Travail et stratégies migratoires des enfants au Vietnam

Malgré les organisations internationales et les mouvements internationaux ainsi que les efforts de nombreux gouvernements, le travail et la migration des enfants pour le travail sont toujours des questions vives dans les sociétés en développement. Le Vietnam ne fait pas exception.

Dans ce pays, la dénonciation régulière dans les médias de l’exploitation des enfants ne limite pas les flux migratoires pour le travail des enfants ruraux vers les villes. En essayant d’éclairer les raisons pour lesquelles les enfants migrent et supportent de vivre et de travailler dans un environnement défavorable, notre étude sociologique s’appuie sur trois échelles d’analyse : macro avec la présentation des impacts des politiques publiques économiques sur la migration des enfants, micro pour analyser les stratégies des acteurs sociaux et enfin méso pour comprendre le rôle des réseaux sociaux dans cette migration.

  • Bao Chau L. D., 2017, Stratégies migratoires des enfants au Vietnam. Du village à la ville : les petits couturiers de Ho Chi Minh Ville, Toulouse : Presses Universitaires du Midi, Coll. Socio-logiques.

Mondialisation, réformes et stratégies migratoires des paysans pauvres

Dans le contexte général de la mondialisation,  les réformes politiques et économiques du Vietnam ont contribué à améliorer le niveau de vie du peuple, mais d’une façon très inégale. En fait, les Vietnamiens n’ont pas tous bénéficié des effets de la même croissance. De nombreuses recherches ont estimé que la transition du pays vers l’économie de marché a donné lieu à des déséquilibres de croissance entres les zones géographiques et ont accru les inégalités de revenus et d’accès aux services sociaux entre les différentes couches sociales. Dans cette situation largement dominée par les inégalités sociales, les réformes administratives, et surtout l’émancipation de la force de travail grâce aux changements importants dans la gestion des terres et les modes de gestion de la production agricole facilitent et stimulent les migrations internes.

CC Pixabay surendraraj11

Tout comme les migrations des adultes liées au travail, l’envoi des enfants dans les villes pour travailler est une des stratégies de survie et de développement des ménages ruraux, et plus particulièrement des ménages pauvres. Vivant dans la pauvreté, quelquefois extrême, se trouvant en état d’infériorité par rapport aux personnes non-pauvres, les enfants et leurs parents choisissent la mobilité spatiale pour tenter de construire une mobilité sociale. La globalisation économique et les politiques nationales de reconstruction économique et sociale alimentent cette migration par une demande croissante de main d’œuvre jeune et non ou peu formée, mal protégée par la législation en vigueur et le système de santé… et très mal payée.

A côté de ces facteurs économiques, des facteurs socioculturels influencent directement ou indirectement la quantité et la nature du phénomène de la migration des enfants. Au Vietnam comme dans de nombreux pays du Tiers monde, le travail et la migration des enfants d’origine rurale sont considérés comme inévitables, parce que le travail de l’enfant n’a pas seulement pour but d’apporter des revenus au foyer : il est partie intégrante du mode de vie d’un enfant pauvre, celui-ci n’ayant guère d’autre choix que de gagner sa vie très tôt et mettre en place des stratégies utiles pour son avenir.

  • Dang N. A., 1998, « Migration et développement dans le contexte des réformes économiques du pays », Revue de Sociologie, n°1 (61), 3-12.

Sur et sous les stratégies des enfants et de leurs familles

L’analyse du discours des acteurs sociaux permet de décrire la construction et le développement des stratégies de trois acteurs principaux de ce type de migration : l’enfant migrant, ses parents et l’employeur. Pour les parents, la migration de leurs propres enfants, à la place des adultes, est une stratégie économique du foyer. D’une part, elle réduit les dépenses du foyer et crée une source de revenu régulière, d’autre part, elle apporte aux enfants des chances d’accumulation de capitaux symboliques (savoirs, savoir-faire…) pour un avenir moins incertain.

Face aux stratégies des adultes, les enfants migrants ne sont pas toujours passifs. Bien que la décision de la migration soit prise à travers une négociation avec leurs parents, ils sont supposés d’être acteur de leur migration car ils ont aussi des attentes propres, des  projets personnels plus ou moins rationnels ou rationalisés. Contrairement aux apparences, la contribution à l’économie familiale n’est pas le facteur déterminant dans la prise de décision des enfants, mais un prétexte pour accéder le plus vite possible à l’autonomie, à un statut d’adulte et aux capacités économiques qui lui sont associées. Comprenant les attentes des enfants et des parents, les employeurs construisent le plus souvent des stratégies d’exploitation du travail des enfants afin de réduire les coûts de production de leur entreprise.

CC Wikimedia Commons Goran tek-en

Une fois qu’ils sont exploités et qu’ils ont une conscience plus ou moins claire de cette situation, les enfants migrants construisent des stratégies tantôt défensives,  tantôt offensives, les unes et les autres s’interpénétrant. Ce sont des stratégies d’accumulation de capitaux économiques, sociaux et symboliques pour renégocier leur reconnaissance dans les sociétés de départ et d’arrivée, ainsi que pour acquérir une autonomie plus solide dans l’avenir. Ces stratégies reposent sur les ressources des enfants – leur « habitus » pour parler comme Pierre Bourdieu : la soumission propre à une population défavorisée très recherchée par les marchés urbains du travail informel, d’autre part la puissance des réseaux sociaux.

L’importance des réseaux sociaux dans la migration

Dans tous les cas, les réseaux sociaux de migration sont des ressources importantes pour les enfants, surtout quand ils sont arrivés en ville. Ils jouent un rôle non négligeable dans la transformation des intentions, les hésitations au niveau de la prise de décision de migrer, la construction des stratégies d’accumulation des capitaux.

  • Les réseaux sociaux dont il est ici question ne doivent pas être confondus avec les réseaux socio-techniques (Twitter, Facebook, You Tube…). Il s’agit de réseaux personnels, c’est-à-dire de personnes avec lesquelles nous entretenons les relations les plus suivies, qu’il s’agisse de liens faibles (voisins, collègues…) ou plus forts (famille, amis proches…).

CC Pixabay civilservicelocal

Ces réseaux sont construits par des liens faibles et des liens forts. Concernant les liens forts, les parents jouent un rôle majeur dans la construction et l’exécution des stratégies individuelles et collectives. Ils protègent à distance les enfants contre les dangers et facilitent la réalisation de leurs projets initiaux. En les encourageant à migrer pour  contribuer à l’économie familiale et en leur permettant de revenir au village en cas d’échec, les parents sont en même temps la cause et la conséquence de la migration. Il n’est donc pas exagéré d’affirmer qu’ils organisent et structurent largement (et souvent efficacement) la migration de leurs enfants.

Mais le réseau familial existe aussi, d’une certaine manière, dans la société d’arrivée. On rencontre en effet les « parents-employeurs » et les « parents-collègues de travail », surtout dans le travail à domicile. Ce dernier rend nécessaires la construction de relations professionnelles et extra-professionnelles sur le lieu de travail. Un oncle, une tante, un frère, une sœur ayant une position dans l’atelier pourra apporter à l’enfant migrant des privilèges dans la négociation de ses revenus. Sa présence active constitue un gage et une garantie de sécurité. Pour les parents de la société d’origine, les relations familiales dans la société d’arrivée assurent la réussite des stratégies collectives en exerçant un rôle de protection, de surveillance et de guidage.

A côté de ces liens forts souvent très efficaces, existent des liens faibles : amis, collègues travaillant dans le même atelier et plus largement, relations dans le marché du travail informel. Tous sont, à des titres et à des degrés divers, une source d’aide importante. Par exemple, c’est dans le groupe d’amis que les enfants satisfont leurs désirs d’autonomie. Alors que l’interdépendance est l’une des caractéristiques forte de la famille vietnamienne, l’échappatoire à la surveillance directe des parents pour vivre une vie plus ou moins libre entre amis, devient une motivation importante pour les enfants migrants.

  • Bidart C., Degenne A., Grossetti M., 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris : PUF.
  • Degenne A., Forsé M., 2004, Les réseaux sociaux, Paris : Armand Colin.

De l’enfant migrant à l’adulte prématuré

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

C’est dans le contexte de l’interdépendance entre zones rurales et zones urbaines, entre demandeurs d’emploi et employeurs, entre parents et enfants que les enfants migrants s’engagent dans des relations de dette vis-à-vis de leurs parents et de leurs patrons.

Ces relations de dette et de contre-dette avec les parents et l’employeur et la vie très difficile en ville, la faible quantité de leurs capitaux ne leurs permettent pas d’être des acteurs autonomes comme peuvent l’être les adultes. Quittant le statut d’enfant dépendant, ils deviennent acteurs sociaux incomplets, adultes prématurés sans avoir les moyens matériels et symboliques des adultes. Beaucoup vivent dans des conditions de précarité,  de marginalité, d’insécurité sociale et sanitaire, voire dans une situation de «handicap social ». Ils demeurent toujours invisibles en ville, malgré la construction de stratégies d’accumulation de capitaux pour négocier leur statut social.

D’une certaine manière, au Vietnam et dans nombre de pays en développement, la migration des enfants (re)pose non seulement la question de la mise en œuvre de dispositifs de protection publique des enfants, mais encore celle de la relation entre développement économique et développement social et humain.

  • Castel R., 2009, La montée des incertitudes. Travail, protection, statut de l’individu, Paris : Le Seuil, coll. La couleur des idées, 457 p.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Dezalb et crédits image d’entrée : CC Pixabay tpsdave


Le Dang Bao Chau

Université de Toulouse Jean Jaurès, LISST-Dynamiques rurales (chau.lebao@gmail.com)

More Posts

Le Dang Bao Chau

Université de Toulouse Jean Jaurès, LISST-Dynamiques rurales (chau.lebao@gmail.com)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *