Réformes monétaires et marché de l’art

CC Pixabay Geralt

Les réformes monétaires ont un impact important sur le marché de l’art, la demande pour les œuvres d’art augmentant fortement peu avant les réformes. Au lendemain de la Libération de Bruxelles, en octobre 1944, le gouvernement belge met en place une réforme monétaire drastique réduisant fortement la masse monétaire. Craignant de devoir déclarer leurs avoirs et anticipant la victoire alliée, de nombreux profiteurs de guerre et autres collaborateurs achetèrent des œuvres d’art pour cacher une partie de leurs gains illégaux.

Si de manière générale il est difficile de saisir l’impact de l’évasion fiscale ou de l’inflation, certains épisodes historiques, durant lesquels le besoin de cacher des avoirs devint crucial, peuvent servir de laboratoire. En se focalisant sur ces périodes, il est plus facile de cerner le rôle joué par la dissimulation sur le marché de l’art. L’étude de l’impact du Plan Gutt, la réforme monétaire qui fut imposée en Belgique à partir d’octobre 1944 et dont la dernière libération de monnaie eut lieu en 1949, constitue à ce titre une période idéale pour analyser les effets d’une réforme monétaire sur les prix des œuvres d’art.

Cet angle est l’approche retenue dans l’article que nous présentons ci-après. Cet article analyse l’évolution du marché de l’art suite à l’implémentation du Plan Gutt, l’une des plus importantes réformes monétaires qui aient eu lieu en Belgique.

  • David G., Oosterlinck K., 2015, « War, Monetary Reforms and the Art Market », Financial History Review, 22, 2, 157-177.

Marché de l’art et économie

CC Pixabay tswedensky

La presse se fait régulièrement l’écho des records battus par la vente de telle ou telle œuvre d’art (l’un des derniers cas en date étant la vente de la Meule de Monet) donnant ainsi l’impression que le prix des œuvres d’art connaît une croissance continue, potentiellement sans fin. Cette impression contraste fortement avec les analyses empiriques menées sur ce marché. De manière générale, la rentabilité de l’investissement en art est faible, voire même extrêmement limitée si on la met en perspective avec les importantes variations de prix que les œuvres d’art subissent. Elle est sans doute d’autant plus faible pour les artistes dont la production est tombée totalement dans l’oubli. Pour ces derniers, il n’existe même plus de marché et par conséquent, aucun prix observable.

La littérature en économie de l’art a tenté de mettre en avant des facteurs pouvant expliquer cette faible rentabilité au vu du risque encouru. Les économistes ont ainsi essayé de comprendre les autres éléments valorisés par les acheteurs qui compensaient en quelque sorte ce manque de rentabilité. La plaisir esthétique généré par la détention des œuvres vient évidemment à l’esprit. Mais d’autres motifs ont aussi été avancés. Ainsi, il semble établi qu’une partie de la valeur de certaines œuvres d’art puisse être attribuée à de la consommation ostentatoire. En acquérant des œuvres à un prix élevé les acheteurs signalent leur statut social. L’évasion fiscale semble, elle aussi, jouer un rôle majeur dans ce marché. Même si l’opacité caractérisant le marché de l’art ne permet pas de quantifier directement l’impact de l’évasion fiscale sur les prix, de nombreuses sources mentionnent la volonté d’échapper au fisc comme l’une des motivations pour acquérir des œuvres. Enfin, en tant que biens réels, les œuvres d’art permettraient de se protéger de l’inflation.

CC Tibo pour Mondes Sociaux

Le marché de l’art belge au lendemain de la Seconde Guerre mondiale

Le marché de l’art belge d’après-guerre était majoritairement concentré autour de la vente d’artistes nationaux. Ceci était aussi le cas pour la Galerie Georges Giroux, dont les données servent de base à l’analyse de notre article. La Galerie Georges Giroux fut fondée en 1912. Au fil des ans Georges Giroux parvint à acquérir une renommée certaine, notamment parce qu’il fut l’un des premiers galeristes à soutenir des artistes, tels Rik Wouters, qui seraient bientôt connus sous le nom de fauvistes brabançons. Au début de la guerre, la Galerie était dès lors bien établie sur la scène du marché de l’art bruxellois.

La Galerie Georges Giroux fut contrainte de fermer durant l’Occupation et ne rouvrit ses portes qu’après la Libération, en septembre 1944. Les premières ventes pour lesquelles des données sont disponibles se déroulèrent en décembre 1944. Reprendre de manière exhaustive la liste des artistes représentés n’est pas possible. Mais à titre d’illustration, mentionnons James Ensor, dont l’œuvre « Les Poissardes mélancoliques » fut vendue pour 400,000 francs belges (FB) le 27 novembre 1948, ou encore Henri De Braekeleer, Alfred Stevens, Hippolyte Boulenger, Eugène Laermans ou Maurice De Vlaminck. Le recueil de ventes utilisé pour cet article montre également que certains artistes français étaient vendus à la Galerie Georges Giroux. Une toile d’Auguste Renoir, L’épaule nue, trouva, par exemple, un acquéreur pour 200,000 FB le 1er mars 1950.

Guerre, investissements et situation monétaire

En Belgique occupée, la quantité de monnaie tripla entre mai 1940 et août 1944. Afin de purger l’excès de monnaie en circulation, de relancer l’économie et d’éviter les problèmes liés à l’hyperinflation, le gouvernement belge décida peu après la Libération de Bruxelles d’effectuer une vaste réforme monétaire. Ce plan, préparé alors que le gouvernement belge se trouvait encore en exil, fut mis en œuvre en octobre 1944. Le Plan Gutt, du nom du Ministre des finances en charge de la réforme, était drastique. Les billets de banque devaient être déclarés. Leurs possesseurs pouvaient les échanger pour de nouveaux billets, mais à concurrence au maximum de 2000 francs belges, les anciens billets étant démonétisés.

CC Pixabay ScalableGfx

En parallèle les comptes en banque étaient bloqués, seuls 10% des montants sur le compte pouvant être libérés. Le reste sera libéré progressivement (40% des montants) ou investi de manière forcée dans les emprunts de l’État belge (60%). Vu le caractère extrême des mesures, les personnes ayant des avoirs en banque ou de vastes sommes disponibles avaient tout intérêt à s’en servir pour acheter des biens réels…

Mais quels biens réels ? L’économie d’occupation avait imposé un rationnement strict de la plupart des biens de consommation. Le problème était encore plus pointu pour les détenteurs de sommes acquises de manière illégale (par exemple, par la vente de biens de première nécessité au marché noir). Investir ces sommes dans des actifs visibles comme l’immobilier risquait d’amener non seulement le fisc sur le pas de la porte, mais aussi les autorités poursuivant les profiteurs de guerre. En conséquence, l’art devint un bien recherché car il pouvait être acheté librement et facilement dissimulé. Des commentateurs de l’époque mentionnent l’arrivée d’acheteurs peu avertis sur le marché de l’art, tandis que la presse ainsi que des peintres reconnus relèvent explicitement le rôle joué par l’anticipation des réformes monétaires sur ce marché.

L’impact de la réforme monétaire

Pour tester plus formellement l’impact de cette réforme monétaire, nous avons reconstruit un indice du marché de l’art pour l’immédiat après-guerre. La base de données sous tendant l’analyse reprend la vente de près de 3000 œuvres d’art effectuées par la galerie Giroux entre 1945 et 1951.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

L’analyse montre que suite aux réformes monétaires le marché de l’art subit un contrecoup marqué. Elle démontre également que les crédits accordés à l’économie privée influencent positivement les prix de l’art. Une fois la réforme passée, les acheteurs qui avaient acquis des œuvres, en prévision de cette réforme, se mirent à vendre leurs biens. Cet afflux massif de peintures sur le marché entraina une baisse vertigineuse des prix de l’art : en trois mois à peine, ils chutèrent de près de 85% !

Cette première analyse de l’impact des réformes monétaires pose évidemment la question de la généralisation de l’effet documenté dans le cas belge. Les réformes monétaires créent-elles systématiquement une bulle sur le marché de l’art ou le cas belge fait-il figure d’exception ? C’est une des questions à laquelle les auteurs de l’article tacheront de répondre sous peu en présentant des résultats liés à la réforme monétaire allemande de 1948 !

Crédits image à la Une : CC Pixabay StockSnap


Géraldine David et Kim Oosterlinck

Géraldine David (Yale University, geraldine.david@yale.edu) et Kim Oosterlinck (Université libre de Bruxelles, koosterl@ulb.ac.be)

More Posts

Géraldine David et Kim Oosterlinck

Géraldine David (Yale University, geraldine.david@yale.edu) et Kim Oosterlinck (Université libre de Bruxelles, koosterl@ulb.ac.be)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *