La notion de génération dans les sciences humaines et sociales

Ah, quel beau concept que celui de génération ! Il permet de catégoriser les individus, leurs vécus, leurs habitudes et les rendre compréhensibles au plus grand nombre. Pourtant, il n’y a pas plus problématique et galvaudé que ce terme. La plupart des ouvrages de sociologie ou d’histoire qui utilisent la notion de génération commencent par en historiciser le mot pour finalement conclure que son utilisation scientifique est particulièrement malaisée. La principale raison : le terme appartient au langage courant.

Or, le sens du mot a évolué. De plus, il est utilisé par d’autres disciplines de sciences sociales comme la psychologie, la psychanalyse, la démographie, les sciences politiques, l’ethnologie – ce qui ne manque pas d’alimenter les interrogations sur son utilisation actuelle : comment utiliser la notion de génération en histoire ? La réponse repose dans l’historiographie du terme.

Génération du feu, orpheline, ou perdue : l’exemple allemand

Le concept de génération a été utilisé par certains historiens du nazisme pour expliquer l’engagement d’Allemands dans la politique génocidaire hitlérienne. Peter Löwenberg explique ainsi que les hommes qui ont eu trente ans en 1933 ont souffert de la faim et de multiples privations pendant la Première Guerre mondiale. Par-dessus tout, ces enfants devenus adultes ont vécu l’expérience de la guerre, de la haine profonde de l’ennemi. Ils ont appris l’amour de la patrie et de la nation et subi l’absence du père. Tous les enfants de pays en guerre souffrent de l’absence du père mais en Allemagne et en Autriche, le retour du père en 1919 correspond à la défaite et à l’impossibilité de protéger sa famille du chômage, de l’inflation, des crises économiques.

Marc Bloch, qui avait conscience d’appartenir à ce qu’il considérait comme la génération de 1914, avait proposé, avant la Seconde Guerre mondiale, une analyse fine du phénomène de génération : « Les hommes qui sont nés dans une même ambiance sociale, à des dates voisines, subissent nécessairement, en particulier dans leur période de formation, des influences analogues. L’expérience prouve que leur comportement présente, par rapport aux groupes sensiblement plus vieux ou plus jeunes, des traits distinctifs ordinairement forts nets. Cela, jusque dans leurs désaccords, qui peuvent être des plus aigus. Se passionner pour un même débat, fût-ce en sens opposé, c’est encore se ressembler. Cette communauté d’empreinte, venant d’une communauté d’âge, fait une génération. »
Bloch M., 1941, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) : Les classiques des sciences sociales, 105.

La Seconde Guerre mondiale aurait été selon Peter Löwenberg, la répétition sous une forme psychique de ce que ces hommes devenus nazis, ont vécu dans leur jeunesse. Cette génération d’après-guerre qui a vécu la guerre et celle d’après-guerre qui a vécu en guerre, a pris des noms différents : « la génération du feu », la « génération orpheline », la « génération perdue ». Ces dénominations sont à questionner. Après tout, « nommer une génération, n’est-ce pas produire un symbole historique et créer une mémoire ? » interroge la sociologue Claude Attias-Donfut qui réfute le lien entre événement et génération. Ainsi suffit-il de nommer une génération pour qu’elle existe ?

Les définitions des sciences sociales

L’histoire, science du singulier, contredit l’illusion selon laquelle il existe en histoire des lois sur les rythmes ou les cycles de vie. Qui dit régularité en histoire met à mal l’idée de génération qui se construit sur la rupture ou la nouveauté. Dès 1929, Lucien Febvre affirme que les tenants du concept ne cherchent qu’à « appréhender des successions de groupes remplissant le même office que les successions de périodes. » La notion de génération historique serait devenue, selon Claude Attias-Donfut : « l’instrument de connaissance des rythmes de l’histoire, au diapason des rythmes de succession des générations ».

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Les travaux du philosophe Karl Mannheim, puis ceux autour de la notion de cohorte après la Seconde Guerre mondiale, ont conduit à une nouvelle définition du terme qui s’est progressivement diffusée au sein des sciences sociales. Karl Mannheim relie le terme de génération à la « situation sociale » donnée d’un groupe d’individus. Cette « situation sociale » se doit d’être identique pour que soit formée une « unité générationnelle ». Le problème ainsi posé lui permet de différencier les « situations de génération » de « l’ensemble générationnel ». Une personne dans une « situation de génération » peut passer sous certaines conditions dans un « ensemble générationnel ». Elle doit vivre la même chose que les autres et participer aux « interactions qui forment la nouvelle situation » historique.

« Le problème des générations est un problème important qu’il faut prendre au sérieux. C’est un des fils conducteurs indispensables à la connaissance de la formation des mouvements sociaux et spirituels. Sa portée pratique devient évidente dès lors qu’il s’agit de comprendre avec précision les bouleversements accélérés de l’actualité immédiate. »

Mannheim K., 1990 (1928), Le problème des générations, Paris : Nathan, coll. Essais et Recherches, 39.

La génération devient une construction sociale et non plus biologique. Si des liens plus intenses se créent dans un « ensemble générationnel », s’il y a une « affinité profonde des contenus qui remplissent la conscience de chacun » alors dans cet ensemble se forment des « unités de générations » ou cohortes.

De la génération à la cohorte et à la génération politique

CC Wikimedia Commons Elembis

Une génération se divise en cohortes d’âges. La cohorte est un groupe de personnes nées pendant le même intervalle de temps et qui partagent au fil du temps des expériences sociales similaires. Cette notion a surtout été théorisée par des chercheurs anglophones qui ont découvert dans le concept de génération un outil pour comprendre le nazisme. En faisant interagir âge et événement, il devient plus difficile de donner à la date de naissance autant d’importance dans la conscience d’une génération ou dans l’idée d’un conflit de générations. Il ne peut être question que de tranches d’âge. Le rythme biologique de vie et de mort dans le phénomène de génération devient alors très réducteur.

Le Petit Robert, 1993, génération : « C’est l’action d’engendrer mais aussi de ce qui est engendré en termes biologiques. Pour le sens commun, une génération est l’ensemble des humains qui descendent d’une personne mais aussi l’espace de temps correspondant à l’intervalle qui sépare chacun des degrés d’une filiation évaluée à une trentaine d’années. Par ce calcul trois générations font environ un siècle. C’est aussi l’ensemble des personnes ayant à peu près le même âge arrivant à l’âge d’homme et accédant à la vie publique à telle date. » (1010)

Deux sociologues américains sont les premiers à proposer une utilisation du concept de génération politique à travers l’interaction de l’effet de cycle de vie (l’âge), d’événement (la période) et de cohorte (le moment). Afin de rendre opérationnelle cette définition, non plus seulement de génération mais de génération politique, il faut réunir ces trois approches en un système interactif pour mettre en exergue les liaisons entre ces différents effets lorsqu’ils se combinent.

« Dans les années 1930, la déception due à la défaite lors de la Première Guerre mondiale, en Allemagne, et à la révolution bolchevique, en Russie, ont drainé les jeunes vers le fascisme d’extrême droite (…). Les crises économiques et les taux de chômage élevés stimulèrent la formation de générations politiques aux États-Unis et en Europe. (…). Le nombre important de jeunes, la marginalisation et l’isolation de ces derniers, ont tendance à produire une culture propre à la jeunesse, où ce sont les pairs du même âge, plutôt que les adultes, qui exercent la plus grande influence en termes de socialisation. (…). Parallèlement aux nombreux problèmes sociaux, économiques et politiques (les effets dits contextuels) qui contribuent à produire des générations politiques, la pensée intellectuelle et les forces culturelles qui frappent l’imagination des jeunes jouent un rôle important dans le développement d’une conscience générationnelle et dans la stimulation de la mobilisation politique. »
Braungart R. et M., 1989, Les générations politiques, chapitre 1, in Crête J., Favre P. (eds.), Générations et politique, Paris : Economica, 29 – 31.

CC Wikimedia Commons Vald at Russian Wikipedia

Si l’on considère comme les deux sociologues américains, qu’il a existé une génération politique, après la Première Guerre mondiale par exemple, comment l’expliquer ? Ainsi, si cette guerre a été l’événement déclencheur pour les hommes qui l’ont vécue de près ou de loin, pour s’engager en politique, quelles cohortes peut-on définir dans ce contexte historique et qui furent ceux qui s’engagèrent politiquement (effet de cycle de vie) ? Prenons l’exemple des militants allemands après 1918. L’engagement a pu être nazi, communiste ou encore social-démocrate. Concernant l’engagement communiste, la Révolution russe de 1917 s’ajoute à l’événement majeur de la Première Guerre mondiale. Mais l’on pourrait rajouter la Révolution allemande de 1918/1919, la fondation du KPD, l’octobre 1923 à Hambourg, le chômage, l’injustice sociale, la crise de 1929, la montée du nazisme, un séjour en prison pour ses opinions et ses activités politiques communistes ou pour avoir attaqué des nazis…

Pour résumer : une génération politique est constituée d’une cohorte générationnelle de militants réunis par tranches d’âges et exposés à une période historique commune. Les cohortes qui constituent une génération politique active sont soumises à des expériences de socialisation particulières, qui les distinguent des autres cohortes de la société. Mais, suivant l’exemple allemand de la cohorte de militants (communistes, nazis, sociaux-démocrates), il existe visiblement au sein d’une cohorte des mini-groupes ou micro-cohortes. Reste à comprendre plus précisément comment parmi ces « micro-cohortes », les uns devenaient communistes et les autres nazis ou encore sociaux-démocrates…

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images et crédits image d’entrée : CC Pixabay MirelaSchenk


Constance Micalef Margain

Université du Havre, UMR CNRS 6228 IDEES /ZZF Potsdam (cmicalefmargain@gmail.com)

More Posts - Website

Constance Micalef Margain

Université du Havre, UMR CNRS 6228 IDEES /ZZF Potsdam (cmicalefmargain@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 18/07/2017

    […] La notion de génération dans les sciences humaines et sociales – Mondes Sociaux. Ah, quel beau concept que celui de génération ! Il permet de catégoriser les individus, leurs vécus, leurs habitudes et les rendre compréhensibles au plus grand nombre. Pourtant, il n’y a pas plus problématique et galvaudé que ce terme. La plupart des ouvrages de sociologie ou d’histoire qui utilisent la notion de génération commencent par en historiciser le mot pour finalement conclure que son utilisation scientifique est particulièrement malaisée. […]

  2. 23/07/2017

    […] La notion de génération dans les sciences humaines et sociales – Mondes Sociaux. Ah, quel beau concept que celui de génération ! Il permet de catégoriser les individus, leurs vécus, leurs habitudes et les rendre compréhensibles au plus grand nombre. Pourtant, il n’y a pas plus problématique et galvaudé que ce terme. La plupart des ouvrages de sociologie ou d’histoire qui utilisent la notion de génération commencent par en historiciser le mot pour finalement conclure que son utilisation scientifique est particulièrement malaisée. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *