De quelques croyances répandues sur la géographie des activités scientifiques

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Les dernières années ont vu se mettre en place dans différents pays des politiques d’« aménagement scientifique ». Que ce soit au Japon, en France ou en Allemagne, ces initiatives encouragent le regroupement d’universités, complété d’une différenciation fonctionnelle « hiérarchique » de leurs rôles (mondial, national, local, ou encore de recherche ou seulement d’enseignement). Ces politiques consistent principalement à différencier les moyens accordés aux universités en se fondant sur des diagnostics et des évaluations comprenant un certain nombre d’allant de soi qui concernent la dimension spatiale des activités d’enseignement supérieur et de recherche.

Ces représentations de l’action peuvent être assimilées à des croyances répandues gouvernées par l’idée d’un accroissement inéluctable des hiérarchies entre les villes, de l’existence d’effets de masse critique imposée par une mondialisation croissante, d’une activité scientifique concurrentielle qui dessinerait le devenir des économies nationales.

J’ai participé avec un groupe de chercheurs du Labex Structuration des Mondes Sociaux (Denis Eckert, Marion Maisonobe, Béatrice Milard, Laurent Jégou, Josselin Tallec) à une étude bibliométrique sur la répartition des publications scientifiques entre les différentes villes du monde et les réseaux de collaboration dans lesquels elles s’insèrent. Grace à une collaboration avec le CIRST de Montréal (en particulier Yves Gingras et Vincent Larrivière) et avec l’Observatoire des Sciences et des Techniques (OST), nous avons pu réaliser un géocodage de l’ensemble des données de publications recensées par le Web of Science de la société Thomson Reuters. Nous avons en outre regroupé les données selon les agglomérations urbaines. A partir de ce travail, nous avons testé un certain nombre de ces croyances très communes sur la géographie des activités scientifiques.

Concentration

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

En comparaison de la population mondiale, l’activité scientifique mesurée par le volume de publications recensées par les bases de données bibliométriques est indéniablement beaucoup plus concentrée géographiquement. Les pays les plus anciennement impliqués dans les activités scientifiques – Europe et Amérique du Nord, hors Mexique -, concentrent une part considérable des publications (60% environ) alors que leur poids dans la population mondiale est bien plus faible (15% environ).

Au sein de chaque pays, l’écart entre la répartition des publications et celle de la population est également très variable. Si l’on se limite aux 11 premiers pays producteurs d’articles répertoriés dans le Web of Science, on trouve d’impressionnantes différences : 3 pays connaissent une hiérarchie très accentuée avec plus de la moitié de la production scientifique réalisée dans deux villes seulement (Japon, Australie, Russie). A l’inverse, il faut 8 villes (Inde), 10 (Allemagne) et surtout 19 (Etats-Unis) pour arriver à ce seuil de 50%. Les autres pays, dont la France, la Chine et le Royaume-Uni sont en position intermédiaire.

greenCroyance n°1 : les activités scientifiques sont concentrées spatialement

Résultats des études empiriques : c’est exact. En 2007, 95 % des publications scientifiques étaient concentrées dans moins de mille agglomérations scientifiques et 50% dans une centaine environ. En outre, il n’y a aucun lien entre l’activité d’un système scientifique et son organisation spatiale, la concentration ou la dispersion de ses lieux d’activités.

Déconcentration

Dans de nombreux discours contemporains sur la science et les dynamiques de l’activité scientifiques, l’idée d’une concentration croissante de l’activité dans un petit nombre de villes est souvent un allant de soi. Une façon simple d’évaluer le degré de concentration de la science est de calculer la proportion des publications mondiales que l’on peut attribuer aux plus grandes agglomérations scientifiques mondiales.

capture-decran-2016-11-10-a-16-22-42

Sur une période relativement courte (moins d’une décennie), la contribution des principales agglomérations mondiales à la production scientifique diminue. Les dix premières d’entre elles comptent pour un peu plus de 15 % du total, perdant plus de deux points par rapport au début de la décennie. La tendance est générale, que l’on considère la barre des trente, cinquante, cent premières agglomérations mondiales, ou plus loin encore dans le classement. Cela signifie que l’activité scientifique est en voie de diffusion générale. Ce processus n’est pas récent : il est lent et continu. Nous avons pu l’observer depuis la fin des années 1980, quand les dix premières agglomérations mondiales pesaient encore 21 % du total. Elles ont donc perdu cinq points en vingt ans, preuve que la théorie de la concentration de la science dans les grandes métropoles ne résiste pas à l’analyse.

redCroyance n°2 : la concentration s’accroît

Résultats des études empiriques : la concentration décroît

La masse critique n’existe pas

CC Flickr Steve Jurvetson Suivre

CC Flickr Steve Jurvetson Suivre

On ne compte plus les articles et les ouvrages relatifs aux politiques de recherche qui se fondent sur ce que l’on peut appeler « la théorie de la masse critique ». Cette métaphore consiste à dire qu’il faut une densité suffisante de chercheurs dans une institution, une agglomération ou une région pour que la qualité de la recherche soit bonne. Les chercheurs sont censés avoir besoin de nombreux collègues à proximité pour échanger des idées et être stimulés dans leur travail.

Quelques tentatives ont été effectuées pour établir un lien entre le nombre de chercheurs rassemblés dans une même ville ou région et le nombre moyen d’articles publiés par chercheur. Ces études n’ont pas pu établir ce lien, le nombre total de publications d’une ville ou d’une région dépendant essentiellement du nombre de chercheurs, nombre qui résulte des évolutions de l’enseignement supérieur et des politiques conduites à l’échelle nationale ou locale. Il n’y a pas d’effet de la concentration des chercheurs sur leur activité de publication scientifique. La masse critique n’existe pas sur ce plan. Des recherches en cours sur les citations obtenues par les articles montrent l’existence d’un léger surcroît de visibilité pour les grandes agglomérations, mais elles montrent également une évolution vers la réduction des différences.

redCroyance n°3 : il faut une « masse critique » de chercheurs dans un ensemble donné (région, ville, établissement) pour obtenir une recherche de qualité.

Résultats des études empiriques : il n’y a pas d’effet de la concentration des chercheurs sur leur activité de publication scientifique. On note un peu plus de citations d’articles pour les publications issues des plus grandes villes… mais le différentiel décroît et devient de plus en plus négligeable

Collaborations internationales et nationales

Un autre allant de soi des discours sur l’organisation spatiale des activités scientifiques est la tendance à l’internationalisation des collaborations et à la régression des contextes nationaux. Nos données sur les villes permettent d’étudier les réseaux dessinés par les cosignatures d’articles de recherche.

capture-decran-2016-11-10-a-16-22-52

Les collaborations nationales se sont accrues au même rythme que les collaborations internationales, les deux évolutions s’effectuant au détriment des publications signées par des équipes d’une seule ville, et plus précisément, au sein de cette ville, des publications à une seule adresse. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’y pas eu de tendance globale des chercheurs à rechercher particulièrement des collaborations à l’étranger au cours des dix dernières années. La croissance des collaborations internationales représente une partie de l’accroissement général des collaborations entre agglomérations différentes, et ceci qu’elles soient ou non du même pays.

redCroyance n°4 : Les activités scientifiques s’internationalisent au détriment des contextes nationaux.

Résultats des études empiriques : les collaborations internationales s’accroissent, mais les collaborations nationales également.

Diversification et déconcentration

Ces travaux montrent que les croyances qui guident beaucoup de politiques scientifiques « territoriales » sont rarement vraies : s’il est avéré que l’activité scientifique est très concentrée, la tendance est davantage à la diversification et à la déconcentration qu’au renforcement des centres les plus importants ; il n’y a pas d’effet particulier de la concentration spatiale sur le niveau de publication des chercheurs ; les contextes nationaux ne s’effacent pas, ils se combinent avec l’accroissement des collaborations internationales dans un contexte global de régression des publications réalisées au sein d’une seule et même équipe de recherche.

Ces croyances se sont développées dans un contexte où la géographie des activités scientifiques est encore en émergence. Ce rapide tour d’horizon permet d’en montrer l’intérêt.

Voir également :

Crédits image à la une : CC Pixabay Geralt

Crédits Smileys : CC Pixabay OpenClipart-Vectors


Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/11/2016

    […] Les dernières années ont vu se mettre en place dans différents pays des politiques d’« aménagement scientifique ». Que ce soit au Japon, en France ou en Allemagne, ces initiatives encouragent le regroupement d’universités, complét  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *