Ces dons qui transitent par les organisations…

CC Pixabay angiechaoticcrooks0

Les dons mettant en relation directe les individus occupent toujours une place importante dans nos sociétés, notamment au sein de la maisonnée lorsqu’il s’agit d’entraide entre individus rattachés par alliance, filiation ou relation d’amitié. On ne saurait cependant se limiter à ces cas et négliger les dons qui transitent par les organisations.

Ces derniers sont caractérisés par les types d’acteurs qu’ils mettent en jeu (individus et personnes morales ou organisations) et par le fait que, tout en partant et en aboutissant aux individus, ils nécessitent l’existence d’organisations. La structure relationnelle du don organisationnel soulève des questions nouvelles auxquelles les études publiées dans un ouvrage consacré à la solidarité à distance apportent une première série de réponses.

Schéma épuré du don organisationnel

 

Ces études portent sur diverses formes de don organisationnel : l’aide alimentaire internationale, les Restos du cœur, les dons d’usage (moteurs de recherche alternatifs, le réseau TOR), le don de sang, d’organes et de cellules sexuelles, les ressourceries et les dons pour obtenir des publications dans les médias. Elles invitent à penser ce que le passage par des organisations fait au don.

  • Naulin S., Steiner P., dir., 2016, La Solidarité à distance. Quand le don passe par les organisations, Toulouse : Presses Universitaires du Midi, Coll. Socio-logiques.

Le travail de l’organisation

L’organisation est un moyen « d’allonger le bras » des donataires : elle permet de donner à distance, de donner à des personnes que l’on n’aurait pas rencontrées : patient en attente de transfusion, personne mal nourrie à l’autre bout du monde, internaute en recherche d’anonymat, etc. La mission première des organisations qui transmettent les dons est d’effectuer un travail d’appariement, de couplage. Il s’agit de donner au bon moment la bonne ressource à la bonne personne ou organisation car les bénéficiaires de produits sanguins, d’organes ou d’aide alimentaire ne peuvent souvent pas se contenter d’un don générique.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Cela implique pour l’organisation un travail en amont de sélection des donateurs, un travail de tri et de mise en forme de ce qui a été donné et, enfin, la définition précise des populations cibles. La réalisation de compatibilité entre les ressources et les êtres humains est la principale fonction des organisations de gestion des dons et elle nécessite un travail complexe et continu.

Une autre modalité du travail organisationnel consiste à transformer les donateurs et donataires potentiels en donateurs et donataires effectifs. La « production » de donateurs répond à une contrainte organisationnelle : il faut assurer la continuité de l’organisation, autrement dit, être en mesure d’obtenir des approvisionnements réguliers.

Les enjeux sont d’ampleur différente selon la taille de l’organisation et sa mission. L’approvisionnement étant fondé sur le don, les organisations mettent en place des politiques d’exhortation (incitation à donner) et travaillent à se construire une réputation. Elles travaillent aussi à transformer les donataires. Elles peuvent le faire de manière affichée ou implicite. C’est le cas des attachés de presse qui sélectionnent rigoureusement les bénéficiaires qui sont le plus à même de leur rendre un contredon sous forme d’articles sur leur produit ; c’est aussi celui des instances de santé publique qui définissent les critères de sélection des « bons » candidats à une greffe d’organe ou encore des organisations d’aide alimentaire qui dessinent le profil des « bons » bénéficiaires d’aide alimentaire.

CC Pixabay Stux

Lorsque ce sont des produits qui sont donnés, le travail des organisations concerne aussi leur valorisation. Certaines s’attachent à transformer ce qui n’avait pas, peu ou plus de valeur pour le donateur (« déchets » dont on se débarrasse à la ressourcerie, excédents alimentaires, organe d’une personne décédée) en un produit qui en a une pour le donataire. La valorisation consiste ainsi à transformer les produits pour leur conférer une nouvelle valeur. Les produits sanguins par exemple, avant d’être administrés à l’usager final, sont qualifiés, standardisés, fractionnés en différentes composantes, puis conditionnés sous forme de médicament. Ce dernier n’a finalement plus grand-chose à voir avec le sang initialement prélevé. Sans aller jusqu’à une telle transformation du produit, les organisations mettent en forme les dons et leur administration : les ressourceries trient, nettoient, réparent, orientent les objets, tandis que les attachés de presse construisent un discours et un packaging attrayant pour les objets ou services qu’ils donnent.

Enfin, la gestion de la distance entre le donateur et le donataire que crée la présence de l’organisation constitue une modalité importante du travail organisationnel. Souvent, cette distance apparaît comme un obstacle que l’exhortation à donner doit permettre d’enjamber. Les organisations cherchent soit à lutter contre l’effacement du donateur aux yeux des donataires, soit à l’inverse à la créer de l’anonymat et de l’absence de relations entre donateur et donataire. Cela passe par des règlements (cas du don d’organes ou de gamètes), la massification (mélange du sang de différents donneurs par poolage) ou encore par la connexion aléatoire et le cloisonnement (cas du réseau TOR qui anonymise ainsi la circulation de l’information).

Des circuits commerciaux plus complexes

La présence d’une organisation ou d’une série d’organisations qui s’interposent entre le donateur initial et le donataire final, modifie le circuit de commerce par lequel transitent ces dons. A priori, le schéma épuré du don organisationnel (donateur-organisation-donataire) semble se couler dans la vision classique, puisque le don de l’organisation au donataire fait suite au don initial du donateur à l’organisation.

CC Wikimedia Commons Glabb

Cette vision néglige toutefois les changements qu’introduit la présence de l’organisation, notamment la circulation au sein de l’organisation entre les différents segments qui la composent, et entre les organisations qui s’enchaînent pour donner corps au don. On constate l’existence de circuits du don dans lesquels des échanges marchands se glissent parfois entre les dons. Le cas des ressourceries montre qu’une ressource achetée est donnée pour être ensuite vendue par la ressourcerie, permettant de ce fait le financement de l’organisation.

Ce type de circuit peut également concerner les individus, l’organisation n’intervenant qu’en bout de course, comme c’est le cas dans la revente des cadeaux, phénomène qui s’affirme depuis deux décennies. Le cadeau a été acheté avant d’être offert à son destinataire, puis revendu en ligne par l’intermédiaire d’une organisation marchande. Un dernier cas peut être relevé dès lors que le don initial est attaché à un acte marchand. Il en va ainsi lorsque l’individu achète un bien ou un service auquel est attachée une promesse de don à une organisation caritative qui, à son tour, en fait bénéficier les individus dont elle s’occupe.

Dans tous les cas de figure, le don organisationnel entraîne une hybridation du circuit du don qui ne sépare plus strictement les dons et les échanges marchands.

Comment rendre un don anonyme ?

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Dans le cas du don organisationnel, le retour du donataire au donateur est rendu difficile par la distance qu’instaure l’organisation. Le retour direct devient même impossible dans le cas où l’une des missions de l’organisation est justement de produire de l’anonymat dans la relation de don, comme c’est le cas des dons de gamètes ou d’organes.

Cette impossibilité peut aussi venir de l’organisation : le mélange des sangs réalisé par les Centres de Transfusion Sanguines et, plus encore, par le Laboratoire Français de Fractionnement et de Biotechnologie, rend impossible de distinguer les donneurs individuels. L’organisation en réseau des membres actifs de TOR vise également à cet effet d’anonymisation. Dans d’autres cas, il devient difficile d’identifier les donneurs. Qui donne l’aide alimentaire : les producteurs ? L’Etat ? Les bénévoles qui la distribuent ? Le brouillage devient complet lorsque l’aide est distribuée par une commercialisation sur les marchés locaux : le don initial pour favoriser le développement a disparu pour le receveur final qui accède au produit alimentaire par l’intermédiaire d’une relation marchande. Que cela soit voulu ou non, la figure du donateur s’efface. Comment alors la réciprocité peut-elle prendre corps ?

Si certains auteurs concluent à une impossible réciprocité lorsque la qualification même de don s’efface pour le donataire — dans le cas de l’aide alimentaire internationale revendue sur les marchés locaux, ou dans celui du care défini comme « n’appelant pas de réciprocité » —, d’autres mettent en évidence différentes modalités de la norme de réciprocité qui, même dans le cas d’un anonymat organisationnel fort, peuvent tenir lieu d’un retour au bénéfice du donateur. Trois formes de réciprocité émergent des études précédentes : le simple fait d’accepter le don initial ; la gratitude d’un acteur à l’égard de l’acteur qui le précède dans le circuit du don organisationnel et, finalement, la gratitude indifférenciée adressée au donneur inconnu.

La première forme est particulièrement saillante dans le cas des dons faits par les particuliers aux ressourceries : le don est le moyen pour le donateur de prolonger « la vie sociale des objets » alors même que celui-ci n’en a plus l’usage. L’acceptation du don vaut alors réciprocité pour le donateur. Cette forme de réciprocité est aussi à l’œuvre dans le cas des acteurs bénévoles des Restos du Cœur pour lesquels l’action même de donner est une gratification intrinsèque.

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Une deuxième forme se fait jour avec le retour « local » dans lequel le donataire remercie la personne qui, pragmatiquement, lui fournit le don. A défaut de pouvoir rendre au donateur initial, la réciprocité s’adresse aux bénévoles (dans le cas des dons alimentaires) ou au personnel médical (don de sang, d’organes, de gamètes). Cette forme englobe également les cas où la réciprocité va de pair avec l’intérêt. Dans le cas des attachés de presse, les journalistes doivent rendre sous forme d’article s’ils veulent continuer à être bénéficiaires des dons qui leur permettent de travailler ; de même, l’association bénéficiaire des dons des moteurs de recherche solidaire a tout intérêt à inciter les internautes à donner plus pour qu’elle reçoive plus.

Une troisième forme de réciprocité peut être repérée dans les dons organisationnels pour lesquels la distance entre le donataire et le donateur est marquée par l’impossibilité de connaître ou d’isoler ce dernier. A défaut de pouvoir se tourner vers le donateur initial, le bénéficiaire du don organisationnel peut faire acte de réciprocité en donnant à son tour la ressource dont il a bénéficié. Dans d’autres cas, la réciprocité s’exprime d’une manière plus subtile au travers d’un retour « en pensée », « distancié », comme on le constate avec certains bénéficiaires d’un don d’organe ou des utilisateurs de Tor. Le don impersonnel et à distance engendre alors un retour du même type.

La distance instaurée par l’organisation, si elle diminue l’obligation interpersonnelle de rendre, n’efface donc toutefois pas la question de la réciprocité. Les études présentées dans cet ouvrage suggèrent, au contraire, l’hypothèse selon laquelle cette distance amène une diversification des modalités du rendre et des formes d’expression de la norme de réciprocité.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Geralt


Sidonie Naulin et Philippe Steiner

Sidonie Naulin (Sciences Po Grenoble, PACTE, sidonie.naulin@gmail.com) et Philippe Steiner (Université Paris-Sorbonne, GEMASS, philippe.steiner@paris-sorbonne.fr)

More Posts

Sidonie Naulin et Philippe Steiner

Sidonie Naulin (Sciences Po Grenoble, PACTE, sidonie.naulin@gmail.com) et Philippe Steiner (Université Paris-Sorbonne, GEMASS, philippe.steiner@paris-sorbonne.fr)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Les dons sont galement diff rents des droits d entr e, qui sont une somme d argent que votre association peut exiger chaque nouveau membre, si c est pr vu par les statuts .

  1. 07/03/2017

    […] Les dons mettant en relation directe les individus occupent toujours une place importante dans nos sociétés, notamment au sein de la maisonnée lorsqu’il s’agit d’entraide entre individus rattachés par alliance, filiation ou relatio  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *