Vous avez dit périurbain ?

CC Le To

CC Le To

Alors que la périurbanisation est régulièrement l’objet de vives condamnations, cette recherche s’inscrit dans la lignée des travaux qui rompent avec cette posture critique car elle prend le parti d’étudier les espaces périurbains pour ce qu’ils sont. L’ancienneté de ce mode de croissance urbaine fait aujourd’hui de ces espaces un phénomène territorial au poids indéniable sur les plans spatial, démographique et économique.

Quelle place les agglomérations et leurs acteurs sont-elles prêtes à accorder à ces périphéries confrontées à l’injonction au développement urbain durable au travers d’un arsenal législatif contraignant comme le volet « Planification » de la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbains) et les lois issues du Grenelle de l’Environnement, combiné à la volonté politique de lutter contre ce mode d’urbanisation ? Archétype de l’étalement urbain et de la fragmentation institutionnelle, l’aire urbaine toulousaine constitue un terrain privilégié. La recherche conduite durant la thèse s’appuie sur l’analyse statistique des évolutions des espaces périurbains, mais aussi sur l’étude des documents stratégiques et programmatiques de leurs territoires de projet et de planification ainsi que des discours de leurs acteurs politiques.

Image tirée de la thèse de Séverine Bonnin-Oliveira,

Image tirée de la thèse de Séverine Bonnin-Oliveira

Un polycentrisme qui réoriente les pratiques quotidiennes

Les nouvelles dynamiques des périphéries urbaines toulousaines ont sous-tendu leur intégration à la planification métropolitaine. Loin du schéma de la dépendance de la périphérie vis-à-vis du centre dans lequel on les a longtemps enfermés, ces espaces socialement multiples renvoient l’image d’un polycentrisme qui réoriente les pratiques quotidiennes, y compris professionnelles, vers des centralités périurbaines aux fonctions multiples. De telles mutations vont de pair avec les nouvelles attentes des habitants qui deviennent autant d’enjeux pour les communes périurbaines et qui posent la question des mixités intergénérationnelle, fonctionnelle et des formes d’habitat.

slider-scot-approuve

Crédit Scot du Nord Toulousain

Ces évolutions des territoires périurbains comme de leurs élus ont facilité leur intégration à une planification métropolitaine qui, jusqu’ici, leur avait tourné le dos : afin de mieux lutter contre l’étalement urbain, la planification est passée d’un périmètre restreint (63 communes « centrales ») au périmètre étendu et fonctionnel de l’aire urbaine (342 communes) à l’échelle de laquelle les élus ont signé une charte InterSCOT posant les bases d’un nouveau modèle de développement de la métropole toulousaine.

Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) est un document d’urbanisme et d’aménagement matérialisé par une charte qui détermine, à l’échelle de plusieurs communes ou groupements de communes, un projet de territoire visant à mettre en cohérence l’ensemble des politiques sectorielles, plus particulièrement en matière d’urbanisme, d’habitat, de déplacements et d’équipements commerciaux, dans un environnement préservé et valorisé. Les lois dites « de Grenelle II » renforcent le rôle des SCOT, notamment en préservant les espaces dédiés aux exploitations agricoles ou forestières, en équilibrant la répartition spatiale des commerces et des services, en réduisant l’émission des gazs à effet de serre et en protégeant la biodiversité et les écosystèmes.

 

Aménager le patchwork territorial périurbain

Il ne s’agit pas pour autant pour ces périphéries de passer sous le joug de la ville centre, en l’occurence Toulouse. La volonté des élus périurbains de garder la maîtrise de leur territoire a donné naissance à quatre SCOT, l’un central, les autres périurbains… mais aussi à des conflits entre l’InterSCOT chargé de l’harmonisation à l’échelle de l’aire urbaine et les SCOT périphériques qui dessinent de grands territoires périurbains décidés à défendre leur identité. Cela a conduit les acteurs périurbains à mener une véritable réflexion afin de peser face à la ville centre. Ces tensions ont débouché sur l’élaboration de véritables projets d’aménagement périurbains qui, tout en s’articulant avec le SCOT central, préservent les intérêts de chaque SCOT périphérique.

Les élus ayant été amenés à réfléchir à l’échelle de l’aire urbaine après être longtemps restés repliés sur l’échelle communale, le décloisonnement et l’élargissement des références territoriales ont permis aux acteurs politiques de repenser le fonctionnement de leur(s) territoire(s), ce qui a ouvert la voie à des recompositions multiples. Le patchwork territorial périurbain est de ce fait en mouvement : sur fond d’une gestion municipale plus responsable car consciente des enjeux liés à la planification, on assiste à l’harmonisation des périmètres et au rapprochement institutionnel des SCOT et des Pays (micro-régions créées en 1995 servant de cadres à des projets, notamment de développement local) et à la poursuite de la rationalisation du maillage intercommunal.

p007_1_00

Image tirée de la thèse de Séverine Bonnin-Oliveira

Pour autant, une analyse plus fine menée auprès des acteurs de trois de ces territoires en voie de redéfinition montre que l’histoire des territoires, leur localisation et leurs rapports à la ville centre, ou encore la personnalité de leurs élus conditionnent la philosophie du modèle périurbain adopté. Les opportunités offertes par l’élaboration des SCOT ne sont pas partout saisies de la même manière : alors que certains territoires (à l’image de la communauté de communes des Côteaux du Lauragais Sud) adoptent une stratégie offensive afin de gagner une place de choix sur la scène métropolitaine, d’autres comme la Communauté d’Agglomération du Muretain restent sur une ligne défensive visant à conforter leurs acquis sans parvenir à bien les intégrer au projet territorial en construction. D’autres enfin, tel le bassin de vie du Frontonnais, sont comme paralysés par l’occasion qui leur est donnée de pouvoir définir leur propre projet d’avenir. Plus que l’opposition classique entre intercommunalité de gestion, à base essentiellement technique, et intercommunalité de projet, où la vision aménagiste l’emporterait, c’est une variété de positions que donnent à voir les territoires périurbains.

 

Crédit image en bandeau : CC 4vector.com

Séverine Bonnin-Oliveira

LISST-CIEU

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/06/2013

    […]  Imprimer ce billet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *