L’ouvrier agricole, figure paysanne oubliée

CC Pixabay ErikaWittlieb

CC Pixabay ErikaWittlieb

Le film André, qui reconstruit un segment de vie d’André Chabernac, est un paysage de l’imaginaire consacré aux difficultés de communication que rencontre la plus oubliée des figures paysannes : l’ouvrier agricole.

Au moment du tournage, en 1989, le recensement agricole fixe à 160 000 le nombre de ces exclus dont le travail, presque gratuit, permet aux paysans qui les emploient de résister un certain temps à l’usure des prix du marché. Un de ces damnés de la terre raconte qu’il travaille depuis 23 ans dans la même ferme. Il est nourri, certes, mais il est logé dans une misérable pièce, sans eau, avec les souris et les rats et avec comme salaire dix francs par dimanche : « Je n’ai jamais eu de congés payés, ni de fiche de paye. Avant d’être hospitalisé, cela faisait plus d’un mois que je souffrais terriblement de l’estomac mais, n’ayant pas  d’argent, je ne pouvais pas me soigner et j’ai dû travailler jusqu’à la dernière limite de mes forces » (interview Libération du 19 septembre 1976).

En plus de ces difficultés déjà très éprouvantes, ces ouvriers subissent une autre forme de pauvreté non moins dégradante : celle de la plus extrême des solitudes, avec un manque d’affection et sans le moindre geste de solidarité, privés de paroles et plongés dans un mutisme ravageur. Cette absence de l’autre ne saurait être remplacée par de vains palliatifs comme la radio ou la télévision. Leurs besoins fondamentaux sont niés. Ils peuvent respirer, certes, mais manger, à peine, et dormir, peu. Ils peuvent s’émouvoir en silence, mais jamais faire l’amour ou si rarement. Aussi, âme et corps prisonniers, ils descendent irrésistiblement dans un vide social sans fond jusqu’à la destruction physique ou morale : c’est souvent la maladie, parfois la folie ou le suicide.

Ouvrier agricole depuis son adolescence, André Chabernac a vécu cette descente aux enfers où, à coup de verres de vin, il a perdu la clarté de son appareil phonatoire et vécu le frisson de la mort. Lorsque je l’ai rencontré, il était sur la pente d’un retour à la vie, dans des conditions difficiles de communication impérative, encore et toujours, mais la tête échauffée de projets simples et vivants.

Au fil des années, il a mis de l’argent de côté et s’est acheté une maison, et chaque semaine, il rentre chez lui. « C’est la maison qui m’attire » ne cesse-t-il de répéter. Avec un voyage hebdomadaire vers cette maison, André se transforme : il change de visage, se redresse et retrouve sa voix. Il exprime ici ses désirs et ses critiques avec une clarté où le corps prend toute son autorité.

Ce film « est une véritable initiation à la communication en ceci qu’elle trace les contours d’un espace où la parole et l’image trouvent leur site original et qu’elle opère en même temps un travail de restructuration de la représentation visuelle, auditive et olfactive » (Georges Mailhos, Professeur de Lettres Modernes, Université Toulouse le Mirail, 27 janvier 1990).


André par Dynamiques-Rurales

Fiche technique

Capture-d’écran-2015-06-16-à-11.22.41 (1)

Ce film a été produit par le Ministère de l’Éducation Nationale – Service enseignement à distance et l’École Supérieure d’Audiovisuel de l’Université Toulouse le Mirail.

Type de média

Film-recherche

Laboratoire de recherche

LARA (Laboratoire de Recherche en Audiovisuel), Université Toulouse Jean Jaurès

Auteur

Guy Chapouillié

Réalisateur

Guy Chapouillié

Équipe technique

  • Prise de vue : Hubert Guipouy et Guy Chapouillié
  • Prise de son : Pierre Voyard
  • Montage : Guy Chapouillié
  • Mixage : Elvire Lerner
  • Script : Anne-Marie Saboulard
  • Régie technique : Jean-Pierre Garbes
  • Collaboration : Anne Masson et Estelle Coll

Informations techniques

  • Date de production : 1989
  • Durée : 34 min
  • Format : 16mm, couleur, 4/3

farmer-307420_960_720

Crédits image à la Une : CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Guy Chapouillié

LARA (Université Toulouse Jean Jaurès, chaps@univ-tlse2.fr, )

More Posts - Website

Guy Chapouillié

LARA (Université Toulouse Jean Jaurès, chaps@univ-tlse2.fr, )

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Frank Corsiglia dit :

    En fait, au moins dans le grand Sud-Ouest , ces ouvriers agricoles, domestiques, maîtres-valets, commis,journaliers, étaient souvent après 1945 dans la lignée des métayers, des colons partiaires du système de métayage qui a été dominante au 19 éme siècle et jusqu’aux années 30 comme statut unique ou mixte. Ces métayers souvent aussi moitié fermiers ou moitié domestiques suivant les productions et les régions étaient regardés de façon peut-être pire que les ouvriers agricoles des années 60-70 : ils étaient en fait une caste de « parias » comme dans la société indienne. Je pense que pas mal de lecteurs, descendants de ces métayers ou des propriétaires fonciers, pourraient témoigner du sort peu enviable de leurs arrières grands parents , les « poilus » de Verdun ou de la Somme étaient en majorité des petits
    paysans. Lorsque la loi sur le fermage en 1946 mit fin au régime du métayage, cela bouleversa l’ordre social en remettant à plat la relation entre le foncier et la production agricole.A ce moment-là, ce furent les ouvriers agricoles qui dans la société prirent la place des métayers de 1900 ! la dernière….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *