La bibliothèque dans les quartiers populaires

CC Flickr Nozav

CC Flickr Nozav

L’indifférence des habitants des quartiers populaires vis-à-vis des bibliothèques/médiathèques peut sembler un paradoxe. Depuis cinquante ans, les politiques de la culture tentent une démocratisation poussée du savoir et des œuvres littéraires et artistiques, et les bibliothèques, transformées en médiathèques, incarnent le fer de lance de cette volonté de démocratie culturelle. Or les ouvriers et les jeunes des quartiers populaires ne se sentent pas concernés par cette offre.

Alors que des architectes et des économistes de la construction s’évertuent à implanter dans les quartiers de relégation et les banlieues des chefs-d’œuvre de style contemporain et design, élancé et aérien, lumineux et quasiment luxueux à l’intérieur, alors que les budgets de construction, puis de fonctionnement se chiffrent à plusieurs millions, ni le verre, le bois, l’acier ou le béton, ni les collections et les ordinateurs ne captent l’attention des classes populaires. Comment expliquer cette absence de réception ?

Le rapport à l’écrit des classes populaires

Depuis 1996, je me consacre au rapport à la lecture des populations qui n’utilisent pas l’écrit dans leur quotidien, que ce soit pour le travail, pour leurs tâches domestiques ou pour le plaisir et la curiosité. J’ai commencé mes enquêtes de terrain auprès de femmes ouvrières dans une usine de conditionnement de cailles de la région grenobloise où la « menace d’illettrisme » avait semé la panique : les normes d’hygiène requérant la lecture rigoureuse des consignes de procédure de lavage et de conditionnement sous vide, ainsi que la lecture de la signalétique posaient problème.

Sur le terrain, je me suis aperçue que ces femmes avaient depuis longtemps bricolé des passerelles vers les consignes (reconnaissance des signes, des mots, lecture à voix haute par des collègues, mémorisation des procédures, spatialisation des repères) et les formations de remédiation contre les situations d’illettrisme étaient jugées par elles comme une inutile perte de temps (de leur repos, à la pause déjeuner, ou de sortie du travail, le soir ou le samedi). Les entretiens individuels m’ont fait comprendre que l’écrit (et la lecture tout particulièrement) est un mal nécessaire au travail et qu’il ne peut être pris comme un outil de salut, de progression, d’émancipation parce qu’il impose tout simplement un effort et une condition de contrainte.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La plupart de ces femmes, dotées d’une grande expérience et d’un ensemble peu commun de compétences pratiques, n’avaient ni le temps, ni l’envie, de revivre leur scolarité, souvent vécue dans une grande souffrance silencieuse ; certaines n’écrivaient pas le français, ayant appris autrefois une autre langue maternelle ou scolaire ; d’autres encore avaient oublié le code scriptural et jugeaient la formation à l’écrit comme un retour en arrière inutile. C’est à cette occasion que j’ai commencé à entrevoir le décalage entre le rapport des lettrés (dont je faisais partie) à l’écrit et le rapport particulier de ces ouvrières à l’écrit. On ne parlait ni de la même chose ni des mêmes enjeux.

Vingt ans plus tard, alors que j’ai poursuivi par d’autres voies les enquêtes sur les personnes éloignées de la lecture en Midi-Pyrénées, notamment par une meilleure connaissance des populations rurales et néo-rurales, des habitants des quartiers des banlieues de relégation et des abonnées à France Loisirs, je constate que cette barrière entre les intellectuels et les classes populaires s’est creusée davantage. Lorsqu’il s’agit de qualifier, de catégoriser, de compter et d’intervenir en matière de lecture, les premiers continuent à traiter la lecture comme la voie aboutissant toujours à l’affranchissement des conditions économiquement et socialement les plus pénibles, les seconds voient le monde de l’écrit comme une galère à éviter coûte que coûte. Ni les processus de qualification des « problèmes », ni les catégories d’intervention et encore moins l’identification des « publics cibles » ne sont neutres lorsqu’ils sont menés toujours par les mêmes acteurs : ceux qui détiennent le pouvoir de l’écrit et de la parole légitime.

Ben Hur, 1959, William Wyler

Ben Hur, 1959, William Wyler

Lorsque l’on prend cette indifférence des habitants des quartiers populaires par l’autre bout de la lorgnette, à savoir du point de vue de ceux qui ne se sentent pas concernés par cette « offre de lecture », on comprend mieux.

Quelques conclusions de mes enquêtes

1) Le rapport aux livres et à la lecture s’inscrit dans une sociologie des pratiques culturelles qui montre comment la culture est un champ traversé par des tensions, des frontières et surtout des inégalités. Loin d’uniformiser les pratiques, les politiques de démocratisation et la massification scolaire ont poussé plus loin la distinction par la culture : s’il est vrai que nous lisons un peu tous les jours, ce que nous lisons (presse gratuite, magazine spécialisé, roman, BD) et comment nous lisons (dans le bruit des transports en commun, assis et immobile en bibliothèque, dans le calme et la solitude…) continuent de maintenir éloignés les pratiques et les goûts de la lecture dans les différents milieux sociaux.

CC Pixabay 132369

CC Pixabay 132369

De plus, si les sociologues constatent globalement un relâchement dans l’effort consacré à la lecture-plaisir de temps long, ils enregistrent également un regain de la valeur attribuée par l’école au savoir bien lire, bien écrire et bien parler (Mauger, 1995). En d’autres termes, tandis que les pratiques de lecture de temps long baissent partout et pour tous les supports (journaux, livres, manuels), l’école reconnaît « les siens » par la capacité des élèves (et notamment des collégiens et des lycéens) à résister au relâchement général et à cultiver précisément les contenus et les manières de lire bourgeois et hérités par la famille. Pour les contenus : connaissance de la littérature et compétence à choisir les titres et les auteurs, appréciation des styles et de l’esthétique, la capacité à démêler une offre pléthorique. Pour les manières : solitude élective contre le groupe, lsilence ascétique contre le bruit et la fête, immobilité reflétant la concentration et la contemplation contre l’emprise directe du monde et de la vie (Lahire, 2004). Ces traits distinctifs, désormais de plus en plus rares chez les jeunes, poussent plus loin encore en réalité les frontières et les barrières de classes.

L’absence des classes populaires en bibliothèque impose que l’on quadrille le terrain d’observation aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de la bibliothèque afin de comprendre les effets de territoire et de contexte. On ne peut pas voir les régularités et les permanences des inégalités vis-à-vis de la lecture perçue et vécue comme un plaisir ou une ouverture sans découvrir l’angle aveugle des styles de vie populaires et de la place exotique qu’occupe le livre dans les pratiques culturelles populaires (Siblot et al, 2015). D’autant que, pour l’instant, l’école travaille contre la lecture-plaisir menant un silencieux mais incessant travail de sape des peu-dotés en capital culturel envers leur capacité à déchiffrer les codes esthétiques et stylistiques de la grande littérature (Baudelot, Cartier, Détrez, 1999).

2) Désertes, les bibliothèques de quartier populaire ne le sont pas vraiment car les écoles de quartier, les associations et les familles des quartiers aisés y occupent les places que les habitants du quartier ne prennent pas. En revanche, elles sont désertées  par les classes populaires (ouvriers, employés et femmes au foyer et leurs enfants) qui ne la perçoivent pas comme un service à leur disposition. Pourtant, dans d’autres pays, soit plus pauvres, soit plus sensibles à l’accès des classes populaires à la culture, à l’information et aux ressources documentaires, les formes de l’offre se sont progressivement adaptées aux habitudes et aux parcours urbains.

3) Alors que des équipes de bibliothécaires spécialisés sont formées pour les publics dits « difficiles », elles n’accueillent pas de jeunes en situation (économique, scolaire, sociale) défavorisée, ces derniers s’autocensurant et ne considérant pas ce lieu comme une ressource qui leur serait offerte ou proposée. Les jeunes des quartiers populaires ne se sentent sollicités ni par ce que représente la bibliothèque, ni par ce qu’ils s’imaginent être une bibliothèque. Car la plupart d’entre eux n’y a jamais mis les pieds ou, alors, quand ils étaient élèves à l’école primaire. La bibliothèque est associée dans leurs propos aux livres, à l’école et aux devoirs, voire aux femmes bibliothécaires qui se montrent particulièrement rigides envers la jeunesse populaire.

D’ailleurs, même près une première incursion/exploration en bibliothèque, nombreux sont les jeunes et les moins jeunes qui abandonnent : jeunes à la recherche d’un emploi ; pré- adolescents en quête d’un abri qui ne rappelle pas trop l’école ; adolescent-e-s en groupe qui désirent converser, et donc faisant du bruit et dérangeant les « vrais lecteurs » qui sont les seuls vrais publics aux yeux de certains professionnels de la bibliothèque ; migrants en quête de connexion pour parler avec leur famille ou immigrés résidant en France, découragés par la complexité des dispositifs de recherche d’une information ou de classification des livres.

La bibliothèque leur reste hermétique car l’ordre lettré qui la fonde ne fait pas partie du monde populaire, contrairement à d’autres pays où elle s’exporte hors des murs.

4) C’est une question de place : si les livres sont dans les murs, sur les rayonnages, enfouis dans une classification peu-intelligible, alors les classes populaires ne peuvent pas être « dedans » (cf. La tête en friche, film de Jean Becker). La réception de l’offre de la bibliothèque ne peut advenir sans que celle-ci accepte de ne pas penser ses ressources comme destinées à un public de lecteurs/lectrices acculturé à ses codes, familier des choses littéraires, et autonome. L’autonomie littéraire et culturelle est une construction contemporaine qui nie les rapports sociaux et place l’individu seul face à une masse ingérable de ressources, d’informations, d’injonctions.

Lire en bibliothèque présuppose de faire silence, de rester concentré et immobile et surtout de choisir une solitude élective. Or les classes populaires n’ont pas le goût des loisirs solitaires et silencieux. Elles n’ont pas d’affinité particulière pour les lieux où on s’enferme pour écouter de la musique, encore moins pour apprécier un morceau de littérature.

Les adolescents fils d’ouvriers sont les plus nombreux aujourd’hui à définir leur manière emblématique d’être jeune par le fait de ne pas lire. Les rares collégiens garçons que j’ai rencontrés en bibliothèque dans les quartiers populaires sont soit en groupe bruyant et donc poursuivis par les bibliothécaires et vigiles ou médiateurs, soit des garçons solitaires ne pouvant, pour une raison ou une autre, faire partie du groupe. Afin de les attirer dans ses murs, la bibliothèque doit s’intéresser à ce que sont les habitants des quartiers populaires, à leurs styles de vie, à leurs besoins, attentes et usages, à leurs soucis au quotidien. Sans cela, elle restera un univers étrange, trop éloigné des préoccupations réelles et sans doute trop abstrait et épuré. Et pour tout dire, une cathédrale dans un désert.

  • Siblot Y., Cartier M., Coutant I., Masclet O., Renahy N., 2015, Sociologie des classes populaires, Paris : Armand Colin.
  • Baudelot C., Cartier M., Détrez C., 1999, Et pourtant ils lisent…, Paris : Le Seuil.
  • Mauger G., 1995, « Les mondes des jeunes », Sociétés Contemporaines, n°21, 5–14.
  • Lahire B., 2004, La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris : La Découverte.
  • Roger M.-S., 2008, La tête en friche, Arles : Éditions du Rouergue. Un film de Jean Becker, sorti en salle en 2010, a été tiré de ce roman.

Crédits image à la Une : CC Flickr Jean-Pierre Dalbéra

 


Mariangela Roselli

CERTOP (Université Toulouse Jean Jaurès, roselli@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Mariangela Roselli

CERTOP (Université Toulouse Jean Jaurès, roselli@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

24 réponses

  1. Jacques Bolo dit :

    La culture est vécue comme un investissement en fonction de ce qu’il rapporte. Ceux qui s’y intéressent sont ceux qui en profitent. Mais les places sont chères et réservées, ou perçues comme telles, parfois à tort. Il est donc rationnel que certains s’en détournent s’ils se sentent inférieurs à ceux qui prétendent les aider alors qu’ils ne font que s’en servir comme public captif à l’école ou dans les bibliothèques, justement.

  2. Clo dit :

    Je recommande la lecture de « Le maître ignorant » de Jacques Rancière…Je pense, comme lui, qu’il y a plusieurs formes de culture, plusieurs intelligences… et plus les personnes construiront leur propre chemin et plus notre société sera riche et tolérante… Penser pour les autres ne me paraît jamais une bonne affaire (même quand il s’agit de dire qu’il FAUT lire.). D’autre part, j’avale des kilos et des kilos de livres mais je ne suis pas sûre que cet appétit des lettres soit une qualité au service du vivre ensemble….

  3. Renaud Bancel dit :

    A lire absolument : la réaction de Romain Gaillard.

    Je vie avec de tout jeunes adultes qui rejettent encore, avec le reste, la transmission culturelle bourgeoise bien pensante et qui apprécient même Cyril Hanouna. Pour autant, s’ils sont dégoutés par des discours comme celui de cet article qui n’est que le champ du signe d’une civilisation agonisante, ils n’ont renoncé à rien, sont bourrés d’idéaux et lisent et écrivent, certes dans un Français encore plus approximatif que le mien, mais beaucoup plus que leurs ainés à leur âge et quasi quotidiennement. Alors oui, la culture des « sachants » dispensant la bonne parole continue à être moribonde depuis des millénaires, mais est-ce vraiment un mal ? Les entreprises commencent elles aussi à comprendre que l’on pense mieux en réseau – à plusieurs – en combinant les pensées. Elles le font simplement parce que c’est plus efficace pour le business. De nombreux scientifiques ont compris ce changement de paradigme, moins de gens géniaux, mais des groupes pluridisciplinaires qui font avancer le savoir beaucoup plus vite. Qui prêtent moins le flanc à la controverse et au conservatisme. Une nouvelle civilisation est en train de naitre où les héros, y compris du savoir, seront plus des groupes qui sont intelligents à plusieurs et mois des individus parés de la puissance des dieux (même certains prix Nobels deviennes depuis plusieurs années collectifs voir attribués à des organisations). Nous sommes à l’aube d’une nouvelle civilisation qui éclos sous nos yeux. Il suffit de les ouvrir pour en voir tout le potentiel. Les garder tournés vers un passés pourtant pas très glorieux (une forte explosion de volonté de bien faire motivée par un génocide planétaire), c’est juste vraiment ballot (sans aller jusqu’à dire que je m’adresse à une population défavorisée sur le plan du bon sens ;-). Non les jeunes d’aujourd’hui ne sont pas trop dissipés, ils sont juste en train d’inventer un nouveau modèle de civilisation auquel la vision des bibliothèques du siècle dernier ne sait pas répondre. Si les bibliothèques veulent participer à ce mouvement, qu’elles crée aussi des espaces de travail en petit groupe avec assez de moyens modernes de savoir à disposition dans chaque espace et qu’elles réfléchissent à comment réussir à plusieurs à faire avancer la cause de l’humanité, comment accompagner intelligemment ce changement qui se fera avec ou sans elles … Idem pour l’éducation : oui on apprends dix fois plus vite en travaillant en collaboration et pourtant est-ce que notre système éducatif va réellement assez loin dans l’idée du travail en groupe, certainement pas. Je pense que les historiens seront frappé par le fait qu’a notre époque les connaissances sur l’apprentissage et l’efficacité intellectuelle étaient déjà très avancées et que le système éducatif restait dans une organisation essentiellement calquée sur les foires aux bestiaux.

    Donc oui, il y a du boulot. Oui, il faut se retrousser les manches. Mais est-ce si désespérant de voir mourir une civilisation au profit d’une nouvelle ? Oui c’est triste de continuer à voir le pouvoir économique se concentrer à une telle vitesse. Oui c’est triste de voir les gens que cela laisse sur le carreau. Mais le conservatisme n’est pas de mise, rien n’a préparé l’humanité à la révolution technologique et en particulier dans le cas des bibliothèques celle des technologies de l’information et de la communication qui ne fait que commencer. Ne pas faire les erreurs du passé, certes, mais de toute façon il va falloir inventer de nouveaux modèles sur tous les plans. Et les bibliothèques sont de bons endroits pour y réfléchir et pour expérimenter même s’il faut bien s’imaginer que dans 50 ans il n’y aura probablement plus d’ouvrages physiques (autres qu’une petite collection d’archives) dans chacune d’elle mais seulement des espaces d’accès gratuit et pratiques pour apprendre et se projeter. Est-ce la fin de la littérature et de la poésie ? J’en doute. Est-ce que les futures imaginatèques garderont leur rôle social de support à la créativité et de refuge pour la quête intellectuelle ? Probablement si elles savent prendre les virages qui s’imposent.

  4. Remi Saussure dit :

    Le passage : « « les classes populaires n’ont pas le goût des loisirs solitaires et silencieux ». Donc les loisirs d’un ouvrier, d’un enfant d’employé c’est écouter à fond Cyril Hanouna en groupe en mangeant des Doritos ? Mais quelle énormité ! Là encore ce n’est justifié ni par des chiffres, ni par des études récentes, uniquement des a prioris. »
    Je viens des classes populaires et je trouve cette remarque particulièrement exquise, merci ! XD

  5. Romain Gaillard dit :

    bonjour,

    j’ai lu avec attention votre article que je trouve irritant. Il est irritant par ses conclusions qui sont fausses et par sa vision des bibliothèques publiques que je trouve figée dans les années 1990s. Je vous réponds en tant que chef d’établissement qui a dirigé pendant 3 ans et demi une bibliothèque municipale dans une zone urbaine sensible à Paris.

    En premier lieu, je m’étonne de l’absence de statistiques dans cet article. Pour avoir fait un peu de sociologie pendant 5 ans au cours de mes études, je pense que toute analyse sociologique globale un peu sérieuse doit se construire sur des données chiffrées et s’enrichir par des aspects qualitatifs. Or ici il n’y a rien, ce qui fragilise largement le propos. Je trouve pour le moins étonnant que des sociologues ayant travaillé cette question comme Christophe Evans, Olivier Donnat ou Daniel Merklen soient absents de votre bibliographie et que 3 références sur 5 soient antérieures à 2005. L’article de Christophe Evans de 2014 paru dans le BBF est ainsi bien plus argumenté, étayé et pertinent http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2014-01-0106-009#appelnote-7

    Je trouve d’abord qu’il manque dans votre article une définition claire de ce que sont les catégories populaires: ouvriers, employés, inactifs, retraités, chômeurs… qui sont-ils, comment les distinguez-vous des autres ? On ne le sait pas.

    Une longue partie de votre article est consacré au rapport à l’écrit pour les classes populaires. Pourquoi pas, sauf que la bibliothèque ce n’est plus uniquement le roman ou les livres d’art. C’est la musique, la vidéo, la BD, les comics, les mangas, le jeu vidéo, l’accès à internet, l’appropriation d’outils numériques comme l’impression 3D, des lieux d’animations qui évoluent et cherchent à correspondre aux pratiques culturelles de leurs publics. Certaines le font plus que d’autres, certaines mieux que d’autres, certaines sont encore figées dans les années 60s mais de plus en plus d’entre elles acceptent des productions culturelles et des usages auparavant réprouvés: le bruit, les pratiques de groupe… Je trouve ainsi votre vision de la bibliothèque publique assez sclérosée. J’ai l’impression que pour vous une bibliothèque publique ressemble à une salle de lecture de bibliothèque universitaire et je me demande quels établissements vous fréquentez et lesquels vous avez analysé pour cet article…

    Vous dites justement que la bibliothèque est trop identifiée au livre et au silence pour les catégories populaires mais votre article reproduit cette vision et cet a priori, alors qu’il aurait été bien plus intéressant, en tant que chercheur, de confronter l’évolution des bibliothèques à l’image qu’elle renvoie.

    Cette image parfois négative n’est d’ailleurs pas uniquement le fait des personnes populaires. Ainsi, lorsque nous avons monté le projet de l’établissement dont j’ai la charge, à Paris dans les Halles, nous avons interrogé des parents, des actifs, des ados en les questionnant sur leurs besoins quant à l’ouverture d’un lieu culturel, sans leur dire qu’il s’agissait d’une bibliothèque. Les résultats furent fort étonnants car si les bibliothécaires ont les compétences recherchées par ces publics, le lieu et le concept « bibliothèque » ou « médiathèque » est souvent vu comme trop contraint, figé et ancien. De mon point de vue de professionnel, une bibliothèque et une médiathèque sont la même chose mais pour briser l’image négative que le concept peut avoir il faudrait à la fois le faire évoluer (comme le font certains établissements en se développant sur le modèle du Troisième Lieu de Ray Oldenbourg ou des tiers-lieux) dans ses offres, services et conditions d’accueil et changer sa dénomination comme ont pu le faire les Idea Stores à Londres.

    Je vous encourage à vous documenter sur plusieurs établissements qui portent des projets fort intéressants à destinations des jeunes et des adultes des milieux populaires et des exclus comme les bibliothèques de Calais, Louise Michel et Vaclav Havel à Paris, les bibliothèques de Montreuil, Plaine-Commune (notamment La Courneuve) et j’en oublie trop… Vous pourrez consulter à profit le dernier numéro de la revue Bibliothèque(s) qui montre de nombreux exemples d’établissements innovants à travers la France.

    Votre vision de la lecture à l’école est également pour le moins catégorique. Pour échanger fréquemment avec des documentalistes, de plus en plus de CDI de collège ou de lycée développent quand ils le peuvent la lecture « plaisir » en achetant romans pour ados, mangas, BD… je dis bien « quand ils le peuvent » car leurs budgets d’acquisition sont souvent fort réduits, voire largement en deçà de ceux d’une bibliothèque municipale sur les mêmes publics.

    Pour revenir à la place des milieux populaires dans les bibliothèques municipales, vous assenez leur absence mais cette vision est complètement fausse.

    S’il est vrai que les milieux populaires sont sous-représentés en bibliothèque, ils n’en sont pas pour autant absents. La simple lecture de l’article de Christophe Evans montre que vous êtes dans l’erreur notamment dans son troisième paragraphe : « avoir fréquenté au moins une fois au cours des 12 derniers mois une bibliothèque ou une médiathèque, quel que soit son type, est le fait de 19 % des individus âgés de 15 ans et plus dont le chef de famille appartient à la catégorie ouvriers et 24 % de ceux appartenant à la catégorie employés ».

    Ce qui est intéressant d’analyser c’est que l’intensification de la fréquentation, de l’inscription, des emprunts s’accroît avec les inégalités sociales. L’acte de s’inscrire, d’emprunter régulièrement est en effet beaucoup plus marqué sociologiquement par des transmissions, des habitus de classe, c’est quelque chose qui malheureusement ne va pas de soit, s’apprend et se transmet. Mais c’est notre mission, notre engagement de professionnels d’aller contre ces déterminismes, d’intégrer les pratiques populaires tout en cherchant à résorber dans la mesure de nos moyens les inégalités sociales en donnant accès à la formation par exemple, ou à toutes sortes de loisirs dans nos murs ou hors de nos murs . Si vous aviez réellement creusé votre sujet, vous auriez pu constater que la bibliothèque publique est l’un des lieux culturels les moins clivant, comparé au théâtre, au musée, à l’opéra.

    Je suis enfin assez estomaqué par une forme de mépris de classe dont vous faites preuve, notamment dans le dernier paragraphe de votre article. Vous écrivez « les classes populaires n’ont pas le goût des loisirs solitaires et silencieux ». Donc les loisirs d’un ouvrier, d’un enfant d’employé c’est écouter à fond Cyril Hanouna en groupe en mangeant des Doritos ? Mais quelle énormité ! Là encore ce n’est justifié ni par des chiffres, ni par des études récentes, uniquement des a prioris.

    Ce que vous appelez de vos vœux en fin d’article « Afin de les attirer dans ses murs, la bibliothèque doit s’intéresser à ce que sont les habitants des quartiers populaires, à leurs styles de vie, à leurs besoins, attentes et usages, à leurs soucis au quotidien », les bibliothécaires le font déjà depuis longtemps; sans doute pas assez, sans doute de manière perfectible mais cela existe de nombreuses manière. Je vous renvoie simplement à des programmes comme les bibliothèques hors-les-murs à Paris dans les quartiers populaires et bien d’autres similaires et anciens. C’est loin d’être simple, pas toujours évident de faire cohabiter des publics aux besoins et aux pratiques différenciés dans des espaces parfois peu évolutif, mais il est faux de dire que les bibliothécaires s’en désintéressent. Parfois ils s’y intéressent trop et leur conscience sociale tend à se focaliser sur certains groupes et à la représentation qu’ils en ont ce qui est politiquement négatif mais c’est un autre sujet.

    Les catégories populaires sont donc loin d’être absentes des bibliothèques municipales et de nombreux professionnels cherchent à faire évoluer leur métier et leurs ressources pour permettre aux gens de s’affranchir de leurs déterminismes sociaux. Il est dommage que votre article soit passé à côté de la réalité de la fréquentation des bibliothèques en France aujourd’hui et porte une vision archaïque des bibliothèques municipales.

    • MASSON Romain dit :

      Entièrement d’accord avec votre point de vue. J’ai été profondément gêné par le mépris de classe de l’article qui considère les milieux populaires comme allergiques à la lecture silencieuse et la culture de l’écrit perçus comme des pratiques bourgeoises. On sent l’influence de Baudelot et toute une tradition sociologique bourdieusienne assez déterministe et peu conforme à la réalité des bibliothèques aujourd’hui. La dernière enquête du Ministère parue cette année met d’ailleurs l’accent sur la démocratisation de l’accès aux médiathèques et le fait que l’écart de fréquentation entre les cadres et les catégories populaires s’est resserré en baissant de 10 points entre 2005 et 2015, de sorte que les bibliothèques sont les lieux culturels qui reflètent le plus la composition de la société française. Notons aussi que c’est la fréquentation des ouvriers, agriculteurs et artisans qui a progressé le plus ces dix dernières années (+10%).

  6. Frank Corsiglia dit :

    C’est un peu dans le contexte français, c’est à dire un pays qui se prétends à la pointe des recherches sociales alors qu’elles se font surtout ailleurs, un sujet rebattu mais intéressant à remettre au goût du jour car c’est l’illustration de la Bérézina de notre expertise universitaire ou de recherche dans l’approche des projets urbains : en effet, avec tous les bataillons de sociologues, d’anthropologues, de socio-économistes, de psychologues qui sortent chaque années de notre appareil éducatif et scientifique, nous ne sommes pas foutus de faire une étude préalable solide et complète pour le projet d’une médiathèque en ville moyenne ou grande ! A ce niveau, c’est la représentation que s’en fait le maire ou le conseil municipal qui l’emporte ! Surtout entre deux élections…..

  7. Rodolphe dit :

    En même temps il est difficile de forcer un âne de boire

  1. 16/12/2016

    […] L’indifférence des habitants des quartiers populaires vis-à-vis des bibliothèques/médiathèques peut sembler un paradoxe. Depuis cinquante ans, les politiques de la culture tentent une démocratisation poussée du savoir et des œuvres littéraires et artistiques  […]

  2. 17/12/2016

    […] Documentation / archivistique. Community manager. Convergences. Journalisme. Storytelling. Apprendre. Avenir. Inspirations. Alterconso. Livres. Cirque. Bande dessinée. Piraterie. Kids. Urbanités. Amoures. Vins. Give Me Five. La bibliothèque dans les quartiers populaires – Mondes Sociaux. […]

  3. 17/12/2016

    […] L’indifférence des habitants des quartiers populaires vis-à-vis des bibliothèques/médiathèques peut sembler un paradoxe. Depuis cinquante ans, les politiques de la culture tentent une démocratisation poussée du savoir et des œuvres littéraires et artistiques, et les bibliothèques, transformées en médiathèques, incarnent le fer de lance de cette volonté de démocratie culturelle. Or les ouvriers et les jeunes des quartiers populaires ne se sentent pas concernés par cette offre…  […]

  4. 22/12/2016

    […] Mondes sociaux […]

  5. 26/12/2016

    […] La bibliothèque dans les quartiers populaires – Mondes Sociaux […]

  6. 02/01/2017

    […] L’indifférence des habitants des quartiers populaires vis-à-vis des bibliothèques/médiathèques peut sembler un paradoxe. Depuis cinquante ans, les politiques de la culture tentent une démocratisation poussée du savoir et des œuvres littéraires et artistiques, et les bibliothèques, transformées en médiathèques, incarnent le fer de lance de cette volonté de démocratie culturelle. Or les ouvriers et les jeunes des quartiers populaires ne se sentent pas concernés par cette offre.  […]

  7. 04/01/2017

    […] L’indifférence des habitants des quartiers populaires vis-à-vis des bibliothèques/médiathèques peut sembler un paradoxe. Depuis cinquante ans, les politiques de la culture tentent une démocratisation poussée du savoir et des œuvres littéraires et artistiques.  […]

  8. 17/01/2017

    […] La bibliothèque dans les quartiers populaires. […]

  9. 20/01/2017

    […] Le site Richelieu, qui contient au total plus de 20 millions de documents, a rouvert au public. Reportage : P. Accueil. Accueil. Accueil. Cité du livre d'Aix en Provence. La bibliothèque dans les quartiers populaires – Mondes Sociaux. […]

  10. 25/03/2017

    […] et le rendre accessible à tous. Les trois fondateurs sont originaires des quartiers populaires, où le livre n’a jamais vraiment trouvé sa place. Entreprendre dans cet univers en a surpris plus d’un. Ce qui n’a choqué personne, cependant, […]

  11. 30/04/2017

    […] La bibliothèque dans les quartiers populaires – Mondes Sociaux. […]

  12. 01/05/2017

    […] utilisateur. Ressource fichier fr les.jeunes.et.la.lecture.syntha.se.2016.06.27.ok. Ref. 44756. La bibliothèque dans les quartiers populaires – Mondes Sociaux. CC Flickr Nozav L’indifférence des habitants des quartiers populaires vis-à-vis des […]

  13. 11/07/2017

    […] La bibliothèque dans les quartiers populaires – Mondes Sociaux. CC Flickr Nozav L’indifférence des habitants des quartiers populaires vis-à-vis des bibliothèques/médiathèques peut sembler un paradoxe. Depuis cinquante ans, les politiques de la culture tentent une démocratisation poussée du savoir et des œuvres littéraires et artistiques, et les bibliothèques, transformées en médiathèques, incarnent le fer de lance de cette volonté de démocratie culturelle. Or les ouvriers et les jeunes des quartiers populaires ne se sentent pas concernés par cette offre. Alors que des architectes et des économistes de la construction s’évertuent à implanter dans les quartiers de relégation et les banlieues des chefs-d’œuvre de style contemporain et design, élancé et aérien, lumineux et quasiment luxueux à l’intérieur, alors que les budgets de construction, puis de fonctionnement se chiffrent à plusieurs millions, ni le verre, le bois, l’acier ou le béton, ni les collections et les ordinateurs ne captent l’attention des classes populaires. […]

  14. 24/09/2017

    […] La bibliothèque dans les quartiers populaires – Mondes Sociaux. CC Flickr Nozav L’indifférence des habitants des quartiers populaires vis-à-vis des bibliothèques/médiathèques peut sembler un paradoxe. Depuis cinquante ans, les politiques de la culture tentent une démocratisation poussée du savoir et des œuvres littéraires et artistiques, et les bibliothèques, transformées en médiathèques, incarnent le fer de lance de cette volonté de démocratie culturelle. […]

  15. 01/10/2017

    […] La bibliothèque dans les quartiers populaires – Mondes Sociaux. CC Flickr Nozav L’indifférence des habitants des quartiers populaires vis-à-vis des bibliothèques/médiathèques peut sembler un paradoxe. Depuis cinquante ans, les politiques de la culture tentent une démocratisation poussée du savoir et des œuvres littéraires et artistiques, et les bibliothèques, transformées en médiathèques, incarnent le fer de lance de cette volonté de démocratie culturelle. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *