L’Antiquité est-elle de droite ?

Désormais, l’héritage historique est souvent utilisé – pour ne pas dire détourné – pour légitimer les idéologies du présent. L’Antiquité, référence prestigieuse depuis qu’elle a été redécouverte à la Renaissance, fait particulièrement l’objet des réappropriations, quels que soient les bords politiques.

Cependant, chacun cherche à mettre en avant des aspects de l’histoire qui lui conviennent, quitte à cacher les autres. Face à ce constat, les historiens tentent de déconstruire ces mécanismes et de rappeler la réalité des faits, dans la limite des connaissances disponibles. Gwladys Bernard, enseignante-chercheure à l’Université Paris-8, a étudié l’utilisation de l’Antiquité par les courants d’extrême droite, dans le numéro 135 de la revue Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique.

L’un des chevaux de bataille de l’extrême droite est notamment la quête des origines et la suprématie française. Le prestigieux héritage que constitue Rome s’est imposé comme référence au cours du XIXe siècle et a ressurgit dans les débats contemporains, lorsqu’il s’est agi de justifier les bienfaits du passé colonial. Pourtant, les Romains n’ont pas toujours été considérés d’un bon œil par les monarchistes du XIXe siècle, alors même que le camp républicain se revendiquait de la République romaine. Gwladys Bernard tente d’expliquer les mécanismes de récupération de cette histoire, aussi bien par le personnel politique que par les historiens proches de ces cercles de pensée.

Pour soumettre un article qui sera mis en images et en sons par Manon Bril, vous pouvez nous écrire à : mondes-sociaux@univ-toulouse.fr.

Fiche technique

  • Texte/voix/montage : Manon Bril
  • Image : Jean Jimenez
  • Musique : OTAM

CC Wikimedia Commons Bill Nye (?)

Crédits image à la Une : CC Pxhere


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *