Écrire au Siècle de Louis XIV

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

« Je ne sais point [si Antoine Godeau] passera à la postérité : mais il faudra pour cela qu’il ressuscite, puisqu’on peut dire qu’il est déjà mort, n’étant presque plus maintenant lu de personne » (Nicolas Boileau, 20 avril 1695). N’en déplaise à Monsieur Boileau, au XXIe siècle, Godeau est une figure familière pour les chercheurs, tant en histoire qu’en littérature, qui travaillent sur les hommes de lettres dans la France du 17e siècle.

Auteur prolifique (près de 100 œuvres, environ 80 rééditions, réimpressions et traductions de son vivant et l’équivalent après sa mort), protégé de Richelieu, membre fondateur de l’Académie française, évêque en Provence, visiteur régulier du salon de la marquise de Rambouillet, Antoine Godeau a participé de diverses manières à la vie religieuse, littéraire et politique de son temps. Pour qui s’intéresse aux relations entre pratique d’écriture et exercice de l’autorité publique dans la France moderne, il y a là un laboratoire de choix. Mais reprenons depuis le début.

  • Fournier-Plamondon A.-S., 2016, Pratiques d’écriture et exercice du pouvoir : des centres aux marges. Localiser Antoine Godeau (1605-1672), Thèse d’histoire, École des Hautes Études en Sciences Sociales et Université Laval.

Portrait-robot

Tous droits réservés Anne-Sophie Fournier-Plamondon

Antoine Godeau naît en 1605 dans une famille bourgeoise de Dreux. Seul enfant survivant de sa fratrie, il ne se destine pas à reprendre la charge de lieutenant des Eaux et des Forêts de son père. Après des études de droit à Paris en 1625, le jeune avocat ne plaide pas : il préfère commercer avec les muses. Grâce à son cousin Valentin Conrart, il intègre les milieux de sociabilité mondaine et littéraires de Paris. Par la suite, au moyen de ses compétences lettrées, il se rapproche, comme plusieurs auteurs de son temps, de Richelieu et obtient l’évêché de Grasse le 21 juin 1636. En 1639, le pouvoir royal lui offre un second évêché, Vence, voisin de Grasse. Cela a l’heur de déplaire aux Vençois ; en 1653, le prélat résigne son évêché de Grasse et se consacre entièrement à Vence. Il y meurt le 21 avril 1672.

Au moment d’entreprendre cette thèse, il y avait déjà toute une historiographie sur Godeau. Pour résumer, il a d’abord été perçu comme un auteur, jusqu’à la fin du 19e siècle ; puis, au début du 20e siècle, les chercheurs ont mis en avant la figure épiscopale ; ensuite, dans les années 1970, la figure d’écrivain est revenue sur le devant de la scène. Je n’ai pas voulu participer à ce débat, mais plutôt en déplacer les enjeux : la distinction entre l’évêque et l’homme de lettres ne m’a pas semblé opératoire.

Chercher Godeau…

Godeau n’a pas de fonds d’archives qui lui est exclusivement dédié. Il a donc fallu constituer le corpus, en cherchant d’abord dans les bibliothèques et dépôts d’archives parisiens, puis dans le Midi. Ce travail d’enquête, échelonné sur plusieurs années, a conduit à la réunion d’un ensemble de traces produites par et sur Godeau. Le corpus est composé, d’abord de tous les textes au nom de Godeau, qu’ils soient produits en son nom particulier ou au nom de l’évêque, et ensuite, du maximum de sources où il était présent, dans les écrits de ses contemporains : correspondances, ouvrages imprimés, écrits manuscrits, prose et poésie, mémoires, actes notariés, ordonnances synodales, procès-verbaux de visites pastorales, registres de délibération d’assemblées provinciales, procès-verbaux des assemblées générales du clergé et enfin son testament.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Le cœur du travail d’analyse a consisté à étudier les différents événements, actions et positions traversés par Godeau au prisme de cette pluralité de documents. Ainsi, ses participations aux assemblées générales du clergé ont été examinées à partir des procès-verbaux, mais aussi par une oraison funèbre et plusieurs ensembles de lettres. Cette manière de faire a eu son lot de défis, mais elle a permis de saisir sous l’angle de l’action par l’écriture certains éléments rarement appréhendés comme tels. Cela a par exemple mené à révéler comment, dans le cadre du gouvernement diocésain, Godeau est au départ conseillé par son premier réseau, composé d’hommes de lettres et non de clercs – et même de son cousin protestant !

… et le trouver !

Cette enquête a permis d’éclairer des zones d’ombre de la biographie de Godeau et d’ouvrir de nouveaux terrains de recherche. L’examen des relations de fidélités qu’il a entretenues tout au long de sa vie a révélé qu’il était l’homme de quatre cardinaux : Richelieu, La Valette, Mazarin et Grimaldi.

Le premier est depuis longtemps associé à Godeau dans l’historiographie. L’analyse de la soumission de l’évêque de Grasse et de Vence dans une temporalité longue a mis au jour la permanence de sa fidélité à Richelieu. Pour ce qui est des trois autres prélats, rares sont les travaux sur Godeau soulignant leurs rôles dans sa trajectoire. Tandis que La Valette est généralement occulté, Mazarin est quant à lui confiné à une force d’opposition. De fait, la relation entre Godeau et Mazarin est souvent dépeinte parcourue de tensions dès l’accession au pouvoir du cardinal. Or l’analyse de leur correspondance ainsi que celles de tierces personnes met en lumière les efforts de Godeau pour s’attirer les faveurs de Mazarin, au moins jusqu’au milieu des années 1650.

CC Tibo pour Mondes Sociaux

Enfin, la relation de protection qui unit Godeau à Grimaldi, si elle est connue, n’en demeure pas moins sous-estimée. Son étude a montré, entre autres, les changements de position de Godeau dans les affaires de Provence : de défenseur des intérêts du roi, il est devenu protecteur des intérêts de la province.

Cette implication de Godeau dans la politique provençale n’avait, par ailleurs, que très peu retenu l’attention des chercheurs. Dans la capitale, il est appréhendé en tant qu’auteur ; à Grasse et à Vence, il est étudié en tant qu’évêque. En examinant sa participation aux affaires de Provence, cela a conduit à ouvrir un nouvel espace de recherche, où son enfermement dans des positions hermétiques – auteur à Paris et prélat dans ses diocèses – n’est pas opérant. Ce terrain d’enquête, où s’entremêlent des pouvoirs locaux et centraux, a été fécond pour observer Godeau en tant qu’acteur politique à part entière.

Au-delà du cas de Godeau

En plus des apports biographiques, l’étude des pratiques d’écriture de Godeau a mis en lumière la présence d’un dire et d’un savoir-dire dans ses textes. En effet, dans plusieurs écrits portant sur des matières ecclésiastiques, Godeau affirme que son travail a d’abord été l’accumulation de savoirs et ensuite leur formulation afin qu’ils soient agréables à lire.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

En d’autres termes, cela signifie qu’il y a à la fois des connaissances et des manières de communiquer ces connaissances qui sont transmises. Il n’a pas produit des savoirs neufs ; il n’a pas participé frontalement aux débats, disputes et controverses dans lesquels les hommes d’Église qui écrivent sont souvent engagés. Il a plutôt décidé de mettre ses compétences de plume au service des textes spirituels, notamment pour qu’ils soient plus accessibles. Ces choix d’écriture s’inscrivent dans un mouvement plus vaste, où le propos religieux quitte progressivement le registre des spécialistes, les clercs, afin de répondre aux contraintes des belles-lettres. L’écriture a donné à Godeau un évêché, mais cette position n’est pas une finalité en soi. Elle est une façon de se définir et de s’affirmer socialement, elle sert à agir, à faire agir et à faire croire, même en ayant atteint une charge publique très prestigieuse.

L’action de Godeau par les lettres dans les affaires publiques a mené à saisir un autre aspect de ses pratiques d’écriture : l’engagement des ecclésiastiques dans les matières politiques. Par la plume, le prélat met en avant des exemples d’hommes d’Église dans les affaires publiques. Le premier modèle, présent jusqu’à la fin de sa vie, est Richelieu. Par la suite, il puise à même sa propre expérience. Son épiscopat est alors donné à voir et à lire comme un modèle. Ainsi, il participe à la production d’un ethos épiscopal dans les affaires publiques.

Enfin, il importe de souligner que le travail accompli a été effectué sans distinguer les écrits religieux des autres types d’écrits. En effet, c’est une frontière tenace, tant en histoire qu’en littérature.

CC Pixabay Gisoft

Il a été décidé de sortir des lectures strictement théologiques et spirituelles des écrits religieux et de les inscrire dans une histoire culturelle, sociale et politique. Les discours religieux de Godeau ont été considérés comme des écrits semblables aux autres, insérés dans des stratégies de promotion sociale et dans l’exercice du pouvoir – un pouvoir qui n’est pas nécessairement d’ordre spirituel. La manière d’être d’un évêque a été saisie à partir de ses pratiques d’écriture. L’évêque étudié est un prélat avec une stature d’écrivain, qui possède donc, par conséquent, l’ethos d’un auteur. Durant tout le temps de l’enquête, ces deux manières d’être, auteur et évêque, n’ont cessé de s’éclairer mutuellement.

Au terme de cette recherche, ce n’est ni une biographie d’Antoine Godeau, ni une monographie sur son œuvre qui a émergé. Il s’agit plutôt d’une analyse de l’action politique à travers les pratiques d’écriture dans la France du 17ͤ siècle. Le travail accompli n’a pas mené à la proposition de généralisations depuis le cas de Godeau. Il a permis d’identifier certains mécanismes des relations entre pratiques d’écriture et exercice du pouvoir, tout en conduisant à réarticuler le religieux dans l’ensemble de sa production textuelle. Cette recherche a mené à extraire des tendances, à poser des questions, que l’étude d’un corpus plus large de lettrés n’aurait pas permis de faire. L’expérience individuelle a fait surgir des pratiques dissimulées derrière le pluriel.

  • Boileau-Despréaux N., « Épître à Monsieur de Maucroix », dans Les Œuvres de M. Boileau Despréaux avec des éclaircissements historiques, tome 2, Paris, Barthelemy Alix, 1735, p. 338.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Nile


Anne-Sophie Fournier-Plamondon

Université Laval (anne-sophie.fournier-plamondon.1@ulaval.ca )

More Posts - Website

Anne-Sophie Fournier-Plamondon

Université Laval (anne-sophie.fournier-plamondon.1@ulaval.ca )

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Spinazzola dit :

    Bonsoir, très intéressant pour un calligraphe comme moi, où peut on retrouver ses écrits, merci.

    • Anne-Sophie FP dit :

      Bonjour,
      On trouve relativement peu de manuscrits autographes de Godeau: il est réputé pour avoir une (très) mauvaise calligraphie. Il y a quelques lettres autographes dans les recueils de Valentin Conrart (Bibliothèque de l’Arsenal, Paris) ; quelques autres documents aux Archives départementales des Alpes-Maritimes (Nice); un ensemble de lettres à la Bibliothèque Inguimbertine (Carpentras).
      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *