Les scandales entre cris et silences médiatiques

CC Pixabay Geralt

Les scandales politiques, économiques et financiers sont monnaie courante dans les sociétés contemporaines et ils sont du pain bénit pour les médias, en particulier dans les périodes de campagne électorale. Pourtant, on remarque régulièrement que les sanctions prises en bout de course, quand elles existent, sont sans aucune commune mesure avec la flambée émotionnelle et/ou idéologique initiale. En outre, le traitement médiatique évolue au fil du temps : on passe insensiblement d’un « scandale » à une simple « affaire », puis à un banal « problème ».

Le sociologue et juriste Pierre Lascoumes, chercheur au Centre d’Etudes Européenne, a publié en 2016 un article intitulé « Des cris au silence médiatique : les limites de la scandalisation ». Ce texte propose de réfléchir aux différentes catégories de dénonciation publique et à la façon dont elles sont utilisées dans la presse française.

Après avoir fixé un cadre théorique et défini les notions de « scandale », « affaire » et « problème », il analyse un exemple précis, le cas politico-financier Pechiney-Triangle, datant des années 1990. A partir d’un corpus d’articles issus des six grands quotidiens français, il met en évidence les nuances de traitement suivant les locuteurs, ainsi que l’euphémisation du discours au fil du temps.

Ce 8e épisode d’Avides de Recherche, la chaine Youtube de Mondes Sociaux, présente en son et en images l’article de Pierre Lascoumes « Des cris au silence médiatique : les limites de la scandalisation« , publié dans Éthique Publique, vol. 18, n°2 en 2016.

Fiche technique

  • Texte/voix/montage : Manon Bril
  • Image : Jean Jimenez
  • Musique : OTAM

Crédits image à la Une : CC Vimeo Impact Plus

CC Pixabay


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 03/03/2017

    […] Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site sms.hypotheses […]

  2. 26/09/2017

    […] Et bien évidemment – démocratie oblige – la satire est aussi au rendez-vous. En fait, ce phénomène ne date ni d’aujourd’hui, ni même d’hier. Dès la toute première élection présidentielle en 1848, la presse satirique et la caricature s’emparent de ces sujets, composant des doubles caricaturaux des divers candidats parfois redoutés par ces derniers. Les historiens Guillaume Doizy et Pascal Dupuy se sont penchés sur le sujet de la caricature présidentielle en analysant les caricatures de Nicolas Sarkozy et de François Hollande avec l’éclairage de l’histoire de cette pratique depuis 1848. Leur article « De 1848 à nos jours : le Président de la République face à son double caricatural » décortique les mécanismes de construction de la caricature d’un homme politique. Différents parcours sont possibles dans la fixation de son image, en fonction des profils des candidats. Les scandales entre cris et silences médiatiques – Mondes Sociaux. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *