Se déconnecter de Facebook…

CC Flickr C_osett

CC Flickr C_osett

Chez les jeunes et les jeunes adultes, les réseaux socio-numériques en général et Facebook en particulier occupent une place très importante. Mais parfois, devant le trop plein de notifications, la futilité de certains usages ou la peur de perte de contrôle sur la vie privée, certains décident de se déconnecter.

Pourtant, la plupart du temps ils finissent par y revenir. Pourquoi cette déconnexion n’est-elle que temporaire ? C’est ce que Mary Jane Kwok Choon, Docteure en sciences de la communication de l’Université du Quebec, a étudié dans son article « La déconnexion temporaire à Facebook : entre le FOMO et l’intériorisation douce du contrôle social », publié en 2016 dans la revue française Terminal. La chercheuse a étudié un groupe de 20 étudiants, avec lesquels elle est devenue amie sur Facebook, pour observer leurs usages et avec lesquels elle a eu un entretien.

Les étudiants utilisent Facebook pour partager des photos, entretenir des liens d’amitié, publier des billets d’humeur et des articles et ils ont souvent recours utilisent aux groupes privés pour le travail universitaire. Certains d’entre eux ont ressenti le besoin de se déconnecter, pour gagner du temps, s’éloigner d’un système de relation social parfois trop futile, protéger leur vie privée et éviter les préjudices émotionnels… Pourtant, ils finissent par se reconnecter, sous la pression indirecte de leurs proches car ils ont l’impression de manquer quelque chose ou encore parce qu’ils en ont besoin pour le travail universitaire. En revenant, ils pensent mieux maîtriser leur usage du réseau, en être plus détachés, ce qui n’est pas forcément le cas. En revanche, ce qui est certain, c’est qu’ils estiment que le bénéfice d’être sur Facebook est plus grand que l’inconvénient des contraintes qu’ils avaient d’abord fuies. On parle alors d’intériorisation douce de la surveillance sociale. Mais regardez plutôt la vidéo…

Ce 6e épisode d’Avides de recherche, la chaine Youtube de Mondes Sociaux, présente en son et en images l’article de Marie Jane Kwok Choon : « La déconnexion temporaire à Facebook : entre le FOMO et l’intériorisation douce du contrôle social », publié en 2016 dans le n°118 de la revue Terminal.

Fiche technique

Crédits images à la Une : CC Viméo Christine Wittoeck


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 05/01/2017
  2. 09/01/2017

    […] «Facebook, c'est le réseau social des vieux» Se déconnecter de Facebook… – Mondes Sociaux. CC Flickr C_osett Chez les jeunes et les jeunes adultes, les réseaux socio-numériques en […]

  3. 12/01/2017

    […] Mais peut-on mieux contrôler les algorithmes ? Oui, répond le gouvernement qui a un plan pour contourner le secret dont ils sont entourés. Qu'est ce qu'un algorithme ? C'est un programme informatique qui applique une série d'instructions : activer son réveil pour qu'il sonne le matin, c'est un algorithme, demander à son GPS de trouver le chemin le plus rapide, c'est un algorithme… Le plus souvent, ils sont bien pratiques et nous rendent bien des services au quotidien : "nous sommes entrés dans l'ère de l'algorithme", lance parfois la secrétaire d'Etat au numérique, Axelle Lemaire, "ère du big data aussi", pourrait-on ajouter car les deux vont de pair pour expliquer la place qu'ont pris les algorithmes dans nos vies, et ça n'est qu'un début. Internet, le vrai, le vérifiable et la démocratie. Se déconnecter de Facebook… – Mondes Sociaux. […]

  4. 13/01/2017

    […] Se déconnecter de Facebook… – Mondes Sociaux. […]

  5. 23/01/2017

    […] Chez les jeunes et les jeunes adultes, les réseaux socio-numériques en général et Facebook en particulier occupent une place très importante. Mais parfois, devant le trop plein de notifications, la futilité de certain  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *