La figure du hacker : activisme et goût du défi ?

Anonymous, Wikileaks, affaires Snowden et Manning, affaire des emails du Parti démocrate américain, darknet ou ransomwares : ces dix dernières années, de nombreux exemples de piratages informatiques ont régulièrement fait la Une de la presse. Spécialistes et experts informatiques se relaient dans les médias, émettant des hypothèses sur l’origine des cyber-attaques ou cherchant à dévoiler les ressorts de ces pirates militants luttant pour la liberté d’expression lors des « Printemps Arabes ».

Tantôt représenté comme un individu cagoulé tapotant frénétiquement sur son clavier ou assimilé aux services secrets d’un État, la figure du hacker fascine et alimente de nombreuses spéculations. Depuis les révélations de Wikileaks (2010) ou d’Edward Snowden sur la surveillance menée par la National Security Agency (2013), les sujets traitant des hackers se sont considérablement multipliés dans les médias. Se focalisant sur les actions illégales et les problèmes générés par l’anonymat sur Internet, les sujets passent souvent à côté de l’hétérogénéité du « pirate informatique ». Or, derrière cette figure se cache un monde plus riche et complexe que le tableau généralement dressé dans les films. S’agit-il de gentils bidouilleurs au service de l’intérêt collectif ? De méchants pirates prêts à faire tomber notre société libérale ? En bref, qui sont les individus qui se cachent derrière ce terme bien flou de hackers ?

  • Durant l’année 2016 en France, 7 500 articles de presse intègrent le mot « hacker[s] » ou « pirate[s] informatique[s] », contre environ 1 500 en 2009 (soit cinq fois plus d’occurrences en 7 ans). Source : Europresse.com.

Tous les hackers sont-ils des délinquants ?

CC Wikimedia Commons Gustavb

Pour l’internaute ordinaire, la menace semble grande de devenir une victime du piratage. Dans son esprit, la figure du hacker incarne le pirate cherchant à récupérer par milliers les numéros de carte bleus, envoyant des spams, et plus généralement, s’introduisant au sein des ordinateurs personnels. Ces hackers du « côté obscur » (appelés crackers ou black hats) existent bel et bien : ils participent au marché noir des données personnelles, à l’achat/vente d’outils de piratage et effectuent des actions de grande ampleur contre des entreprises et des institutions, prolongeant par de nouveaux biais la pratique ancienne de l’espionnage industriel ou même l’espionnage d’État.

Le terme de « piratage » s’est donc forgé à partir de cette vision fortement teintée d’illégalité. Dans le même temps, il a été étendu au partage de fichiers protégés par le droit d’auteur – le peer-to-peer – pratique largement démocratisée auprès des internautes. L’activité de piratage est donc polysémique, diluant fortement son sens et concernant une pluralité d’acteurs. N’importe quel internaute téléchargeant un film sur son ordinateur est un pirate, même si cet individu respect la loi par ailleurs.

En réalité, la plupart des hackers sont des hackers « éthiques » (ou white hat) partageant avant tout un goût de la « bidouille » et du détournement des outils techniques hérités du mouvement Do-It-Yourself. Ce goût du bricolage est ainsi indissociable de l’histoire des grandes innovations de l’informatique personnelle. C’est ainsi qu’en juin 1975 un hacker du nom de Steve Wozniak, passionné d’électronique depuis son plus jeune âge, met au point l’Apple I, l’un des premiers micro-ordinateurs individuels. Rejoint peu de temps après par un certain Steve Jobs, ils fondent la société Apple Computer et sortent l’Apple II, premier ordinateur personnel vendu à grande échelle.

La culture hacker du bidouillage est avant tout motivée par une recherche de la maîtrise technique ou du fun, le plus souvent sans motivation financière. Elle est en cela l’héritière des regroupements d’étudiants de grandes universités américaines (comme le MIT, Massachusetts Institute of Technology) qui ont donné naissance aux premiers hackerspaces dans les années 1980. Comme l’explique le sociologue Nicolas Auray, la défense des libertés (« liberté de penser, de créer, d’explorer, de citer, de parodier ») s’exprime chez les hackers dans une revendication au droit à « l’exploration, critiquant un cadre légal qui rend délictueux la recherche des limites et failles des dispositifs ».

Hacker, ce n’est pas être malveillant, c’est avant tout posséder un esprit curieux, tâtonner, fouiller dans les entrailles d’un système, le détourner de son usage principal, et se le réapproprier. Le développement du peer-to-peer et plus généralement des réseaux d’échange de fichiers, est un des grands sujets souvent associé au terme de « pirate ». Les hackers ont ainsi été les premiers à tenter de proposer des alternatives au cadre légal actuel du droit d’auteur, afin d’inventer au nouveau modèle de diffusion culturelle à l’ère du numérique.

  • Auray N., 2009, « Pirates en réseau : détournement, prédation et exigence de justice », Esprit, n°7, 168-179.
  • Dagiral E., 2008, « Pirates, hackers, hacktivistes : déplacements et dilution de la frontière électronique », Critique, n°6, 480-495.

L’utopie concrète du hacking

Sans surprise, l’histoire du hacking s’inscrit dans l’esprit de « contre-culture » et de contestation libertaire des années 1960 et 1970 aux États-Unis. Celle-ci se développe dans une nouvelle forme d’activité que Michel Lallement appelle le « faire », c’est-à-dire la réalisation d’un projet, d’un hack comme but en soi. Afin de saisir le point de vue de nombreux hackers, le sociologue a réalisé une enquête ethnographique au sein de Noisebridge, un hackerspace situé dans la baie de San Francisco. Ses membres ont accès à de nombreux outils et dispositifs techniques permettant de réaliser des activités extrêmement diverses : de l’impression 3D au crochetage de serrures, en passant par des cours d’électronique pour débutants ou des projets artistiques.

CC Pixabay Clker-Free-Vector-Images

Dans ce lieu au public très hétérogène, le militant anarchiste y croise l’ingénieur salarié, le néophyte se forme auprès du hacker confirmé. Tous expérimentent une forme « d’utopie concrète » dans laquelle règne le partage d’informations et de matériels, l’entraide et la réflexion sur de nouveaux modes d’organisation collective et démocratique.

En faire le constat pose dès lors la question de la dimension politique de certaines pratiques prenant appui sur le hacking, ce que l’on appelle par contraction « l’hacktivisme ». De nombreux pirates partagent la vision d’une possible émancipation par l’outil numérique, incluant la contestation de diverses institutions (l’État ou le marché) ou la recherche de nouvelles expériences d’innovation sociale. Cette dimension militante est dans la continuité des valeurs revendiquées par les défenseurs du logiciel libre, faisant la promotion d’une démarche de transparence et d’économie collaborative qui n’est pas sans rappeler le mouvement des communs. Il s’agit également de redonner un sens au travail : en choisissant soi-même le projet à mener, l’activité devient à nouveau une « fin en soi » et non pas un moyen pour subsister.

  • Doutriaux E., 2017, « Le commun, une notion en débat », Mondes Sociaux, septembre.
  • Lallement M., 2015, L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris : Le Seuil.

De la diversité politique des hackers

CC Pixabay Th0m4z

On aurait cependant tort de considérer les membres de la culture hacker comme un groupe soudé et aux visées politiques partagées. Dans son expression militante, cette culture s’incarne dans des groupes comme Anonymous, la lutte contre le droit d’auteur ou la défense des libertés sur Internet – à l’instar de l’association française La Quadrature du Net. Pour autant, cette culture a également innervé les grandes entreprises du numérique, celles-ci ayant depuis longtemps saisi le potentiel à promouvoir ainsi que l’esprit de celles et ceux qui pensent « en dehors du cadre ». Dans ces conditions, le rapport au marché est un sujet de débat essentiel qui oppose différentes catégories de bidouilleurs, selon leur degré d’investissement dans les lieux et leur ambition militante.

Parler des hackers au pluriel est donc essentiel, tant ce terme désigne des groupes et des réalités très différents, aux frontières souvent floues. Au-delà des discours médiatiques centrés sur des situations extraordinaires, suivre le quotidien des hackers permet de comprendre avec finesse la multiplicité des valeurs associées à l’éthique du hacking, ainsi que la manière dont celles-ci s’actualisent dans des pratiques spécifiques. Cette prise de position distingue le lanceur d’alerte et le bidouilleur chevronné, l’opposant à la censure numérique et l’esthète du « beau » code informatique. Rares sont les films mettant en avant ces différentes dimensions, bien que les représentations commencent à changer dans certains œuvres cinématographiques (un bon exemple étant Mr Robot, série bien documentée sur le hacking orienté sécurité).

Les récents travaux de recherche soulignent dès lors l’intérêt d’observer concrètement le développement des hackerspaces, ainsi que les activités qui s’y mènent, pour se réapproprier les outils numériques et découvrir d’autres formes de vie collective.

CC Patrick Mignard pour Mondes Sociaux

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Byseyhanla et crédits image d’entrée : CC Mad Pixel


Antoine Larribeau

ENS de Lyon, Centre Max Weber (antoine.larribeau@ens-lyon.fr)

More Posts

Antoine Larribeau

ENS de Lyon, Centre Max Weber (antoine.larribeau@ens-lyon.fr)

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Arnaud Velten dit :

    Pour les voitures autonomes , se pose aussi la question du droit de tuer pour siniser les pertes humaines …
    Et l’ajustement / arbitrage que fera un algorithme fonction par exemple du coût (assurance) ou de la nationalité du mort.
    (Ndlr: Je ne suis pas favorable à ce type de mise en formule … )

    Ne sommes-nous pas en train de déboulonner le socle fondateur des droits de l’homme (L’égalité … déjà bien trop théorique …)

  2. Cabrol dit :

    Le neuro-piratage n’est plus un domaine qui relève de la science fiction. Le Dr Laurent Alexandre a déclaré, lors d’une conférence assise 2014 hacker le cerveau, « qu’en hackant l’implant cochléaire d’une personne, on peut lui donner des hallucination auditives et en hackant l’implant rétinien d’une personne, on peut lui donner des hallucinations visuelles. » Certaines découvertes neuroscientifiques entraînent donc avec elles un lot de problèmes. Personne ne prévoit de règles neuro-éthique pour protéger une personne, placée pour on ne sait quelle raison arbitraire sur une blacklist, des bandes organisées qui pourraient s’accaparer certaines technologies pour en faire un usage criminel.
    Ce type de piratage ne concerne pas uniquement la manipulation des ondes cérébrales d’une personne. Il peut être dirigé contre une personne bénéficiant de prothèses bioniques. Il y a quelques années, un jeune autrichien qui possédait des prothèses bioniques aux deux bras a trouvé la mort dans un accident de voiture. Son véhicule à foncé droit dans un arbre. Comment expliquer cette perte de contrôle ? Les prothèses étaient-elles défectueuses ou bien ont-elles été piratées ?
    Un autre problème cette fois-ci concerne les voitures Google qui se passeront de conducteurs. Que se passera -t- il si quelqu’un hack un tel engin ? Dès lors, il serait temps que les activistes ou autre défenseur des droits fondamentaux de tous s’activent la croupe afin que le législateur fasse entrer en viqueur des lois neuro-éthiques.

    En revanche, le hacktivisme peut être considéré comme de la désobéissance civile si celui-ci est entre autre, non violent et que la valeur défendue est supérieure à celle qui est considérée comme légale. Le monde des hackers est extrêmement hétérogène. On trouve des militants des droits civiques mais aussi des criminels bon à incarcérer.

  3. Arnaud Velten dit :

    Comment l’informatique m’a construit 😉

    Rebooter votre vision de la culture Pirate ! | Arnaud Velten | TEDxGeneva

    Dans une société où les hackers et délinquants sont souvent confondus, la culture Hacker et la sous-culture pirate sont perçues comme des menaces pour la société. Omettant d’évoquer leur singularité et leurs apports réels au progrès, et comment les utopies des pères fondateurs du digital (Hacker, Phreakers, Pirates) ont façonnés nos réalités quotidiennes. Qu’est-ce qui motivait initialement cette communauté qui révolutionne notre société depuis 50 ans ? Arnaud Velten est une personnalité française de la scène digitale.

    Adolescent, il se révèle dans l’underground informatique où il nourrit ses idéaux de liberté et de justice. Durant ses études supérieures, il réalise qu’il n’existe pas de limite pour cette génération née avec internet.
    Sa soif de rencontres avec des chercheurs d’absolu se concrétise dans le journalisme, le blogging et l’organisation d’événements. Il contribue à créer au début des années 2000, des rencontres entre artistes, chercheurs et hackers pour confronter leurs visions et leurs espérances.

    Explorateur-Trouveur, il se passionne pour la cartographie et créée en 2007 un CV isométrique en 3 dimensions puis il développe en 2009 une méthode d’amélioration des processus de décision collective : Emerge Map.
    Depuis 2010 il approfondit des pratiques d’efficience des usages numériques, tout en contribuant en parallèle à la promotion de la cybersécurité. This talk was given at a TEDx event using the TED conference format but independently organized by a local community. Learn more at https://www.ted.com/tedx

  1. 05/02/2018

    […] La figure du hacker : activisme et goût du défi. Tantôt représenté comme un individu cagoulé tapotant frénétiquement sur son clavier ou assimilé aux services secrets d’un État, la figure du hacker fascine et alimente de nombreuses spéculations. Depuis les révélations de Wikileaks (2010) ou d’Edward Snowden sur la surveillance menée par la National Security Agency (2013), les sujets traitant des hackers se sont considérablement multipliés dans les médias. Se focalisant sur les actions illégales et les problèmes générés par l’anonymat sur Internet, les sujets passent souvent à côté de l’hétérogénéité du « pirate informatique ». Or, derrière cette figure se cache un monde plus riche et complexe que le tableau généralement dressé dans les films. S’agit-il de gentils bidouilleurs au service de l’intérêt collectif ? CC Wikimedia Commons Gustavb Pour l’internaute ordinaire, la menace semble grande de devenir une victime du piratage. […]

  2. 05/02/2018

    […] La figure du hacker : activisme et goût du défi. Tantôt représenté comme un individu cagoulé tapotant frénétiquement sur son clavier ou assimilé aux services secrets d’un État, la figure du hacker fascine et alimente de nombreuses spéculations. Depuis les révélations de Wikileaks (2010) ou d’Edward Snowden sur la surveillance menée par la National Security Agency (2013), les sujets traitant des hackers se sont considérablement multipliés dans les médias. Se focalisant sur les actions illégales et les problèmes générés par l’anonymat sur Internet, les sujets passent souvent à côté de l’hétérogénéité du « pirate informatique ». Or, derrière cette figure se cache un monde plus riche et complexe que le tableau généralement dressé dans les films. S’agit-il de gentils bidouilleurs au service de l’intérêt collectif ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.