Street art : je vous salis ma rue

Dans les villes et les campagnes, il n’est pas rare de voir les façades nues, les usines et les hangars abandonnés. Mais il arrive aussi que les bords d’autoroutes et de voies de chemins de fer, les transformateurs électriques et les postes d’aiguillages s’ornent de noms tracés en lettres géantes, déformées, boursouflées, entremêlées.

Ce sont les nouveaux maîtres du graffiti qui ont laissé leurs « blases » en tous lieux de leur principauté, comme les seigneurs mettaient autrefois leurs blasons aux quatre coins de la leur. Ces typographes sont peut-être les lointains continuateurs des peintres de la préhistoire : leurs ancêtres projetaient leur peinture avec la bouche sur les parois des grottes, eux se servent d’aérosol pour couvrir celles de la ville. Mais ils sont aussi des artistes ultra-contemporains : tout le message de leurs œuvres tient en quelques lettres, celles de leur signature. Le tag est donc finalement un art très éthéré. Autrefois les garçons (le graffiti a longtemps été une activité essentiellement masculine) étaient plus frustes et moins persuadés de leur valeur. Ils ne faisaient rien de savant, ils s’oubliaient simplement à tracer de manière anonyme et grossière le signe de leur virilité, réelle ou imaginaire. Aujourd’hui des filles ont pris le relais. Elles ont fait évoluer le graffiti.

« L’apparition des graffitis symbolise le désordre. Toujours hyper stylisés, ils sont vécus comme une forme de surgissement d’autrui dans son quotidien, d’autant plus illégitime, que les graffitis sont illisibles et, ce faisant, inquiétants. Ces marques ne sont pourtant que la partie émergée de l’iceberg et, si bousculer les choses fait bien partie de l’intention des graffeurs, c’est en réalité plus souvent eux-mêmes et leur propre rapport au monde qu’ils cherchent à déplacer plutôt que celui des passants. Pratiquer le graffiti, c’est créer du désordre d’abord pour soi. C’est trouver les moyens de suspendre, au moins pour un temps, les effets des mécanismes de triage et de mise en série qu’implique l’inscription dans les études, la vie professionnelle et familiale »  (Virginie Grandhomme)

Pour le film Je vous salis ma rue réalisé par Luc Ronat, Virginie Grandhomme, sociologue à l’Université de Nantes, a mené durant trois ans une enquête sur la pratique du graffiti à Nantes et dans ses environs. Elle a vécu le quotidien des graffeurs, les suivant dans leurs déplacements y compris lors d’opérations illicites, pour comprendre la complexité et l’originalité de leur démarche, découvrant une communauté structurée et dense.

Elle a commencé par dénombrer et construire un échantillon des représentations peintes dans la rue, puis a alterné les observations sur le terrain, les entretiens et la consignation des données recueillies. Elle a ainsi croisé les regards et les propos des graffeurs, d’un brigadier de police, d’un substitut du Tribunal de grande instance, d’un agent de maîtrise du service de nettoyage de la ville, d’éditeurs de La Table Ronde Alternatives, et du directeur du collectif Pick Up Production, qui propose des murs pour une expression libre et légale.

Cliquez pour lancer le film

Le film Je vous salis ma rue est suivi par un autre, également produit par CNRS Images : Street View primé au festival du film de chercheur 1 recherche, 1 film, prix décerné par le CNRS et l’Université de Lorraine.

Pour voir Street View après Je vous salis ma rue, cliquer ici :

Cliquez pour lancer le film

Fiche technique

Catégorie : film-recherche

Producteur : CNRS Images, 2014

Auteur scientifique : Virginie Grandhomme (CENS, Université de Nantes)

Réalisateur : Luc Ronat (CNRS Images, UPS CNRS, Meudon)

Procédé audiovisuel : prises de vues réelles. Commentaire voix off et interventions en son direct. Musiques.

Langue : français

Personnalités : Virginie Grandhomme, Sylvain Maresca (Université de Nantes), Sophie Husson (Tribunal de grande instance de Nantes), graffeurs…

Durée des films

Je vous salis ma rue : 37 minutes

Street View : 9 minutes.

Format : HD 16/9 Couleur Sonore

Crédits image à la Une : CC Pixabay robertgodo1976 et image d’entrée : CC Wikmedia Commons MsSarahKelly


Virginie Grandhomme

CENS, Université de Nantes (virginie.grandhomme@univ-nantes.fr)

More Posts - Website

Virginie Grandhomme

CENS, Université de Nantes (virginie.grandhomme@univ-nantes.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/09/2017

    […] Street art : je vous salis ma rue – Mondes Sociaux. Dans les villes et les campagnes, il n’est pas rare de voir les façades nues, les usines et les hangars abandonnés. Mais il arrive aussi que les bords d’autoroutes et de voies de chemins de fer, les transformateurs électriques et les postes d’aiguillages s’ornent de noms tracés en lettres géantes, déformées, boursouflées, entremêlées. Ce sont les nouveaux maîtres du graffiti qui ont laissé leurs « blases » en tous lieux de leur principauté, comme les seigneurs mettaient autrefois leurs blasons aux quatre coins de la leur. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *