La surveillance de la société, une question pas vraiment nouvelle…

CC Wikipedia Commons EFF-Graphics

CC Wikipedia Commons EFF-Graphics

La question de la surveillance de la société impliquant le contrôle des individus à partir d’acteurs publics et privés et associant les techniques et les ressources de l’informatique est plus que jamais d’actualité. Le profilage des individus, développé notamment à l’occasion de crises économiques et sociales ou de mutations politiques majeures, fait pénétrer dans la société des moyens de surveillance et des techniques de contrôle utilisant des informations extraites des individus eux-mêmes, mais prélevées à leur insu. De sorte qu’ils perdent tout ou partie de la maîtrise des informations les concernant.

Mais la surveillance destinée à anticiper les comportements des individus ne date ni d’aujourd’hui, ni même d’hier. Le dernier ouvrage d’Armand Mattelart et André Vitalis offre aux lecteurs un concentré de références historiques, quelquefois oubliées, depuis la surveillance des ouvriers à travers le « livret ouvrier », jusqu’aux techniques contemporaines particulièrement sophistiquées de cyber contrôle et surveillance des populations. Et cela sur la toile de fond d’une société partagée entre l’affirmation d’une pensée libérale promouvant la liberté individuelle et de la nécessité de surveiller les populations potentiellement dangereuses.

Le profilage à travers quelques repères historiques

Profiler quelqu’un, c’est recueillir des données à partir desquelles il sera possible de construire son profil, et plus précisément de repérer, puis analyser ses actes, ses activités et ses propos afin de prévoir ses comportements, voire de les orienter.

En France, l’instauration d’un livret permettant de suivre les ouvriers à la trace date du 17 août 1781 et donc de l’Ancien Régime. Il s’agit d’un cahier officiel (il est signé par une autorité chaque fois que l’ouvrier change de patron) et nominal (nom, âge, naissance, profession…). Il recense les maîtres successifs de chaque ouvrier lors de son tour de France. Son détenteur est tenu de le présenter à chaque contrôle, notamment policier, sous peine d’être puni pour vagabondage. Il est supprimé par la Révolution Française, mais il refait surface en 1803. Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul, veut s’attaquer au « nomadisme des ouvriers » dans une société largement désorganisée par les péripéties révolutionnaires, et aussi contrôler indirectement leurs patrons, et cela essentiellement pour des raisons fiscales. Car ce document associe chaque ouvrier à son patron : en identifiant de façon précise les activités du premier, on comprend ce que sont celles du second. On notera cependant que le patron est libre dans la rédaction des commentaires et des annotations et qu’il conserve le livret tant que l’ouvrier travaille chez lui, ce qui peut avoir pour effet de rendre son changement d’employeur difficile.

capture-decran-2016-11-14-a-10-27-35

Contrôle du livret ouvrier, 1851, Delord

Le livret ouvrier va subsister pratiquement en l’état jusqu’au milieu du 19ème siècle. Il va entrer progressivement en désuétude, puis disparaître, d’une part en raison de la Révolution industrielle qui entraîne des embauches massives dans les usines et des déplacements importants de population, d’autre part de l’abolition de la loi anti-coalition de 1864 qui légalise les syndicats. On notera cependant qu’à la fin des années 1880 une technique de traçage voit le jour : il s’agit de la pointeuse ou horloge de présence pour les travailleurs de l’entreprise moderne laquelle vise, officiellement, à « garantir le calcul équitable de son temps de travail ».

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’origine des premiers véritables fichiers de police remonte à 1810, quand les rédacteurs du Code pénal napoléonien définissent des moyens préventifs et répressifs pour une surveillance de masse, moyens qui survivront largement au Premier Empire et qui seront employés par les régimes monarchiques et républicains qui se sont succédés durant le 19ème siècle. Ces différents moyens s’illustreront, notamment, par la présence d’appareils statistiques d’Etat mesurant la criminalité, la mise en place de tableaux synoptiques donnant l’état de la criminalité dans les quatre-vingt-six départements d’alors, et des « systèmes de fiches ou de bulletins individuels alphabétiquement rangés dans des casiers » (Mattelart, Vitalis).

Dès 1885, sont définies des techniques de reconnaissance de l’identité des citoyens à des fins de sécurité, accompagnées d’un discours plaidant l’instauration d’un certificat de vie individuel incluant le « signalement anthropométrique » pour les populations. Néanmoins, cette méthodologie d’identification ne verra pas le jour dans les démocraties occidentales qui l’écarteront « au nom du respect de la vie privée et des droits des citoyens » En revanche, on rappellera que l’anthropométrie ou technique relative à la mesure des caractéristiques physiques des hommes (taille, poids, longueur et circonférence des membres…) était alors en vogue en France, puis en Europe et aux Etats-Unis, notamment dans son application judiciaire.

Le paradoxe des démocraties actuelles : plus de liberté et davantage de contrôle

L’après-Seconde guerre mondiale se présente sous deux angles différents. Tout d’abord, sous l’effet de la Guerre Froide, une bipolarisation s’opère avec la création les Blocs de l’Est et de l’Ouest dominés respectivement par l’URSS et les USA. A l’Ouest, les Etats-Unis sont à l’origine du développement d’un complexe militaro-industriel dont une des conséquences tardive est la construction de systèmes téléinformatiques de plus en plus perfectionnés qui seront à l’origine des futurs dispositifs de surveillance massive. C’est aussi dans ce contexte que voient le jour des initiatives encore mal connues visant à rapprocher les sciences humaines et sociales avec les « intérêts de la défense » (cf., par exemple, le Defense Advanced Research Projects Agency).

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

En Europe occidentale, alors même que l’Etat-providence se présente comme un projet économique et social démocratique, la question de la sécurité nationale est à l’ordre du jour car l’ennemi est à la fois intérieur et extérieur. Dans la plupart des pays sont adoptées des mesures visant à renforcer les pouvoirs de l’Etat en matière de répression et de prévention. Par exemple, les Etats se dotent de moyens de fichage et de contrôle perfectionnés, s’appuyant pour cela sur l’informatique ainsi que sur les nouvelles technologies d’information et de communication. Les réactions dans le corps social sont nombreuses et, en France, elles ne sont pas étrangères à la création de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), autorité administrative indépendante chargée de protéger les données personnelles.

Puis la chute du Mur de Berlin et ses conséquences idéologiques, géo-politiques et géo-économiques dilue quelque peu les exigences de la sécurité nationale. Elles sont réactivées quelques années plus tard devant la montée du terrorisme à l’échelle planétaire (attentats du 11 Septembre 2001 à New York, du 11 Mars 2004 à Madrid, du 7 Juillet 2005 à Londres…). Le « tout sécuritaire » est alors présenté comme une nécessité face au terrorisme, ce « nouvel ennemi global ». Selon les auteurs, « le foisonnement des fichiers policiers et administratifs fait jeu avec le souci des autorités publiques de cerner les foyers potentiels de violence et de déviance. Du jeune agité ou du patient psychiatrique au terroriste ou criminel potentiel, l’objectif est d’anticiper les comportements jugés dangereux ou anormaux afin de prévenir les risques ». Dès lors, sur la toile de fond de la révolution numérique des années 2000 se met en place une architecture du contrôle des individus : fichiers, bases de données, interconnexions, méthodes informatiques de triage et de détection, géolocalisation…

L’informatique devient une ressource essentielle pour « discriminer une partie de la population à qui sera réservé un traitement particulier, compte tenu de son comportement ». Et cela peut aller très loin. Ainsi, en France, l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale préconisait en septembre 2005 le dépistage des enfants « présentant des troubles de conduite, afin de diminuer les risques de délinquance à l’adolescence » notamment par la colère et les actes de désobéissance.

Un monde post-orwellien ?

L’écrivain anglais Georges Orwell avait en son temps, dans son roman 1984, décrit un pays fictif terrifiant (Oceania) soumis à un contrôle social généralisé organisé par Big Brother, omniprésent dans l’espace public et dans la vie privée des gens. C’est en fait une allégorie d’un Etat policier moderne et technicisé qui est proposée aux lecteurs.

Et c’est bien à cette allégorie que l’on pense et à laquelle pensent Armand Mattelart et André Vitalis quand ils analysent l’Etat des années 2000 et son « tout sécuritaire » dans lequel « l’ordinateur » occupe un rôle central. Et cet « ordinateur » sert également d’outil pour des acteurs privés, et notamment des banques, des assurances, des industries du marketing.

Les données personnelles des individus, issues des fichiers informatiques, des divers formulaires d’inscription remplis régulièrement par tout un chacun, des messageries et des réseaux sociaux, du traçage des comportements à travers les téléphones portables (…) sont massivement récupérées à des fins commerciales, tantôt légalement, tantôt illégalement. Au profilage sécuritaire, s’ajoute alors le profilage commercial très utile pour connaître les comportements et les goûts des consommateurs, orienter la consommation, ou encore tracer les parcours des clients dans les grandes surfaces et les grands magasins. Et tout cela dans la plus grande invisibilité et à l’insu des individus. Big Brother is watching you

CC Wikimedia Commons Sstrobeck23

CC Wikimedia Commons Sstrobeck23

Crédits image à la Une : CC Pixabay 422737


Benjamin Lorre

LABISC, Université Paris 13 (b.lorre@gmx.com )

More Posts

Benjamin Lorre

LABISC, Université Paris 13 (b.lorre@gmx.com )

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 15/11/2016

    […] La surveillance de la société, une question pas vraiment nouvelle… […]

  2. 28/11/2016

    […] La question de la surveillance de la société impliquant le contrôle des individus à partir d’acteurs publics et privés et associant les techniques et les ressources de l’informatique est plus que jamais d’actualité  […]

  3. 04/09/2017

    […] [Edit 2016] Lire aussi : Lorre B., « La surveillance de la société, une question pas vraiment nouvelle… » (2016) et Mattelart A., Vitalis A., Le profilage des populations du livret ouvrier au cybercontrôle […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *