La Méditerranée Sud à l’heure chinoise

Malgré les turbulences qui secouent la région, les pays du sud et de l’est de la Méditerranée demeurent des espaces-clés afin d’observer comment l’arrivée de produits made in China reconfigure les centralités commerciales et les réseaux marchands en Algérie, mais aussi au Maroc, au Kurdistan irakien, en Tunisie… et en Chine.

En France, c’est principalement dans le comptoir marseillais que s’est construite la figure de l’entrepreneur migrant dans le contexte post-fordiste lié à la crise industrielle, à la montée du chômage et au contrôle de l’immigration. Durant les années 1980, dans un contexte de pénurie et de contrôle des importations en Algérie, les premiers porteurs de cabas se sont lancés dans des navettes entre le port français et les villes du Maghreb où ils revendaient les marchandises acquises. Ces formes entrepreneuriales diffèrent de celles que l’on associe au commerce dit « ethnique », c’est-à-dire le commerce des biens communautaires (épicerie, services) à destination des communautés immigrées.

  • Les cabas sont des sacs de plastique tissé, désormais fabriqués en Chine. On les appelle ainsi sur quasiment tout le pourtour méditerranéen. Selon Michel Péraldi, « Leur présence familière sur tous les marchés de rue en Europe signe, mieux que n’importe quel uniforme, une communauté de pratique ».

Durant les années 1990 et 2000, ces activités internationales de négoce et de colportage se sont massifiées en termes de volumes de marchandises importées via les conteneurs, mais aussi diversifiées en termes de places marchandes d’approvisionnement avec la montée en puissance d’Istanbul, du Golfe arabo-persique (notamment Dubaï), enfin et surtout de la Chine. Des réseaux d’entreprises et d’acteurs se développent désormais, capables d’organiser des « filières » marchandes transnationales. En se globalisant, celles-ci se sont en grande partie émancipées de leur creuset initial, celui des échanges organisés au sein des communautés immigrées, émoussant le cadre géographique et communautaire post-colonial du commerce au cabas.

Repérer les places marchandes

Aujourd’hui, on peut repérer une pluralité d’espaces urbains situés le long de chaînes commerciales très étendues, même les plus banals d’entre eux, qu’il s’agisse des places marchandes fréquentées par les consommateurs (souks ruraux très anciens, centres commerciaux, galeries marchandes…), de celles où les détaillants viennent s’approvisionner auprès des négociants en gros, ou encore de celles où se rencontrent les entrepreneurs transnationaux.

Repérer ces places marchandes conduit aussi à reconstituer les liens que de multiples acteurs tissent en effectuant des navettes vers les places régionales, nationales ou les comptoirs transnationaux d’approvisionnement. Ils relient les villes aux campagnes, les petites villes et les métropoles, des lieux situés de part et d’autre d’une frontière ou sur différents continents…

CC Wikipedia Commons Marianne Casamance

CC Wikipedia Commons Marianne Casamance

Cette cartographie déroge aux hiérarchies urbaines conventionnelles et redessine les centralités au sein des espaces nationaux ou transfrontaliers. Ces centralités se sont construites selon des logiques qui ne sont pas toujours immédiatement visibles ; elles doivent autant à des accumulations de capital marchand ou non-marchand (argent de l’émigration, change de devises…), qu’à l’histoire de réseaux oubliés, ceux des marchés au bétail, des souks Libya ou Dubaï ; ou encore au rythme des mutations des routes d’approvisionnement soumises aux aléas de la géopolitique aussi bien qu’à l’efficacité des opérateurs qui animent ces routes ou aux navettes entre le Maghreb et ses communautés transnationales. Tous ces facteurs renouvellent sans cesse flux et pratiques du commerce au cabas, déclinées au masculin et au féminin.

Emergence des places marchandes

Il s’agit ici de places marchandes qui participent pleinement de la reconfiguration des paysages urbains. Ce phénomène touche toutes les grandes villes de la région, notamment en Algérie. C’est ainsi que Médina J’dida à Oran, un quartier-marché d’ancienne tradition commerciale est aujourd’hui en plein renouvellement urbain, montrant la vitalité de ce commerce et de cette place au rayonnement régional. Comparer Médina J’dida et Choupot, une autre place oranaise issue du même phénomène commercial, conduit à pondérer toute impression d’uniformisation car leurs histoires urbaines, différentes, ont redéfini des fonctions complémentaires et des publics différents qui aboutissent à des formes de structuration distinctes : un marché pour tous (Médina J’dida) et une rue commerciale dans un quartier pavillonnaire discret de la ville (Choupot) où s’invente un nouveau lieu du consumérisme des couches moyennes. Deux places qui se développent en prenant de court les politiques publiques urbaines et qui illustrent les processus de reconfiguration de la ville algérienne.

CC Pixabay Gavilla

CC Pixabay Gavilla

Sidi Mabrouk à Constantine, comme Choupot à Oran, est un ancien faubourg pavillonnaire de l’époque coloniale. En l’espace d’une décennie, il est devenu la nouvelle polarité commerciale de la ville destinée aux couches moyennes. Le processus du passage de l’immeuble familial au local commercial, son effet diffuseur sur l’ensemble du quartier, ses figures d’entrepreneurs marchands pionniers participent à la construction de nouvelles ambiances urbaines et aux pratiques de consommation qui y sont associées.

Deux visions conflictuelles de l’urbanisme

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Dans certains cas, « l’urbanisme commercial de fait » s’est imposé et a pris de court les pouvoirs publics qui n’ont fait au mieux que l’accompagner. Mais dans d’autres situations, il entre en concurrence avec les projets des pouvoirs publics. Cette cohabitation entre deux visions de l’urbanisme devient alors conflictuelle et remet à l’ordre du jour le fait que ces dynamiques portent en elles des enjeux socio-économiques considérables : le contrôle de l’espace urbain, de la ville.

La double polarité qui s’est constituée dans un quartier d’habitat populaire à Salé (Maroc) montre comment des places marchandes informelles, tout en étant un élément incontournable des paysages urbains au Maghreb, entrent en opposition avec les projets étatiques. Ce sont deux processus d’urbanisation qui cohabitent, producteurs de centralité, l’un officiel et planifié, l’autre issu des dynamiques marchandes informelles. En effet, la requalification positive du quartier qu’a entraîné l’activité marchande n’est pas forcément prise en compte par les projets étatiques porteurs d’une autre vision de la modernité. Il se trouve alors contrarié par un grand projet urbain qui remet en cause la cohabitation.

Cette dynamique « informelle » met à jour de nouveaux enjeux, qui posent la question de savoir si les centres commerciaux récents qui apparaissent au Maghreb, symbole officiel de la modernité consumériste, sont appelés à se généraliser. Un quartier issu de l’habitat informel dans la périphérie du Sud-Est d’Alger, Cherarba, nous introduit dans l’enchevêtrement entre formel et informel. Il nous révèle en outre un enjeu qui se dessine autour des métropoles : l’émergence d’une place marchande dans les périphéries urbaines devient enjeu de contrôle, dont la maîtrise a donné lieu, dans les années 1990, à des luttes violentes et meurtrières avec les islamistes radicaux.

Routes, comptoirs et mobilités des individus

Cette circulation de marchandises renvoie aussi aux routes, aux comptoirs qui les jalonnent et aux différentes formes de mobilités des individus – hommes et femmes – qui parfois s’y installent. Ils irriguent les territoires urbains et ruraux et alimentent les marchés. Ces effets sont visibles là où les grossistes s’approvisionnent, comme à Yiwu (Chine), considéré comme le plus important marché du monde dans le domaine des menus articles.

CC Pixabay Kraej

CC Pixabay Kraej

Dans cette ville-marché transnationale, loin du modèle de la ville globale, on croise une multitude d’acheteurs venant du monde entier et notamment des Arabes qui ont une visibilité urbaine à travers le « quartier musulman » de la ville chinoise et l’installation de bureaux permanents qui organisent directement l’expédition des marchandises. Avec ce comptoir, c’est aussi une forme de migration d’un nouveau genre qui se met en place, celle de jeunes entrepreneurs transnationaux qui rompent avec les schémas classiques de l’émigration économique vers l’Europe.

Le rayonnement de cette place contraste avec une multitude de circuits et de lieux d’échanges plus discrets. Ce sont en effet les marchandises plus que les migrants qui proviennent de Chine car les réseaux d’importateurs algériens contrôlent l’intégralité de la chaîne. Le quartier chinois de Boushaki à Alger, n’en est pas moins l’objet de légendes urbaines et de stéréotypes nombreux contrairement à Casablanca (Maroc), où les commerçants chinois ont réussi à se faire une place au Derb Omar et à s’appuyer sur les souks qui font désormais partie du maillage de ces connexions transnationales pour approvisionner l’ensemble du pays.

Dans un Proche-Orient en guerre, les commerçants du Kurdistan irakien jouent un rôle de passeurs entre les mondes arabe, perse et turc, tandis que les réseaux qu’ils constituent fonctionnent comme un assemblage de maillons d’une longue chaîne. Dans le même ordre d’idée, dans la région de la Jeffara tunisienne, autour de la place marchande de Ben Gardane, à proximité de la frontière libyenne, les réseaux de l’échange transnational se recomposent dans le contexte d’une transition politique mouvementée en Tunisie et dans les pays voisins depuis 2011, année de ce que l’on nommait alors les « Printemps arabes ».

La labilité des réseaux sociaux et territoriaux, les lieux qu’ils relient, les personnes qui les animent, contribuent à la résistance de ces lieux et de ces liens vis-à-vis des aléas économiques, politiques et sécuritaires qui secouent l’ensemble d’une région en pleine mutation. Ces réseaux ne peuvent évidemment pas être seulement considérés dans leur expansion. Il faut aussi prendre en compte leur réversibilité et la fragilité des architectures transnationales qui n’est bien souvent qu’apparente. Mais ils signalent avec force une dynamique nouvelle, produit de cette mondialisation silencieuse qui agit en profondeur par la diffusion d’un nouveau type de consommation de masse, la restructuration des villes et des places commerciales et enfin par l’émergence d’entrepreneurs marchands, nouvelles figures sociales de ce commerce transnational.

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Styx


Saïd Belguidoum, Olivier Pliez

Saïd Belguidoum (IREMAN, Université d’Aix-Marseille, said.belguidoum@wanadoo.fr ), Olivier Pliez (LISST-CNRS, Université Toulouse – Jean Jaurès, olivier.pliez@univ-tlse2.fr)

More Posts

Saïd Belguidoum, Olivier Pliez

Saïd Belguidoum (IREMAN, Université d’Aix-Marseille, said.belguidoum@wanadoo.fr ), Olivier Pliez (LISST-CNRS, Université Toulouse – Jean Jaurès, olivier.pliez@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/12/2016

    […] Malgré les turbulences qui secouent la région, les pays du sud et de l’est de la Méditerranée demeurent des espaces-clés afin d’observer comment l’arrivée de produits made in China reconfigure les centralités commerciale  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *