Écrire l’histoire des armées africaines postcoloniales ?

Les armées et forces de sécurité actuelles du continent africain sont régulièrement au cœur de l’actualité internationale. Elles font l’objet d’analyses critiques, mais rarement historiques. L’apport historique permet pourtant de dépasser les lieux communs et les idées reçues, tout particulièrement lorsqu’il s’agit de pays connaissant des conflits armés ou qui sont la cible de groupes terroristes.

Dans le champ des études de sécurité, il s’agit d’expliquer leur inefficacité par une professionnalisation insuffisante ou par leur manque de représentativité et de diversité ethnique. Depuis les indépendances, le champ des sciences politiques a largement étudié  le rapport de ces armées et de leurs cadres au politique, cherchant à éclairer le phénomène des coups d’État militaires, puis du maintien ou de la succession de gouvernements putschistes à la tête de ces mêmes États. Un avatar plus récent de cet appétit des militaires pour le pouvoir politique concerne les présidents militaires devenus civils et briguant de nouveaux mandats.

L’implication militaire de la France, des Etats-Unis et de la communauté internationale (ONU, UE, UA) dans des missions de « maintien de la paix » ou de « renforcement du secteur de la sécurité », a fait également ressortir l’échec des coopérations militaires de longue durée. Le problème de la coordination de nombreux programmes, mêlant des objectifs pas toujours bien définis et semblant parfois inadaptés, est ainsi régulièrement démontré.

  • Evrard C., 2015, De l’armée coloniale à l’armée nationale en Mauritanie : une histoire militaire sahélo-saharienne, de la conquête à la guerre du Sahara, Thèse de doctorat d’Histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Les enjeux de la perspective historique

Étonnamment, l’histoire de la création de ces forces armées africaines et des hommes qui les composent depuis la décolonisation mobilise peu de chercheurs. À la suite de travaux fondateurs en sociologie politique, rares sont les analyses historiques attachées à un territoire national. Or, c’est non seulement possible mais aussi utile et urgent – et ce, malgré les obstacles liés à la diversité des modes de conservations d’archives. Le travail que je mène depuis plusieurs années sur ce thème en Mauritanie m’en a persuadé.

CC Flickr Bmi Epinal

Remettre en perspective historique les armées postcoloniales permet de sortir d’une image répandue et simpliste sur cet objet. Cette représentation voudrait que ces dernières, en particulier celles des pays n’ayant pas connu de guerre de décolonisation, sont nées naturellement des forces coloniales, ont connu d’emblée des effectifs insuffisants et ont été rapidement mises à l’index par des pouvoirs exécutifs devenus autoritaires. Ce schéma expliquerait l’anomie de leur organisation administrative, la frustration de leurs chefs, et finalement leur désir de pouvoir.

Pour aller plus loin, il faut également considérer le processus de transition entre forces de l’ordre coloniales et celles des pays devenus indépendants comme un phénomène contingent, et l’ancrer dans une approche sociale et politique de chaque pays – voire de chaque région. Dans ces conditions, il devient possible d’appréhender la structuration des armées, les dynamiques sociopolitiques qui les traversent, et ainsi séparer les effets de long terme des phénomènes nouveaux.

  • Debos M., Glasman J. (dir.), 2012, Corps habillés : politique des métiers de l’ordre. Politique africaine, n°128, Paris : Karthala.
  • Mann G., 2006, Native sons. West African Veterans and France in the Twentieth Century, Londres : Duke University Press.
  • Parsons T., 1999, The African Rank-and-file: Social Implications of Colonial Military Service in the King’s African Rifles, 1902-1964, Portsmouth : Heinemann.

Un travail urgent !

Les sources d’archives militaires africaines paraissent bien souvent, selon les pays, difficiles à localiser, inaccessibles, détruites ou perdues. En plus de mener une enquête exigeante sur l’existence réelle de ces fonds, il est urgent de mobiliser les acteurs encore vivants de cette histoire – d’autant qu’une vision uniquement basée sur les archives passe sous silence bien des aspects du phénomène. Tant sur place que dans les anciennes métropoles coloniales, ceux qui ont participé au processus de « mise sur pieds » des armées nationales au moment de l’indépendance sont de moins en moins nombreux. En effet, les personnes en âge d’avoir connu ce phénomène ont aujourd’hui, au minimum, 75 ans (ils étaient assez vieux pour être incorporés aux environs de l’année 1960).

CC Flickr manhhai

Les vétérans les plus âgés que j’ai pu rencontrer au cours de mes derniers séjours en Mauritanie et au Niger (en 2016 et 2017) sont nés dans la deuxième moitié des années 1920. Certains sont des figures populaires dans leur pays, car ils ont effectué une carrière qui les a menés du grade de sous-officier dans l’armée d’outre-mer (nom donné aux anciennes troupes coloniales) – servant sur place ou dans les conflits de décolonisation, répression de Madagascar (1947), guerre d’Indochine (1946-1954) et/ou d’Algérie (1954-1962) – jusqu’au grade d’officier supérieur dans leur armée nationale. Ils sont parfois passés par l’armée, la gendarmerie et la garde nationale. Certains ont même traversé des périodes de putschs et de gouvernements militaires en participant ou en ayant tenu des portefeuilles ministériels ; d’autres encore sont impliqués dans les offices nationaux d’anciens combattants, qui entretiennent autant que possible des liens avec leur homologue français.

Bien sûr, du point de vue du mécanisme institutionnel, d’autres sources peuvent être mobilisées, comme par exemple les périodiques spécialisés, les mémoires de l’enseignement militaire supérieur ou encore les récits de vie des anciens cadres français. Mais le déséquilibre des narrations, dû à la quantité de sources produites par les ex-métropoles et le manque de « voix » africaines, doit pousser les chercheurs à recueillir sur place et rapidement des témoignages d’acteurs militaires de l’immédiat postcolonial.

Un paysage plus complexe qu’on ne le croit

On pourrait aussi, mais la tâche serait difficile, réaliser une compilation de noms dans les archives des régiments coloniaux tardifs et des premières années de coopération militaire (années 1950 et 1960), puis tenter des statistiques sur les profils des recrutés. Il s’agirait surtout de confronter dès que possible ces informations avec les récits de carrière de soldats du rang, sous-officiers, officiers ou hommes politiques.

CC Wikimedia Commons ALA TechSource

À vrai dire, de nombreux fonds d’archives français regorgent d’informations : les papiers des commandements militaires outre-mer et ceux de la gendarmerie – conservés à Vincennes par le Service historique de la Défense – permettent par exemple de suivre les années de transition, années qui voient les services de coopération prendre le relais de l’organisation coloniale tardive, bien souvent avec des cadres français servant sur place depuis un moment. Ils nous informent sur bien des aspects de la construction des forces armées africaines, bien que toujours du point de vue de ses chevilles ouvrières françaises, et avec peu de précisions individuelles.

Ils illustrent néanmoins les choix des nouvelles élites aux commandes dans les pays indépendants : s’il y a bien un plan global de transfert, les contextes particuliers entraînent des choix différents. Ils sont, par exemple, corrélés à la proportion de soldats ayant servi dans l’armée française pendant la colonisation – on ne peut à cet égard comparer Guinée et Mauritanie, pays ayant respectivement fourni le plus de tirailleurs dans l’armée d’outre-mer et le moins… Ils dépendent aussi des réalités géographiques et économiques des pays, qu’il s’agisse de la part des zones sahariennes et des zones côtières, ou encore de l’opportunités de bases militaires à conserver par la France.

  • Banga A., Evrard C., 2017, « Coopération militaire et enjeux de défense en Afrique de l’Ouest : les cas de la Mauritanie et de l’Entente », in J.-P. Bat et O. Forcade (dir.), Jacques Foccart : archives ouvertes, CNRS Editions, p. 79-94.
  • Stapleton T., 2015, Warfare and Tracking in Africa, 1952–1990, Londres, New York : Routledge.
  • Zimmermann S., « Apatridie et décolonisation. Les tirailleurs sénégalais guinéens et la Guinée de Sékou Touré », Les temps modernes, n°693-694, avril-juillet 2017, p. 111-145.

Idéalement, les archives des cabinets militaires des premiers gouvernements sont susceptibles de nous informer sur les moyens mis en œuvre et les choix opérés pour la création des forces armées, rompant plus ou moins avec la gestion coloniale des forces de l’ordre, et s’opposant plus ou moins frontalement à Paris. Elles sont bien entendu difficiles d’accès : le désintérêt de nombreux États pour la conservation des archives administratives a entraîné des situations très préoccupantes, avec de graves conséquences sur la gestion des ressources humaines des militaires actuels ou récemment retraités.

En combinant ces différentes approches, il est possible d’aller au-delà des seuls aspects institutionnels traditionnels de cette histoire et de sortir des modèles explicatifs trop généraux nous empêchant de saisir les multiples problématiques des forces armées africaines. Ces « problématiques », ne sont pas ici entendues comme des tares dont ces armées seraient nécessairement porteuses, mais comme un rappel permanent de l’idée que ce sont des structures aux dynamiques propres. C’est seulement à ce prix qu’on pourra sérieusement construire le sous-bassement d’analyses plus contemporaines s’attachant à comprendre les situations actuelles, mais aussi contribuer au débat public sur des questions importantes : les interventions militaires occidentales, la coopération de défense, ou l’économie de l’armement… Tout est lié : explorer les archives, retracer l’histoire, conserver les récits de vie, et analyser la situation actuelle des hommes et des institutions.

Crédits image à la Une : CC Sénégal bistrot de l’histoire et crédits image d’entrée : CC Pixabay OpenClipart-Vectors


Camille Evrard

Université Paris I Panthéon-Sorbonne, IMAF & IRSEM (camille.evrard@defense.gouv.fr)

More Posts - Website

Camille Evrard

Université Paris I Panthéon-Sorbonne, IMAF & IRSEM (camille.evrard@defense.gouv.fr)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *