Du Silicon dans ta Valley : pourquoi cela ne marche pas toujours ?

CC Pixabay Tumisu

Lorsque l’on évoque les clusters, ces haut-lieux de l’innovation qui concentrent les acteurs publics et privés de la recherche et développement (R&D), c’est le fabuleux destin de la Silicon Valley qui vient à l’esprit. Cette dernière, au sud de San Francisco, est devenue au fil des années un lieu de pèlerinage pour des délégations d’entrepreneurs et de décideurs publics. Les premiers cherchent à y percer les secrets de cette capacité qu’ont les firmes qui y sont nées ou s’y sont localisées à dominer les nouveaux marchés technologiques. Les seconds espèrent en retirer de quoi nourrir la définition d’incitations publiques à l’innovation, pour retrouver le chemin d’une croissance basée sur de nouveaux marchés.

Car les initiatives en faveur des clusters sont nombreuses de par le monde. Et leurs promoteurs n’hésitent pas à accompagner leur argumentation d’une analogie avec cette région Californienne. La plupart tentent de faire entrer dans les esprits que d’autres Silicon Valley existent. Ainsi, au début des années 2010, le médiatique maire de Londres, Boris Johnson, n’hésite pas à présenter le projet Tech City, dans l’Est de Londres, comme la Silicon Valley européenne. Tech City était d’ailleurs précédemment connu sous le label Silicon Roundabout : un rond-point à la place d’une vallée, pour marquer sa différenciation, sans pour autant perdre l’effet « marque ». Autre exemple, la ministre Française de la recherche, dans une tribune publiée en 2014 dans le Huffington Post, franchit également le pas, déclarant son ambition de faire du cluster de Saclay, au sud de Paris – un plateau cette fois-ci – une « Silicon Valley à la Française ».

Des défaillances de marché aux défaillances de réseaux

Pas sûr qu’avec une action publique et un label, la greffe prenne et que les territoires se « siliconent ». Anna Lee Saxenian le rappelle d’ailleurs dès 1990 : le succès de la Silicon Valley ne peut être attribué à une politique publique nationale ou régionale. Au cœur de l’innovation dans la région, elle décèle surtout le rôle qu’ont pu jouer les réseaux d’acteurs (chercheurs, entrepreneurs, financiers, …) dans la capacité de ce territoire à combiner des savoirs hétérogènes pour mieux briser les frontières technologiques. Qu’à cela ne tienne, dans les pays développés et dès le début des années 2000, les décideurs publics mettront la problématique des réseaux au cœur de leur politique d’innovation.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Si les défaillances de marché ne sont plus la principale raison d’être des incitations publiques à l’innovation, alors travaillons sur les défaillances de réseaux ! En effet, les politiques d’innovation reposaient et reposent partiellement encore sur l’existence de défaillances de marché. Lorsque les firmes ne peuvent anticiper la récupération du bénéfice social (emploi, exportations…) de leur innovation, l’acteur public restaure le niveau d’incitations par l’assurance de l’exercice d’un droit de la propriété intellectuelle, mais également par des incitions individuelles, comme les crédits d’impôts conditionnés à un investissement dans la R&D.

Mais dans le soubassement théorique des clusters, les incitations changent de nature. D’individuelles, elles deviennent collaboratives. Ce ne sont plus nécessairement les marchés qui ne produiraient pas assez d’incitations à l’innovation, et donc défailliraient. Ce sont les réseaux. Le système national ou régional d’innovation ne ferait pas assez « système ». De sorte que les connaissances développées séparément par les universités et les entreprises, les grosses comme les petites, ne peuvent se combiner et tirer parti de leur complémentarité, de l’exploration d’idées nouvelles à l’exploitation de nouveaux marchés. Si les Californiens y parviennent, pourquoi d’autres n’y parviendraient pas ?

Densifier les réseaux dans les territoires ?

CC Pixabay Geralt

En France, depuis 2005, la réparation des défaillances de réseaux est au cœur des mécanismes d’incitations collaboratives développés dans le cadre de la politique des pôles de compétitivité. Elle vise à densifier les réseaux au sein d’un territoire préalablement sélectionné pour son potentiel « d’excellence » dans des domaines scientifiques et technologiques particuliers.

Comment ? En produisant des incitations financières collaboratives. Cela permet d’abord de mieux faire circuler les connaissances entre l’Université et la sphère productive, de rendre ainsi plus poreuses les frontières entre science et industrie et, in fine, de réduire l’écart entre les idées fraiches produites dans les laboratoires et les futurs marchés de masse. Cela facilite ensuite l’incitation aux collaborations entre les grandes entreprises, bien positionnées sur les marchés globaux, et les entreprises naissantes et de plus petite taille, en mal de débouchés pour leurs innovations. Ces dernières pourraient trouver dans les systèmes techniques détenus par les premières des sources d’intégration de leurs produits et donc de valorisation de leur créativité.

Et pourtant, la colère monte ! Les évaluations produisent des résultats ambigus en termes de rendement de la dépense publique, en France comme dans d’autres pays ayant défini des politiques similaires. Si production d’innovation il y a, rien ne dit que le bénéfice social est à la hauteur des dépenses publiques engagées.

Des réseaux, mais lesquels ?

Pourtant, soutenir les réseaux d’innovation et s’appuyer sur leur territorialisation a du sens. Mais alors, d’où viennent les difficultés des décideurs publics à reproduire le succès de certains clusters ? Pour mieux comprendre, il faut revenir sur les incitations collaboratives visant à réparer les défaillances de réseaux. Comme toutes les incitations, elles s’appuient sur un mécanisme de sélection : il s’agit de sélectionner des collaborations entre les acteurs du processus d’innovation au sein d’un même territoire. Le décideur public laisse remonter des projets de collaboration, puis il les étudie et enfin en retient un petit nombre.

CC Pixabay Waldryano

Deux risques peuvent résulter d’un tel mécanisme de sélection. Le premier, identifié de manière provocante mais fondée (Duranton, 2011), est lié aux effets d’aubaine que peuvent susciter ces mécanismes : les acteurs privés viendraient chercher un financement public pour des collaborations qu’ils auraient de toute façon engagées en son absence. Le deuxième (Crespo et al., 2014) est lié au degré de risque que l’acteur public est prêt à assumer. Les prétendants sont sur ce point mieux informés que le sélectionneur. Face à cette incertitude, la tendance du sélectionneur sera de réduire le risque de la dépense publique en s’appuyant sur des signaux faibles : existence de collaborations passées, réussite des projets auxquelles elles ont donné lieu… Il en résulte un effet inverse à celui recherché : en voulant stimuler les collaborations pour assembler des connaissances disséminées entre différents acteurs, le sélectionneur renforce les réseaux existants et les pousse dans des situations de conformisme technologique.

Sa mission lui semblait pourtant remplie : il a densifié les réseaux. Mais densité des réseaux et innovations ne font pas toujours bon ménage. Les réseaux susceptibles de générer des innovations et les imposer sur les marchés sont ceux qui combinent deux propriétés singulières : une propriété de hiérarchie des degrés, allant de la présence d’acteurs centraux, aptes à coordonner les processus systémiques d’innovation, jusqu’à des acteurs faiblement centraux, pourvoyeurs de connaissances « fraiches » ; ainsi qu’une propriété de corrélation négative des degrés, traduisant une plus forte propension des acteurs centraux à se connecter à des acteurs faiblement centraux (et vice et versa).

Ces deux propriétés ne sont pas nécessairement reliées à la densité, et peuvent s’en émanciper dès lors que le réseau reste connecté. Elles permettent surtout d’améliorer la capacité du système dans son ensemble à faire coexister de façon dynamique exploration et exploitation technologique. Cela passe par une structure d’acteurs dans laquelle une coordination favorisant l’introduction de technologies nouvelles sur les marchés de masse s’articule avec une forte capacité d’ouverture et une aptitude à rebondir lorsque ces marchés deviennent matures et déclinent.

Et si les défaillances étaient ailleurs ?

CC Pixabay Geralt

Anna Lee Saxenian nous avait pourtant prévenus : le succès des clusters est ailleurs que dans la dépense publique. Et Alfred Marshall l’avait bien vu, lorsqu’il vantait en 1879 les districts industriels britanniques pour leur capacité à jouer des coopérations pour faire circuler la connaissance, produire, puis sélectionner les meilleures idées. Et si en définitive, les défaillances étaient ailleurs, plus en amont des réseaux ? Pourquoi le décideur public s’obstinerait-il à structurer des réseaux innovants si les acteurs cherchent à détourner les incitations pour privilégier le conformisme disciplinaire ou technologique ?

Finalement, l’enjeu de ces recherches réside dans des défaillances bien plus systémiques encore. Parmi elles, le poids des frontières disciplinaires qui grèvent au niveau académique les recherches aux frontières de la connaissance. Or, face aux nouveaux enjeux socioéconomiques du vieillissement, de la réduction de l’emprunte carbone ou des inégalités, on sait que les nouveaux marchés se situent précisément dans ces frontières, et nécessitent d’orienter les futurs talents vers leur exploration. Parmi elles encore, une culture de l’entrepreneuriat trop longtemps déconnectée de la recherche. Une fracture culturelle liée à une longue période de dos à dos entre l’Université et l’Industrie. Elle se matérialise dans le cas français par une propension encore faible à transformer des recherches doctorales en « business », c’est-à-dire à créer plus de passerelles entre les mondes scientifique et industriel, et par un très faible pourcentage de docteurs dans les laboratoires de R&D privés. Or, une fois encore, les économistes montrent que dans la Silicon Valley, comme dans d’autres territoires, c’est autour de ces deux aspects que se structurent les « écosystèmes innovants et résilients ».

Face à de tels enjeux, des évolutions invitent à plus d’optimisme. Au niveau institutionnel, les réformes universitaires, dès lors qu’elles ambitionnent de décloisonner les frontières disciplinaires, pourraient accroître le potentiel de collaboration et d’innovation. Au niveau des réseaux d’acteurs, les dispositifs de médiation et de rencontre qui émergent depuis quelques années (fablabs, cantines numériques…), parce qu’ils se fondent sur l’ouverture réciproque des parties prenantes du processus d’innovation, pourraient brouiller les frontières de la connaissance et de la recherche publique et privée. La bulle autour de ces dispositifs interroge forcément le chercheur, tout autant que les risques d’emprise par des opérateurs désireux d’en extraire une rente, en fragilisant ainsi l’essence même. Mais ils contiennent néanmoins les prémisses d’un développement de réseaux plus ouverts.

Crédits image à la Une : capture d’écran du générique de Sillicon Valley, HBO, 2016


Jérôme Vicente

Sciences Po Toulouse, LEREPS (jerome.vicente@sciencespo-toulouse.fr)

More Posts - Website

Jérôme Vicente

Sciences Po Toulouse, LEREPS (jerome.vicente@sciencespo-toulouse.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/09/2017

    […] Tout le monde est d’accord pour favoriser la qualité des enseignements et des recherches. Du Silicon dans ta Valley : pourquoi cela ne marche pas toujours ? – Mondes Sociaux. CC Pixabay Tumisu Lorsque l’on évoque les clusters, ces haut-lieux de l’innovation qui […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *