Approche spatiale de l’intégration des frontaliers au Luxembourg

Le Luxembourg entretient des liens très étroits avec ses pays voisins (Belgique, Allemagne, France), notamment sur le plan du travail frontalier. Il faut dire qu’au cœur de cette Eurorégion, la frontière joue un rôle essentiel dans les dynamiques économiques et spatiales. Le Grand-Duché génère, en effet, un différentiel économique important, aussi bien au niveau du marché du travail, avec des rémunérations plus attractives, qu’à celui du marché foncier. Il polarise les flux de main-d’œuvre. Quotidiennement, près de 160 000 frontaliers résidant en France, en Allemagne ou en Belgique s’y rendent pour y travailler. Il s’agit du plus important flux de travailleurs frontaliers au sein de l’Union européenne.

Ces travailleurs sont fonctionnellement intégrés au Luxembourg en raison de leurs déplacements domicile-travail, du moins si l’on considère que l’intégration se définit comme l’insertion d’individus étrangers au sein d’un autre espace national. Ici, le travail est l’un des vecteurs principaux de l’intégration.

Bien que ce phénomène ait été relativement bien décrit à partir des déplacements domicile-travail de ces salariés, les modalités de déploiement de leurs autres activités demeurent encore mal connues. C’est, par exemple, le cas des activités de consommation et de loisirs.

L’analyse de leur répartition de part et d’autre de la frontière permet de compléter la compréhension de l’intégration en s’appuyant sur une approche essentiellement spatiale. En effet, l’intégration spatiale des frontaliers peut être mesurée à partir de leurs espaces d’activités. L’espace d’activités est défini comme l’étendue spatiale dans laquelle les personnes réalisent leurs activités quotidiennes depuis leur lieu de résidence, de travail, de consommation et de loisirs. Les relations sociales qu’elles impliquent sont elles-mêmes spatialisées. Dans le cas particulier des frontaliers, ces espaces sont transnationaux, et concernent au moins deux pays différents. Cet article tend à rendre compte des caractéristiques des espaces d’activités des frontaliers afin de dégager une mesure synthétique de leur intégration spatiale en ne se limitant pas à la « classique » analyse des flux transfrontaliers domicile-travail.

  • Drevon G., Gerber P., Klein O., Enaux C., 2016, « Measuring Functional Integration by Identifying the Trip Chains and the Profiles of Cross-Border Workers : Empirical Evidences from  Luxembourg », Journal of Borderlands Studies, 1-20.
  • Drevon G., Mobilité quotidienne et stratégies d’adaptation spatio-temporelles des ménages : une approche comparée des espaces transfrontaliers et non frontaliers des métropoles luxembourgeoises et grenobloises, Thèse de géographie, PACTE, Université de Grenoble-Alpes.
  • Drevon G., Gerber P., Klein O., Enaux C., 2013, « Intégration spatiale des frontaliers à travers les activités quotidiennes. Le cas de la région métropolitaine luxembourgeoise », URBIA – Les Cahiers du Développement Durable, 147-164.

Une enquête et une méthodologie originales

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Entre 2010 et 2011 une enquête de mobilité transfrontalière a été menée sur l’espace métropolitain luxembourgeois. Le but de l’Enquête Mobilité des Frontaliers (EMF), financée en partie par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS, France), le Fonds National de la Recherche (FNR) du Luxembourg et le Luxembourg Institute of Socio-Economic Research (LISER) était de constituer une base de connaissances sur les pratiques de mobilité et les représentations énergétiques des frontaliers. Selon des critères sociaux et spatiaux, cette enquête est représentative des 146 000 actifs frontaliers qui travaillaient au Luxembourg en 2010.

L’échantillon a été obtenu à partir de fichiers administratifs anonymes de l’Administration des Contributions Directes et de l’Inspection Générale de la Sécurité Sociale du Luxembourg. L’enquête a été réalisée selon une passation auto-administrée. Elle concerne les thématiques classiques d’une enquête sur les déplacements du type EMD (Enquête Ménage Déplacements en France) ou BELDAM (Belgium Daily Mobility en Belgique). 40 000 courriers ont été envoyés. 7 235 actifs frontaliers ont retourné ce questionnaire, soit un taux de retour de plus de 18 %.

Elle ouvre des perspectives d’analyse nouvelles pour la compréhension des pratiques et des comportements de mobilité des frontaliers. L’analyse des espaces d’activités des frontaliers en constitue l’une d’entre elles en explorant la dimension spatiale de l’intégration. Cette analyse s’appuie sur la localisation des lieux fréquentés par chaque individu enquêté. Les activités sont initialement représentées graphiquement sous la forme d’un semis de points spatialisés. Ce dernier peut être analysé au moyen d’une ellipse et de ses indicateurs dérivés (le centre de gravité, la surface de l’ellipse, etc.). L’ensemble de ces paramètres permet de résumer la dispersion et la distribution spatiale des activités.

Dans le contexte transfrontalier, la prise en considération de la frontière est incontournable. Par son ajout, d’autres indicateurs sont pris en compte comme la surface de l’ellipse respectivement dans et en-dehors du Luxembourg ainsi que le nombre d’activités de part et d’autre de la frontière. Les mesures établies grâce à cette technique sont ensuite résumées et hiérarchisées selon différentes techniques statistiques. L’ensemble de ces informations permet de dégager des profils spatiaux qui résument l’ensemble des espaces d’activités des frontaliers.

Des profils spatiaux contrastés

Les analyses menées à partir de la mesure des espaces d’activités des frontaliers ont permis de dégager cinq profils types de frontaliers : les navetteurs, les domocentrés, les intégrés, les hybrides et les dispersés.

CC Tibo pour Mondes Sociaux

Les premiers, les navetteurs, représentent 54 % de l’effectif global, avec un profil spatial composé de frontaliers qui se déplacent seulement deux fois dans la journée : la première pour aller au travail, la seconde pour revenir au domicile. Les frontaliers domocentrés constituent le deuxième groupe de l’effectif (22 %). Ce profil de frontaliers possède un espace d’activités davantage concentré dans le pays de résidence. Leurs activités secondaires s’effectuent principalement autour de leur domicile. Les intégrés composent le troisième groupe et ils représentent 16 % de l’effectif des frontaliers. Ces frontaliers possèdent différentes caractéristiques. La première concerne un espace d’activités dont la surface est dans la plupart des cas plus importante au Luxembourg que dans le pays de résidence. La seconde est relative au nombre d’activités de part et d’autre de la frontière. Pour ce groupe, un plus grand nombre d’activités secondaires est réalisé́ au Luxembourg ou sont réparties de manière équilibrée. Ces frontaliers résident en général à proximité de la frontière et leurs espaces d’activités sont largement inclus dans le Luxembourg.

Les frontaliers hybrides, qui constituent le quatrième groupe (6 %), sont caractérisés par un lieu de domicile relativement éloigné́ de la frontière. Le centre de gravité de l’espace d’activités est en général localisé hors du Luxembourg et les activités sont peu éloignées les unes des autres. Enfin, les frontaliers dispersés représentent quant à eux 2 % de l’effectif. Ils se distinguent par de grandes distances entre le lieu de domicile et le lieu de travail. Cette catégorie de frontaliers réalise de nombreuses activités et possède un espace d’activités éclaté́.

Ces cinq profils spatiaux caractérisent les comportements spatiaux agrégés de l’ensemble des frontaliers et renvoient à un degré différencié d’intégration spatiale.

Figure 1 : Des espaces d’activités contrastés

L’adoption de tel ou tel comportement semble dépendant de facteurs sociaux et spatiaux. En effet, bien que les frontaliers soient répartis de manière équivalente selon leur nationalité au sein de chacun des profils, d’autres éléments associés à leurs caractéristiques familiales ou socio-économiques tendent à expliquer les comportements observés.

Des comportements différenciés selon les caractéristiques individuelles

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Les frontaliers qui s’inscrivent dans le profil domocentré présentent une forte propension à être âgé de moins de 35 ans et, dans une moindre mesure, à se situer dans la tranche d’âge des 35-50 ans. Il s’agit plutôt de femmes, par ailleurs mères d’au moins un enfant. Elles tendent à choisir la voiture comme mode de déplacement privilégié. La distance temps domicile-travail semble relativement peu explicative de ce comportement.

Dans le cas du profil intégré, être âgé de moins de 35 ans amène les personnes à réaliser davantage d’activités au Luxembourg. Les cadres ont une propension plus importante à réaliser leurs activités au Luxembourg, cette observation est également valable pour les employés. La distance temps domicile-travail est encore une fois peu explicative.

Le profil hybride est moins marqué par l’âge ou le genre. Le fait d’avoir au moins un enfant augmente la propension à se situer dans ce profil. S’inscrire dans les catégories cadres et professions intellectuelles accentue la probabilité́ d’adopter un comportement spatial hybride en répartissant les activités quotidiennes de manière plutôt équilibrée entre les pays de résidence et de travail.

Enfin, le profil dispersé renvoie principalement quant à lui à des individus en situation de famille avec des enfants.

Pour résumer, le comportement domocentré est plutôt l’apanage des femmes ou des hommes parents d’au moins un enfant et dont le conjoint travaille dans le pays de résidence. Ce résultat paraît suggérer l’importance des activités contraintes liées à la gestion du ménage qui pousseraient les frontaliers à se rapprocher de leur domicile. A contrario, les jeunes actifs ont davantage tendance à fréquenter le Luxembourg où l’offre d’activités de loisirs et de sorties est plus importante que dans les pays voisins.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

 

Crédits image d’entrée : CC Pixabay Elionas et crédits image à la Une : CC Pixabay Evgenit


Guillaume Drevron

LASUR, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse) (guillaume.drevon@epfl.ch)

More Posts - Website

Guillaume Drevron

LASUR, Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse) (guillaume.drevon@epfl.ch)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/09/2017

    […] En quoi l’adoption d’un Code du travail à partir de 1910 transforme-t-elle cette situation ? Approche spatiale de l’intégration des frontaliers au Luxembourg – Mondes Sociaux. Le Luxembourg entretient des liens très étroits avec ses pays voisins (Belgique, Allemagne, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *