Quand Baudrillard nous aide à penser le monde contemporain

CC Mondes Sociaux

CC Mondes Sociaux « Ceci n’est pas Baudrillard »

Il est devenu courant de distinguer les contributions d’un Baudrillard « première manière », centré autour de l’analyse critique de la société de consommation, de celles qui, à partir des années 1980, se concentrent davantage sur les simulacres, l’hyper-réalité, la société de surveillance et de contrôle généralisé.

Le premier Baudrillard a bénéficié de l’attention des universitaires. Issus d’une thèse dirigée par Henri Lefebvre, ses travaux – du Système des objets (1968) à L’échange symbolique et la mort (1976), quoique déjà très singuliers, s’articulent sur des auteurs reconnus, qu’il s’agisse de Marx, Bourdieu, Barthes, Mauss, Bataille, Canetti… même s’il n’y fait référence qu’avec parcimonie.

Opérant une rupture radicale avec la pensée critique traditionnelle, le second Baudrillard brille par sa désinvolture vis-à-vis de toute discipline académique. Il se détourne d’un discours de vérité pour pénétrer l’étrangeté du monde et ruser avec elle avec une ironie teintée de pataphysique. La pensée radicale qui ne se reconnaît plus dans une quelconque rationalité se doit d’être a contrario énigmatique, contradictoire, divergente, séductrice, poétique. Puisqu’il faut « prendre au pied la réalité, il faut aller plus vite qu’elle (…) plus vite que son ombre ». Ce second Baudrillard jugé flou ou compliqué devient le penseur que les universitaires boudent et préfèrent voir disparaître de la bibliographie de leurs étudiants. C’est ne pas avoir compris la profonde cohérence de l’œuvre baudrillardienne en sa globalité dont l’écriture s’est progressivement mise au diapason avec l’énigmatique disparition du réel sous le couvert du numérique.

L’ouvrage paru récemment sous la direction de Nicolas Poirier échappe à la stigmatisation de la démarche de Baudrillard et lui restitue son actualité. Il a le mérite de reprendre sa pensée sans solution de continuité.

De l’objet-signe à l’objet-simulacre

Revenant sur les premiers ouvrages de Baudrillard, Nicolas Poirier reprend les termes de la critique que celui-ci engage à propos de Marx resté prisonnier d’une vision naturaliste de la notion de besoin. Pour Marx, la phase supérieure du communisme devait assurer une répartition des biens et des richesses en fonction des besoins de chacun. Pour Baudrillard, nos sociétés d’abondance se sont vues conduites à mettre en œuvre un ensemble de procédures propres à contrôler et manipuler le consommateur. Les objets ne sont plus considérés en vertu de leur potentiel d’usage mais en tant qu’ils forment un système de signes permettant à l’individu de se différencier des autres en termes de statut social.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La nourriture, par exemple, ne satisfait pas seulement une nécessité biologique ; elle emprunte à des rituels intégrés dans un réseau de significations sociales, plus ou moins luxueuses. L’objet consommable devient une valeur-signe à l’intérieur d’un système de signes étendu à l’ensemble des marchandises.

Avec ce passage à l’économie politique du signe, ce ne sont plus seulement les objets de consommation qui obéissent à la logique du code, mais plus largement toutes les dimensions de la sphère sociale qui se voient intégrées à cette logique quasi totalitaire. Ce ne sont plus seulement la mode et la publicité qui constituent les vecteurs et les lieux de cette manipulation par les signes mais le réel dans son intégralité, doublé par la simulation et la parodie qu’en font au quotidien les médias et leur reality shows.

tibo-sauvageot

CC Tibo pour Mondes Sociaux

L’aboutissement du stade de la simulation est l’avènement du simulacre pur, celui qu’annoncent les techniques du numérique. Alors que le Web n’est pas encore inventé (il ne le sera qu’en 1989), Baudrillard dénonce, dès 1981, avec une rare clairvoyance, le rôle fatal qu’exerce le numérique. L’ordinateur permet d’opérer la substitution du réel par son double hyper-réel, plus réaliste, plus parfait, plus réel que le réel. Le simulacre atteint son seuil radical, sans retour, lorsqu’il est le fruit du calcul digital, sans origine autre que l’abstraction de l’algorithme. Le crime parfait – le meurtre de la réalité – « C’est celui d’une réalisation inconditionnelle du monde par l’actualisation de toutes les données, par transformation de tous nos actes, de tous les événements en informatique pure : la solution finale, la résolution anticipée du monde par clonage de la réalité et l’extermination du réel par son double ».

C’est donc le stade généralisé de la simulation, le stade avancé de la réalité virtuelle, numérique et opérationnelle, plus parfaite que la réalité parce que contrôlable.

Une pensée de l’extrême

La puissance d’émancipation de la pensée de Baudrillard est indéniable. Il a entrevu très tôt le rôle des chaînes de télévision d’information en continu, le défi qu’allait représenter l’Islam pour l’Occident, ou encore l’absorption du social par le numérique. Le potentiel prédictif de sa pensée tient à sa volonté de suivre la logique des événements jusqu’à son point d’implosion, loin de toute critique politique militante, avec une sorte d’ironie indifférente. Certes sa posture intellectuelle relève d’un scepticisme qui a conduit certains à le comprendre comme un nihiliste, voire un négationniste. Son goût pour l’idée des fins – de la réalité, du social – lui a valu l’étiquette de penseur apocalyptique alors même que rien ne lui est plus étranger que ce type de pensée (cf. la contribution de Françoise Gaillard dans l’ouvrage présenté). «  Ce qui se passe, ou pourrait se passer au-delà , est en fait déjà là dans le processus même (…) la fin est déjà là, à partir du commencement », disait-il lui-même. Aussi énigmatique – aussi « flambeuse » soit-elle pour certains -, la posture de Baudrillard est à prendre dans son sens épistémologique qui harmonise sa pensée avec la radicale étrangeté des phénomènes et le conduit à jouer avec l’étrange.

Lorsque dans sa contribution, Alain Caillé dit mesurer combien « Baudrillard nous manque », ce n’est pas seulement à l’ami qu’il songe, mais au philosophe à l’étonnante acuité : « Face à la numérisation et à la mise en images généralisée qui devient notre destin, face à l’entrecroisement de la barbarie archaïsante mise en scène par Daech et de la barbarie technologique exercée par drones interposés, le tout, des deux côtés, sur fond de jeux vidéo, seul lui aurait su aller à l’essentiel, avec ses fulgurances énigmatiques habituelles ».

Le monde devenu baudrillardien

Qu’il s’agisse du phénomène Snowden, des dernières élections américaines, ou de manière plus banale, de l’extension du contrôle algorithmique aux domaines de la santé, de l’éducation, des transports ou du marché du travail, cette expansion de ce que l’on appelle dorénavant le Digital Labor ne fait qu’entériner les propos de Baudrillard à un point tel que sa pensée, à l’insu de bien des intellectuels et chercheurs d’aujourd’hui, s’est faite réalité.

En 2013, Edward Snowden, promoteur d’un Internet libre, choisit de dévoiler, après qu’il ait été salarié de la NSA, puis de la CIA, l’ampleur des programmes de surveillance américain. Mis à nu, les documents les plus secrets montrent que la violation de la Constitution des Etats-Unis n’a épargné dans son principe aucun pays, aucune institution, aucun sujet, puisque peuvent être collectés les contenus des iPhones (messages vocaux, listes de contact, SMS, fichiers, historique de géolocalisation…). Et si tout le monde s’indigne ou feint de s’indigner, réclamant des accords internationaux sur la protection des données – voire l’élaboration d’une Charte mondiale « Informatique et Libertés » -, personne n’est dupe sur les promesses d’amendement. Comment à présent envisager la suite, comment penser la fin s’il est imaginable qu’il y en ait une ?

CC Wikimedia Commons Eliza does

CC Wikimedia Commons Eliza does

Les élections américaines de 2016 donnent aussi à réfléchir. On connaissait déjà les méthodes de campagne auxquelles avait eu recours Obama et qu’a utilisées à son tour Hilary Clinton avec moins de succès : le recours massif au digital et au « big data » permettant de collecter des millions de données soumises à la moulinette des algorithmes empruntés au marketing numérique. Les millions de données sur les électeurs (leurs habitudes de vote, leur taux de participation…) permettent d’opérer en une nuit près de 400 000 simulations de l’élection du 8 novembre.

Donald Trump, quant à lui, a choisi une tout autre stratégie électorale, beaucoup moins coûteuse, et qui s’est avérée encore nettement plus efficace. A la « gouvernementalité algorithmique » il a préféré l’exploitation des travailleurs du clic, situés pour la plupart à l’autre bout du monde, en sous-payant des sous-traitants recrutés sur des plateformes d’intermédiation de micro-travail, producteurs de likes et de posts. Il s’est agi tout simplement d’inonder les réseaux sociaux et, bien davantage que la nature de leurs contenus, c’est la quantité des clics sur Google et sur Facebook qui assure la popularité du candidat.

Le Digital Labor est exemplaire de l’hyper-réalité dont Baudrillard avait annoncé la domination. Ce sont désormais les sociologues – des vrais, en l’occurrence Dominique Cardon et Antonio A. Casilli – qui étudient de près ce qu’il recouvre : « les activités numériques quotidiennes des usagers de plateformes sociales, d’objets connectés ou d’applications mobiles »  à même de produire de la valeur, d’encadrer la participation et de prendre en compte les indicateurs de popularité. Les likes (ce travail invisible), qu’ils proviennent d’amateurs ou de « fermes à clic », sont transformables en ressources et là où certains auteurs ont aimé y voir l’effervescence des commons, d’autres y découvrent une marchandisation des contributions de chacun.

La question est la même que précédemment : comment envisager la suite, comment penser la fin (ou son destin) s’il est imaginable qu’il y en ait une ? De toute évidence, Baudrillard ne pourrait répondre à aucune de ces questions, mais la singularité de sa pensée nous permettrait d’entrevoir un inimaginable toujours plus déconcertant.

 

CC Pixabay Geralt

CC Pixabay Geralt

Crédits image à la Une : CC Pixaba yeak_kkk


Anne Sauvageot

LISST-CERS (sauvageo@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Anne Sauvageot

LISST-CERS (sauvageo@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *