Quand les Mongols font la guerre aux agents infectieux hautement contagieux

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Depuis vingt ans, les crises sanitaires se multiplient et des maladies animales, dont certaines transmissibles à l’homme, (ré)émergent dans le monde entier. En Mongolie et en Sibérie, différents éléments contribuent à l’apparition d’agents infectieux, certains ayant disparu depuis des centaines ou des milliers d’années : le surpâturage, qui entraîne des dérèglements climatiques extrêmes (zud) provoquant l’épuisement et la mort des troupeaux, ainsi que le réchauffement climatique qui conduit au dégel du pergélisol.

En Occident, on étudie la question des maladies animales du point de vue de l’humain et des conséquences sur sa santé. La Mongolie, pays dont l’économie repose sur un élevage nomade de type extensif (46 millions de tête de bétail sur un territoire grand comme 3,5 fois la France) n’échappe pas à cette tendance : la santé animale est un élément déterminant pour le bien-être de l’homme. Chaque jour, les éleveurs nomades mobilisent des techniques de dressage et de soin pour tirer profit des matières animales (lait, viande, graisse, sang, peau, poils, matières fécales, etc.)

On réfléchit actuellement en Occident à de nouveaux modes de gouvernance en matière de santé animale, notamment à la biosécurité. Il ne s’agit plus tant de prévoir et de mesurer les risques que de se préparer à l’imprévisible et aux conséquences incertaines sur l’environnement et les populations humaines et animales.

La gestion néolibérale mongole des épidémies veut donner la priorité à un dispositif de surveillance et d’alerte par le bas, pour finalement mettre en application un système de gestion hérité de la période communiste combinant mise en quarantaine, abattage sanitaire et vaccination. Depuis l’effondrement du communisme en 1990, le budget alloué à la santé animale est amputé et l’absence de programme de vaccination annuel a entraîné en dix ans la ré-apparition d’épidémies.

Des éleveurs enrôlés, nostalgiques de l’époque communiste

Le gouvernement mongol recourt aujourd’hui à de nouveaux dispositifs de surveillance pour parer aux insuffisances de son système boiteux de santé animale et prévenir les crises sanitaires. L’un d’entre eux consiste en une surveillance syndromique basée sur une répartition des rôles entre les différents acteurs locaux (vétérinaires privés, éleveurs, ONG). Ce système de vigilance place au premier plan les éleveurs nomades qui, vivant en contact direct et permanent avec les animaux, jouent le rôle de sentinelles. Le but est d’identifier des anomalies en temps réel avant la détection de l’épidémie pour mettre en place une réponse adaptée rapide. Cependant, le gouvernement ne finance plus de programme de vaccination des troupeaux en dehors des crises, seule solution d’éradication. Il persiste à intervenir dans l’urgence, de manière partielle et très localisée, ce qui affaiblit durablement l’économie du pays.

CC Flickr François Philipp

CC Flickr François Philipp

Des éleveurs hésitent à déclarer l’apparition d’une maladie contagieuse car les compensations monétaires des pertes d’animaux sont inexistantes ou insuffisantes et trop tardives. Ils recourent alors à des traitements thérapeutiques locaux, entremêlant des éléments curatifs et purificateurs chamaniques et bouddhiques, plutôt que de les combiner aux traitements vétérinaires (quarantaine, abattage, vaccination).

Beaucoup regrettent le système de soins centralisé du gouvernement communiste. Les programmes des vaccinations annuelles de la totalité des troupeaux, la bonne qualité des vaccins, le grand nombre de vétérinaires qualifiés et la gratuité des soins avaient permis l’éradication de beaucoup de maladies. En attribuant aux éleveurs le rôle de sentinelles, le gouvernement rejoint un système de vigilance ancien, datant d’avant la période communiste, qui exige de renouer avec des techniques de soins oubliées. Mais des éleveurs ne savent plus et les jeunes générations d’éleveurs ne savent pas parfaitement identifier les symptômes des maladies.

  • Fearnley L., 2008, « Signals come and go. Syndromic surveillance and styles of biosecurity », Environment and Planning, 40, 1615-1632.

Réservoir animal, contradictions politiques et tensions sociales

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Dans la steppe, la surveillance des épidémies s’accompagne d’une surveillance des flux terrestres et aériens des humains, du bétail, des véhicules et des marchandises. Elle se double d’une surveillance des animaux sauvages en cas de franchissement des barrières entre espèces ou entre domestique et sauvage.

Les animaux domestiques infectés sont abattus et les carcasses enterrées ou brûlées. Les animaux sains sont vaccinés et les enclos désinfectés. Porteur sain, l’homme peut propager le virus par l’intermédiaire de ses cheveux, habits, chaussures et de « l’air dans ses bronches ». Les éleveurs en contact avec le virus sont donc décontaminés par application, ingestion et inhalation de produits désinfectants.

Sensibles au virus et pouvant contracter la maladie, les gazelles constituent une population incontrôlable. On ne peut ni les vacciner, ni contrôler leurs déplacements. De cette impossibilité de contrôle est née une controverse qui divise régulièrement la Mongolie : l’abattage de la faune sauvage versus la vaccination du bétail. Des défenseurs de la nature et des espèces menacées d’extinction (WWF Mongolia ) s’opposent au gouvernement qui accuse les gazelles d’être le réservoir de la fièvre aphteuse, malgré les tests sérologiques prouvant, au contraire, que les troupeaux domestiques les contaminent.

RuhlmanN

Carte réalisée avec l’ancien directeur de l’Agence nationale vétérinaire du Ministère de l’Agriculture, 2014 (fond de carte de Marc Alaux)

Pour faire bonne figure sur le plan international, le gouvernement mongol alterne des mesures de contrôle : abattage sanitaire d’animaux domestiques, vaccination partielle d’animaux non contaminés et abattage ponctuel d’animaux sauvages (LHF, 2010). Il a ainsi ordonné en 2010 l’abattage « de milliers de gazelles, sans aucune certitude, sans aucune sélection, sans étude sérologique » (ancien Directeur de la conservation, WWF Mongolia, août 2015). Concrètement, des éleveurs sanctionnés quand ils les chassent illégalement ou en trop grande quantité en période légale de chasse, sont réquisitionnés pour aider des militaires à abattre des troupeaux de gazelles, espèce déclarée menacée d’extinction par le gouvernement (Rapport de OIE – Organisation mondiale de la santé animale -, officiellement 1002 animaux sauvages (gazelles) détruits). Ces instructions contradictoires génèrent de l’incertitude et des tensions au sein de la population qui compromettent la surveillance des animaux et l’éradication de la maladie.

Agents infectieux, frontières et zonages, vie et avenir

CC Mondes Sociaux

CC Mondes Sociaux

La fièvre aphteuse qui sévit en Mongolie est associée à la pandémie asiatique depuis 2000. Selon le directeur de l’Agence vétérinaire nationale, le risque de propagation du virus se situe aux frontières avec la Russie et la Chine, dans la « zone des provinces de l’est » (cf. carte). Pour rassurer les habitants, il déclare officiellement que « le virus ne peut pas franchir les montagnes du Hentij et le désert de Gobi » constituant une « barrière de protection naturelle infranchissable ». Cependant, depuis 2007, l’épidémie émerge à la frontière commune avec le Kazakhstan et le virus se propage dans la « zone des provinces de l’ouest » (WCS et Department of veterinary & animal breeding, août 2015). La zone des provinces du centre, où se situe la capitale Ulaanbaatar, serait ainsi cernée par deux zones chroniquement infectées sans jamais être atteinte.

Pourtant, des habitants du quartier Zajsan d’Ulaanbaatar se souviennent d’avoir été mis en quarantaine de fièvre aphteuse en 2006 ainsi que d’une ordonnance d’abattage sanitaire. Cet événement — à déclarer dans les 24 heures — ne figure dans aucune notification faite à l’OIE. Comprenons qu’une telle notification aurait entraîné l’arrêt du trafic dans la capitale et les provinces du centre, paralysant l’économie du pays entier.

Un scénario catastrophe exige en effet un zonage (büsčlel) du territoire (zone d’infection, suspecte, sanitaire, sinistrée). Cette discrimination dans la conception des espaces marque une différenciation de situation, d’activité et d’acteurs mobilisés. La détection d’infection permet de déclarer des foyers d’émergence et de délimiter un périmètre de sécurité, d’où les militaires, scientifiques et vétérinaires appelés à intervenir ne peuvent plus sortir avant la levée de la quarantaine. Ce dispositif de zonage rebute les éleveurs.

Les Mongols savent ce qu’est un agent infectieux : c’est « comme une entité vivante », « ni humaine ni animale », « invisible », « pathogène », dont certains symptômes « visibles » facilitent l’identification de la maladie. L’état de crise sanitaire est diffusé dans les médias et aucun n’ignore que le virus de la fièvre aphteuse se propage rapidement dans l’air et par contact, par voie terrestre et aérienne : « transporté par le vent, il franchit les montagnes et les rivières », il « vole comme un oiseau ». À l’opposé du discours officiel, beaucoup d’éleveurs pensent que les agents infectieux « n’ont pas de frontière » et qu’ils « continuent de vivre dans le sol ». Il ne suffit pas de quadriller la zone de quarantaine, de désinfecter le sol, les enclos et les outils, d’abattre et d’enterrer les animaux infectés pour éradiquer la maladie, « puisqu’elle revient chaque année ».

Les éleveurs ont la nostalgie du système de soin communiste. L’ancien Directeur de la conservation de WWF Mongolia estime que « le gouvernement est lâche, mais [que] les éleveurs attendent trop, tout, du gouvernement, comme à l’époque communiste où il fournissait tout gratuitement, y compris les vaccins ». Le Parti populaire mongol (PPM), ancien Parti communiste d’avant 1990, vient justement cet été 2016 de remporter 65 sièges sur 76 (contre 9 sièges pour le Parti démocrate sortant). Si un candidat du PPM remporte les élections présidentielles en juin 2017, parviendra-t-il à mieux gouverner les maladies animales compte tenu de la situation économique dans laquelle le pays est plongé ? Il devra faire face à des difficultés conjoncturelles liées à la chute du prix des matières premières et à un fort endettement pour financer des programmes de vaccination efficaces.

Crédits images à la Une : CC Wikimedia Commons Sgt. Keonaona Paulo

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

 


Sandrine Ruhlmann

CNRS–EHESS, CECMC–UMR 8173 (Chine, Corée, Japon) (sandrine_ruhlmann@yahoo.fr)

More Posts - Website

Sandrine Ruhlmann

CNRS–EHESS, CECMC–UMR 8173 (Chine, Corée, Japon) (sandrine_ruhlmann@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *