François Cooren : l’exigence du regard

Qui est François Cooren ? En quoi ses travaux bouleversent-ils les approches traditionnelles de la responsabilité et de l’autorité dans les organisations ? Mais avant d’évoquer les travaux d’un chercheur aux questions perturbantes et aux réponses exigeantes, il est nécessaire de « tirer » brièvement son portrait académique.

François Cooren effectue ses recherches au sein du Groupe de Recherche en Langage, Organisation et Gouvernance (LOG). Il est l’ancien directeur du Département de communication de l’Université de Montréal (2006-2015), le Président de l’International Association of dialogue Analyse, l’ancien Président et actuellement membre émérite de l’International Communication Association. Il est surtout l’auteur de plus d’une cinquantaine d’articles dans des revues de référence telles que Communication Theory, Human Relations, Journal of Pragmatics. Il a aussi publié plusieurs ouvrages en anglais sur la thématique des propriétés organisantes de la communication.

De formation initiale en sciences de l’ingénieur, il obtient son doctorat en sciences de la communication à l’Université de Montréal  (UDM) en 1996 sous la direction de James Taylor qui, avec son équipe, propose une vision originale du rôle de la communication dans les organisations. Dans la lignée des approches interprétatives, narratives, discursives développées dans les années 1980-1990, ces chercheurs considèrent que la communication est constitutive des processus d’organisation, qu’elle est « organisante » et pas seulement organisée .

En quoi cette approche de la communication et des organisations contribue-t-elle à la compréhension du monde contemporain ? Quels enjeux soulève-t-elle pour la gestion des organisations publiques ou privées, profitables ou non, petites ou grandes ? Quelle voie trace-t-elle pour devenir modernes sans l’avoir été mais en en ayant l’héritage ? La force de François Cooren est précisément d’apporter des réponses originales et exigeantes à ces questions que James Taylor fut un des premiers à formuler.

De quoi parle-t-il ?

François Cooren parle d’un monde où les textes parlent et où se parler devient faire parler à distance, à l’instar d’un ventriloque avec sa marionnette. L’interaction entre l’oral et l’écrit, l’évolution des pratiques d’écriture et des formes d’oralité est toujours au cœur de l’analyse. Mais le cadre d’analyse est étendu à la matérialité, au corps, aux émotions. Bien sûr, François Cooren ne parle pas tout seul. Il s’appuie sur de nombreuses recherches canadiennes et européennes qui contribuent directement ou indirectement à alimenter le programme de recherche initié par James Taylor et dont le colloque de 2008 organisé en son honneur résumait ainsi l’ambition « What is an organization ? ».

Selon cette approche, l’enjeu des organisations contemporaines est de donner de l’unité à des processus dispersés dans le temps et dans l’espace. En ce sens, elles sont semblables à ces bonnes vieilles bureaucraties qu’évoque Max Weber, celles qui servirent sans état d’âme Hitler et Staline tout autant que Ford et General Motors, celles avec qui nous interagissons tous les jours, qu’il s’agisse d’acheter un billet de transport ou … de s’inscrire à l’université.

Qu’un vulgaire bout de papier faisant promesse de payer 1 dollar à tout détenteur ait pu être échangé et désiré universellement sur toute la surface du globe pour réaliser des échanges, planifier des projets, économiser des guerres est, quand on y songe, une performance inouïe (Fauré, Mondes Sociaux, 01/04/2014). Et c’est une performance bureaucratique. Derrière le dollar, il y a des banquiers, des comptables, des informaticiens, des lois, des codes, des marchés, des commerces, des machines, du travail, des maisons, des écoles, des entreprises… Bref, il y a des organisations.

Tout comme les formes monétaires, les organisations changent et avec elles l’organisation des parcours professionnels, des regroupements familiaux et des espaces publics et privés. Tout va plus vite, plus loin, entre de plus en plus de personnes. Tout (ou presque) est disponible, en libre accès, sur la toile, en quelques clics, en quelques petites « poucettes » sur un écran tactile. Qui parle vraiment alors ? Que se passe-t-il lorsque deux personnes se parlent ? Sont-elles les seules à parler dans l’espace-temps situé de leur interaction ou bien font-elles aussi parler de multiples autres « êtres » non humains au sens de Bruno Latour ? C’est une question perturbante. Si les non humains peuvent se mettre à parler, qui est responsable de quoi ?

Que dit-il ?

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

La réponse de François Cooren, c’est de dire qu’analytiquement, il est difficile de trancher cette question. Un regard sur l’histoire permet d’étayer son argument : Eichmann était-il une banale marionnette d’Hitler ou le puissant ventriloque d’un mal organisé ? Son analyse reprend et prolonge celle d’Hannah Arendt. Bien sûr, Eichmann est banal. Bien sûr, il est au service du mal. Et bien sûr, nul ne devrait se mettre au service du mal. Mais pour savoir distinguer le bien du mal, il faut prendre la peine de penser. La faute d’Eichmann était d’avoir abdiqué l’exercice de la pensée, d’avoir fait « comme si » ne pas penser aux conséquences de ses actes était possible… pour peu que l’on obéisse aux ordres. Comme Eichmann le dit lui-même : « il n’avait pas à penser à ce qui se passait en dehors de son champ de responsabilité ». Cela est un aveu, l’aveu d’un défaut de pensée, la faute ultime. Cette faute, le tribunal ne sut pas la voir. Eichmann fut déclaré coupable et condamné – ce qu’assurément il méritait – sans que toute l’étendue et la nature de ses responsabilités aient été éclairées.

L’argument d’Arendt est de dire que l’organisation nazie avait un double, l’organisation juive qui participait bureaucratiquement à la mise en œuvre de la solution finale en transmettant aux SS des listes de personnes à déporter prioritairement établies selon des critères tels que le patrimoine, le revenu et la contribution à la communauté. Que devient alors la faute morale d’Eichmann ? Est-il plus coupable que tel ou tel rabbin qui envoya tous les mois des milliers des siens à la mort pour en sauver quelques dizaines ? Est-il plus coupable que tous les Papes, Rois et Présidents qui refusèrent d’entendre les preuves terribles qui leur furent présentées au plus fort de la Shoah ? Est-il plus coupable que ces Américains de la middle class (ouvriers, étudiants, ménagères) qui subirent les tests du psychologue Milgram et se découvrirent l’âme de tortionnaires, capables d’envoyer sans broncher des décharges électriques de plusieurs centaines de volt à quelqu’un qui supplie d’arrêter pour peu qu’on les décharge de toute responsabilité ?

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Etre responsable de certaines choses et pas d’autres est la prémisse de toute action organisée. Si tout le monde se mêle de tout et intervient n’importe quand pour dire n’importe quoi, il est délicat d’affirmer que quoi que ce soit est « organisé ». Une organisation c’est une division du travail et des mécanismes de coordination. Chacun s’occupe de son jardin et nul ne doit court-circuiter la chaîne hiérarchique. Il faut être à l’heure aux réunions et parler de l’ordre du jour. A partir de là, on peut vendre des armes, des cigarettes, de l’essence ou … des citrons bio. Avec facture. Tout cela rentre dans le calcul des richesses nationales.  Nommez Eichmann responsable logistique d’une ONG humanitaire et il fera sans doute un excellent travail. Enfermez une personne lambda dans un camp de concentration ou dans une prison surpeuplée : quelle est la probabilité qu’elle devienne Nelson Mandela ?

Que dit alors François Cooren ? Il conseille d’avoir un peu d’humilité, d’accepter l’idée que nous puissions facilement basculer dans le côté obscur. Et de tenter à tout prix de ne pas céder à cette facilité. De ne pas ignorer les conséquences de nos actes au prétexte que ces actes sont conformes à ce qui est attendu par la hiérarchie et le règlement. Et pour cela de prendre au sérieux l’idée que ces règlements parlent et nous font parler tout autant que nous croyons les lire, les citer et les faire parler au nom de quelque chose. Sans eux, rien n’est possible. Mais à cause d’eux, le pire peut arriver.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Si Eichmann avait pensé, il aurait fait le calcul : 6 millions d’êtres humains tués dans d’atroces conditions, quand même, ça mérite réflexion. Il y avait réfléchi justement. Avant les trains de déportés, Eichmann organisait la logistique des déportations en dehors du territoire. Et puis le problème avait pris de l’ampleur. Heureusement une solution avait été trouvée qui finalement convenait à tout le monde. Pour lui, obscur bureaucrate promu au rang de chef de bureau, exterminer un peuple pacifique était un détail dans le destin national promis par le Führer. Son modeste rôle était d’optimiser les routines de cette solution de crise à un problème secondaire au regard du but ultime, conquérir le monde.

En aucun cas il n’aurait pu contester le système. Il disait et faisait ce que lui disaient de faire les textes, les procédures, les ordres de mission. Les juges, après tout, courent en permanence le même risque : appliquer la loi à la lettre et en perdre l’esprit. Sa culpabilité et sa sanction étaient écrites d’avance et son procès en tant que tel n’apporta pas grand-chose à cette condamnation annoncée…

Qui parle vraiment dans de telles situations ? Les textes ? Les protagonistes ? Les journalistes présents dans la salle ? Le regard perçant d’une philosophe ? C’est cela que doit analyser l’enquête. Sans a priori. Voilà ce que dit François Cooren et tel est bien l’esprit qui anime les recherches de son équipe.

  • Cooren F., 2013, Manières de faire parler. Interaction et ventriloquie, Lormont : Le Bord de l’eau, coll. Perspectives anthropologiques, 1ère éd., 2010, préface de Bruno Latour.
  • Robichaud D., Cooren F., 2013, Organization and organizing : materiality, agency and discourse, New York : Routledge.
  • Cooren F., 2010, Action and agency in dialogue : passion, incarnation, and ventriloquism, Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.
  • Cooren F., Grosjean S., 2010, « Organizational communication in France : an overview of current research », Management Communication Quarterly, 24(4), 607-650.
  • Morillon L., Bouzon A., Cooren F., 2009, « Pour une approche communicationnelle de l’individu au travail », Communication & Organisation, n°36.
  • Cooren F., 2000, The organizing property of communication, Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Amigos3D et crédits image d’entrée François Cooren


Bertrand Fauré

(LERASS : be_faure@yahoo.fr)

More Posts

Bertrand Fauré

(LERASS : be_faure@yahoo.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *