative plus ciblée. Ils autorisent aussi une meilleure maîtrise de la chaîne graphique, facteur d’autonomie, de transversalité et d’interchangeabilité dans le travail.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Certaines contraintes, comme l’autocensure, orientent et alourdissent son travail. Elles sont liées à l’organigramme et à la structure hiérarchique des organisations. Dans les rédactions des médias, la hiérarchie est souvent plus simple et largement assujettie au principe de production de contenus journalistiques. Le rattachement hiérarchique du journaliste d’entreprise dépend de la taille de l’organisation. Dans les petites structures, il est rare de le rencontrer et sa fonction est endossée par un chargé de communication interne. Dans les entreprises de taille moyenne, le journaliste est souvent rattaché au responsable de la communication. Dans les grandes entreprises, cette activité est fréquemment gérée par le directeur général, ce qui explique l’importance stratégique que lui est accordée.

En fait, ce professionnel est surtout présent dans les grandes entreprises dont la structure et la hiérarchie sont complexes. Les organisations privées chargées de missions de service public, les organisations publiques et les collectivités locales et territoriales disposent également de journalistes d’entreprise malgré les restrictions budgétaires auxquelles elles sont soumises.

Quelle formation et quelle carrière ?

Rien n’interdit à une entreprise de recruter des journalistes qui n’ont jamais fait d’études spécialisées. En revanche, la professionnalisation croissante des communicants permet de mettre en évidence quelques tendances durables. En France, le profil des étudiants issus de formations publiques ou privées reconnues en journalisme (ESJ, CFJ, CUEJ…) ou spécialisées en communication (CELSA, ISCOM, Ecoles supérieurs de commerce…) est le plus recherché. D’autres journalistes d’entreprise ont fait des études universitaires, souvent à Bac+5, en sciences de l’information et de la communication, en sociologie, en gestion des ressources humaines sciences humaines et sociales, voire en lettres modernes. Ces dernières années, on a pu observer la montée en puissance des diplômés en licences professionnelles, notamment en communication et en journalisme : cela s’explique en partie par la durée raccourcie de la formation (un an), le stage très pratique et la perspective de débouchés plus rapide sur le marché du travail.

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Bien que le métier de journaliste d’entreprise soit souvent le premier poste d’un nouveau diplômé en communication, rares sont les embauches de débutants sans expérience pratique. A moyen ou à long terme, sa carrière évolue fréquemment vers le poste de responsable de la communication interne, des relations presse ou des relations publiques, voire de la communication s’il est très expérimenté. Depuis le milieu des années 2000, les recherches en communication et en gestion constatent un double glissement professionnel : de journaliste d’entreprise vers le poste de responsable de communication interne et de responsable de communication interne vers la fonction de manager.

Selon l’Association pour l’Emploi des Cadres, un jeune diplômé perçoit entre 2500 et 3200 €, un jeune cadre entre 3300 et 4000 € et un cadre confirmé, entre 4000 et 6000€. Il est toutefois à noter que cette rémunération varie en fonction de la taille des entreprises et du lieu géographique. Les disparités entre l’Île-de-France, siège de nombreux sièges sociaux de grandes entreprises, et les autres régions sont considérable et ne cessent d’augmenter.

S’il est désormais un métier à part entière nécessitant formation spécialisée et compétences spécifiques, le journalisme d’entreprise peine encore à se faire accepter par ceux dont le métier est précisément la production d’informations dans la presse écrite, dans les médias audiovisuels et dans les médias en ligne. Ceux qui estiment être de « vrais » journalistes leur dénient encore souvent le droit de s’appeler « journalistes », suivis en cela par certains chercheurs spécialisés en information-communication. Ils estiment qu’ils sont tournés vers la communication au service de l’organisation qui les emploie, que vers l’information destinée à de larges publics. Et donc que ce ne sont pas des journalistes, mais des communicants. Le débat n’est pas près de s’épuiser…

Crédits image à la Une : CC Pixabay Alexas_Fotos


Ivan Ivanov

GRICO, Université d’Ottawa, Canada (iivanov@uottawa.ca)

More Posts - Website

Ivan Ivanov

GRICO, Université d’Ottawa, Canada (iivanov@uottawa.ca)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 16/10/2016

    […] Source : Le journalisme d’entreprise, un métier méconnu et controversé – Mondes Sociaux […]

  2. 03/01/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *