Être juif en Catalogne au Moyen Âge

Justice et religion font elles bon ménage ? Dans une société qui se veut laïque, soumise à un État laïc – le nôtre – la réponse pourrait être « oui, mais pas toujours ». Pourtant, si la religion est une pomme de discorde entre les peuples et la justice, elle peut aussi être un outil propre à régler les disputes. L’exemple de la justice en Catalogne le démontre.

Bien entendu, le Moyen Âge est encore loin de la séparation de l’Église et de l’État : la principauté catalane est donc chrétienne, ce qui se retrouve dans sa législation. Malgré cela, le pluralisme confessionnel y est une réalité, poussant les législateurs à réglementer la place de chacun dans la société. Dans ce cadre, les juifs ont-ils les mêmes droits que les chrétiens devant la justice ? Possèdent-ils la capacité à agir devant un tribunal ou à s’y défendre équitablement

  • Masset Y., 2015, Les juifs face à la justice catalane (1301-1327), CRHIA, Thèse d’Histoire, Université Nantes

Un État « moyenâgeux », vraiment ?

S’interroger sur le fonctionnement de la justice permet de mieux cerner le statut légal des juifs, les contacts et points d’achoppements quotidiens entretenus avec leurs voisins chrétiens, les degrés et limites de leur coexistence. En effet, selon Hannah Arendt, « le premier pas essentiel sur la route qui mène à la domination totale consiste à tuer en l’Homme la personne juridique ». Une telle affirmation peut sembler anachronique pour le Moyen Âge, époque perçue comme l’âge d’un monde brutal où la loi du plus fort serait la seule en vigueur. Nous en sommes en vérité assez loin.

CC Wikimedia Commons Victor Hugo

Si les juifs sont soumis à la loi commune, ils font parfois l’objet de normes particulières. Ils sont ainsi rabaissés en raison de leur refus de reconnaître la foi chrétienne et la vraie nature du Christ ou, pire encore, en ayant contribué à sa mort. Cette négation est assimilée à un péché, provoquant le courroux divin et légitimant un statut légal inférieur à celui des fidèles chrétiens.

Cela ne signifie pas pour autant qu’ils doivent payer cette négation de leur vie. Bien au contraire, en tant que témoins de l’Ancien Testament et de la réussite de l’Église, leur intégrité physique doit être préservée. Pour y parvenir, les princes catalans reprennent à leur compte cette dualité du statut des juifs, associant protection et infériorisation. Les juifs sont ainsi considérés comme des « serfs de la Couronne » : réduits au statut de propriété du souverain, ils n’en sont pas moins protégés par ce dernier. Le pragmatisme politique et économique interfère donc avec la doctrine chrétienne : attirer un pan de la population relativement riche et actif pousse les autorités catalanes à oublier parfois les fondements théologiques faisant des juifs des inférieurs.

Les juifs, objets de toutes les convoitises

Si le statut légal est une chose, la place de cette population devant la justice en est une autre. Nous avons donc interrogé le statut singulier et dual des juifs pour voir s’il se traduit par une limitation des droits civils et processuels. Nous avons aussi cherché à déterminer si la judéité est prise en compte dans les incriminations et les sentences. De cette manière, il a été possible de mesurer l’équité du traitement judiciaire en fonction de la croyance du justiciable.

Premier constat : juger les juifs s’avère un enjeu de taille pour les souverains catalans aux prises avec les seigneurs locaux – puissants et querelleurs –, les municipalités et les ecclésiastiques. Afin d’affirmer sa prééminence, Jacques II met en place au début du XIVe siècle une politique de « conquêtes » de seigneuries, non par la force mais par des alliances et des stratégies ; elle s’effectue surtout par une reprise en main de la justice au détriment des Grands de la principauté. Pour autant, les résultats sont encore loin d’une monarchie absolue où tous les pouvoirs seraient aux mains du roi. Le souverain compose et accepte, parfois, de céder certaines compétences juridictionnelles qu’il possède sur les juifs. Ainsi, la Catalogne n’est pas un territoire uni sous une même bannière mais un assemblage de juridictions disparates.

CC Pixabay TuendeBede

Dans ce royaume, juger les juifs aurait a priori dû être une prérogative exclusive du souverain. Au contraire, leurs procès provoquent des conflits de juridiction récurrents, des ajustements réguliers… Chaque personne ayant un pouvoir, quiconque désireux d’obtenir un pan du pouvoir judiciaire, cherche à s’emparer des juifs pour affirmer ses prétentions.

Ainsi, pour combattre les seigneurs laïcs et ecclésiastiques, le roi s’allie avec les municipalités qui, à leur tour, font valoir leurs ambitions. Les juifs veulent eux aussi obtenir la compétence de juger les conflits internes à leur communauté. L’ensemble de ces prétentions, plus ou moins fortes selon les localités, dépeint une réalité complexe : les juifs, normalement propriétés du roi, sont en fait l’objet de convoitises. Obtenir le droit de les juger apporterait aux juges la richesse – rendre la justice octroie des profits non négligeable –, et une source de grand prestige, puisqu’ils peuvent faire plier le souverain, contraint de leur céder certaines prérogatives.

Juifs et chrétiens, des droits identiques ?

Le deuxième constat obtenu par cette méthode de recherche concerne les droits processuels des juifs. Loin des idées reçues, ceux-ci sont relativement similaires à ceux des chrétiens :

  • Ils disposent de la pleine capacité à agir en justice et à s’y défendre.
  • Les incapacités ou les causes exonératoires et atténuantes de responsabilité pénale sont communes.
  • Ils ont la même capacité à témoigner, leurs dires revêtant la même force probante que ceux d’un chrétien.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Malgré tout, les serments des juifs font l’objet d’une attention particulière, témoignant du peu de considération accordée à leur parole. Au cours d’un procès, ils ont ainsi des droits équivalents aux chrétiens mais, pour autant, la vérité de leurs paroles est parfois mise en doute ; ils sont protégés par une justice et une norme qui se veulent justes mais aussi humiliantes, les infériorisant et rappelant la dualité de leur statut légal.

C’est sans doute la norme pénale qui manifeste la différenciation la plus flagrante des droits des juifs. Par exemple, elle n’accorde pas la même valeur à leur vie, leur homicide n’étant puni que d’une amende tandis que celui d’un chrétien requiert la mort.

Malgré leur complexité et leur nombre, les normes écrites ne peuvent envisager l’ensemble des situations d’un jugement. En dernier recours, l’arbitrage du juge doit intervenir. C’est sans doute à ce niveau que la règle de droit s’avère la plus incertaine puisqu’elle est créée par le magistrat lui-même ou, tout du moins, fait l’objet de son interprétation. Cette nécessaire liberté des juges amène une certaine subjectivité dans les sentences, de sorte que leurs sentiments et leurs aversions à l’égard des juifs peuvent influencer leurs décisions. En témoignent les rappels à la loi relativement fréquents auxquels le roi doit procéder.

Négocier, modifier les normes de vie

Enfin, le dernier constat de cette étude est que le droit n’est pas figé : les juifs peuvent parfois négocier et modifier les normes qui régissent leurs vies. Ils ont bien conscience de leur statut et des enjeux qu’ils soulèvent, c’est pourquoi ils n’hésitent pas à faire appel au souverain lorsque leurs droits sont bafoués. Nombreuses, en effet, sont les missives du roi faisant état d’une réclamation de ses « serfs » auxquelles, souvent, il apportait une réponse favorable. Les communautés juives bénéficient tout autant que les chrétiens de privilèges, de sorte qu’elles étaient en mesure d’assouplir la dureté que le droit, parfois, leur réservait. Parfois même, les juifs les plus influents (financièrement et politiquement) se soustraient à la contrainte de la justice en demandant au roi d’être graciés de leur crime moyennant une somme, souvent, conséquente.

CC Pixabay ArtsyBee

Ainsi, bien que flanqué d’un « statut imposé » à leur naissance, les juifs peuvent au cours de leur vie développer des ressources financières et un réseau social afin d’obtenir un « statut acquis » différent. Ils ont alors la « capabilité » – concept définit par Amartya Sen évaluant les capacités d’un individu à réaliser « les choses qu’il a des raisons de valoriser » – de faire évoluer leur situation juridique et sociale.

Le droit est donc l’une des clefs de compréhension du social et permet de mettre en corrélation la religion et la société, de saisir le rôle des normes mises en place afin de réguler les relations entre ces deux entités. Il faut, pour y parvenir, croiser l’approche historique à l’histoire du droit et à la sociologie juridique. Toute la difficulté réside dans ce que Baudoin Dupret reproche à certains sociologues, c’est-à-dire à « faire du phénomène juridique un terrain de confirmation des théories du social plutôt qu’un objet d’investigation légitime “en lui-même et pour lui-même” ».

Par cette démarche méthodique, nous avons déterminé que le postulat de départ sur les droits pénaux, civils et processuels des juifs catalans au Moyen Âge s’avère inexact. Loin d’une réalité idyllique, d’égalité et de tolérance, il n’en demeure pas moins que leur statut légal inférieur à celui des chrétiens leur accordait de nombreux droits similaires et un traitement se voulant, sur le papier, équitable.

  • Gilbert D., 1990, Les intellectuels chrétiens et les juifs au Moyen Âge, Paris : Cerf, 637 p.
  • Kriegel M., 1979, Les Juifs dans l’Europe méditerranéenne à la fin du Moyen Âge, Paris : Hachette Littératures, 284 p.
  • Nirenberg D., 2001, Violence et minorités au Moyen Âge, Paris : PUF, 351 p.

Crédits image à la Une : CC Mondes Sociaux à partir de CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images et CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images ; crédits image d’entrée : CC Pixabay OpenClipart-Vectors


Youna Masset

Université de Nantes, CRHIA (youna.masset@yahoo.fr)

More Posts - Website

Youna Masset

Université de Nantes, CRHIA (youna.masset@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *