Faire l’histoire de sa discipline

CC Wikimedia Commons

CC Wikimedia Commons

Peut-on contribuer à la construction de l’histoire intellectuelle et sociale de sa propre discipline quand on n’est soi-même ni un historien, ni un véritable spécialiste des études sociales sur les sciences (les « sciences studies ») ? Pour parler comme Coluche, en voilà une question qu’elle peut sembler incongrue ! 

En effet, si l’histoire des sciences est, tant au niveau international qu’à l’échelle de la France, un champ du savoir structuré et légitime, avec ses instances académiques (sociétés scientifiques, congrès, revues…) et ses chercheurs reconnus, pour autant ses méthodes, ses théories et ses résultats n’ont pas irrigué en profondeur et de manière égale le champ scientifique dans ses multiples ramifications. De sorte qu’un psychologue, un géographe ou un spécialiste de la communication — pour rester dans le cadre des seules sciences sociales — qui souhaite « faire l’histoire » de sa propre discipline, risque non seulement de se retrouver méthodologiquement démuni, mais encore de se heurter au peu d’intérêt de ses collègues pour des questions et des réponses dont l’utilité reste pour eux largement à démontrer. Et si malgré tout il s’y engage, il est très vite confronté aux conditions de possibilité de cette entreprise.

  • Boure R., ed., 2002, Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés, Lille : Presses Universitaires du Septentrion.

L’histoire pourquoi faire ?

Si l’on veut bien laisser de côté le droit au passé, d’ailleurs bien légitime, trois raisons essentielles peuvent être évoquées :

  • les-origines-198x300Mieux situer les enjeux disciplinaires contemporains. En effet, c’est en travaillant sur ses origines, ses modalités concrètes et symboliques de constitution, ses postulats fondateurs, leur éventuelle remise en cause et l’évolution de son statut cognitif et social, autrement dit sur ce qui lui a permis d’édifier progressivement des clôtures et des coutures avec ses voisines et d’autres activités sociales produisant des connaissances « profanes », qu’une discipline peut répondre à deux questions centrales qui ne devraient pas laisser indifférents ses ressortissants : quelle est ma place sur le marché des savoirs et qu’est-ce que j’apporte de spécifique à la connaissance de l’Homme et de la Société, voire à la transformation de cette dernière.
  • Combattre les histoires spontanées ou officielles. Chaque discipline cultive ses histoires spontanées où le passé est pris à témoin. Elles sont élaborées par les chercheurs en fonction de leurs préoccupations, de leurs enjeux, de leurs positions, de leurs appartenances. Anecdotiques et sans prétention quand elles sont contées autour d’un verre, un soir de congrès, elles sont plus inquiétantes quand elles surgissent au détour de prises de position épistémologiques ou de débats normés. Par ailleurs, chacune a une histoire officielle, certes susceptible de variations selon les époques, les acteurs individuels et collectifs et leurs enjeux, mais toujours plus ou moins hagiographique, du côté des vainqueurs et portée par le courant dominant du moment.
CC Jevgenijs Slihto

CC Jevgenijs Slihto

Si elles ne sont pas identiques, ces deux manières de faire l’histoire ont en commun d’être « sauvages » car bricolées en dehors de tout projet historiographique et de sacrifier à l’histoire rétrospective ou « présentisme ». Schématiquement, le présentisme est une reconstruction du passé en fonction de préoccupations et d’enjeux intellectuels et sociaux contemporains, ce qui revient à chercher dans l’hier les antécédents et la légitimation de l’aujourd’hui. Les faits, les pratiques, les auteurs, les travaux ne sont retenus que dans la mesure où ils apparaissent comme les éléments précurseurs ou fondateurs de la discipline telle qu’elle est actuellement constituée, avec ses « dominants », ses vérités et ses normes cognitives et sociales.

Dans Sciences de l’information et de la communication (Larousse, 1993), ouvrage qui rassemble des textes dits « essentiels », Daniel Bougnoux pense la communication en s’appuyant essentiellement sur les auteurs (de Platon et Cicéron à Morin et Wiener, en passant par Rousseau, Marx et Freud) qui ont convoqué « la Raison ». Ce faisant, il contribue — même s’il ne prétend pas faire œuvre d’historien — à la construction d’une histoire intellectuelle désignant des précurseurs, élaborant des grands et petits récits des origines qui s’empilent et s’autoalimentent plus ou moins, établissant des filiations à travers les époques alors que les contextes sociaux et intellectuels ne sont pas les mêmes et au bout du compte justifiant ses propres prises de position théoriques et épistémologiques.

  • Contester le tropisme intellectualiste, autrement dit ne pas rabattre l’histoire de sa discipline sur ses seules dimensions intellectuelles, aussi nobles soient-elles. Même quand il prend soin de distinguer histoire des idées, histoire de la pensée et histoire des théories (celle qui s’intéresse aux travaux érigeant méthodiquement les objets sociaux en objets scientifiques) et qu’il contextualise leurs auteurs et leurs pratiques — ce qui est loin d’être toujours le cas car cela suppose la maîtrise de la démarche historique —, l’historien en herbe ne fait que la moitié du chemin. En toute bonne ou mauvaise foi, il oublie en route les processus d’institutionnalisation sociale et, bien entendu, leurs liens complexes avec les dimensions cognitives. Et si son regard est trop fixé sur la ligne bleue des traditions scientifiques de sa discipline, il occulte ou relativise les articulations entre cultures savantes et cultures profanes.

rfc16

A l’écart de ces manières de faire, et au risque d’être taxé « d’indiscipline », on plaidera ici, d’une part, en faveur d’une histoire globale mettant en perspective les dimensions cognitives et sociales de l’institutionnalisation des disciplines académiques et, d’autre part, d’une « histoire historienne », ouverte à l’épistémologie et à la sociologie des sciences et sensibilisée aux enjeux du présent.

Pour une histoire globale, historienne et ouverte

Cette posture suppose au préalable que l’on s’entende sur l’expression « institutionnalisation cognitive et sociale ». Si l’institutionnalisation désigne un processus complexe de transformations sociales par lequel une activité sociale — ici « la science » — est érigée en activité relativement autonome, englobante et contraignante, l’expression s’inspire largement des travaux de Withley (1984), sociologue des sciences britannique. L’institutionnalisation cognitive fait référence à la formulation des questions de recherche, à la construction des objets, aux corpus théoriques et méthodologiques, à la logique interne des savoirs (…), tandis que l’institutionnalisation sociale met l’accent sur les modes d’organisation de la recherche et d’allocation des ressources, les structures de sociabilité et de reproduction des chercheurs, les modes de professionnalisation, le fonctionnement des systèmes de publication, les négociations et compromis… Cette distinction est pertinente à partir du moment où, d’une part, elle est maniée avec précaution, et où, d’autre part, on ne lui donne pas le caractère d’une opposition binaire. En effet, le cognitif a des dimensions sociales et le social ne peut se passer de la vérité et de la légitimation « scientifiques ».

Sans titre2

CC Pierre Marcel, Bing Newton

L’histoire historienne est schématiquement celle qui repose sur  ce qu’il est convenu d’appeler la méthodologie historique : recherche, traitement et critiques méthodiques des sources documentaires, contextualisation économique, politique, culturelle rigoureuse des objets à analyser… Elle suppose la fréquentation de textes historiographiques « généraux » : littérature historique en rapport avec l’objet étudié permettant de le contextualiser, travaux relatifs aux méthodes quantitatives et qualitatives, et plus généralement aux manières d’écrire l’histoire. Mais aussi de recherches spécialisées en histoire de la culture (ou si l’on préfère, des mentalités, des idées…) et en histoire des sciences. En même temps, il est illusoire de penser que cette littérature suffira (comment se passer de l’épistémologie et de la sociologie des sciences ?) et que la fréquentation, fût-elle assidue, des livres d’histoire fera de lui un historien.

Marie-Claire Robic (1999) montre que dans sa discipline (la géographie), la réhabilitation d’auteurs anciens oubliés (Elysée Reclus, par exemple), tout autant que le rejet de Vidal de la Blache, « fondateur » de la géographie française moderne, n’ont de sens que mis en perspective avec des enjeux et des prises de positions contemporains : « La radicalité –le rejet du père, la volonté de faire table rase du passé- répond sans doute à la force de l’orthodoxie disciplinaire durant trois-quart de siècles par un système universitaire centralisé et par une discipline dont la fonction a été longtemps unique : contribuer à la reproduction scolaire ».

CC Quattrostagioni

CC Quattrostagioni

D’ailleurs, le pourrait-il, est-ce in fine souhaitable ? Car si ces travaux sur sa discipline sont lus, commentés et évalués ce sera sans doute -uniquement ou aussi- par la communauté dont il relève académiquement et à laquelle il aura des comptes intellectuels (et plus si non affinités) à rendre. On voit mal comment il pourrait ignorer les questions qui, hic et nunc, intéressent ses contemporains en discipline. Ainsi que le relèvent Loïc Blondiaux et Nathalie Richard (1999), il devra concilier « la production de connaissances utiles aux acteurs du présent et le respect des exigences de la méthode historique ». Pour dire les choses trivialement, le passé et le présent devront lui mordre la nuque pour le faire avancer. Du coup, sa posture historiciste sera teintée de présentisme.

On l’aura compris, l’histoire de sa discipline est un combat. Un combat contre (les histoires spontanées et officielles, les historiens du dimanche, les évidences trop évidentes du présent, voire le mainstream disciplinaire) et un combat pour (la contextualisation des acteurs, des pratiques, des représentations et des « œuvres », la compréhension du présent, le décentrement du regard, la distanciation et la réflexivité).

CC Kat…

CC Kat…

C’est enfin un combat qu’il est impossible de mener seul et qui, par conséquent, suppose des lieux ad hoc dans sa propre discipline et à un niveau interdisciplinaire (englobant ou non les sciences « dures ») : espaces de rencontres (séminaires, journées d’études, congrès), communautés d’échange structurées, programmes de recherche… Et des lieux fréquentés par des historiens patentés que la confrontation à d’autres champs ne rebute pas. Si en France de tels lieux fonctionnent sur le plan interdisciplinaire (CNRS — par exemple la nouvelle Commission interdisciplinaire consacrée aux pratiques, méthodes et communication des sciences — , EHESS, Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme), et dans des disciplines qui se sont préoccupées très tôt et/ou sérieusement de leur histoire (Association Charles Gide pour l’Histoire de la Pensée Economique, Association Française de Sociologie…), ils restent encore à pérenniser, voire à créer, dans les autres champs du savoir.

Bibliographie indicative

  • Blondiaux L., Richard N., 1999, « A quoi sert l’histoire des Sciences de l’homme ? », in Blanckaert C., Blondiaux L., Loty L., Renneville M., Richard N., dirs., 1999, L’histoire des sciences de l’homme. Trajectoire, enjeux et questions vives, Paris : L’Harmattan, coll. Histoire des sciences humaines, 109-130.
  • Boure R., ed., 2002, Les origines des sciences de l’information et de la communication. Regards croisés, Lille : Presses Universitaires du Septentrion.
  • Boure R., 2007, Les sciences humaines et sociales en France. Une approche historique, Namur : EME/Intercommunications.
  • Les Cahiers Charles Gide, 1995, Faire l’histoire de la pensée économique, n°1.
  • Robic, M.-C.,1999, « Traditions, courants et ruptures : pour une hsitoire de la géographie en tension », in Blanckaert C., Blondiaux L., Loty L., Renneville M., Richard N., dirs., 1999, L’histoire des sciences de l’homme. Trajectoire, enjeux et questions vives, Paris : L’Harmattan, coll. Histoire des sciences humaines, 159-180.
  • Withley R., 1984, The intellectual and social organization of science, Oxford : Clarendon Press.

Crédit image en bandeau : CC Crypto

Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

More Posts

Robert Boure

LERASS (robert.boure@iut-tlse3.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *