Les Troubles Spécifiques des Apprentissages, nouvelles maladies de l’école ?

chalkboard-1264200_960_720

CC Pixabay Prawny

Au même titre que le monde du travail, l’école produit-elle ses propres pathologies ? C’est la question que pose l’arrivée récente et massive des Troubles Spécifiques des Apprentissages (TSA) comprenant la galaxie des « dys » (dyslexiques, dyscalculiques, dyspraxiques…) et le trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité. Ces nouveaux diagnostics se répandent rapidement dans la population infantile à la fin des années 2000, soulevant des controverses dans les familles et chez les professionnels de l’enfance.

Certains se regroupent en associations et s’activent pour faire reconnaître ces troubles dits invisibles : ils luttent pour un meilleur dépistage des TSA afin que les enfants puissent bénéficier du traitement adapté. D’autres se montrent suspicieux envers ce phénomène nouveau qu’ils qualifient d’effet de mode ou d’invention des troubles. Comment comprendre les réactions radicalement différentes face à ces diagnostics médicaux ? Que fait l’école avec ces enfants en difficultés dans les apprentissages scolaires ? Des enquêtes sociologiques récentes investissent ces thématiques jusqu’ici accaparées par les médecins et les « psy ».

  • Garcia S., 2013, A l’école des dyslexiques. Naturaliser ou combattre l’échec scolaire ?, Paris : La Découverte.
  • Lignier W., 2012, La petite noblesse de l’intelligence. Une sociologie des enfants surdoués, Paris : La Découverte.
  • Jupille J., 2010, L’hyperactivité infantile : une enquête de sociologie empirique, Thèse de Sociologie, Université Paris Descartes.

Le statut des TSA aujourd’hui en France : un handicap cognitif

Les TSA sont depuis 2001 reconnus en France par les pouvoirs publics comme des pathologies d’ordre cognitif. Ils peuvent, depuis 2005, donner lieu à une reconnaissance administrative de handicap (Loi de 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées »).

CC Wikimedia Commons ZyMOS

CC Wikimedia Commons ZyMOS

Les enfants désignés comme « dys » et les hyperactifs développent un fonctionnement cognitif différent de l’enfant « ordinaire » : ils confondent des sons, n’automatisent pas les apprentissages, peinent à se concentrer, ne peuvent réaliser deux opérations mentales coordonnées (écouter/écrire)… Les diagnostics sont réalisés par des médecins à l’appui des bilans des rééducateurs para-médicaux (orthophonistes, psychomotriciennes…) et des psychologues. Les médecins n’assurent ensuite qu’un suivi lointain, mais ils ordonnent la prise en charge : ils dirigent les parents vers des séances de rééducation et indiquent les aménagements scolaires requis (présence d’un assistant en classe, allègement de tâches, etc).

La reconnaissance et les dispositifs de prise en charge des TSA apparaissent tardifs lorsqu’on sait que ces diagnostics sont depuis plusieurs décennies disponibles – et ailleurs très usités, comme en Amérique du Nord. Ces nouveaux troubles sont en France l’objet de controverses qui marquent les parcours des familles. Celles-ci rencontrent des difficultés pour obtenir le diagnostic et le faire reconnaître : de façon récurrente, l’entourage, l’école ou d’autres « spécialistes » suspectent un défaut d’éducation parentale à l’origine des difficultés de l’enfant. À l’inverse, des membres de la famille peuvent minimiser les difficultés de l’enfant et critiquer l’intolérance des institutions face aux comportements des enfants, l’agitation par exemple

Comment expliquer cette incertitude autour du problème de l’enfant malgré la précision médicale des diagnostics ?

Scepticisme social, controverses psychologiques

Les sociologues réfutent l’argument du manque de formation et d’information, mobilisé par les pouvoirs publics. Les incertitudes sociales dans lesquelles sont plongées les familles découlent davantage des désaccords savants autour des TSA, en l’occurrence la grande opposition entre psychanalyse et sciences cognitives qui divise les professionnels de l’enfance. Les grilles de lecture analytiques, plus anciennes, prêtent une attention soutenue aux premières années de la vie et aux relations familiales précoces, en particulier de la mère à l’enfant. Les difficultés scolaires et les comportements hors normes des enfants sont à comprendre comme les symptômes d’un conflit relationnel inconscient, que le thérapeute doit mettre à jour. Les cognitivistes les expliquent par un déficit neuro-développemental, soit un « don » biologique. Ils renouvellent radicalement la compréhension et le traitement des enfants dits inadaptés, en particulier ceux en échec scolaire.

Les spécialistes des sciences neuro-cognitives gagnent en autorité depuis les années 1990 au détriment du paradigme psychanalytique, dominant, voire hégémonique, dans le champ de l’enfance inadaptée depuis les années 1950. La diffusion des TSA signe le succès de ces groupes professionnels nouveaux ou rénovés. C’est en particulier par la production de nouvelles pathologies qu’ils sont parvenus à se tailler un marché, à faire concurrence aux spécialistes traditionnels de l’enfance inadaptée.

C’est une autre histoire de l’émergence de nouvelles pathologies infantiles que les sociologues proposent face à l’histoire officielle : plus que le fruit de découvertes scientifiques, ces dernières sont les révélateurs des rapports de force entre experts de l’enfance. En d’autres termes, l’anormalité de l’enfant est fonction du professionnel consulté.

  • Morel S., 2014, La médicalisation de l’échec scolaire, Paris : La Dispute.

Médicaliser les enfants : exclure les pauvres de l’école républicaine ?

Les psychologues et médecins ont confisqué les débats sur les TSA, comme de nombreuses autres déviances infantiles. Pourtant, c’est l’école qui est au centre des préoccupations familiales. Les difficultés scolaires constituent le motif majeur de la demande de soins et l’enjeu principal de la prise en charge des TSA. Sur ce point, les TSA font écho aux premières catégories psychiatriques de l’enfant produites à la fin du 19ème siècle : l’ « idiot », l’ « arriéré » ou encore le « débile léger » désignaient, sous le vernis scientifique, les enfants que l’école ne voulait pas dans ses rangs.

Les premières catégories de l’enfance anormale sont produites par les médecins des asiles, mais elles ne sont réellement utilisées qu’après l’avènement de l’école obligatoire en 1882. L’école voit à cette époque affluer des enfants de tous milieux sociaux, y compris les plus éloignés de la culture et des exigences scolaires. L’institution ne parvient pas à gérer cette hétérogénéité. Elle va s’approprier les catégories médicales pour désigner les enfants qui ne respectent pas l’ordre scolaire : les indisciplinés, les instables, les apathiques… Ils seront envoyés dans des classes spéciales à partir de 1909. C’est en définissant leurs comportements comme pathologiques que l’école va pouvoir sortir les enfants des classes à l’heure où elle se doit d’accueillir tout le monde.

Capture d'écran La guerre des boutons, Yves RObert, 1962

Capture d’écran La guerre des boutons, Yves RObert, 1962

Les descriptions des symptômes cliniques des enfants des classes spéciales sont vagues. Leur ressemblance se trouve ailleurs : ils appartiennent tous aux classes laborieuses de la société. Ainsi, les sociologues pionniers sur le thème font des catégories médicales de l’enfance anormale du début du 20ème siècle (idiotie, arriération, débilité légère…) des constructions idéologiques servant à masquer l’exclusion scolaire des enfants des classes les plus basses de la société. Les diagnostics médico-psychologiques naturalisent la norme scolaire en même temps que l’échec scolaire des plus pauvres. Mais ces analyses s’appliquent-elles aux troubles spécifiques des apprentissages ?

  • Gateaux-Mennecier J., 1990, La débilité légère, une construction idéologique, Paris : CNRS.
  • Muel-Dreyfus F., 1975 « L’école obligatoire et l’invention de l’enfance anormale », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 1.

Le handicap cognitif pour distinguer de l’échec scolaire ordinaire

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Aujourd’hui aussi les enfants qualifiés par un même diagnostic médico-psychologique restent proches dans l’espace social. Ainsi, les enfants ayant une précocité intellectuelle sont en quasi-totalité issus des classes supérieures intellectuelles, et les dyslexiques appartiennent aux petites classes moyennes ; ils ne sont pas économiquement démunis, mais restent éloignés du capital culturel scolaire. Les sociologues déconstruisent ainsi la rhétorique médicale et associative, qui définit les TSA comme des troubles innés distribués aléatoirement dans la société.

Mais à la différence de l’idiotie ou la débilité mentale, les diagnostics de « dys » et d’hyperactivité ne ciblent plus les enfants des classes les plus populaires. Le processus de médicalisation actuel suit même une logique inverse : maintenir les enfants dans une scolarité ordinaire.

Les difficultés scolaires des enfants avec un TSA n’apparaissent pas spécifiques en comparaison des difficultés scolaires « ordinaires ». Pourtant, les prises en charge proposées à ces deux catégories d’enfants diffèrent radicalement. D’un côté, les enfants chez qui l’on diagnostique un TSA (et plus largement un handicap avéré médicalement) sont intégrés en milieu ordinaire en bénéficiant d’aménagements ; de l’autre, les enfants avec un « handicap socio-culturel », dont les difficultés scolaires et/ou de comportements sont renvoyées à la situation sociale des familles (aux « carences socio-éducatives ») sont relégués en classe ou institution spécialisée.

Les dispositifs classiques de prise en charge de l’échec scolaire recrutent aujourd’hui comme il y a cent ans les enfants du bas de l’échelle sociale, et les poussent progressivement hors des classes ordinaires. En revanche, la médicalisation des difficultés est devenue une voie possible d’échappatoire à l’exclusion scolaire. Si le phénomène actuel de médicalisation de l’échec scolaire revêt une toute autre réalité qu’au début du 20ème siècle, c’est sans conteste dû à l’évolution de la place des familles dans les parcours scolaires et de soins des enfants.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La participation active, voire militante, des familles à l’émergence des diagnostics de TSA différencient largement leur succès de celui des catégories médico-psychologiques d’un siècle auparavant. Ils ne sont pas imposés par les institutions de l’enfance aux familles populaires, mais plutôt revendiqués par les familles (qui disposent davantage de ressources face aux institutions) pour contrer la relégation scolaire. Le succès des TSA ne peut se comprendre sans une analyse de la violence des pouvoirs « psy » et scolaire à l’égard des familles – familles dont les codes, les pratiques, les valeurs sont éloignés des normes scolaires.

Ces « nouvelles pathologies » modifient les trajectoires scolaires des enfants diagnostiqués, faisant ainsi bouger l’ordre scolaire établi. Au cœur de leur diffusion, c’est le devenir scolaire et professionnel des enfants qui est en jeu. Dès lors, les TSA bousculent-ils le phénomène de reproduction sociale ?

Crédits image à la Une : CC Pixabay Sunilkargwal

 


Morgane Delmas

LISST-CERS, Université Toulouse Jean Jaurès (morgane.delmas.aya@gmail.com )

More Posts

Morgane Delmas

LISST-CERS, Université Toulouse Jean Jaurès (morgane.delmas.aya@gmail.com )

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Estellecalim dit :

    « Ainsi, les enfants ayant une précocité intellectuelle sont en quasi-totalité issus des classes supérieures intellectuelles, et les dyslexiques appartiennent aux petites classes moyennes ; ils ne sont pas économiquement démunis, mais restent éloignés du capital culturel scolaire. »
    Peut-être serait-il plus juste de considérer le diagnostique plutôt que la caractéristique de l’enfant. Les diagnostiques sont chers pour la précocité et un enfant issu d’une classe sociale ouvrière se verra moins proposer ce genre de diagnostique. On suppose davantage un trouble, un retard, une anomalie de l’accompagnement éducatif, mais dans les faits, on ne peut pas savoir combien d’enfants de la classe ouvrière pourraient être diagnostiqués précoces. L’inverse est sans doute également valable.

  1. 04/01/2017

    […] Au même titre que le monde du travail, l’école produit-elle ses propres pathologies ? C’est la question que pose l’arrivée récente et massive des Troubles Spécifiques des Apprentissages (TSA) comprenant la galaxie des « dys  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *