Confiance, vous avez dit confiance ?

En politique comme dans les mondes professionnels, la confiance est désormais largement invoquée. Or cette notion est complexe et ambivalente, qu’il s’agisse de la confiance envers la politique et ceux qui la pratiquent de manière « professionnelle » ou encore de la confiance placée dans les organisations productrices de biens et de services. La conjoncture actuelle semble en fait être à la défiance généralisée, alors même que la confiance devrait être le socle de toute démocratie digne de ce nom, mais aussi de toute relation organisations-clients, organisations-salariés.

Le paradoxe semble indépassable tant la confiance est le ressort de nombreuses activités sociales. Si la politique inspire le sourire, le rejet ou l’indifférence, elle le doit entre autres aux scandales politico-financiers qui ont agité la vie politique française ces dernières années (affaire Cahuzac, condamnations à répétition des époux Balkany, etc), ainsi qu’au non renouvellement du personnel politique. Pour sa part, le fonctionnement des entreprises engendre son lot de jugements acerbes tant il frôle l’indécence avec les parachutes dorés des grands patrons ou les évasions vers les paradis fiscaux.

Or la confiance devrait être à la fois le ciment de la relation de l’entreprise avec ses clients, et la condition sine qua non de la participation politique. Mais il n’y a qu’un pas de la « confiance aveugle » à la « confiance trahie »  comme le soulignent Richard Delaye et Pascal Lardellier (2016). Rien ne s’entreprend ni ne se crée sans confiance, pourtant notre époque qui semble avide de confiance est en même temps peu encline à l’accorder tant en politique que dans la vie économique. Ces interrogations, aujourd’hui plus qu’hier, ne laissent pas insensibles les sciences humaines et sociales qui leur ont consacré quelques ouvrages et articles importants. La confiance a incontestablement partie liée avec l’irrationnel et l’absence de logique comme l’écrit le sociologue allemand Georg Simmel : « On “croit” en une personne, sans que cette foi soit justifiée par les preuves que cette personne en est digne, et même, bien souvent, malgré la preuve du contraire » (Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation).

  • Delaye R., Lardellier P., dirs., 2016, La confiance. Relations, organisations, capital humain, Cormelles-le-Royal : Éditions EMS.
  • Agulhon S., Guarnieri F., Perseil S., Pesqueux Y., 2016, La confiance en questions, Paris : L’Harmattan.
  • Mangematin V., Thuderoz C., 2016, Des mondes de confiance. Un concept à l’épreuve de la réalité sociale, Paris : CNRS Éditions, Coll. Sociologie.

La confiance en politique : de l’érosion à la reconquête ?

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

La « politique politicienne », pour reprendre une expression péjorative couramment utilisée, se joue et se donne à voir sur les scènes publiques et sous les yeux des électeurs en situation d’accorder leur confiance à l’occasion soit d’échéances électorales importantes, soit de périodes plus ou moins troublées de l’histoire contemporaine. Ainsi par exemple, lors des attentats du 14 juillet 2016 à Nice et de Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016, le président de la République François Hollande s’est vu paradoxalement témoigner la confiance des Français (pour plus de 40 % d’entre eux) pour sa gestion des événements, alors même qu’il souffrait d’une impopularité très importante (autour de 20 %).

Soulignant l’évidente parenté entre la politique et le théâtre, Régis Debray (2007), en fin observateur de notre société, écrit : « il n’est pas sûr que l’action publique gagne en efficacité quand elle troque les prestiges du théâtral contre ceux du show-biz. Ce n’est pas le même merveilleux ». Il qualifie d’obscène (au sens étymologique du terme) sans esprit polémique « une société qui, parce qu’elle ne supporte plus la coupure scénique, confond le surmoi et le moi, le nous et le je, l’ambition collective et l’ambitieux tout court ». La désaffection pour la politique pourrait donc être l’expression d’une perte de confiance dans la possibilité pour la politique de défendre de manière crédible une ambition collective, cette-ci étant de moins en moins en moins lisible dans les pratiques et les comportements des hommes et femmes politiques.

Allant dans le même sens, le journaliste Dominique de Monvalon relève dans Le Journal du Dimanche (17 janvier 2016),  que le rejet observable de la politique et des hommes et femmes politiques est d’autant plus troublant que les français sont un peuple très politisé. De nombreux indices confirment ce désamour, au premier rang desquels les sondages. À titre d’exemple, le Baromètre de la confiance politique du mois d’août 2016 proposé par le CEVIPOF (centre de recherche de Sciences Po Paris) montre que les « politiciens » inspirent aux Français de la déception (54 %), du dégoût (20 %), de la détestation (5 %), voire de la haine (2 %). Quant au Premier ministre de l’époque, c’est 75 % des Français qui ne lui font pas confiance, contre 78 % pour le président de la République.

CC Wikimedia Commons Etienne12345

Si le renouvellement du personnel politique, entré en partie dans les faits en 2017 notamment après les élections présidentielles et législatives, apporte un début de réponse, il est évident qu’il ne suffira pas à lui seul à rétablir la confiance. La reconquête exige davantage d’imagination, pour ne pas dire de courage politique, et pas seulement du côté du personnel politique.

La « crise de foi politique » est si sévère que beaucoup de Français semblent déplacer le curseur de leur confiance des institutions politiques vers les organisations productrices de biens et de services, pour ne pas dire les entreprises.

  • Grossman E., Sauger N., dirs., 2017, Pourquoi détestons nous autant nos politiques ?, Paris : Les Presses de Sciences Po.

 

La confiance dans les organisations : un enjeu paradoxal ?

Signe des temps, les Français, habituels critiques plus ou moins virulents de l’économie de marché et de l’entrepreneuriat, semblent aujourd’hui se retrouver davantage autour des valeurs portées par l’entreprise que de celles véhiculées par la « politique politicienne ». On assisterait donc à un important basculement de paradigme : les politiciens décevant de plus en plus, les Français accorderaient surtout leur confiance aux chefs d’entreprise, comme le souligne dans la Harvard Business Review France (2016) le consultant Nicolas Narcisse : « 79 % d’entre eux conditionnent, en effet, leur confiance à l’engagement du manager à faire progresser la société en général, en exerçant sur elle une influence positive ». C’est très précisément ce qu’écrit Pierre-Yves Gomez : « La confiance établit un lien entre chacun de nous et notre environnement économique et technologique (…) Chaque homme porte sa confiance en un certain nombre de valeurs, de représentations et de systèmes de justification qui situent ses propres calculs et ses propres jugements ».

La confiance placée dans l’environnement apparaît pour beaucoup de Français comme tout à fait transposable à la société dans son ensemble. La dimension inspirante de l’entreprise en fait un vecteur de transformation pour la société entière et explique que les citoyens soient ainsi plus enclins à accorder du crédit aux organisations qu’aux politiciens.

  • Gomez P-Y., « Agir en confiance », 1995, in Bidault F., Gomez P.-Y., Marion G., Confiance, entreprise et société (dirs.), Paris : ESKA, Coll. Essais.

L’entreprise est en effet perçue de façon positive par des Français de plus en plus nombreux qui y voient à la fois un moyen de sortir de la crise multidimensionnelle qui secoue le pays et un acteur sociétal de tout premier plan que l’on espère capable d’œuvrer tout autant pour l’individu (le salarié, le client, etc.) que pour le bien de la collectivité. C’est un phénomène relativement récent, et controversé, mais qui témoigne de l’érosion considérable de la confiance autrefois placée dans la politique.

CC Pixabay Geralt

En fait, leurs attentes par rapport aux entreprises excèdent très largement la performance économique et financière à proprement parler. Ils attendent que l’entreprise soit pêle-mêle intègre, engagée socialement vis-à-vis de ses salariés, que ses produits soient de qualité, qu’elle protège l’environnement et adopte des pratiques éthiques et vertueuses. Autrement dit, ils demandent aux entrepreneurs des comportements éthiques… ce qui fragilise incontestablement leur confiance. En effet, l’éthique ne fait pas toujours très bon ménage avec les objectifs de performance économique et financière ainsi que le montrent les délocalisations sauvages, la concurrence déloyale, les subprimes ou encore la sophistication des circuits de l’évasion fiscale (cf. sur ce point les révélations des Panama Papers, et celles plus récentes des Paradise Papers).

En conclusion, si tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes politiques et économiques, il n’est pas pour autant fatal de céder au chant des sirènes de la défiance totale. Car la confiance est un moteur indispensable de l’action individuelle et collective, c’est une des conditions possibles d’émergence d’un vivre-ensemble serein, pacifié et ouvert. Face à la tentation de la désespérance il faut raison garder et cultiver une confiance contagieuse.

S’il ne s’agit bien évidemment pas de verser dans une confiance sans conscience, il est possible, avec Laurence Cornu, d’analyser la confiance comme une « utopie concrète et une dynamique vertueuse d’auto-renforcement (…) La confiance se construit dans l’expérience, la coopération, dans des opportunités saisies, avec du temps ».

  • Cornu L., 2016, « Pour une culture pratique de la confiance, utopie concrète », Revue Internationale d’Education de Sèvres, n°72, 37-55.

Crédits image à la Une : CC Pixabay Geralt et crédits image d’entrée : CC Wikimedia Commons Morning Theft


Alexandre Eyries

CIMEOS, Université de Bourgogne Franche Comté (alexandre.eyries@iut-dijon.u-bourgogne.fr)

More Posts

Alexandre Eyries

CIMEOS, Université de Bourgogne Franche Comté (alexandre.eyries@iut-dijon.u-bourgogne.fr)

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. J’ai beau vous suivre sur divers sites, là je trouve que vous avez fait du remplissage, du rien avec du vide.
    Déjà, la définition pose problème.  » la confiance devrait être à la fois le ciment de la relation de l’entreprise avec ses clients, et la condition sine qua non de la participation politique. ». Dans l’entreprise, il est pas question de confiance, mais de salaire, de rapports de force et d’argent. C’est une illusion propagée par le Medef et politiques serfs que la « confiance » entre un ouvrier et son patrons. Etonnant, voire suspect qu’un site sociogique puisse balancer de telles fariboles en introduction de son propos. Ensuite, on cite R. Debray qui à peu près aussi proche de la population et de ce qu’elle vit, pense, que le Pape du bois de Boulogne. Même chose pour les citation d’un journaliste du JDD. JDD organe de propagande, bien à droite, qui lui aussi est absolument étranger au peuple, même s’il donne à grandes gicliées dans le populisme tendance FN, sur ordre de ses actionnaires qui voient que ça s’achète.
    Ensuite, le concept de confiance n’est pas clair, au point de citer Georg Simmel pour lui faire dire que tout ça est totalement fumeux.
    En ouitre, vous écrivez « L’entreprise est en effet perçue de façon positive par des Français de plus en plus nombreux »…Vous sortez ça d’où ? Sources, svp. Si c’est un sondage Odoxa pour le JDD, j’appelle pas ça, moi, de la sociologie, mais de la bouse par paquet de douze. Et n’importe quel étudiant de fac un peu sensé vous dira qu’avec la loi Arbeit passée par là, les manifs intenses, nombreuses et l’hostilité, le refus massif de cette loi, génèreront des conflits et un climat d’affrontement dans l’entreprise très vite.
    Bref, des sources qui n’en sont pas, journaux propagandistes, sondagistes en laisse, concept complètement approximatif, développement spécieux, affirmations gratuites, ça donne un article qui ressemble à un édito de Riouifol, en plus mauvais. En tous cas, sans valeur sociologique apparente.

  1. 27/12/2017

    […] Confiance, vous avez dit confiance ? En politique comme dans les mondes professionnels, la confiance est désormais largement invoquée. Or cette notion est complexe et ambivalente, qu’il s’agisse de la confiance envers la politique et ceux qui la pratiquent de manière « professionnelle » ou encore de la confiance placée dans les organisations productrices de biens et de services. La conjoncture actuelle semble en fait être à la défiance généralisée, alors même que la confiance devrait être le socle de toute démocratie digne de ce nom, mais aussi de toute relation organisations-clients, organisations-salariés. Le paradoxe semble indépassable tant la confiance est le ressort de nombreuses activités sociales. Si la politique inspire le sourire, le rejet ou l’indifférence, elle le doit entre autres aux scandales politico-financiers qui ont agité la vie politique française ces dernières années (affaire Cahuzac, condamnations à répétition des époux Balkany, etc), ainsi qu’au non renouvellement du personnel politique. […]

  2. 27/12/2017

    […] Confiance, vous avez dit confiance ? En politique comme dans les mondes professionnels, la confiance est désormais largement invoquée. Or cette notion est complexe et ambivalente, qu’il s’agisse de la confiance envers la politique et ceux qui la pratiquent de manière « professionnelle » ou encore de la confiance placée dans les organisations productrices de biens et de services. La conjoncture actuelle semble en fait être à la défiance généralisée, alors même que la confiance devrait être le socle de toute démocratie digne de ce nom, mais aussi de toute relation organisations-clients, organisations-salariés. Le paradoxe semble indépassable tant la confiance est le ressort de nombreuses activités sociales. Si la politique inspire le sourire, le rejet ou l’indifférence, elle le doit entre autres aux scandales politico-financiers qui ont agité la vie politique française ces dernières années (affaire Cahuzac, condamnations à répétition des époux Balkany, etc), ainsi qu’au non renouvellement du personnel politique. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *