Crise de la représentation ?

elections

Affiche Mai 68 s.a.

« Populisme », « démagogie », « abstentionnisme », « rupture de confiance », « défiance citoyenne », « médiacratie », « affaiblissement de l’État », « perte de contenu de la citoyenneté », la liste des qualificatifs n’est jamais close quand on évoque la représenttaion politique… Reste-t-il encore quelque chose « d’intéressant » à dire sur ces sujets ?

Peut-être, si l’on veut bien rompre avec une vision normative et abstraite. Et donc si l’on observe la représentation politique en train de se faire, dans une situation donnée, et non pas comme un objet abstrait. Telle est la posture que j’ai adoptée dans ma thèse De la démocratie en Argentine. Représenter le peuple après « le 2001 ».

J’ai tenté de comprendre comment, après une forte contestation de la représentation politique, celle-ci demeure un élément essentiel dans la régulation du collectif. Je me suis intéressé plus particulièrement aux parlementaires argentins et au Parlement national. Même fortement délégitimé, ce dernier reste un lieu où les torts et les causes doivent faire valoir leur existence et leurs « réalités », d’autant que cette instance politique demeure le cœur symbolique de l’idéal démocratique des gouvernements représentatifs. Sans entrer dans le détail de l’analyse et des résultats, je m’arrêterai sur deux dynamiques mises en lumières par l’observation.

CC Gustave Deghilage

CC Gustave Deghilage

Transformation de la pratique de représentation politique

Je fais d’abord référence à la transformation de l’espace public parlementaire par la participation d’organisations dites de « la société civile ». Habituellement désignées comme représentantes de la société civile, voire comme la société civile elle-même, elles deviennent les interlocutrices privilégiées des parlementaires et participent au renforcement d’une vision de la démocratie comme pacification fondée sur le diagnostic des problèmes visant de « petits-grands changements ». Rompant avec une logique d’intervention politique faite de mobilisations et de confrontations, elles participent d’un « apolitisme propositionnel » qui cherche à évacuer le conflit. Le gouvernement représentatif, caractèrisé comme « démocratique », est alors un horizon indépassable où tous les antagonismes peuvent trouver des solutions concertées.

On peut ensuite évoquer les phénomènes d’autoreprésentation, quand des groupes cherchent à faire valoir des causes et/ou des torts en dehors des institutions représentatives, l’enjeu étant d’être reconnu comme l’expression réelle (i.e fidèle) d’un problème social dans une fiction opérante qui veut que les médias reflètent la « réalité sincère », autrement dit celle des « vrais gens ». Pour être « vraie » l’expression se doit de se dépolitiser, ou pour le moins d’apparaître publiquement comme telle. L’expression inarticulée d’une souffrance – comme un cri – est alors la seule forme possible d’expression collective, tandis que « la place publique médiatique » se présente comme le lieu privilégié d’apparition et de visibilité. Il serait illusoire de penser que ces conditions particulières d’apparition n’ont pas d’effet sur le contenu même des causes et des torts ainsi exposés.

410187346_af0278c3d8_z-300x225 (1)

Affiche d’époque

Dans les deux cas évoqués, il y a renforcement de la séparation entre gouvernant(e)s et gouverné(e)s. Les organisations dites de la société civile s’érigent en porte-parole et en représentantes auprès des élu(e)s, mettant ainsi à distance « el ciudadano de a pie », ou si l’on préfère le citoyen lambda. Dans le même sens, la mise en scène des torts sur « la place publique médiatique » crée un sujet d’énonciation qui s’adresse aux institutions et attend d’elles des solutions. La figure de la victime devient alors une position privilégiée pour revendiquer des droits, d’autant qu’elle apparaît dépossédée des moyens d’actions politiques.

Le cas argentin montre que la représentation politique reste un dispositif efficace de régulation qui se renouvelle malgré (ou grâce à) une très forte contestation. Mais cette étude révèle aussi le décalage permanent entre gouvernement représentatif et exigence démocratique. Et ce décalage que d’aucuns disent temporaire est en fait inhérent aux institutions représentatives et ne peut donc se résoudre dans ce cadre politique, de sorte que la représentation est sans cesse perçue « en crise ». Dès lors, c’est peut-être la nature même des régimes dits « démocratiques » qu’il faudrait interroger. Mais ceci est une autre thèse…

basta

Crédit image en bandeau : CC Wikimedia Commons

Américo Mariani

LISST-CERS (mariani@univ-tlse2.fr)

More Posts

Américo Mariani

LISST-CERS (mariani@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/06/2013

    […]  Imprimer ce billet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *