Le fleuve Adour raconte son histoire…

La carte de la France l’atteste, l’Adour traverse quatre départements du Sud-Ouest. Mais qui connaît l’histoire de ce fleuve domestiqué très tôt, notamment pour le transport de marchandises (surtout les vins gascons), puis oublié et que l’on s’efforce depuis peu de reconquérir  dans une problématique qui s’inscrit dans un triptyque eau, territoire et société.

Dans le film Et au milieu coule l’Adour, j’ai voulu raconter l’histoire de l’Adour et faire de lui un personnage à part entière, c’est-à-dire le faire parler et faire parler sur lui ceux qui vivent dans sa proximité.

Ma première préoccupation a été de donner la parole aux acteurs pour bien montrer la complexité des représentations. J’ai constaté, que nous n’avions plus un regard pour les cours d’eau que nous traversions, que nous nous étions éloignés de la rivière. Je me suis souvenu du geste machinal d’Ernest (Ernest, l’identité culturelle du dernier pêcheur professionnel de la rivière Agout dans le Tarn, film de Jean-Pascal Fontorbes, 66mn, 1981). Chaque matin, au lever, il allait voir la rivière, sa rivière. Cette rencontre quotidienne m’avait touché. Je n’avais jamais bien regardé une rivière, avec lui ce n’était qu’un simple regard mais il en disait long sur sa relation à sa rivière. Pour ce film, j’ai repris cette scène que j’ai reconstituée sur l’Adour, en l’opposant à l’indifférence que nous avons pour nos rivières. À partir de ce souvenir je trouvais la trame du film, l’idée générale de raconter l’histoire du fleuve Adour, oublié, domestiqué, réapproprié. J’ai alors écrit le synopsis et le scénario à partir de ces trois temps.

Le prologue présente l’Adour, son bassin, le pays du Val d’Adour.

CC Wikimedia Commons Pierre Selim

Le fleuve oublié : le fleuve coule étranger à la vie. En contrepoint, un vieil homme l’ausculte quotidiennement  et nous raconte qu’autrefois, le fleuve faisait partie de la vie quotidienne

Le fleuve domestiqué : les inondations et divagations ont suscité des aménagements qui ont mutilé le milieu naturel et le paysage, mais les techniques évoluent et l’on passe de la canalisation à une gestion plus douce qui autorise l’expansion.  Les gravières illustrent l’exploitation des richesses du fleuve. Exploitation de l’eau, techniques d’irrigation, conflits entre agriculteurs : les choix opposés entre augmenter la ressource ou mieux gérer la ressource entrainent des conflits entre agriculteurs autour de l’exploitation de l’eau et des techniques d’irrigation.

Le fleuve réapproprié : la  rivière revit et s’intègre à la vie des hommes. Le fleuve Adour, passage de la gestion technique au développement durable.

  • Fontorbes J.P., (2003), Le corps du regard, Thèse de doctorat, communication et audiovisuel, UTM, tome1 238 p., 7 films recherche

 

 

Fiche technique

Capture-d’écran-2015-06-16-à-11.22.41 (1)

Ce film est une commande dans le cadre d’un programme de recherche Leader II sur le pays du Val d’Adour. L’institution Adour en est le maître d’ouvrage et l’Ecole Nationale de Formation Agronomique le maître d’œuvre.

 

 

Type de média

Film-recherche

Laboratoire de recherche

LISST Dynamiques Rurales, Université Toulouse – Jean Jaurès

Auteur

Jean-Pascal Fontorbes

Réalisateur

Jean-Pascal Fontorbes

Équipe technique

  • Prise de vue : Alain Balembois
  • Prise de son : Nathalie Sibadeyt
  • Montage : Gilles Savary
  • Graphisme : Jean-Luc Granier
  • Conseiller scientifique : Jean-Jacques Lagasquie, géographe

Informations techniques

  • Date de production : 2001
  • Durée : 32 min
  • Format : Betacam SP, couleur, 4/3

 

Crédits image à la Une : CC Mondes Sociaux à partir de CC Pixabay OpenClipart-Vectors et crédits image d’entrée : CC Inha

Jean-Pascal Fontorbes

Dynamiques Rurales (jean-pascal.fontorbes@educagri.fr)

More Posts - Website

Jean-Pascal Fontorbes

Dynamiques Rurales (jean-pascal.fontorbes@educagri.fr)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/07/2017

    […] Source : Le fleuve Adour raconte son histoire… – Mondes Sociaux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *