Réflexions sur les regroupements d’universités en France

Depuis une dizaine d’années, les gouvernements français successifs encouragent les regroupements d’universités (et d’autre établissements). Ces politiques ont été conduites dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir (PIA) et de la création des Communautés d’universités et établissements (ComUE). Le PIA est un programme d’investissement de l’Etat (57 milliards d’euros) largement tourné vers la recherche et l’innovation dans ses différentes dimensions. Les ComUE sont des regroupements territoriaux d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche (universités, écoles d’ingénieurs…) et d’organismes de recherche (CNRS, INRA…) chargés de coordonner les offres de formation et les stratégies de recherche, notamment par la mutualisation de moyens.

Ces politiques de regroupement sont en partie sous-tendues par des croyances dont les recherches que j’ai pu effectuer dans le domaine de la géographie des activités scientifiques me font penser qu’elles sont en grande partie erronées :

  • l’existence d’un effet de la concentration géographique des chercheurs (qui devrait atteindre une « masse critique ») sur leur « productivité » scientifique : mais les études empiriques montrent que cet effet est imaginaire ;
  • une tendance mondiale à la concentration géographique des activités scientifiques : or c’est le contraire qui se produit ;
  • une mondialisation des collaborations effaçant les contextes nationaux : en fait, l’internationalisation progresse au même rythme que les collaborations internes aux pays ;
  • la nécessité d’attirer des chercheurs très reconnus pour les recruter et accroître de façon décisive la qualité des recherches locales : or le nombre de ces chercheurs prêts à des mobilités durables est très limité et la plupart des politiques destinées à les attirer sont des échecs, car l’insertion des chercheurs dans des réseaux, qui est primordiale, peut être obtenue par d’autres moyens, et par exemple, les courts séjours dans des laboratoires français.
  • Grossetti M., Eckert D., Maisonobe M., Tallec J., 2016, « Four commonly held beliefs about the geography of scientific activities », in Shearmur R., Carrincazeaux C., Doloreux D., dir., Handbook on the Geography of Innovation, Edward Elgar Publishing, 223-240 (présentation dans Mondes Sociaux, 15/11/2016).
  • Grossetti M., 2014, « Le culte de l’attractivité », Mondes Sociaux, 02/09/2014.
  • Bernela B., Milard B., 2016, « Studying co-authorship network dynamics throughout geographical trajectories of researchers: what part does mobility play ? », Bulletin of Sociological Methodology, July, vol.131 n°1, 5-24.

L’effet du « classement de Shanghai »

CC Wikimedia Commons Kilom 691

Ces politiques sont également orientées par la référence au classement des universités réalisé depuis 2003 par une équipe de l’Université Jiao Tong de Shanghai. Ce classement se fonde principalement sur le nombre de prix Nobel, les publications recensées par le Science Citation Index de la société Thomson Reuters et les articles publiés par les revues Nature et Science.

Elaboré à l’origine pour orienter les étudiants chinois dans leurs choix d’études, il prend pour modèle les universités américaines les plus prestigieuses et place logiquement au premier rang des universités comme Harvard ou Princeton. Il ne fait apparaître que les universités françaises les plus orientées vers les sciences de la nature et de la technique, assez loin des premières places. Ce classement a été abondamment critiqué, mais il inspire toujours des politiques destinées à améliorer les positions des universités françaises.

Le gouvernement a donc cherché, pour reprendre les termes mêmes de l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) à « faire émerger sur le territoire français 5 à 10 pôles pluridisciplinaires d’excellence d’enseignement supérieur et de recherche de rang mondial ».

  • Gingras Y., 2014, Les dérives de l’évaluation de la recherche. Du bon usage de la bibliométrie, Paris : Raisons d’Agir.
  • Gingras Y., 2009, « Le classement de Shanghai n’est pas scientifique », La Recherche, n°430, 46

 

Quand le futur revient vers le passé (1896)

De façon assez amusante, on retrouve ainsi plus d’un siècle plus tard la perspective des réformateurs français de la fin du XIXe siècle qui voulaient créer 4 ou 5 grandes universités susceptibles de rivaliser avec leurs homologues allemandes. Les gouvernements de l’époque exerçaient une sorte de chantage sur les villes pour qu’elles investissent dans les bâtiments universitaires, en leur faisant miroiter que les plus « méritantes » seulement seraient récompensées. Après que les municipalités aient effectué beaucoup d’efforts, il a finalement été décidé en 1896 de créer une université pour chaque ville comportant des facultés.

Peut-être est-il utile de rappeler brièvement l’histoire particulière des universités françaises (cf. Mondes Sociaux, 16/09/2013). Si les universités médiévales ont été très précoces dans ce pays (celle de Paris constituée au début du XIIIe siècle, celle de Toulouse créée par décision politique en 1229) et actives, elles ont peu à peu périclité et ont été supprimées formellement par la Convention en 1793. La carte universitaire française, que les politiques actuelles sont en train de modifier est le résultat d’une série de transformations amorcées par cette « table rase » de 1793.

CC Flickr Pierre Metivier

A partir de 1808 est mis en place un système national comportant donc une seule université (d’abord « impériale », puis « de France »), un rêve pour les inconditionnels du classement de Shanghai. Cette université était organisée en facultés, « professionnelles » (droit et médecine) ou « académiques » (lettres et sciences, laissons de côté la théologie). Les facultés « académiques » avaient très peu d’étudiants et leurs professeurs devaient surtout organiser le baccalauréat et donner des cours publics. Ils effectuaient leurs recherches dans un cadre privé ou dans d’autres organisations (observatoires astronomiques, jardins des plantes, etc.).

Accusé de faire prendre du retard au pays sur le plan scientifique et sur celui de la formation, ce système a été réformé par la Troisième République avec le financement de bourses permettant à des étudiants de se consacrer à leurs études, le recrutement de jeunes professeurs, puis la création de 16 universités regroupant chacune les facultés d’une même ville. Ces universités n’étaient que des regroupements sans réel pouvoir, les doyens des facultés et leurs conseils de professeurs étant les détenteurs des principaux moyens d’action. Leurs financements ayant été fortement réduits après la Première guerre mondiale, elles ont eu du mal à faire face à leurs missions, notamment du côté de la recherche. Un mouvement de relance de celle-ci a abouti à la création en 1939 d’un grand organisme national externe aux universités, le CNRS.

Dans les années 1960, la croissance considérable des effectifs d’étudiants a conduit les gouvernements à créer d’autres universités (Nantes, Nice, Perpignan, Pau, etc.). En 1968, une réforme engagée à la suite des mouvements sociaux a redéfini l’organisation des universités (conseils, présidents élus, etc.). Dans les grands centres universitaires, les universités de 1896 ont été divisées à la hâte en plusieurs établissements, en général selon les découpages facultaires. La politique actuelle est donc d’une certaine façon un retour à la situation d’avant 1968.

Une organisation spatiale en voie de transformation

En avril 2017, la politique de regroupement d’universités semble avoir commencé à modifier l’organisation géographique du système universitaire puisque, dans presque toutes les villes qui comportaient plusieurs universités, celles-ci ont fusionné ou se sont regroupées sous une forme plus fédérative, ou alors sont engagées dans un processus de regroupement. Ces regroupements incluent parfois des établissements situés dans d’autres agglomérations dans la même région ou dans des régions proches.

Le tableau suivant fait le point sur les sites français qui étaient des sièges d’universités en 1896.


Les politiques conduites depuis une dizaine d’années ont eu pour effet de modifier l’organisation spatiale des universités pour aller vers un modèle dans lequel, en dehors de l’agglomération parisienne, on ne trouve qu’une université par ville.

Ce processus n’est cependant pas encore arrivé à son terme et se heurte à des oppositions de la part de certains enseignants, étudiants et personnels, notamment ceux qui sont représentés par les syndicats CGT et Sud. Après avoir protesté localement, ces syndicats semblent avoir pris conscience de la situation nationale et commencent à organiser une opposition plus coordonnée. Les opposants aux regroupements font état de craintes relatives à d’éventuelles suppressions d’emplois administratifs et techniques ou de filières de formation, et critiquent en particulier les dispositifs liés au Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) qui tend à mettre les personnes, les équipes et les sites en compétition, notamment autour de l’enjeu des financements de site : Initiatives d’excellence Idex, Isites, etc.

L’avenir dira quelle sera l’organisation spatiale du système universitaire français à l’issue du processus actuel, mais on peut parier que les gouvernements futurs continueront sans relâche à s’efforcer de la modifier …

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Pixabay Alexas_Fotos et crédits image d’entrée : CC Pixabay Alexas_Fotos


Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

More Posts - Website

Michel Grossetti

LISST-CERS (michel.grossetti@univ-tlse2.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Fauré Bertrand dit :

    L’intérêt principal des fusions (d’université ou autre) et de supprimer des niveaux hiérarchiques et de réduire le nombre de responsables, directeurs et autre présidents parvenus à leur niveau d’incompétence. Dans le cas de Toulouse, cela devrait permettre de n’avoir qu’un seul Président d’Université au lieu de trois. Le reste suivra.

  2. Merci pour cet article.
    Sur le classement de Shanghaï, une discussion avec Ghislaine Filliatreau m’avait conduit à imaginer un autre angle d’analyse du rôle joué par les classements : les considérer comme autant d’opportunités pour les réformateurs (ou, si on opte pour l’angle néoinstitutionnaliste, pour des entrepreneurs institutionnels).
    Dans ce cas, les classements constitueraient des objets intéressants moins pour leur caractère normatif/prescriptif, que pour le rôle qu’ils jouent comme opportunités de faire bouger des lignes pour certains acteurs (sans que les orientations prises ne soient d’ailleurs nécessairement conformes à ce qui pourrait être prescrit par les classements).
    Les deux lectures sont intéressantes !

  1. 24/09/2017

    […] le monde est d’accord pour favoriser la qualité des enseignements et des recherches. Réflexions sur les regroupements d’universités en France – Mondes Sociaux. Depuis une dizaine d’années, les gouvernements français successifs encouragent les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *