Sur et sous les pseudosciences du décryptage du langage non verbal

Arrêtons de décoder ! Tout discours se réclamant de la science se doit d’être pondéré, mesuré. Il en va de son acceptation par une sphère académique rompue à des codes rhétoriques intangibles. Mais à côté de l’Université, institution de production et de légitimation de la science, prospèrent dans la sphère des relations interpersonnelles des pseudosciences arrogantes et ineptes.

Elles font commerce de recettes et de prescriptions censées permettre de « lire » infailliblement dans autrui en décryptant sa gestuelle. Il va sans dire que les périodes d’élections (et donc de meetings et de débats) donnent lieu à des « décryptages » débridés de la gestualité des candidats, qui révélerait leurs émotions voire leur personnalité !

  • Lardellier P., 2017, Enquête sur le business de la communication non verbale. Une analyse critique des pseudosciences du langage corporel, Cormelle-le-Royal : EMS.
  • Denault V., Larrivée S., Plouffe D., Plusquellec P., 2015, « La synergologie, une lecture pseudoscientifique du langage corporel », Revue de Rsychoéducation, vol.43, n°2, 425-455.
  • Lardellier P., 2008, « Pour en finir avec la ‘synergologie’. Une analyse critique d’une pseudoscience du « décodage du non-verbal » », Communication, n°26, Université de Laval, 197-222.

Aux sources de l’interaction

Au plus près des acteurs sociaux, il y a l’ordre des interactions. Les relations prennent naissance dans des formes sociales – dont les rites – et tirent leur sens du contexte, autant que de ce que co-produisent et interprètent les acteurs sociaux in situ. Et face à autrui, on ne sait pas exactement ce qui va se passer. En dépit du caractère a priori très réglé de la communication interpersonnelle in situ, on s’adapte en permanence et on tient compte du regard social, des représentations de la relation, et déjà, de ses propres sensations, sentiments, réflexions. Une approche à la fois empirique, dynamique, contextuelle et conjecturale des gestes et mimiques d’autrui prévaut donc.

On pourrait commenter longuement l’apport d’Erving Goffman, véritable « entomologiste du social ». Selon lui, les individus viennent aux formes sociales, préexistantes aux interactions. Cependant, l’individu joue sur une gamme ample et fine de rôles, de cadres, de situations, sur sa propre perception de ce qui est en train de se jouer et de se nouer à travers la relation. Une intelligence du social est à l’œuvre. Les uns et les autres préservent leur « face » et celle d’autrui en toute circonstance, tout en perpétuant la sacralité diffuse du lien social. Cette vision subtile et profondément sociologique des relations sociales est à mille lieues de celle des obsédés du décodage de la gestuelle.

CC Pixabay Prawny

Au détour d’une phrase énigmatique, le linguiste Edward Sapir évoquait « le code secret et compliqué, écrit nulle part, connu de personne, entendu par tous », qui régit l’ordre des interactions. Nous fonctionnons socialement parce que nous avons intégré l’intelligence de ce code ; et parce que nous avons incorporé la dimension prévisible et aléatoire de la communication. Pour le reste, en situation d’interaction, nous nous fondons intuitivement sur ce que nous percevons des mimiques, des gestes, de l’ambiance d’un moment partagé avec autrui. Bien sûr, il y a toujours des malentendus, des quiproquos, des attentes, et tout ce que notre culture et notre personnalité font aux relations.

Les chiromancies du décodage du non-verbal

Ignorant ces travaux, une tendance éditoriale d’un autre ordre est montée en puissance depuis quelques années, publiant des ouvrages grand public proposant des modes d’emploi des relations interpersonnelles. Celles-ci auraient une dimension pour tout dire secrète. Les « secrets de la communication », nous y voici.

Ces manuels se présentent comme des grammaires du non-verbal et des stratégies relationnelles cachées. Une communication efficace, telle est bien l’obsession de tous les signataires de cette prose, qui inscrivent les relations amoureuses, familiales et professionnelles dans une perspective stratégique et même balistique.

CC Tibo pour Mondes Sociaux

En fait, tous ces bonimenteurs fondent leurs analyses sur un soubassement libéral, au sens économique du terme : il faudrait attendre un rendement et une rentabilité des rapports sociaux. Et pour atteindre ses objectifs (cachés), il conviendrait d’appliquer des stratégies qui ne sont plus argumentatives, mais non-verbales, en décodant nos interlocuteurs afin d’arriver à une illusoire transparence dans les relations. Celles-ci sont entrées dans une nouvelle ère du soupçon, à cause de ces « obsédés gestuels ». Car il s’agit toujours – implicitement – de manipuler autrui et d’instrumentaliser les relations sociales. Sont posées comme préambules les inévitables maladresses et les dommageables gaffes de ceux qui ne connaîtraient pas encore les secrets. Et la finalité, c’est une communication enfin efficace.

Les manipulateurs seraient parmi nous ! Des ouvrages l’affirment, édités dans la nébuleuse de publications faisant de la paranoïa un fond de commerce, toutes consacrées à la « manipulation ». Car pas d’alternative : on manipule ou on est manipulé. Donc, le premier principe relationnel est de se méfier des collègues, des amis, des conjoints… Alors « apprenez à lire autrui », « à décrypter ce qu’il vous cache ». Une guerre froide d’un nouveau genre caractérise les relations. Observer et analyser autrui, « le calibrer » dirait la Programmation NeuroLinguistique (PNL), décoder ses faits et gestes, ne pas donner trop de crédit à ses paroles, forcément partiales, voire souvent trompeuses.

  • Olivesi S., 1999, « Savoirs ignorants, savoirs ignorés. Une critique des usages divers et variés de l’analyse transactionnelle et de la PNL », Réseaux, n°98, 219-252.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Affectant les domaines de la formation continue – qui constitue leur Cheval de Troie –, troublant les définitions de la psychologie, bousculant les traditions éditoriales, ces nouveaux gourous de la communication bénéficient d’une réelle complaisance médiatique. Ils se sont adossés à la psychologisation des discours sociaux et des institutions pour asseoir leur succès et capter une légitimité médiatique et éditoriale, ensuite fort bien monnayée en entreprise. Paradant pour certains dans des émissions à large audience, ils pérorent en  décodant, entre autres, les prestations publiques des hommes politiques. Et bien sûr, leurs démonstrations incertaines révèlent les dessous de la communication.

Loin des précautions de principe et de méthodes des sciences académiques, ces simili-théories du décryptage gestuel se piquent de cataloguer les individus qu’elles passent à leur crible. Le principe est le langage gestuel. Mais qui dit langage dit lexique, syntaxe, grammaire… Faisant fi de toute précaution, ces pseudosciences analysent à tort et de travers, vont jusqu’à dire ce qu’il faut penser des autres, quoi leur dire et comment se tenir en toute circonstance, tout cela à travers le seul prisme de la gestuelle.

Les cadres supérieurs sont de plus en plus nombreux à se conformer à leurs diktats, via les séances de média-training et autre coaching relationnel imposés comme de nouveaux rites de passage par le management, pour accéder au statut de décideur. Comment se tenir comme il faut, expliquaient les manuels de savoir-vivre ; comment se comporter efficacement, surenchérissent les gourous de la relation, en une fallacieuse entreprise de dressage des corps. Comme si la réussite d’une négociation ou d’un entretien se réduisait à leur seule dimension comportementale et gestuelle.

Selon le psychanalyste Roland Gori (entretien) « toutes ces techniques d’accompagnement psychologique ont valeur d’initiation sociale à une civilisation néo-libérale ». Et de poursuivre : « en réalité, c’est autrui qui nous aide à déchiffrer notre monde intérieur. Alors tous ces déchiffrages du non-verbal et d’autrui, ce sont des ‘délires sectorisés’ (…) On inscrit la relation dans une logique de soupçon. On est bien loin de l’empathie. Quant au coaching, il exige qu’on utilise ce que l’on est à des fins d’utilité professionnelle. En fait, il est chargé d’initier aux idéaux de l’idéologie libérale. On perçoit aussi la porosité entre la sphère privée et la sphère publique. Maintenant, la sphère privée est structurée comme le monde de l’entreprise ».

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Ces chiromanciens du non-verbal n’ont aucune légitimité scientifique et universitaire ; nulle infamie dans cette absence, on peut vivre très bien sans cela. Mais ils n’ont aucune assise épistémologique, aucune méthode de travail, d’expérimentation et de validation des résultats. Et leur prose fourmille de références mystico-ésotériques et anti-rationalistes. Que penser d’ouvrages se disant scientifiques, qui convoquent Charles de Gaulle, le mime Marceau ou Isabelle Adjani en notes de bas de page, pour « nous parler » du sens des gestes ? Pour eux, exit la complexité : la chose humaine est chose simple. Le business, plutôt lucratif, est à ce prix.

Par ailleurs, ils desservent la « cause psy », en donnant à penser que celle-ci est la science de la manipulation mentale et du contrôle exercé sur autrui. Tous ces auteurs-formateurs, qui se vantent d’être de fins psychologues, se situent aux antipodes de la posture éthique de cette profession.

Pour comprendre leur succès, peut-être faut-il essayer de prendre en considération les effets que peut produire leur lecture. Ils profèrent pour la plupart une parole qui se dit vérité. Ils promettent une vie meilleure et une compréhension plus fine des réalités humaines. Ils invoquent un pouvoir que leurs lecteurs acquerront, celui de lire autrui, pour peu que leurs préceptes soient suivis. Ils ont surtout créé un système autoréférentiel qui exclut tout ce qui pourrait les contredire.

De la mesure et de la modestie en toute chose, et déjà en science…

Nul combat personnel de ma part dans ces pages, ni croisade contre tel ou tel usurpateur qu’il s’agirait de dénigrer coûte que coûte. J’ai simplement voulu rappeler qu’à côté de la science instituée, des pseudo-théoriciens jouent de la confusion des genres et profitent de la vogue sociale et médiatique de la communication pour faire commerce de leurs analyses infaillibles et autres préceptes guerriers.

Ces bonimenteurs sont dangereux pour la science, en tout cas pour son image auprès du grand public. Car ils s’en réclament et la singent, bien qu’un anti-intellectualisme les caractérise souvent. Ils incarnent un nouvel obscurantisme en même temps qu’ils sont les porte-étendards d’une idéologie outrancièrement libérale. Sous couvert de décryptage systématique, ils démoralisent les relations, au double sens du terme : celles-ci doivent se passer de la morale, puisqu’il est question de manipuler autrui, de l’instrumentaliser pour « en faire ce qu’on veut ». Et de même, à quoi bon s’efforcer d’être spontané, puisque les paroles mentiraient presque toujours, et que les corps nous trahiraient sans cesse ?

Les relations interpersonnelles sont éminemment complexes dès lors qu’on les considère raisonnablement. Dès lors, mieux vaut revenir à la pondération qui doit habiter tout discours scientifique, faisant de la raison et de la méthode la mesure de toute chose. Est-il raisonnable de plaquer sur les relations des notions de rendement, de réussite, de succès, de lisibilité ? On sait finalement bien peu de choses des pensées, des émotions et des intentions d’autrui, quoi qu’en disent ces présomptueuses pseudosciences. Finalement, le rôle des sciences sociales est de hausser notre niveau de perplexité face à la complexité du monde. Belle leçon de modestie pour les « tenants de la toute-puissance relationnelle »…

Crédits image à la Une : The Blue Diamond Gallery Nick Youngson et crédits image d’entrée : CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images


Pascal Lardellier

Cimeos, Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon, et Propedia, Groupe IGS, Paris (pascal.lardellier@u-bourgogne.fr)

More Posts - Website

Pascal Lardellier

Cimeos, Université de Bourgogne Franche-Comté, Dijon, et Propedia, Groupe IGS, Paris (pascal.lardellier@u-bourgogne.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Yaiche dit :

    Entièrement d’accord. Cela fait du bien de lire cette dénonciation d’articles pseudo-scientifiques qui fleurissent, tels des marronniers, dans Challenges ou autres revues essayant de faire croire qu’on peut lire – simplement – les intentions de l’autre à partir de sa gestique et de son langage corporel. Il y a derrière tout cela des business (édition+formations) : par ex celui de la PNL, cette immense imposture, qui a fait de la captation d’héritage et du détournement intellectuel de Bateson, Birdwhistell, Goffmann, Watzlawick et de bien d’autres auteurs que la PNL a réduit en un pauvre brouet, ignorant ce qui fait la spécificité de la recherche en SHS, la complexité et la systémique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *