Quand l’histoire devient un champ de bataille

CC Wikimedia Commons BNF

CC Wikimedia Commons BNF

Des « ancêtres gaulois » de Nicolas Sarkozy jusqu’à la promotion du « récit national » qui doit, pour François Fillon (son ancien Premier ministre), remplacer les cours d’histoire, la rentrée scolaire 2016 a vu de nombreuses personnalités politiques françaises s’emparer de l’histoire. Le phénomène n’a rien de nouveau.

Depuis plus de dix ans, le passé est devenu un champ de bataille qu’investissent ceux qui souhaitent promouvoir une vision essentialiste de l’identité française, qui aurait été la même depuis 2000 ans et qui serait maintenant menacée par l’installation de populations immigrées. Ce renouveau du roman national s’appuie sur un vaste réseau médiatique « d’historiens de garde » constitué lorsque Nicolas Sarkozy était Président de la République.

Le sarkozysme historique

Tout commence en 2005 avec le projet de loi du 23 février visant à affirmer le rôle positif de la colonisation, porté par le Député UMP Christian Vanneste. Face au tollé provoqué par ce projet qui a amené notamment à la création du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH) à l’initiative de trois historiens (Gérard Noiriel, Michèle Riot-Sarcey et Nicolas Offenstadt), les tenants d’un récit mythifié du passé français se mobilisent.

CC Wikimedia Commons Théophile Alexandre Steinlen

Fin 2006, alors que la course à l’élection présidentielle de 2007 est lancée, l’académicien Max Gallo publie deux livres : Fier d’être Français, et surtout L’âme de la France. Ces deux ouvrages annoncent ce qui sera par la suite appelé le « sarkozysme historique » : refus de ce qu’ils nomment les « lois mémorielles », entendues comme une vague de repentance, qui avaient marqué les années 1990 et le début des années 2000 (notamment la Loi Taubira de 2001 reconnaissant la traite et l’esclavage en tant que crime contre l’humanité), rejet de la Révolution française, vision mythifiée de l’histoire médiévale française promouvant les supposées racines chrétiennes du pays.

Dès son arrivée au pouvoir, Nicolas Sarkozy s’emploie à appliquer cette vision réductrice et émotionnelle du passé de la France en demandant dès la rentrée de 2007 que les élèves célèbrent, sans distance critique, la mémoire du résistant Guy Môquet fusillé en octobre 1941. La même année, il décide la création d’une Maison de l’Histoire de France célébrant de manière patriotique le passé national. Après de nombreuses polémiques, le projet sera finalement abandonné fin 2012.

  • Cock L. de, Madeline F., Offenstadt N., Wahnich S., dir., 2008, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, Marseille : Agone.
  • Offenstadt N., 2009, L’histoire bling-bling : le retour du roman national, Paris : Stock.

La vague des historiens de garde

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy voit apparaître également dans le champ médiatique nombre de personnalités partisanes d’un retour au roman national. Le Président lui-même favorise, dès le début de son mandat, ce phénomène, en appuyant la nomination à la tête de la chaîne de télévision Histoire (détenue à 100% par le groupe TF1) du journaliste Patrick Buisson, son proche conseiller politique issu des rangs de l’Extrême droite (qui a conservé depuis ce poste). Il y développe une vision nationaliste du passé, prenant des positions à l’encontre de celles de nombreux spécialistes, notamment sur les sujets touchant à la Collaboration ou à la décolonisation.

Les historiens de garde, Libertalia, 2016

Les historiens de garde, Libertalia, 2016

Peu à peu, d’autres figures médiatiques, comme Stéphane Bern (journaliste et présentateur de télévision) ou Franck Ferrand (journaliste et écrivain), se voient confier des émissions historiques sur les chaînes du service public (respectivement Secrets d’histoire, en 2007 et L’ombre d’un doute en 2011), alors que l’acteur Lorànt Deutsch, appuyé par de puissants relais médiatiques, publie le livre Métronome (2009), adapté en 2012 pour la chaîne France 5. La même année, le comédien participe à un documentaire réalisé par Patrick Buisson consacré à l’écrivain collaborationniste Céline. Il faut également citer la publication par Éric Zemmour d’ouvrages « historiques », comme Mélancolie française (2010), suivi par Le suicide français (2014).

S’ils ont des points de désaccord, ces hommes ont tous en commun de rejeter l’histoire scientifique universitaire visant à comprendre les sociétés passées, au profit d’un regard sur le passé centré presque exclusivement sur la France (rejet de l’histoire connectée qui se propose d’étudier les liens économiques et sociaux par delà les frontières nationales ou étatiques actuelles), sur les grands hommes (refus de l’histoire sociale « par le bas » et des analyses de genre). Certains, comme Lorànt Deutsch, n’hésitent pas à mentir sur leurs sources et à tordre les faits afin qu’ils conviennent à leur vision du passé, celle d’un pays toujours ordonné jusqu’à la catastrophe que représente pour eux la Révolution française. Preuve de leurs accointances idéologiques, ces historiens de garde n’hésitent pas à voler au secours de l’un des leurs lorsqu’il est critiqué.

Ce mouvement touche aussi l’enseignement de l’histoire à l’école. À partir de 2010, chaque rentrée est l’occasion pour de nombreux historiens de garde d’attaquer le contenu des programmes de collège notamment, refusant de se plier à ce qu’ils appellent « l’injonction de faire aimer la France » en donnant d’elle une vision glorificatrice. Selon eux, l’histoire à l’école serait trop ouverte sur le monde. C’est d’ailleurs l’apparition de modules consacrés à l’histoire de l’Afrique médiévale qui avait provoqué une première réaction Dimitri Casali, ancien enseignant devenu éditorialiste à succès et publiant des contre-manuels scolaires dont le dernier est paru à la rentrée 2016. Régulièrement invité sur les plateaux télévisés, il réussit peu à peu à influencer nombre de décideurs politiques.

CC Wikimedia Commons Patrick Janicek

CC Wikimedia Commons Patrick Janicek

La déclaration de François Fillon, candidat de la Droite aux élections présidentielles de 2017, lors de la rentrée scolaire 2016, reprend ainsi en grande partie ses propositions alors qu’au même moment les nouveaux programmes abandonnent l’étude de l’Afrique médiévale en collège. Remarquons qu’encore une fois, ce sont les professionnels de l’histoire qui font l’objet des critiques. Le candidat et ancien Premier ministre souhaite leur retirer toute participation dans la fabrication des programmes pour la confier à des académiciens, comme il l’a répété le 6 novembre au journal dit « de référence » Le Monde et à la station de radio France Inter, relayé dès le lendemain opportunément par Franck Ferrand sur la radio Europe 1.

  • Offenstadt N., Meyran R., 2014, L’histoire, un combat au présent, Paris : Textuel.

Répondre aux récits identitaires

La réponse de l’Université tarde à se faire entendre face à cette vaste promotion d’une vision identitaire du passé. Certes, nombre de chercheurs s’emploient à critiquer ces ouvrages et ces iniitatives. Mais, à part quelques collectifs créés dans les marges du monde académique, comme le Comité de Vigilance face aux Usages publics de l’Histoire (CVUH, cf. supra) ou Aggiornamento hist-géo, aucune réponse collective issue directement des structures universitaires (laboratoire de recherche, par exemple) n’a encore vu le jour.

Il faut dire qu’argumenter contre des personnalités soutenues par des vastes réseaux médiatiques reste une véritable épreuve et que les professionnels de l’histoire ont rarement un même temps de parole (lorsqu’on leur donne la parole…) que leurs contradicteurs. Les diverses polémiques qui ont opposé des historiens à Lorànt Deustch, pour prendre l’exemple le plus médiatisé, se sont bien vite résumées à un affrontement entre un vulgarisateur et des critiques de gauche. Or, l’enjeu est plutôt de savoir si des chaînes du service public télévisuel ont pour vocation de donner une place importante aux discours pseudo-scientifiques promouvant l’idée d’une identité nationale étroite et excluante.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Malgré cela, remarquons que nombre de professionnels se préoccupent de vulgariser afin de contrer l’influence des historiens de garde. Outre des bandes dessinées (comme la collection « Ils ont fait l’Histoire » coéditée par Fayard et Glénat, constituée d’albums faits avec l’aide directe de spécialistes), c’est surtout Internet qui devient le médium permettant de contourner le monopole télévisuel de Stéphane Bern et consorts. De jeunes historien-nes s’investissent dans des blogs, comme Actuel Moyen Âge, ou sur des chaînes You Tube, comme Veni Vidi Sensi, animé par un jeune doctorant. Pareillement, des universitaires telle Mathilde Larrère utilisent les réseaux sociaux comme Twitter afin de dispenser régulièrement de véritables micro-cours populaires d’histoire critique. Néanmoins, ces efforts resteront sans effets tant que la communauté universitaire restera refermée sur elle-même (ce qui accroît le sentiment de défiance du public à son égard) et ne s’ouvrira pas à des passionnés souhaitant vulgariser une recherche de qualité.

La situation exige une réponse forte et collective, qui dépasse les cadres académiques classiques, comme le montre la situation dans d’autres pays d’Europe. Les crispations identitaires ou la mise en place de régimes autoritaires s’accompagne en effet de vastes mouvements de contrôle sur les représentations de l’histoire. En Pologne, l’élection d’un gouvernement ultra-conservateur a été suivie de recours judiciaires et de blocages professionnels à l’encontre d’historiens souhaitant évoquer la participation de certains Polonais à la Shoah. Le Président du pays, Andrzej Duda, a d’ailleurs demandé aux représentants des musées et institutions culturelles de « galvaniser le nationalisme polonais et de renoncer aux narratifs qui déshonoraient la Pologne ». Preuve de cette méfiance à l’encontre de l’histoire universitaire, la présidence de l’IPN (Institut de la mémoire nationale) a été confiée non plus à un scientifique, mais à Jaroslaw Szarek, journaliste auteur de livres à vocation historique et longtemps chroniqueur dans un journal nationaliste.

Sans réaction d’ensemble, l’avenir semble bien sombre pour ceux qui souhaitent envisager le passé de manière distanciée et critique.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Ferran Cornellà


William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin

William Blanc (membre correspondant EHESS-GAHOM) Aurore Chéry (chercheuse associée au LARHRA) et Christophe Naudin (professeur d'histoire-géographie dans le second degré)

More Posts

William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin

William Blanc (membre correspondant EHESS-GAHOM) Aurore Chéry (chercheuse associée au LARHRA) et Christophe Naudin (professeur d'histoire-géographie dans le second degré)

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Gaubert dit :

    Quand on parle de ces idées nationalistes il faudrait écrire « histoire » (peut être 2 paires de guillemets), l’histoire comme science, d’Hérodote aux Annales c’est bien autre chose

  2. Maharbbal dit :

    Les enfants, juste une fois, histoire de rigoler, et si au lieu de vous poser en victimes, vous vous remettiez un chtit peu en question? Qu’avons-nous fait pour en arriver là? Je parle fondamentalement, pas de question de mobilisation. Pourquoi boude-t-on l’histoire aujourd’hui?

  1. 23/12/2016

    […] Des « ancêtres gaulois » de Nicolas Sarkozy jusqu’à la promotion du « récit national » qui doit, pour François Fillon (son ancien Premier ministre), remplacer les cours d’histoire, la rentrée scolaire 2016 a vu de nombreuse  […]

  2. 24/09/2017

    […] CC Wikimedia Commons Kilom 691 Ces politiques sont également orientées par la référence au classement des universités réalisé depuis 2003 par une équipe de l’Université Jiao Tong de Shanghai. CC Flickr Pierre Metivier. Quand l’histoire devient un champ de bataille – Mondes Sociaux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *