L’aéronautique, objet d’histoire sociale et culturelle

CC Wikimedia Commons Konrad Brandel

En octobre 2014, une Journée d’études intitulée Pour une histoire sociale et culturelle de l’aéronautique au XXe siècle s’est tenue à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, rassemblant des chercheurs confirmés ou en formation. L’objectif était à la fois de présenter des exemples d’investigation en cours et de dégager des pistes pour de nouvelles enquêtes. Cette rencontre a aussi été l’occasion d’annoncer la création d’une revue en ligne thématique et bilingue (français et anglais) : Nacelles. Passé et présent de l’aéronautique et du spatial/Past and Present of Aeronautics & Space. Son objet, relativement inédit, est de contribuer à la diffusion des recherches, principalement en sciences humaines et sociales, relatives aux thèmes de la conquête de l’air et du vide, des premières expériences liées au vol jusqu’aux derniers développements du spatial.

Après deux ans de travail, l’équipe éditoriale a fait paraître le premier numéro le 1er décembre 2016. Il comprend un dossier, compte-rendu de la manifestation du 21 octobre 2014, mais aussi plusieurs rubriques complémentaires : Sources, acteurs et témoignages ; Position de thèse ou de master ; Compte rendu de lecture ou de manifestation scientifique etc. Combinée à la création du master « Histoire et patrimoine de l’aéronautique et de l’espace » en septembre 2016 à l’Université Toulouse-Jean Jaurès, cette revue participe à la construction d’un réseau de sciences humaines et sociales, ainsi qu’à l’émergence de nouvelles dynamiques de recherches, très axées sur l’interdisciplinarité.

  • Pour une histoire sociale et culturelle de l’aéronautique au XXe siècle, Automne 2016, Nacelles. Passé et présent de l’aéronautique et du spatial/Past and Present of Aeronautics & Space, n°1, Toulouse : Presses Universitaires du Midi.

Des recherches universitaires au pluriel

La bibliographie en matière d’aéronautique est très étoffée. Nombreux sont les thèmes investigués par les acteurs de l’aviation et par les chercheurs en sciences humaines et sociales (sociologues, géographes, économistes, gestionnaires, politistes, etc.). Dans le cas de l’Université de Toulouse, ces recherches ont déjà fait l’objet de plusieurs articles dans Mondes Sociaux. Mais sont également à citer des laboratoires parisiens comme le Centre d’Études des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (CETCOPRA) ou le Centre Alexandre Koyré (CAK), qui enrichissent les connaissances en matière sociotechnique et géopolitique. Cependant, les historiens universitaires sont restés en retrait dans le développement des études, qui sont souvent à porter à l’actif d’autres disciplines : géographie, économie ou sociologie en tête.

Détail de l’affiche Y’a-t-il un pilote dans l’avion, Jim Abrahams, 1980

À partir de la fin des années 1970, ils ont néanmoins commencé à s’emparer du thème et, pour l’avant 1945 principalement, à questionner les aspects militaire, technique, politique et industriel. Alors que le champ biographique est dynamique depuis longtemps (pionniers, industriels, pilotes, hommes d’État, etc.), les études en matière culturelle se sont développées dans les années 1990, suivant par-là les grandes tendances de l’historiographie française. Marquées par le décès d’Emmanuel Chadeau et le départ à la retraite de Claude Carlier, deux des universitaires les plus actifs en matière d’aviation, les années 2000 ont connu un certain effacement des analyses, mais aussi une nouvelle diversification autour du plus léger que l’air, des industries connexes (moteurs, hélicoptères, missiles, etc.) ou encore des représentations, etc. À la fin des années 2000, des initiatives dispersées ont entériné un regain d’intérêt pour le thème. À l’Université de Toulouse, avec la naissance en 2012 du Laboratoire d’Excellence Structuration des Mondes Sociaux (SMS), un groupe de recherches interdisciplinaire se structure progressivement. Il entend prendre part au renouvellement en cours et contribuer à la diffusion des travaux, comme à l’émergence de thèmes transversaux.

Force est de constater que ce ne sont pas seulement les évolutions techniques, les trajectoires impulsées par les pionniers ou les enjeux politiques et militaires, qui façonnent l’expansion de l’aviation. S’y ajoutent pour une bonne part, les choix portés par les acteurs, aussi bien en matière industrielle, qu’en matière sociale ou culturelle, sans compter les contingences externes et les contraintes matérielles qui sont au cœur de son développement. Sans exploration poussée et pluridisciplinaire, il paraît difficile d’arriver à une compréhension précise des logiques, des enjeux et des rapports de forces qui s’expriment tout au long du XXe siècle, influençant grandement les potentialités futures de l’aéronautique et/ou du spatial. La première livraison de Nacelles vient rappeler à quel point la documentation et les thèmes peuvent être divers…

Un dossier thématique sur les aspects socio-culturels

L’article introductif de Clair Juilliet et Jean-Marc Olivier « Pour une histoire sociale et culturelle de l’aéronautique au XXe siècle » annonce la couleur et plus précisément la ligne éditoriale de la revue. Doctorante en histoire, Andréa Seignier livre ensuite une réflexion sur l’utilité d’utiliser des écrits du for intérieur (correspondances, archives privées, etc.) pour reconstituer les réseaux sociaux des inventeurs et les pionniers de l’aviation à l’échelle internationale. S’appuyant sur la correspondance des frères, elle interroge l’importance qu’il y a, pour l’histoire sociale et culturelle, de questionner ce type de sources, afin de reconstituer des parcours et des cercles de relations qui contribuent à la diffusion, à l’échelle mondiale, de la technique aéronautique.

Pour prendre le cas des frères Wright, utiliser des sources épistolaires permet d’approcher au plus près leurs expérimentations, tant ils les gardent secrètes, contrastant par exemple avec l’attitude d’un Louis Ferdinand Ferber beaucoup plus enclin à communiquer en direction de la presse ou des associations. Au-delà, leur correspondance aide aussi à observer leur intégration dans les réseaux d’inventeurs, leur position dans le cercle des aéronautes, comme l’animosité qu’ils éprouvent envers les autres acteurs de l’aviation et que « seule leur correspondance révèle ».

L’historien du sport Luc Robène, dans la continuité de ses recherches, revient sur la construction d’un imaginaire lié à l’essor de l’aérostation avant 1914. À travers l’exemple de La vie au Grand Air, journal qui contribue à la diffusion d’une image sportive de la pratique aéronautique, il analyse les représentations culturelles construites par les acteurs, forgeant une image du pilote comme figure de la modernité sociale durant la Belle Époque. Avant la Grande Guerre, l’aviation, à l’image du cycle et de l’automobile, est une « épopée sportive », pratiquée par des sportsmen et qui valorise des qualités spécifiques : « courage, sang-froid, dépassement de soi » par exemple. Voler apparaît bien comme un « tout culturel cohérent (…), un art de vivre en même temps qu’une course au progrès qui a ses promoteurs, ses figures chevaleresques et bientôt ses martyres et ses mythes » : l’aéronautisme.

CC Wikimedia Commons Hash~commonswiki

Claude d’Abzac-Epezy, auteure d’une histoire de l’armée de l’air française durant la Deuxième Guerre mondiale, s’intéresse également aux représentions. Elle souligne que l’histoire est bel est bien mise à profit de la construction d’une image mythifiée de l’industrie aéronautique, appuyée sur un recours à une opération de communication historique relevant du storytelling. Selon elle, « le récit historique, qui s’apparente parfois à la saga ou au récit épique (…), est en effet une manière pour un émetteur de proposer sa version des faits en vue de constituer une image valorisante qui permettra d’influencer en sa faveur le récepteur du message ». La mise en récit d’un « discours de Résistance » dès la fin du conflit par les acteurs (ministère, armée de l’Air, politiques, etc.), a pu donner une image déformée occultant, pour partie, la collaboration franco-allemande en matière d’aéronautique. L’image construite, en grande partie déconnectée des réalités (sociale, économique ou stratégique), repose en grande partie sur des thèmes emblématiques permettant une relance de l’activité : héroïsme, survie par la Résistance et la clandestinité, renaissance et indépendance, etc.

Diplômées de Master, Marie-Madeleine Rotelli et Sophie Rousseau livrent une synthèse de leur mémoire de recherche en histoire contemporaine. Elles s’intéressent aux mutations techniques qui affectent certains métiers ouvriers et techniciens de l’industrie aéronautique (traceur, chaudronnier, tourneur, fraiseur) des années 1960 aux années 1980 et qui ont pour conséquence de transformer les savoir-faire mobilisés par les salariés. La modernisation de l’appareil productif au contact de l’évolution des techniques conduit à la disparition ou à l’émergence de métiers, à l’apparition de nouvelles méthodes de travail qui influent la vie du travailleur mobilisé à la fabrication d’appareils civils et militaires. Elle présente notamment l’exemple du métier de traceur aéronautique, dont elles décrivent précisément plusieurs aspects de la profession, située au croisement de la conception et de la production. Les mutations techniques, en particulier l’arrivée de la Conception Assistée par Ordinateur (CAO) à partir des années 1970, transforment en profondeur l’activité et font, à terme, disparaître les métiers et les savoir-faire qui lui sont liés…

Quelques pistes pour des recherches futures…

L’aéronautique est un marqueur du développement sociotechnique d’un pays ou d’un groupe de pays. Son industrie met en œuvre des technologies de pointe, représentant un lieu d’incubation et d’expérimentation sociale et/ou organisationnelle. Plus encore, l’avion a contribué à raccourcir le temps et l’espace pour une partie de la population mondiale, invitant à le considérer comme un moyen de transport, entraînant l’uniformisation relative de certaines pratiques culturelles et/ou sociales dans quelques centres répartis à l’échelle mondiale.

En matière sociale, les recherches peuvent s’orienter vers les conditions de travail du personnel de bord ou encore vers les implications du transport aérien pour ses acteurs (utilisateurs, personnels, clients, etc.). Avant 1914, l’avion est avant tout considéré comme un moyen de progrès social et technique, susceptible d’aider à un rapprochement des peuples. Au sortir de la Grande Guerre et plus encore, après son utilisation contre les populations civiles (Éthiopie, Guernica, etc.), le regard sur cet objet sociotechnique change du tout au tout… En matière culturelle, il peut aussi s’agir de remettre en cause certains mythes, par exemple celui d’une supposée « vocation » aéronautique toulousaine, vision idéalisée qui semble avoir été construite par une partie du monde socio-économique, pour consolider l’attrait de la ville dans la deuxième moitié du XXe siècle. Mais, l’attention doit aussi se porter désormais sur les questions environnementales, sur les acteurs émergeants (pays, entreprises, marchés, etc.), les drones, etc.

Ce ne sont là que quelques propositions pour de futurs travaux. Les pistes ouvertes par ce champ de recherche restent à définir tout autant qu’à explorer pour approcher une meilleure connaissance des enjeux au cœur de cette activité humaine aux multiples facettes.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Holgi


Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

More Posts - Website

Clair Juilliet

FRAMESPA (clairjuilliet@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *