Éducation populaire, parents et citoyens

Les actions d’aide à la parentalité reposent toujours sur l’illusion qu’il y a chez les personnes dites défavorisées, un déficit de parentalité  à combler, comme si la mission des experts était de leur enseigner à devenir des parents. Une telle croyance ne peut que laisser perplexe car dès lors, comment expliquer qu’Homo Sapiens ait réussi à élever ses enfants depuis deux ou trois cent mille ans en se passant d’experts ? L’expérience que je vais maintenant relater me paraît démontrer l’absurdité de tels préjugés.

Cette recherche-action, menée en collaboration avec un groupe d’habitants des quartiers populaires de l’Agglomération Montargoise, met en scène une doctorante en anthropologie, quelques acteurs institutionnels et, bien sûr, les habitants en question. Le travail de doctorat prend place au sein de l’AMA (Association Montargoise d’Animation), un centre social situé dans un quartier d’habitats sociaux et entend défendre une certaine conception de l’éducation populaire.

  • Pottier A., 2016, Les parents chercheurs du quartier du Plateau, Thèse de doctorat d’Anthropologie, Université Lumière Lyon 2.

Lancer une recherche-action

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Alors en quoi cette expérience relatée de manière très synthétique ci-dessous, relève-t-elle de l’éducation populaire ? Pour y répondre, il me faut revenir en décembre 2010. J’effectuais alors mon stage de master à l’AMA. Le directeur du centre social souhaitait développer des actions participatives et m’avait confié l’organisation d’une enquête pour déterminer les animations susceptibles d’intéresser les familles du quartier.

Parmi les propositions que je remis à l’AMA, la création d’une UPP (Université Populaire de Parents) fut retenue après bien des discussions, car elle fut d’abord considérée comme irréaliste. Il s’agissait de réunir un groupe d’habitants des quartiers populaires et de susciter en eux des vocations de parents chercheurs, c’est-à-dire des parents susceptibles d’entreprendre une enquête sur un sujet qu’ils auraient librement choisi. Nous n’obtînmes pas le label UPP, mais cela ne nous empêcha nullement de concrétiser notre projet. Entre-temps, je m’étais inscrite en doctorat, mon idée étant de faire une enquête sur l’enquête, c’est-à-dire de faire de l’observation de l’enquête des parents chercheurs mon sujet de thèse.

Transformer des parents en parents chercheurs

Comment transformer des parents « ordinaires » en parents chercheurs ? Il me parut naturel de leur transmettre des méthodes propres à ma discipline. La pratique de l’anthropologie passant par l’apprentissage du décentrement, j’eus l’idée de leur projeter le film Bébé, de T. Balmès.

La discussion qui eut lieu à l’issue de la projection permit aux participants d’accéder à un regard ethnologique sur la relation aux jeunes enfants, en leur montrant à quel point les pratiques et les normes éducatives peuvent être variables selon les cultures. Ce fut d’ailleurs une critique fort pertinente de l’une des participantes qui amena le groupe à prendre conscience de notre tendance commune à l’ethnocentrisme : « On donne dans ce film » observa-t-elle, « une image dépassée de l’Afrique. Moi, je suis africaine, et j’ai été élevée à la ville. Chez moi, il y a des immeubles, les enfants vont à l’école et on a des téléphones portables. » De ce point de vue, la mise à distance de la réalité sociale, à partir de leurs premiers échanges autour du film Bébé, donna lieu à leurs tout premiers pas de chercheurs.

Mener l’enquête et en débattre

CC Pixabay GraphicMama-team

L’enquête fut lancée après une année entière passée à réfléchir et à débattre sur des questions sociétales à partir de différents films sélectionnés par les participants (Les mains en l’air, de R. Goupil ; Être et avoir, de N. Philibert ; L’école à bout de souffle, de M. Julienne). Le thème choisi fut celui de la réussite scolaire.

Le groupe, qui s’appelait maintenant GERPAM (Groupe de Réflexion des Parents de l’Agglomération Montargoise) s’attacha plus particulièrement à travailler sur la notion d’égalité des chances et sur les relations parents/enseignants. Pour y parvenir, les parents chercheurs privilégièrent les discussions informelles dans leurs enquêtes. Ces discussions étaient enregistrées et faisaient ensuite l’objet d’une retranscription. Au total, 237 personnes furent interrogées, dont 13 professionnels de l’Éducation Nationale (enseignants, directeurs d’établissement, conseillers d’éducation).

Le dépouillement de l’enquête et l’analyse des données nécessitèrent également une bonne année. Les premiers résultats servirent notamment de matériau pour l’élaboration de saynètes qui furent jouées lors des fêtes de quartier. La démarche, inspirée par le Théâtre de l’Opprimé d’Auguste Boal, consistait à mettre en scène certains des problèmes évoqués par les personnes interviewées et à inviter le public à intervenir.

Ces expériences théâtrales se révélèrent enrichissantes en amenant le public à prendre conscience que l’école renvoie à des problèmes de société, et qu’il revient à tous, parents et enseignants d’y réfléchir ; elles ne permettaient toutefois pas de restituer l’intégralité de l’enquête. C’est pourquoi les parents chercheurs décidèrent de publier un ouvrage en bonne et due forme et, dans la foulée, d’organiser un colloque réunissant enseignants, parents et représentants institutionnels. Celui-ci eut lieu en novembre 2014. Des 17 personnes qui s’étaient laissées tenter par l’aventure en septembre 2011, il n’en restait que six, les autres l’ayant quitté au fil du temps — non pas nécessairement par manque d’intérêt, mais plutôt pour prendre d’autres chemins de vie. Aujourd’hui, en 2017, le GERPAM poursuit ses activités avec de nouveaux projets.

  • Groupe de Réflexion de l’Agglomération Montargoise, 2014. La réussite scolaire de nos enfants, parlons-en ! Une enquête réalisée par le GERPAM, avec le soutien du Centre social de l’AMA.

Questionner l’éducation populaire

CC Pixabay jambulboy

Finalement, en quoi l’expérience du GERPAM relève-t-elle de l’éducation populaire ? La notion d’éducation populaire ne désigne pas un courant de pensée précis, mais recouvre une pluralité de pratiques qui visent à émanciper les citoyens, c’est-à-dire dans les termes de la théorie de l’empowerment à accroître leur puissance démocratique d’agir. L’éducation populaire est par ailleurs toujours conçue comme distincte de l’enseignement formel dispensé à l’école et dans les établissements spécialisés. Mais en raison de l’ambiguïté des mots « peuple » et « populaire », on peut considérer que l’éducation populaire est soit réservée aux catégories sociales défavorisées ; soit qu’elle s’adresse à toute personne qui désire s’instruire et progresser dans la compréhension du monde où il vit, quel que soit son âge.

La première conception repose sur une dévalorisation implicite des savoirs dits populaires, c’est-à-dire des savoirs détenus par les catégories défavorisées. Elle ne correspond guère à l’approche du GERPAM, puisque nous avons tenu le plus grand compte de l’expérience des parents d’élèves, sans jamais considérer que les enseignants ou les représentants de l’administration détenaient la vérité absolue. C’est donc la seconde conception que nous avons retenue.

  • Maurel, C., 2010, Éducation populaire et puissance d’agir. Les processus culturels de l’émancipation, Paris : L’Harmattan.
  • Bacqué M.-H. et Biewener C., 2013, L’empowerment, une pratique émancipatrice ?, Paris : La Découverte.

Dans cette perspective, la démarche du GERPAM peut être envisagée sous trois angles différents :

  • Du point de vue des parents chercheurs, c’était une recherche sur l’institution scolaire, sur les relations entre parents et enseignants, sur les obstacles que rencontrent les enfants issus des populations défavorisées pour réussir à l’école.
  • Du point de vue du centre social, il s’agissait d’une action participative réalisée sous son égide, avec la collaboration effective des populations concernées.
  • Du point de vue anthropologique, on peut considérer que l’enquête réalisée par les parents chercheurs a représenté pour eux une action citoyenne dans la mesure où l’organisation d’un débat réunissant les principaux acteurs concernés et la publication de leur travail de recherche a offert l’occasion aux parents chercheurs de participer activement à la vie démocratique. En devenant des chercheurs, les membres du GERPAM sont parvenus à s’affranchir de leur condition de personnes défavorisées vouées à n’entretenir avec les institutions qu’une relation infériorisante ; ils se sont ainsi approprié une place qui, bien qu’elle leur soit déniée, leur était due, celle de citoyens libres de poser un regard critique sur la société à laquelle ils appartiennent.

CC Pixabay Geralt

J’ajoute que la méthode de travail que nous avons mise en œuvre a contribué également à émanciper les parents chercheurs. Je n’ai jamais pensé, en effet, que mon rôle de conseillère méthodologique consistait à leur imposer des méthodes de travail conformes à des critères académiques. Dans mon esprit, il ne s’agissait pas de reproduire un modèle d’éducation traditionnel centré sur le savoir du maître. Conformément aux principes de l’éducation populaire, il s’agissait au contraire de partir du savoir des parents chercheurs pour fabriquer du savoir. Ce postulat impliquait de reconnaître qu’ils possédaient un savoir digne d’être valorisé, et donc de les reconnaître comme des citoyens à part entière, aptes à porter un jugement argumenté sur le monde social.

Au final, même si le résultat de l’enquête représente le centre d’intérêt principal pour les parents chercheurs, c’est plutôt le sens citoyen qu’ils lui ont donné qui, du point de vue de l’anthropologue, en constitue l’atout majeur. Aujourd’hui, deux membres du GERPAM ont rejoint le conseil d’administration de l’AMA et cinq d’entre eux les conseils citoyens de l’Agglomération Montargoise. À mes yeux, cela signifie qu’avant même d’être des parents, ces derniers sont avant tout des citoyens et c’est donc à ce titre qu’ils ont pu intervenir en qualité de parents.

Ainsi, tout projet d’éducation populaire est un acte citoyen qui, quel que soit son importance, ne peut qu’améliorer le fonctionnement démocratique de la société.

  • Lepage F., 2011, L’éducation populaire monsieur, ils n’en ont pas voulu, conférence gesticulée, Paris : Théâtre Le Grand Parquet.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Tcodl et crédits image d’entrée : CC Wikimedia Commons IloveEP


Agnès Pottier

RechercheAvec est un réseau international francophone interdisciplinaire (agnes-pottier@laposte.net)

More Posts

Agnès Pottier

RechercheAvec est un réseau international francophone interdisciplinaire (agnes-pottier@laposte.net)

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Gérard dit :

    @ Mike,
    Mon propos n’est pas insultant et ne s’érige en juge de rien du tout. Je n’ai pas besoin d’afficher mes origines ou mes diplômes pour avoir un avis, et ce n’est que le mien, je ne prétend pas à la vérité – puisque en France, seuls peuvent prétendre à le vérité ceux qui ont le diplôme…
    Donc un simple constat : accepte-t-on en France aujourd’hui que des « non-diplômés » peuvent penser et agir par eux-même sans avoir besoin d’une mise en valeur par une personne reconnue par l’université ? Je comprends d’après votre adresse que vous faites partie de l’université,…
    @ Patricia, je ne doute pas de la bonne volonté des uns et des autres. Bien sûr je ne connais ni le lieu ni les personnes. Nous sommes tous pris dans des systèmes qui valorisent des savoirs (scolaires, universitaires, …) au dépend des autres (ce que chacun de nous sait de la vie) : c’est exactement ce que vous décrivez de l’éducation nationale : il est quasi-innaceptable d’entendre les parents alors qu’on dit partout qu’on veut leur avis !
    Donc, bagarrons-nous pour faire entendre nos vies et nos avis, ce n’est pas leur reconnaissance universitaire qui leur donnera plus de valeur ! Bonne réussite à vous !

  2. mike dit :

    Gérard et Darras : Ou comment incarner l’exact opposé de la réalité dans un déferlement de contre-vérités n’engageant que vous mais pourtant placées par vous comme trônant au sommet de toutes les analyses telle “La Vérité Absolue”, une sorte “d’omniscience infuse”, toisant du même coup les chercheurs que vous semblez tant mépriser sans pour autant les connaître, ni en personne, ni par leur travail. Car votre jugement me paraît des plus hâtif mais aussi des plus méprisant, pratiquant exactement ce que vous reprochez à ces personnes, mais une phrase ne dit-elle pas “reproche à tes ennemis ce dont tu es coupable”
    Je suis moi-même petit-fils de mineur (venant du coron de Fouquière-les-lens) mais ne prétend pas détenir la vérité des classes populaires contrairement à vous, ça serait l’apanage d’un prétentieux. Votre attitude tout comme votre commentaire me parait hors de propos, ne sachant pas de quoi ni de qui vous parlez, tout en pensant mieux connaître les classes populaires que cette chercheuse sous prétexte que vous en venez. Connaissez-vous cette personne pour la juger ainsi ?

  3. hoste patricia dit :

    Bonjour, je suis une des parents chercheurs du GERPAM et je suis étonnée des réactions suscitées. La chercheuse est en aucun cas méprisante avec les classes populaires puisque c’est une amie de la plupart des parents chercheurs du groupe. Elle les aide même au sein des conseils citoyens et dans la vie de tous les jours lorsqu’ils en ont besoin. Pour mon propre cas, la question de l’éducation a toujours été une priorité dans ma vie de mère de famille puisque j’ai été représentante de parents d’élèves au cours de la scolarité de mes enfants ainsi que participante active dans une association de parents d’élèves à divers postes pendant plus d’une vingtaine d’années. Alors , je pense que cette recherche sur la réussite scolaire était la suite logique et le but en était de faire évoluer le regard de chacun (parents, enseignants) sur l’autre et d’améliorer les relations qu’ils pouvaient entretenir entre eux. D’ailleurs, par la suite, nous avons travaillé avec l’Éducation Nationale et créé une exposition sur le climat scolaire, qui tourne actuellement dans les écoles de REP afin que les enseignants puissent travailler certaines thématiques avec les enfants en classe et lors de temps d’échange avec certains directeurs d’école lors de café des parents. Par ailleurs, nous avons aussi interrogé des parents lors de sa mise en place dans la médiathèque de la ville. Les parents souhaiteraient plus de dialogue et de temps d’échange avec les enseignants sur ces thématiques mais nous nous sommes rendus compte qu’il était difficile d’organiser ces temps car il y a beaucoup de réticence du côté de l’Éducation Nationale, les enseignants invoquant le manque de temps, bien souvent. Je pense qu’ils ont aussi peur du regard que les parents portent sur l’école même s’ils aimeraient savoir ce qu’ils pensent (affirmés à demi-mot par certains enseignants ). Il est bien difficile, en France, de mener ce genre de débat pour faire évoluer l’école pour une meilleure réussite des enfants. Alors, je ne sais pas qui est le plus méprisant entre l’Éducation Nationale et les parents de quartiers prioritaires et la chercheuse et nous ? Pour nous, c’est une évidence ! Notre chercheuse, Agnès, vit, dans la vie quotidienne, au côté des gens dit »populaires », n’a pas un train de vie hors norme, enseigne dans un centre de formation pour apprentis auprès de jeunes de quartiers prioritaires, fait de l’aide aux devoirs pour les enfants de quartiers deux soirs par semaine, nous soutient dans nos projets des conseils citoyens et autres associations de quartiers et monte un projet de recherche avec une enseignante de classe de REP et les enfants de CM2. Elle le fait avec passion et ne demande aucune reconnaissance particulière. Sa plus belle reconnaissance a été l’obtention de son doctorat mais c’est aussi l’évolution du groupe de parents chercheurs. Une des mamans travaille dans un centre social en région parisienne, moi-même , je suis co-présidente du conseils citoyen de ma ville où l’on monte des projets pour améliorer la vie des habitants (transport, emploi …). C’est cela être acteur et citoyen auprès des habitants de sa ville. Alors, il ne faut pas émettre de jugement trop hâtif sans connaître les personnes et ce qu’ils sont et font dans la vie au quotidien.

  4. Gérard dit :

    Bonjour, bien d’accord avec @darras ci dessus : comment se faire mousser en « observant » les « classes populaires » ! Derrière votre apparente sympathie se cache un mépris encore plus grand et hypocrite : « moi chercheur, je serai toujours au dessus de vous – je vous permet de vous élever un peu, mais, quand même JE détiens le BON savoir universitaire ».
    Savez-vous que les pôvres réfléchissent à leur rôle de parent même quand il n’y a pas de chercheur pour les observer ?
    Si vous voulez lire, voir « Le maître ignorant » de J. Rancière et sortez du mépris charitable, s’il vous plaît.

  5. darras dit :

    Bonjour, je suis très étonné du regard condescendant que portent en France les chercheurs sur les classes ‘populaires’. Étant moi-même issu de ces classes ‘populaires » fils de mineur et petit-fils de mineurs, je me fait ainsi l’effet d’être un objet bien étonnant pour vous, et qui doit vous rassurer dans votre être, et vous permettre de vous sentir éminemment supérieur. Les ‘gens de peu’, les ‘pauvres’, les ‘défavorisés’, les CSP- n’ont au final guère intérêt à être observés, mais tout au moins vous aurez votre diplôme, vos postes, vos médailles (par la suite).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *